Charte       Aide       Recherche       Membres       Calendrier

Bookmark and Share Abonnez-vous à SGF Suivez SGF sur Twitter Rejoignez-nous sur Facebook

3 Pages  Aller au dernier message lu sur ce sujet Reply to this topicStart new topicStart Poll

> Stargate, Chronique du Clan Ytsuka, Fanfiction Stargate
post Samedi 09 Février 2019 17h49
| Message #21


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Reprise du message précédent :
Chapitre 5 – Back to the past

[Trois semaines plus tard, planète DERO-116, mission de récupération, 16h47]

Cela fait un moment que je n'ai plus eu de vision ni de cauchemar. La visite au centre de Sūpākurōningu n'a rien donné, les chercheurs n'ont aucune idée précise de ce qui pourrait les provoquer. J'entame une mission de récupération, je suis au point de rendez-vous fixé par un de nos sekkou(1), je suis chargé de récupérer les informations qu'il a pu dérober au Goa'uld Amaterasu. L'endroit est boisé, ce qui donne un parfait camouflage, je ne m'inquiète pas trop sur la tournure que pourrait prendre une attaque. Le Sutāgeito se trouve qu'à une quinzaine de minutes de ma position, en cas de problème, je n'aurai qu'à foncer sans m'arrêter. L'attente me parait longue, les secondes passent à leur rythme. Je regarde partout autour de moi, rien ne présage une quelconque embuscade, je suis cependant méfiant.
Il est en retard de trente minutes à présent, que lui est-il arrivé ? A-t-il eu besoin de faire quelque chose l'empêchant de venir ? Une patrouille jaffa approche de ma position, je me mets à couvert dans les fourrés. Certains d'entre eux ont un casque, ce sont des gardes Ōkami(2), une sorte d'élite. Ils passent devant moi sans détecter ma présence, s'éloignant ainsi jusqu'à s'évanouir dans les bois. A ce moment-là, un Jaffa seul apparait et prononce le mot de passe. C'est l'espion que j'attends, je me découvre alors. Le casque de sa tunique Jaffa, de la forme d'un ōkami, se désactive découvrant ainsi son visage.
279: Les informations sont dans ce cristal, ce sont des plans d'une base à ce qu'il me semble et des coordonnées spatiales pour divers mondes.
452: Bien jouer Ytsuka-279, dis-je en rangeant le cristal dans une poche, je vais remettre ce cristal au Shōshō.
279: Très bien mon frère, je vais maintenant retourner à mes occupations de "Jaffa", au revoir camarade, annonce-t-il en saluant.
Son casque se réactive et il s'en va rapidement, me laissant seul au milieu de cette forêt. Je me mets à marcher d'un pas assuré vers l'Anneau, par chance, il n'y a aucune garde, je cours vers le composeur. Il me faut peu de temps pour entrer les coordonnées et activer le vortex. Je me déplace jusqu'à l'horizon du Stargate, avant de le franchir.

[Plaine familière]

Je me rematérialise devant un désert de roche, le peu de végétation qu'il y a est d'un vert très pâle, je ne comprends plus rien, tout s'écroule dans mon esprit... Ce n'est pas ma planète ça ! Me suis-je trompé d'adresse ? Tout est roche et poussière autour de moi, le vortex se désactive, je suis paralysé par l'angoisse. Je suis sûr des coordonnées que j'ai entrées ! Il fait nuit, mon expiration se transforme en brume, le froid se fait vite ressentir. Au loin, dans le creux d'une vallée, ressemblant pour trait au passage de Shutsugeki, une faible lueur me parvient, mais elle est accompagnée d'une fumée noirâtre. Cette fumée me fait penser au brasier du laboratoire de Ba'al sur JUNO-750, mais alors que je m'élance dans cette direction très familière, mon pied tape contre quelque chose, un corps sans vie. Le vêtement est identique à ceux de l'armée ytsukienne, je suis perdu... Où diable suis-je tombé ? Je me retourne et, au travers de l'Anneau, je vois la plaine remplie de millier de cadavres. Soudain, l'image de mes cauchemars répétés depuis plusieurs mois maintenant me revient. Un peu plus loin vers le chemin de la vallée, il y a une colline, assez haute pour que je puisse y voir quelque chose par delà la végétation de la vallée. Ma paire de jumelles m'aidera à avoir une vision plus précise de ce lieu lumineux.
Je prends de la hauteur, avec l'altitude, il y a de moins en moins de doute, je reconnais parfaitement les montagnes qui m'entourent, la vallée et la plaine de Minagoroshi. Une fois sur la colline, je prends en main les jumelles et observe au loin le lieu étincelant. Je reconnais bien cet endroit, c'est la seconde capitale, Chikara, en flamme... Des combats semblent avoir encore lieu, mais j'ai du mal à voir en détail l'action. J'entends soudainement un vacarme sans nom provenant du ciel, en levant la tête vers les cieux, je vois un vaisseau, c'est un croiseur de classe Ytsuka, mais il semble totalement hors de contrôle ! D'après mon estimation, il s'écrasera derrière les montagnes Kekkai. Qu'est-ce qu'il se passe en orbite ?! Je vois le vaisseau perdre quelques morceaux à cause d'explosions. Certains de ces morceaux s'écrasent contre le sommet des montagnes. Un spectacle horrible à mes yeux.
Je tourne la tête un peu partout, je remarque assez vite un autre endroit en flamme, c'est la base Narish'ta, une base défensive, elles semblent en prise avec l'ennemi. Avec les jumelles, je constate plusieurs explosions autour de la base. Sûrement les champs de mines, les bruits d'explosions sont lointains, mais toujours perceptibles. Ma radio s'active d'un coup, j'entends un senshi dire sur la fréquence générale que le dernier bastion est tombé, que les survivants doivent fuir le plus loin qu'ils peuvent. La planète est perdue...
Alors que je me perds dans mes pensées, un bruit mécanique me ramène dans la réalité, un vaisseau inconnu tente de se poser. Il semble avoir subi quelques dégâts, des dégâts que je n'avais jamais vus. Une partie de la coque semble avoir fondu donnant une vision de l'intérieur. Alors qu'il s'est posé, il laisse débarqué un grand nombre d'ombres humanoïdes. Avec mes jumelles, j'arrive à distinguer en détail ces ombres... On dirait une armure... Une visière rougeâtre, des sortes de plaque épaisse sur le torse, les épaules et les arrières et avant bras... Derrière eux, de gigantesques véhicules bipèdes avec des sortes de bras, ils font peut-être bien cinq ou... aurais-je vu l'avenir ?!
Je me relève prenant conscience que ce n'est pas du tout un rêve ni une hallucination quelconque, je ne sais pas ce qu'il s'est passé lorsque j'ai traversé le vortex du Sutāgeito, mais je suis réellement dans le pétrin, je dois trouver une solution... Pendant que je cogite sur mes futures actions, un groupe de ces monstres arrive sur ma position. Je décide de partir à la recherche d'aide, le premier allié que je peux contacter sont les terriens. Je ne sais pas si les Asgards pourraient m'aider et il me faudra de l'énergie pour alimenter l'Anneau, en arrivant je n'ai pas vu le système pouvant me procurer cette énergie...
Je commence à courir en direction de ce dernier. Il me manque l'appareil d'identification, cependant, il devrait y avoir un GDO quelque part sur un corps ou dans la garnison de défense. Dans une tente, toujours debout malgré les combats, je le trouve finalement, le code est inscrit à l'encre sur la face arrière. Sans plus attendre, je me place devant le panneau de contrôle et compose l'adresse de la Terre, là-bas au moins j'espère savoir quoi faire. Le vortex en place et le code envoyé, je traverse le Cercle.

[Terre, salle d'embarquement du SGC]

Je me réassemble dans la salle d'embarquement, mais à mon arrivée, toutes les armes sont pointées sur moi. Je lève doucement les mains en l'air.
Jack: SOLDATS NE TIREZ PAS ! crie-t-il dans le micro.
Je le vois se précipiter dans la salle en courant et d'un air colérique, il arrive devant moi accompagné du Capitaine Carter.
452: Que se passe-t-il ?
Jack: D'où venez-vous ?! demande-t-il furieux.
452: Comment ça ? Que voulez-vous dire Colonel ?
Sam: On vous a cherché depuis plus de douze ans avec votre clan.
452: Que... Quoi ?!! Douze ans ?!! C'est impossible Capitaine ! exclamé-je surpris.
Jack: Et pourtant, c'est le cas ! Et pour votre information, je suis Général !
Sam: Et je suis Colonel.
452: Je... ne comprends plus rien... dis-je en m'effondrant au sol.
Jack: Appelez une équipe médicale, ordonne-t-il à Harriman.
452: J'étais sur DERO-116, j'ai récupéré les informations d'espionnage, puis j'ai passé le Cercle et... Je me suis retrouvé devant ma planète à feu et à sang...
Jack: Calmez-vous ! Carter, expliquez-moi ce qu'il raconte.
Sam: Hum... Apparemment, cela ressemble à ce qu'on avait vécu, il y a moins de douze ans, le voyage en mille neuf cent soixante-neuf.
Jack: Vraiment ? Il vient du passé ? cherche-t-il à comprendre.
Sam: Vous avez deviné, mon Général.
452: Il faut que je reparte d'où je viens alors ! dis-je en me relevant.
Jack: Vous n'irez nulle part pour le moment !
On m'escorte jusqu'à l'infirmerie de la base souterraine, on m'assoit sur un lit et les examens habituels pour eux commencent. Je ne peux sortir de cet endroit, des gardes bloquent le passage, j'observe les allés et venus du personnel, jusqu'à ce que Daniel vienne me voir.
Daniel: Salut...
452: Salut...
Daniel: Vous êtes au courant qu'on a un nouvel ennemi dans notre galaxie ?
452: Je les ai vus sur ma planète, après avoir franchi le Sutāgeito... Il n'y avait que des morts et les villes en flamme...
Daniel: Je suis désolé.
452: Il faut que je retourne dans le passé !
Daniel: Hélas, on n'a pas la technologie pour.
452: Il faudrait... dis-je en me levant. Kso ! crié-je en commençant à tourner en rond. Je sais même pas comment je suis venu ici !
Carter entre à ce moment dans l'infirmerie, elle pense avoir un moyen de me ramener dans le présent. Je me précipite avec elle dans son laboratoire. C'est alors qu'elle m'explique sa découverte.
Sam: Donc... Voilà ce que j'ai trouvé, dit-elle en dessinant sur un tableau, on sait que le Stargate ne peut pas nous faire voyager dans le temps, ce n'est pas dans son fonctionnement habituel. Mais ! Si le vortex généré traverse une éruption solaire d'une certaine intensité, le vortex se retrouve déplacé dans l'espace-temps, le fait qu'après on voyage soit dans l'avenir, soit dans le passé est indéterminable.
452: Je comprends. Mais vous ne pouvez pas prévoir les éruptions avec des technologies extraterrestres que vous auriez rapportées ou autre ?
Sam: Et bien, on a récupéré une technologie susceptible de pouvoir prévoir ce phénomène ! SG-12 l'avait ramené de mission il y a 2 ans environs, de la planète P9H-558 il me semble.
452: Super ! Il est où ? Il faut absolument savoir quand il y aura une éruption de votre étoile !
Daniel: Je n'étais pas au courant moi ! semble-t-il reprocher.
Sam: C'est le département spatial de la zone 51 qui le détient, mais on peut recevoir les données ici.

[Une heure plus tard, salle de contrôle]

Harriman: La liaison est établie. On reçoit les télémesures.
Sam: Une éruption aura lieu dans une quarantaine de minutes, d'après l'appareil.
Jack: Espérons que tout se passe bien !
Une transmission radio et vidéo vient démolir nos espoirs. Une flotte inconnue entre dans le système solaire à grande vitesse, d'après le Commandant du Korolev, le Colonel Chekov, ce sont des appareils semblables à celui que j'ai pu voir. Ils ne viennent pas pour moi quand même ? Ce n'est pas possible... Il semble y avoir une bonne vingtaine de vaisseaux. Alors que le Colonel Chekov rapporte ce qu'il voit de l'armada ennemie, je remarque la similitude de la passerelle du Korolev et celle des vaisseaux de classes Ytsuka.
452: C'est un YTS ? On vous a donné les plans de nos vaisseaux ?
Sam: Oui, il y a environ une dizaine d'années pour les premiers appareils et moins de dix ans pour ceux-ci.
452: Je n'en reviens pas que les Asgards ont laissé passé ça... Où sont-ils d'ailleurs ?
Sam: Je... Je regrette de vous dire ça, on sait que vous étiez proches d'eux, mais... Ils sont morts...
452: Que... Comment ?!! exclamé-je soudainement.
Chekov: Général, l'ennemi commence à attaqu...
Le signal est perdu, je regarde ma montre, il ne reste que trente-quatre minutes... Le Général O'Neill estime qu'ils vont sûrement attaquer les défenses militaires et surtout prendre le contrôle du Stargate. Il met alors la base en alerte maximale, condamne tous les accès. Le but premier de l'opération est de me renvoyer dans le passé, j'espère que l'éruption solaire me renverra pas loin de mon temps initial.
Avec une énorme chance, la base du SGC n'est pas une cible pendant les quinze dernières minutes écoulées. Cependant un groupe de ces humanoïdes soutenu par un de ces véhicules bipèdes sont lâchés pas loin du tunnel menant à la porte blindée, on peut suivre leur progression grâce aux caméras de surveillance. Ce que je vois m'effraie au plus haut point, ainsi que le Colonel et le Général à côté de moi. La porte de sécurité de vingt-cinq tonnes est littéralement ouverte normalement. Les fantassins ennemis entrent alors rapidement.
Jack: On va essayer de les retenir, j'espère qu'on vous donnera assez de temps pour changer cet avenir !
Je sens une pression sur mes épaules, je baisse par réflexe la tête tout en fermant les yeux, les poings serrés. Je ne dois pas faillir... Je dois être fort ! Le compte à rebours est toujours aussi lent, Daniel pose une main sur mon épaule, l'air de me rassurer sur la tournure que prennent les événements. Quand je tourne la tête pour le regarder dans les yeux, je le vois sourire avant qu'il ne disparaisse en direction de l'armurerie de l'étage. Son énigmatique sourire me redonne cependant confiance, confiance en mon objectif principal, retourner dans le passé !
Il ne reste que quatre minutes, je descends dans la salle d'embarquement. Mais une alerte résonne, elle annonce l'arrivée des humanoïdes au niveau juste au-dessus, il ne reste pas longtemps avant qu'ils atteignent le Cercle. Je me tiens près, Carter active l'Anneau afin de ne pas perdre de temps. Des explosions se font entendre, le combat semble s'intensifier au-dessus, ont-ils détecté l'activation du Sutāgeito ? Il ne reste que deux minutes. Je regarde ma montre, observant l'avancement lente des secondes. Une explosion immense se fait entendre dans les couloirs, ils sont là ! Carter, annonce dans le micro qu'elle ferme les portes blindées, ce n'est pas le moment de flancher, il ne reste que... Une minute... Je monte sur la rampe et regarde l'horizon des événements, puis retourne ma tête vers la salle de commande, interpelé par un bruit d'arme. Carter enclenche un bouton, faisant baisser un volet de protection métallique. Avant qu'il ne soit baissé totalement, j'ai pu voir un soldat entré dans la pièce. J'ai pu apercevoir l'espace d'une seconde son abdomen brisé et lâchant des... Etincelles ainsi que des éclairs ? En fait, ce sont... Des droïdes ?! A, à peine, quelques secondes de la fin du décompte, l'une des deux portes blindées de la salle s'envole dans une déflagration violente. Deux droïdes entrent et observent l'Anneau actif. Ils tournent la tête vers moi et de manière très mécanique lèvent leur bras, des sortes d'armes automatiques sortent de leur poignet et commence à tourner à grande vitesse autour ce dernier.
452: Vous ne m'aurez pas, pas aujourd'hui... murmuré-je.
Je m'élance vers le vortex, les armes déversent une salve continue de projectiles énergétiques. J'atteins rapidement la vague sans que les projectiles ne me touchent et saute au travers d'elle.

[Fukkatsu, plaine de Minagoroshi, trois jours après la disparition de ytsuka452]

Je tombe à terre après avoir sauté dans le vortex du futur. Je dévale en roulant les escaliers de pierre, en me rattrapant à genou, je fixe la vague bleutée. Je n'ai qu'une crainte, qu'ils m'aient suivie. Le Sutāgeito s'éteint sans que rien ne l'ait traversé, je souffle un grand coup, malgré la douleur et les bleus que je risque d'avoir de ma chute. Le Riku'Jun-i(3) du régiment protégeant l'Anneau s'approche de moi, l'arme à la main.
Riku'Jun-i: Votre code d'identification je vous prie !
452: Kyuu-tai hikiiru 452...
Riku'Jun-i: Riku'Shōsa(4), vous allez bien ? demande-t-il en baissant son arme.
452: J'ai peut-être une côte de foulée, mais ça peut aller... répondé-je en rigolant un coup, que je suis heureux d'être rentré à la maison... Ca fait combien de temps que j'ai disparu ?
Riku'Jun-i: Trois jours Shōsa, j'appelle des infirmiers, mais je voudrais savoir... On a cru que vous aviez encore déserté. Pourquoi vous avez disparu encore une fois ?
452: Ca c'est une longue histoire... Mais je ne sais pas si vous me croiriez...


Lexique
 
SPOILER
1.Désigne un super clone spécialisé espionnage/reconnaissance
2.Loup
3.Adjudant
4.Commandant


Note : Petite correction dans le mini-chapitre 4, incohérence temporelle avec "quelques jours" et la temporalité du chapitre 5. Changement sur le retour de 452 à sa base (fin de mini-chapitre).

Ce message a été modifié par ytsuka452 le Samedi 09 Février 2019 17h50



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 13 Février 2019 17h01
| Message #22


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 5 – Visite de courtoisie

[Planète Fukkatsu, centre culturel et d'histoire de la capitale Heian, 31 juillet 1999]

Après de longs mois de négociation entre les terriens et les ytsukiens, ces derniers acceptent de recevoir le docteur Jackson et le Major Carter de l'équipe terrienne SG-1 sur la planète Fukkatsu. Les deux membres sont accompagnés par une petite escorte de deux senshi et d'un sūpākurōn de l'équipe Kyuu, Ytsuka-354, ayant une connaissance de l'histoire ytsukienne et des technologies avancées. L'équipe visite un centre culturel et historique dans la capitale Heian, de nombreuses informations sont dévoilées aux deux terriens.
354: Comme je vous l'expliquais, ce terminal détient toutes les informations publiques sur notre histoire et nos technologies actuelles, tout cela grâce au yuusen. Il y a évidemment une partie confidentielle, il serait très imprudent de dévoiler à un quelconque ennemi tous nos secrets, énonce-t-il souriant.
Sam: Cela va de soi en effet.
Daniel: J'aimerai en apprendre plus sur votre histoire et votre culture.
354: Naturellement docteur, dit-il en appuyant sur l'écran, cette partie des archives présente la période de paix qui suivit notre entrée dans le traité des planètes protégées par les Asgards, ce jour est l'an zéro de notre calendrier. D'ailleurs, voulez-vous voir les conditions de ce traité ?
Daniel: Nous les connaissons déjà, nous avons déjà eu affaire aux Goa'ulds et à ce traité.
354: J'en conclus que votre planète est protégée ?
Sam: Si l'on veut...
Daniel: C'est une longue histoire... Tiens, vos archives ne remontent pas plus loin que trois mille ans ? demande-t-il.
354: Les fouilles archéologiques récentes ne sont pas présentées au public pour le moment, cependant, nos étudiants dans l'archéologie y ont accès, nous attendons d'avoir un bon stock d'informations avant de les publier, il y a aussi beaucoup de contradiction entre certaines dates, il faut donc les vérifier. C'est notre moyen de nous assurer que tout ce qui est raconté est vrai dans la mesure du possible. La plus ancienne date à ce jour remonte à plus de cinq millénaires, sous l'occupation goa'uld si je ne me trompe.
Daniel: Je vois, je vois...
354: Que cherchez-vous exactement ?
Daniel: Vous êtes-vous déjà posé la question si vous étiez originaire de cette planète ?
354: Ahah ! Question intéressante, cela va sans dire ! plaisante-t-il, deux théories principales s'opposent, la première dit que nous sommes originaires de cette planète, il n'y a cependant que très peu de preuve qui appuie cette théorie, mais une variante dit aussi que nos anciens dieux, les Goa'ulds, nous auraient créés ici. La seconde, elle, est un peu plus plausible, elle dit que nous aurions été amenés sur cette planète par vaisseaux ou le Sutāgeito, sur ce dernier point, on n'en a aucune idée, néanmoins cela concorde avec notre « apparition » soudaine dans cet environnement.
Daniel: Je confirme la deuxième théorie, votre peuple a bien été déporté de la Terre.
354: Loin de moi l'envie de vous contredire, mais il n'y a pas de preuve que nous venons de la Terre, peut-être que votre peuple lui-même a été déporté d'une autre planète.
Daniel: Nous avons des preuves que la race humaine est née sur Terre. A partir de là, je suis absolument sûr que vous venez de la Terre. Et je dois avouer que votre dialecte se rapproche du japonais, une langue parlée sur Terre.
354: Vos arguments peuvent se tenir docteur, mais j'aimerai bien voir ces preuves et nos archéologues aussi, malheureusement, je ne pense pas que votre gouvernement voudrait que nous venions et que nous sortions de votre base souterraine. Je me trompe ?
Daniel: Vous avez... Raison...
354: Ce n'est pas grave, un jour peut-être. Notre alliance vient de débuté, il faut du temps pour la consolider, dit-il enthousiaste.
Sam: Avez-vous des vaisseaux spatiaux.
354: C'est exact.
Sam: J'aimerai en savoir plus !
354: Evidemment, je vais communiqué votre demande avec mon Riku'Shōshō, ce ne sera pas long, veuillez attendre ici.
Après quelque minutes de négociation avec le Riku'Shōshō, Ytsuka-354 obtient l'autorisation de monter à bord du prototype de classe Gokoku nommé "Gentou", le groupe est téléporté à son bord dans les minutes qui suivent l'autorisation. Le petit groupe se retrouve face à une baie vitrée donnant une vue sur l'espace, en se retournant vers le Riku'Shusa(1) et le reste de l'équipage, les deux terriens remarquent qu'ils sont tous identiques physiquement comme les deux senshi les escortant.
Riku'Shusa: Bienvenue à bord du Gentou. Major, docteur, c'est un honneur de vous rencontrer !
354: Merci, Shusa, comment se porte la situation ?
Riku'Shusa: C'est très calme et nous n'avons pas prévu de spectacle pour nos invités.
Sam: Combien de vaisseaux comme celui-ci avez-vous ? dit-elle en regardant dehors.
Riku'Shusa: Eh bien, ce vaisseau est un prototype de classe Gokoku, il est la première génération de vaisseaux spatiaux faits uniquement pour la défense de Fukkatsu. Il n'effectue aucune mission hormis la défense de la planète. Nous en avons une soixantaine encore opérationnel.
Sam: Wow ! Ca fait beaucoup de vaisseaux !
Opérateur droit: Commandant, je reçois un message du Yamato, il va passer en hyperespace au point ichi-roku-ni-yon.
Riku'Shusa: Merci opérateur, très chers terriens, je vous présente le croiseur d'attaque de classe Ytsuka, aussi appelé YTS.
Le YTS Yamato passe lentement devant le Gentou, les terriens peuvent voir la proue allongée du vaisseau avec une structure ressemblant à une casemate dessus. Le hangar du vaisseau se situe sur le côté de la structure principale, par-dessus ce dernier une sorte de manteau de protection couvre tout le reste de la poupe. Par dessus encore, ils peuvent apercevoir un poste d'observation. En vue de derrière, les deux énormes réacteurs sont visibles ainsi que les quelques réacteurs secondaires.
Daniel: Impressionnant !
Sam: Est-ce qu'il serait possible échanger les plans de vos vaisseaux ?
354: Hum... De quoi ? réagit-il perturbé.
Sam: Ou les plans de ce vaisseau uniquement.
Riku'Shusa: Nous ne pouvons vous échanger nos plans, rien de ce que vous avez ne nous intéresse me semble-t-il.
354: Ce sont les Asgards qui décideront de tout ça, nous ne pouvons négocier ! Nous ne sommes que des senshi.
Daniel: Nous déposerons notre requête à votre... Shuchō ? Alors.
354: Je vais voir pour arranger un rendez-vous avec le Gens'Riku'Taishō, le Shuchō ne prend pas de décision sur les sujets militaires, mais je doute qu'il ne vous donne une quelconque technologie sans l'accord du Conseil Asgard.
Après la visite à bord du Gokoku "Gentou", le groupe est retéléporté à la surface de Fukkatsu, à l'entrée de la Chambre du Conseil ytsukien et dépose la requête d'un échange technologique au Conseil sous l'oeil attentif du super clone Ytsuka-354. Ils sont alors raccompagnés au Stargate d'où ils pourront rentrer sur Terre faire leur rapport au Général Hammond. Le Gens'Riku'Taishō est, lui, très intrigué par la demande des terriens, il envoie un message aux Asgards afin que le Haut Conseil tranche sur la demande terrienne de recevoir des plans d'appareils spatiaux. Un allié supplémentaire contre les Goa'ulds n'est pas à écarter.

[Lexique]
 
SPOILER
1.Commandant de vaisseau



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 16 Février 2019 15h24
| Message #23


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 6 partie 1 – Première rencontre

[30 juin 2000, orbite de Fukkatsu, à bord du YTS-Imperion]

Je me trouve à bord du croiseur de classe Ytsuka, abrégé YTS, nommé Imperion, mot venant des Alterans, avec mon collègue SkY-354. Notre but est de vérifier et de terminer les derniers réglages afin que le vaisseau puisse partir en mission. Il est le troisième d'une série de cinq nouveaux vaisseaux à sortir des chaînes de montage de l'usine Yamash'ta, les deux premiers étant le Kenkyosuru et le Fuki, deux autres sont encore en construction. C'est une commande du Shuchō, le chef politique du Clan, afin que notre flotte soit renforcée. La flotte défensive se compose d'une soixantaine de vaisseaux de classe Gokoku, équipés chacun de dix chasseurs intercepteurs Y-405, dont le design se base sur les planeurs des Jaffas. La flotte offensive est composée d'une dizaine de YTS, sans compter les cinq nouveaux appareils.
Opérateur droit: Système de propulsion Asgard opérationnel Riku'Shusa(1) Akeno.
Akeno: Le vaisseau est prêt Hikiiru(2) 452 !
452: C'est une bonne nouvelle ! 354, qu'est ce que ça donne en salle des machines ? demandé-je par radio.
354: Le vaisseau est paré pour partir au combat Shōsa(3).
452: Bon, maintenant nous allons pouvoir repartir à la base, si vous voulez bien nous téléport...
Je suis coupé par une alarme, elle indique l'apparition de fenêtres hyperespaces. Je me retourne vers la vitre donnant sur l'espace étoilé. Après quelques secondes, le vaisseau apparaît, il est proche du nôtre, trop proche. Sur le pont, le Shusa Akeno et moi-même expirons un soupire de soulagement, ce ne sont que les Asgards. Le pilote se téléporte sur la passerelle de commandement, et nous salut tout en exprimant des excuses pour sa brutale venue. Il explique la raison de sa présence en orbite, et par une énorme surprise, nous demande notre aide au nom du Conseil Asgard. Les Asgards sont en guerre contre un ennemi très redoutable, ils les appellent Réplicateurs.
Le Shusa de l'Imperion contacte alors le Riku'Chūjō(4) Musashi, au Commandement Central de la Capitale.
Musashi: Shōsa 452, Shusa Akeno, que se passe-t-il ?
452: Nous avons le Commandant Týr de la flotte Asgard à notre bord, il a des nouvelles des plus préoccupantes.
Musashi: Commandant Týr, comment puis-je vous servir ? interroge-t-il en se prosternant.
Týr: Notre ennemi, les Réplicateurs, avance vers notre planète mère Asgaror dans notre galaxie, nous demandons une aide militaire afin de les retenir quelque temps.
Musashi: Bien Commandant, je fais décoller les YTS-Fuki et Kenkyosuru immédiatement !
Akeno: Reçu Riku'Chūjō !
Le Commandant Asgard retourne sur son vaisseau, par delà les fenêtres, je vois le vaisseau Asgard faire diverses manoeuvres, il arrime son vaisseau au nôtre. Bien entendu, on attend maintenant les renforts de la surface. Le temps de préparation d'un de nos vaisseaux, le plus rapide enregistré, est d'environ trente minutes. De mémoire, c'est le Riku'Shusa Miyako qui est aux commandes du YTS-Fuki et le Riku'Shusa Kazuo aux commandes du YTS-Kenkyosuru.
Mon camarade et moi discutons de cette nouvelle dans une cantine non loin de la passerelle, en attendant la mise en orbite des deux autres croiseurs. Si les Asgards étaient en défaite contre ces Réplicateurs, comment pourrions-nous nous-mêmes résister face à cet ennemi ? Je partage mon inquiétude avec lui, bien qu'il essaie de me rassurer, aucune réponse claire n'est vraiment donnée. Le temps passe, l'impatience du combat se fait sentir en moi, je ne demande qu'à voir l'ennemi en action pour prendre connaissance de sa supériorité sur notre puissant allié. Une communication du Riku'Shusa interrompt nos échanges, les autres vaisseaux sont dans l'atmosphère et vont atteindre, dans une minute, l'orbite basse puis notre position, juste le temps de rejoindre la passerelle tranquillement.
On se dirige vers le pont, une fois en face de la baie vitrée, on admire l'arrimage des deux vaisseaux à celui du Commandant Asgard, une procédure rapide. Une fenêtre spatiale d'hyperespace s'ouvre devant nous, on est propulsé dedans avec le vaisseau du Commandant. Le voyage va être long, un message est affiché sur l'écran de l'opérateur indiquant que le trajet durera cinq heures. Pour rejoindre une autre galaxie, c'est assez rapide encore une fois. Avec notre propulsion actuelle, on ne pourrait faire un tel chemin en si peu de temps.
Durant le temps qu'il nous est offert, je repense quelque peu à mon aventure passée dans le futur. A mon retour, très peu de senshi me croyaient, seul 354 gardait l'esprit ouvert, peut-être avait-il pitié de moi. Je le regarde du coin de l'oeil sur la passerelle, il est souvent très calme et sûr de lui, il a une expression réjouit, sûrement parce qu'on va aller pour la première la galaxie de nos dieux. On peut dire que c'est un énorme privilège, bien que je ne pense pas ressentir grand-chose de spécial, après tout, l'espace reste l'espace, où que l'on soit.

[5 heures plus tard, région de l'espace désertique de la galaxie d'Ida]

Nous sortons d'hyperespace dans une zone isolée, rien ne se trouve à l'horizon. Rien, hormis quatre vaisseaux Asgard de classe Beliskner. Le Commandant Týr désarrime nos trois vaisseaux, nous communiquons par vidéotransmission.
Týr: Les vaisseaux qui vous font face sont contrôlés par l'ennemi.
Miyako: Pourquoi ils ne nous attaquent pas ?
Týr: Nous ne les avons pas encore provoqués.
452: Quelle est la puissance de feu qu'ils possèdent ?
Týr: La puissance de nos vaisseaux, mais ils sont capables de modifier nos armes et les rendre plus puissantes, il en est de même pour les boucliers.
Kazuo: Nous allons faire une approche offensive ! Tous le monde à son poste !
Le Riku'Shusa dirige son vaisseau sur le flan droit, l'approche effectuée attire l'oeil des Réplicateurs, les vaisseaux se mettent face au Kenkyosuru. Je décide de les prendre à contre front, l'Imperion et le Fuki se déplacent dans le dos des vaisseaux contrôlés. Le Kenkyosuru engage le combat avec plusieurs manoeuvres d'évitement, les vaisseaux contre-attaquent par des tirs d'armes énergétiques. A vu d'oeil, aucun moyen de voir si ces tirs sont plus puissants que les tirs asgards normaux.
Alors que le Kenkyosuru occupe l'ennemi, nos deux vaisseaux commencent à tirer sur les propulseurs arrière. Malheureusement aucune avarie ne leur est causée, les boucliers sont très puissants et notre puissance de feu insuffisante. Malgré nos tirs, ils se concentrent sur le Kenkyosuru, avaient-ils prévu nos manoeuvres ? Le vaisseau du commandant Týr s'avance afin de couvrir notre vaisseau sous feu ennemi. Aucune attaque n'est envisagée par le commandant Asgard conscient de son infériorité, seule la défense de notre vaisseau compte.
452: Ouvrez le canal au commandant Týr !
Akeno: Ouvrez !
Týr: Qu'y a-t-il ytsukien ?
452: Vous nous avez amenés ici pour gagner du temps, mais pour quoi faire ?
Týr: Le commandant Thor est parti chercher de l'aide auprès des humains de la Terre, ils ont déjà combattu les Réplicateurs et leurs armes se sont avérés très efficace contre ces monstres. Veuillez patienté un instant, je reçois une communication.
Ainsi donc, on doit faire gagner du temps aux Asgards pour qu'ils amènent des terriens pour les aider. Je pense alors à SG-1 l'équipe qui nous avait rencontrées.
Týr: Je vous annonce qu'un membre de SG-1 est présent sur le vaisseau du commandant Thor. C'est le Major Carter.
452: Nous sommes ici pour gagné du temps alors, gagnons-en ! Ouvrez tous les canaux.
Akeno: Vous pouvez y aller Hikiiru.
452: Concentrons-nous sur un seul vaisseau, notre puissance est peut-être insuffisante, mais avec l'appui de notre Dieu, on peut en détruire un !
Miyako: Donnez-nous notre formation !
452: Allumez vos propulseurs à fond ! Essayez d'esquiver toutes les décharges d'énergie !
Nous nous concentrons sur un seul vaisseau, le vaisseau du commandant Týr attaque en premier mais reste immobile, s'offrant aux tirs de l'ennemi, alors que les YTS manoeuvres rapidement autour de la même cible. Les boucliers semblent se renforcer progressivement, la cible ne tire plus aucun missile d'énergies. A-t-on affaibli à ce point leurs défenses ? La cible tente de fuir la zone, mais à vitesse réduite, hélas les tirs des trois autres vaisseaux endommagent celui du commandant Týr. Il n'est plus question pour lui de rester immobile, il commence à faire des manoeuvres complexes jamais vues. Il a une parfaite connaissance de la maîtrise des vaisseaux de sa race, cela donne presque une chorégraphie organisée. Nos trois YTS prennent en chasse le Beliskner affaibli, les boucliers ne sont pas loin de céder malgré qu'ils semblent être renforcés à chaque seconde qui s'écoule, il ne faut pas relâcher nos efforts !
Týr: Ytsukiens, je charge une arme directionnelle de forte puissance, tenté de me couvrir pendant qu'elle charge, ça ne prendra pas longtemps.
Les trois Riku'Shusa: Hai Commandant !
Nos vaisseaux se postent autour du vaisseau asgard, manoeuvrant pour prendre chaque tir de l'ennemi. Les boucliers asgards devraient en théorie nous protéger de tout les dégâts avec une certaine retenue. L'Imperion encaisse deux tirs seulement que de nombreux appareils électroniques commencent à étinceler, le vaisseau tremble comme jamais, il est impossible de tenir debout. L'un des opérateurs annonce que les boucliers sont à cinquante-trois pour cent. Le Fuki prend quatre tirs, je n'ose imaginer les dégâts à bord de ce dernier, le Kenkyosuru est le plus chanceux de tous, malgré ces manoeuvres, il n'intercepte aucun tir.
Miyako: Hikiiru, leurs tirs sont trop puissants pour les boucliers !
452: Miyako, écartez-vous, nous nous chargeons de protéger le Commandant !
Týr: Ytsukiens, l'arme est chargé, rompez la formation !
Alors que la formation est rompue, de la passerelle de commandement, on voit la lueur d'énergie de l'arme. C'est comme un laser, un flux d'énergie d'un rouge vif perçant la rétine. Il vient frapper les boucliers de l'ancienne cible, le Riku'Shusa Akeno et moi-même admirons le jet transpercer les boucliers, puis traverser la coque. On aperçoit alors que le vaisseau se séparer littéralement en deux, il explose aussitôt après. Le souffle d'énergie de l'explosion se propage dans l'espace frappant chaque vaisseau, les boucliers du Fuki ne résistent hélas pas, ils cèdent. Il est à présent à la merci des tirs des trois Beliskner ennemis restants.
Akeno: Shusa Miyako... Vous me recevez ? Shusa...
452: Leurs antennes radio ont sûrement été endommagées, il faut se dépêcher de les protéger !
Týr: Riku'Shōsa, la charge de l'arme a drainé une bonne partie de mes réserves d'énergies, je suis immobilisé.
452: Kso... On ne peut pas défendre deux vaisseaux en même temps...
Kazuo: Ici Kazuo, on se charge du Fuki, on téléporte le maximum de personne à notre bord dans l'immédiat ! Protégez le Commandant Týr !
Akeno: Reçu, Shōsa, avez-vous quelque chose à dire ?
452: 354, peux-tu réorienter toute la puissance disponible sur nos boucliers ? demandé-je par radio.
354: Sans problème, Hikiiru, je le fais dès maintenant.
Après quelques secondes, les effets des optimisations d'Ytsuka-354 se font voir.
Opérateur droit: Shōsa, les rapports indiquent que nos boucliers sont rechargés de quarante pour cent.
452: Bien joué 354 ! Protégeons Týr au plus vite !
Un combat acharné pour la protection du Commandant Asgard commence...

[Lexique]
 
SPOILER
1.Commandant de vaisseau
2.Désigne un super clone spécialisé stratège/chef d'équipe
3.Commandant
4.Général de corps d'armée



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 20 Février 2019 16h44
| Message #24


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 6 partie 1 – Embuscade

[15 ans plus tôt, planète Fukkatsu, forêt Yuu'kai, 24h51]

Lors d'une nuit des plus sombres, à peine éclairé par une demi-lune, un commando de cinq Ytsukas d'élite, des Riku'Shubu(1), se déplace dans une forêt dense. A sa tête, le Riku'Shubu SkY-Z15 a des ordres clairs. Retrouver des capsules de secours ennemis provenant de Teltaks abattus plus tôt en orbite de la planète et tuer les Jaffas survivants. Le commando se meut dans l'ombre cherchant toutes traces laissées par les Jaffas survivants.
Leur but touche à une petite clairière à peine éclairée par la lumière lunaire. Deux membres s'avancent vers le centre dégagé, faisant d'eux des cibles de choix. Arrivée au coeur de la prairie, les deux Ytsukiens se mettent accroupi visant les bosquets avec leur arme. Aucun signe de l'ennemi, à croire qu'il n'y a eu aucun survivant. Une décharge d'énergie vient frapper soudainement le torse d'un des deux super soldats. Le choc le fait voler sur un mètre avant qu'il ne tombe au sol inconscient. L'autre soldat se jette à terre dans l'herbe et tente de localiser la cachette des hostiles.
De son côté, le Shubu, encore dans la forêt, assiste à la mort d'un de ses compagnons, les deux autres Ytsukas avec lui se mettent en position d'attaque. Le chef de l'unité prend la décision de faire le tour par la forêt seul, il prévient par radio son camarade, dans la clairière, d'essayer de revenir auprès des autres membres. Le soldat s'exécute et rampe sous quelques tirs ennemis.
Une fois le tour fait, Ytsuka-Z15 mesure chaque pas qu'il fait, il jette un rapide coup d'oeil dans la clairière. Son camarade a pu se dégager de là, il reste toujours le corps inerte de son camarade touché au torse, il continue son chemin avec attention. Il ordonne rapidement par radio de faire le tour inverse pour prendre l'ennemi entre deux fronts. Il se cache derrière un tronc d'arbre à terre, il regarde doucement par-dessus ce dernier, il voit un Jaffa qui observe la clairière. Un épais nuage passe au-dessus d'eux, la luminosité est maintenant nulle, Ytsuka a perdu de vu le Jaffa. Après que le nuage soit passé, Z15 regarde à nouveau par-dessus le tronc derrière lequel il se trouve. Le Jaffa a disparu. Il entend soudainement un bruit caractéristique d'une lance jaffa prête à tirer.
Jaffa: Debout... dit-il, ne tente rien ou je te tue !
Z15: Que penses-tu avoir en me capturant Jaffa ? répond-il les bras en l'air.
Jaffa: Rin'noc !
Z15: Tu as juste oublié un détail...
Jaffa: Rin'noc ajak !
Z15: Tu es trop près de moi !
Ytsuka tente de le maîtriser, le Jaffa tire dans la panique, mais le coup vient toucher le sommet d'un arbre. Entendant les combats, le reste du commando se dépêche, ils ne sont cependant pas les seuls à l'entendre. Alors que le Shubu a le dessus dans le duel, s'amusant à faire tomber le Jaffa à terre par un jeu de jambes, il reçoit un tir dans le bas du dos lui faisant décrocher un hurlement résonant dans les environs. Il tombe doucement accroupi, il se retourne et voit quatre autres Jaffas pointant leur arme sur lui. Le Jaffa à terre se relève et lui assène un coup au visage, le faisant complètement s’écrouler au sol. L'un se saisit d'un couteau tout en s'approchant du super soldat blessé.
Jaffa: Kree !
Z21: Engagez ! Eliminez-les ! crie-t-il.
Jaffa: Jaffas kree !
Les Jaffas se mettent à couvert alors que le commando ouvre le feu sur eux, dans la surprise, un des Jaffas est mortellement blessé. Les autres tentent de fuir, le commando les suit dans la profonde forêt obscure. Ytsuka se retrouve seul, il est toujours conscient, mais la douleur de sa blessure le fait halluciner. Il sent alors quelqu'un le prendre par les pieds et le traîner, les frottements sur sa plaie encore fumante le font gémir de douleur. Il observe un court instant celui qui le tire, il est de dos et ne porte aucune armure. Les coups de feu se font entendre au loin dans le froid de la nuit. Sous la souffrance, il perd finalement conscience, ses muscles se relâchent.

[Le lendemain, au petit matin]

Le super soldat blessé se réveille dans une demeure traditionnelle, vieille de plusieurs siècles, à ses côtés se tient un vieil homme.
Z15: Qui êtes-vous ?!
Inconnu: Mon nom est Fujitaka...
Z15: Où suis-je ?
Fujitaka: Dans ma demeure, mon neveu vous a ramené en pleine nuit, ma femme a tenté de vous soigner du mieux qu'elle pouvait.
Z15: Je...
Fujitaka: Nous serons ravis de partager notre déjeuné avec vous, coupe-t-il, quand vous irez mieux, je vous pris de partir au plus vite.
Il se lève et s'en va, fermant le shōji(2) derrière lui. Ytsuka tente de se levé, mais sa blessure le lance, il peine à se mettre debout. Il remarque assez vite que les premiers soins qu'il a reçus sont d'une grande efficacité, contrairement ce quoi il s'attendait. Il marche en titubant jusqu'à un shōji donnant sur l'extérieur, il ouvre ce dernier et voit que l'habitat se trouve dans une immense clairière. Il admire le lever du second soleil par delà les montagnes. Il lui paraît évident qu'il devra rester encore un temps ici.

[Lexique]
 
SPOILER
1.Forces Spéciales
2.Porte coulissante en bois et en papier (architecture traditionnelle japonaise).



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 23 Février 2019 16h59
| Message #25


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 6 partie 2 – Première rencontre

[Vide spatial, galaxie d'Ida]

Propulseurs aux maximums, on dirige l'Imperion droit sur le Beliskner du Commandant Asgard immobilisé. Les trois vaisseaux ennemis restants se séparent, deux partent à l'assaut du vaisseau asgard, le troisième s'en va achever le Fuki. La tension est à son comble, notre vaisseau se tient à présent à son poste. La formation des deux vaisseaux ennemis est intelligente, ils sont de part et d'autre de nos appareils respectifs, impossible de bloquer tous les tirs qu'ils feront.
Opérateur droit: Shusa(1), ils chargent leurs armes !
Akeno: Quelle est la puissance utilisée ?!
Opérateur droit: Aucune idée Shusa !
452: Concentrez toutes la puissance des boucliers à la proue !
Ytsuka-354 m'a entendu par la radio, lui et les opérateurs commencent à détourner le plus d'énergie possible. L'ennemi a fini de charger ses armes et tire, des rafales de boules d'énergies traversent l'espace a une vitesse folle, elles frappent les boucliers du vaisseau asgard ainsi que nos boucliers, la puissance de ces charges sont impressionnante, rapporte le Commandant Týr. La stupéfaction de l'Asgard nous donne la chair de poule. Les boucliers ont cependant bien encaissé le choc de notre côté, les secousses des impacts ne sont pas moins violentes. Plusieurs avaries sont détectées sur une dizaine de ponts.
Il y a des étincelles volant de partout, l'Asgard annonce par radio qu'il sera de nouveau opérationnel dans quelques secondes. Le Kenkyosuru est lui en mauvaise posture, d'après les messages émis, il n'aura bientôt plus de boucliers, le Fuki est condamné. Le tiers du personnel du vaisseau endommagé a été téléporté. Les Réplicateurs sont un ennemi redoutable, comment les terriens ont-ils pu les vaincre facilement ?
Une fenêtre hyperespace s'ouvre, un autre vaisseau Beliskner arrive dans notre secteur. Est-ce un ennemi ? La vitesse de l'appareil est grande, il fonce droit sur le vaisseau de Týr. On reçoit alors une radiotransmission.
Penegal: Ici Penegal du Conseil Asgard, je suis venu au plus vite ! Shusa, Shōsa(2), quelle est la situation ?
Akeno: Trois vaisseaux contrôlés par les Réplicateurs nous attaquent férocement, le Fuki est en perdition et le vaisseau du Commandant Týr est immobilisé.
452: Nous avons tout de même réussi à détruire un vaisseau !
Penegal: Je vais remorqué vos deux vaisseaux et téléporté le reste de l'équipage du Fuki à mon bord, Týr, vous pouvez manoeuvré ?
Alors que nous parlons, les Réplicateurs envoient une nouvelle salve de tir, les boucliers du Kenkyosuru sont pas loin de flanchés, les nôtres lâchent complètement malgré l'optimisation, nous laissant vulnérables à tous les coups. C'est le chaos à bord, personne n'a pu rester debout à cause des tremblements, je suis moi-même projeté à terre. En me relevant, je remarque la place de la console gauche inoccupée, l'opérateur est au sol, il semble blessé, probablement à cause d'un éclair de surtension. J'aperçois, en prenant sa place, que plusieurs ponts sont soumis au vide spatial, j'engage une procédure de quarantaine dans les zones touchées. Le Commandant Asgard retrouve la capacité de manoeuvrer, je le vois tentant de nous arrimer et a fuir le combat au plus vite, le Beliskner de Penegal arrime le Kenkyosuru, abandonnant le Fuki à son sort. Les trois appareils des Réplicateurs lancent plusieurs missiles étranges sur les vaisseaux asgards. Ce sont des missiles d'abordages annonce Penegal, de la passerelle, on voit les manoeuvres de l'Asgard pour esquiver ce missile.
Penegal: Il faut détruire le Fuki ! Týr, retourne sur Asgaror, je vous rejoins après l'avoir anéanti.
Un missile avait été dirigé vers le Fuki, pour des raisons qu'on ignore. Ce vaisseau était pourtant endommagé et dans l'incapacité de fonctionner correctement. On rentre dans la fenêtre d'hyperespace de l'appareil asgard.
452: Commandant Týr, pourquoi détruire un vaisseau inopérationnel ?
Týr: Pour les Réplicateurs, c'est une mine d'informations, mais ils peuvent aussi le réparer en peu de temps.
354: C'est à dire peu de temps ?
Týr: Une heure au maximum, et ils peuvent s'en servir d'arme autant contre nous que contre vous et le reste de la Voie lactée. Penegal va télécharger un virus qui va effacer toutes les données informatiques et enclencher l'autodestruction. En espérant que les Réplicateurs ne le désactivent pas.
On est tous bouche bée, une heure pour réparer un appareil comme celui-ci est une performance des plus surhumaine. Qui sont ces Réplicateurs ?
Après quelques minutes dans l'hyperespace, on arrive en orbite de la planète Asgaror. On rentre rapidement dans l'atmosphère avant de s'arrêter près d'un vaisseau en construction. A peine nous sommes-nous arrêté que je suis téléporté à bord du vaisseau de Thor en orbite avec le Shusa Akeno et mon collègue 354.
Thor: Salutation ytsukien.
Tous les ytsukiens: Bonjour grand Thor ! disons-nous tous en posant un genou à terre et ayant la tête baissée.
Thor: Voici le Major Carter, la terrienne qui s'est portée volontaire pour m'aide à trouver une solution contre les Réplicateurs.
452: Comment pouvons-nous aider Commandant Suprême ?
Thor: Trouvez un moyen d'arrêté les Réplicateurs, je peux vous fournir des simulations virtuelles des Réplicateurs ainsi que toutes les informations sur eux.
Nous avons réussi à retenir l'ennemi pendant un instant, il est maintenant temps de trouver une solution pour les éradiquer. Thor nous montre à partir d'une simulation, l'apparence de notre ennemi. Personne n'aurait pu imaginer ceci, ce ne sont que des sortes de crabes à quatre pattes, composé de bloc alimenté par une forme d'énergie appelé “Kiron” par les Asgards. Le Commandant Suprême nous livre beaucoup d'informations, ainsi qu'une simulation virtuelle en trois dimensions d'un Réplicateur, celui-ci reproduisant tout les comportements que les Asgards ont observés.

[Une demi-heure plus tard]

Je n'ai pas de solution en vue, mes camarades non plus, le Shusa Akeno est retourné sur l'Imperion afin de participer aux réparations de l'engin. Le Major Carter est affamé, j'ai aussi un petit creux, je n'ai pas eu le temps de prendre de quoi manger avant de partir. Thor nous propose des apéritifs, nous sommes tous surpris par l'allure des aliments, ils ont chacun une couleur et une forme géométrique différente. Le Major en goût un de couleur jaune, les préférés de l'Asgard, mais le recrache aussitôt, je vois alors Thor la regarder d'un air surpris, je n'ai pu m'empêché de rire devant cette scène. Je décide d'en prendre un également, un cylindre vert, j'ai vite compris pourquoi le Major l'a recraché, le sourire amusé se fait vite remplacer par une grimace. C'est au tour de mon ami de se moquer de moi. Je prends quand même mon courage à deux mains et mange entièrement le cylindre vert, le Major s'est aussi extasiée devant ma grimace, mais cette nourriture est tout à fait étrange, ma faim disparait très vite, ils ont d'ailleurs un côté fondant comme une sucrerie.
Soudain, une communication de Penegal interrompt ce bref moment cocasse, malheureusement on ne comprend pas ce qu'il dit, la communication est pour le Commandant Thor, de ce fait, c'est en Asgard qu'on écoute la transmission. Le Commandant Suprême nous fait heureusement une rapide traduction. D'après le conseiller, les Réplicateurs ont repris leur route vers Asgaror, le Fuki a été cependant bien détruit, l'ennemi n'a pas eu accès aux données stratégiques. La reprise de la route des Réplicateurs ne signifie rien de bon, nous avons tous repris un air sérieux, voire déprimé. Pas de solution n'est en vue, j'ai peur d'être responsable de l'anéantissement de la race Asgard, nos dieux... Etait-ce comme ça qu'il était mort dans le futur ?
Le radar asgard indique que le vaisseau de Penegal se positionne derrière les trois Beliskner attaquant. Leur arrivée en orbite est estimée dans deux heures selon Thor, leur allure est modéré, ils se pressent un peu plus. Le Major Carter pose diverses questions à l'Asgard, il répond à chacune d'elle, hélas aucune réponse ne donne de résultat. Je sens le Major exténuée, Thor réplique en citant un autre avantage des Réplicateurs sur nous, ils n'ont pas besoin de repos. Les minutes passent et une nouvelle série de questions se présente, mais qui, cette fois-ci, pourrait être bénéfique.
Sam: Je me demandais, quel est votre matériau le plus résistant ?
Thor: Sans conteste notre nouvel alliage de naquadah, trinium et carbone. Il a servi à la construction du O'Neill.
Sam: Et ce vaisseau possède l'hyperespace ?
Thor: Oui.
Sam: Est-ce qu'on peut le lancer sans pilote avec un boîtier de commande ou autre chose ?
Thor: Pourquoi ?
Sam: Pour inciter les Réplicateurs à le prendre en chasse !
Thor: Oui, c'est possible, néanmoins...
Sam: Dès qu'il apparaîtra devant eux, ils le voudront, ce vaisseau est un festin de roi pour eux !
Thor: Mais il est inachevé. Ils le captureront et s'approprieront ses armes.
Sam: Pas si on fait en sorte qu'il s'autodétruise !
Je comprends vite la manoeuvre qu'elle veut faire, j'imagine qu'Ytsuka-354 l'a compris aussi, l'Asgard, lui, ne comprend pas pourquoi il ferait une telle chose, il y a en effet des raisons de s'inquiéter de cette action délicate. La décision est cependant prise d'envoyer le O'Neill en hyperespace avec l'attention de l'autodétruire. L'Asgard se téléporte porté la nouvelle stratégie au Conseil.
Après quelques minutes, Thor revient à bord de son vaisseau à nos côtés, il nous annonce que le O'Neill va être lancé en automatique. Après que les préparatifs soient terminés, les écrans affichent le vaisseau asgard quitter la planète. Il passe devant les vaisseaux contrôlés, ceux-ci réagissent comme on l'a espéré, ils prennent en chasse le vaisseau asgard. La stratégie marche pour l'instant, les Réplicateurs courent après le O'Neill, il rentre alors en hyperespace, l'ennemi ne tarde pas à le rattraper, c'est alors que le précieux vaisseau s'autodétruit. A travers les vitres du Beliskner de Thor, on voit l'explosion se propager dans l'espace, c'est une onde de choc impressionnante et hautement énergétique.
452: Wow ! Jolie explosion ! Major, vous avez sauvé nos dieux !
Sam: Oh, ce n'est pas grand-chose !
354: Néanmoins, tout le mérite vous revient, je ne sais pas si nous aurions eu une idée aussi risquée. On aurait eu plus de difficulté à sacrifier un vaisseau comme celui-ci.
452: Je connais un peu mieux la manière d'agir de ces êtres, je pense que je saurais mettre une stratégie efficace si jamais ils revenaient. Nos frères ne sont pas morts en vain !
Thor: Merci à vous tous. Mais n'oubliez pas, ils sont intelligents, ils ne tomberont pas deux fois dans le même piège.
452: J'en prends note Grand Thor, dis-je en me prosternant.
On est téléporté moi et mon coéquipier sur notre vaisseau, j'apprends que le Shusa du Fuki est sain et sauf. C'est une bonne nouvelle, cependant, on dénombre une trentaine de morts et une soixantaine de blessés à notre bord, les pertes du Kenkyosuru ne sont pas loin de notre bilan et celles du Fuki sont plus importantes. Leur mort n'est pas sans résultat, comme j'en ai fait remarqué au Major, les Asgards sont hors de danger pour le moment. Le vaisseau de Týr arrime à nouveau les YTS avant de repartir vers notre planète natale. Je ne suis pas mécontent de bientôt retrouvé mes quartiers à la base Tokkun. Hélas, j'apprendrai bientôt une nouvelle des plus navrante...


[Lexique]
 
SPOILER
1.Commandant de vaisseau
2.Commandant



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Dimanche 24 Février 2019 18h40
| Message #26


Major Général

**

Groupe : Members
Messages : 1083
Membre n° 18041
Inscrit : 04/02/2011
Actif : 17 Jui 2019, 20h48

Pays: france
Sexe: Masculin



tu as posté un paquet de chapitre depuis mon dernier commentaire, du coup je vais régir globalement. Au niveau de l'écriture, c'est très fluide. Je trouve qu'on ne s'ennuie pas en te lisant, et les quelques fautes (s'il y en a, j'ai pas spécialement cherché) ne sont pas gênantes.
Concernant l'histoire
> je trouve très sympa l'interconnexion que tu fais avec SG1, avec toutes ces petites rencontres un peu "l'air de rien"
> tes chapitre me semble courts (quelques scènes seulement). C'est peut-être une impression liée aux mini-chapitre, je ne sais pas. Du coup, ça entraine :
> l'impression que l'histoire met énormément de temps à avancer : on est au 6e chapitre, et à part le passage "dans le futur" du chapitre 5, on n'a pas spécialement eu d'infos sur le grand méchant qui viendrais bousculer l'ordre établi (dans la galaxie comme sur la planète Itsuka). Je ne sais pas combien de chapitres sont prévus (ou si ce système te permets d'écrire aussi vite que tu ne diffuses), mais ça me donne envie d'en lire beaucoup à la suite (et donc ne pas trop suivre le reste du temps). A voir le sens d'autres réactions, si elles finissent par arriver sad.gif sad.gif
Ce membre is OfflinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 27 Février 2019 15h38
| Message #27


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 6 partie 2 – Sagesse

[Quelques jours plus tard, planète Fukkatsu, demeure Masatora, forêt Yuu'kai]

La plaie du soldat blessé se cicatrise petit à petit, il peut désormais marcher plus facilement. Ces quelques jours lui ont permis de faire connaissance avec la famille Masatora, connue dans un lointain passé oublié pour être d'excellent forgeron, pratique nommée to'ku, de génération en génération. Bien que la plupart des membres de ce foyer soient chaleureux, le vieux Fujitaka, le plus ancien de la fratrie, demeure froid et distant.
Un soir, alors que les soleils se couchent, laissant place aux étoiles, Ytsuka se balade dans la maison. Il s'arrête devant un shōji n'ayant jamais été ouvert. Le Shubu(1), curieux et intrigué par ce qui abrite cette pièce, entrouvre le shōji et aperçoit alors des rangées de bougies au sol. En levant les yeux, il observe une armure datant d'une époque des plus lointaine. Il entre doucement dans la pièce, prenant soin de ne rien bouger, ni faire de bruit. Il admire chaque détail de l'armure que portaient les guerriers du temps de la Rébellion, ainsi que les premiers super clones. Il se risque à caresser le plastron, la sensation qu'il retire est pratiquement mystique, comme si son propriétaire était toujours présent pour la porter. Il prend dans ses mains un sabre dans son étui, il dégaine lentement la lame faisant un léger siffle aigu lors de la sortie du fourreau. Sur la lame est gravé des sinogrammes, « Saisho no sam'raikirā Goa'uld »(2), il reconnaît vite ces mots, c'était une devise gravée sur les lames d'Ytsuka, le premier super clone.
Fujitaka: Cette armure est l'originelle, restaurée par mes soins ainsi que par mes ancêtres, j'ai fait de mon mieux pour l'entretenir jusqu'à aujourd'hui... exprime-t-il dans le dos du soldat, ce dernier se retourne subitement.
Z15: Toutes mes excuses, Monsieur, ma curiosité était trop forte, dit-il en se prosternant.
Fujitaka: Mon ancêtre a forgé l'équipement du premier Ytsuka. Il en avait même fait de remplacement... Mais jamais ce kurōn ne revint de sa dernière bataille contre les faux dieux...
Z15: C'est des pièces historiques, répond-il en rengainant l'arme, pourquoi êtes-vous partis aussi loin de tout ? La capitale doit être à des centaines de kilomètres.
Fujitaka: C'est Ryu Masatora qui a fait ce choix, le fils de Hayashi Masatora, le to'ku d'Ytsuka premier. Mes aïeux ont choisi une voie que nous suivons toujours.
Z15: Une voie ?
Fujitaka: Le Shinto, bien que des êtres maléfiques ont usurpé l'identité des dieux, il est important de ne pas renier notre identité propre. Nous l'avons abandonné depuis bien longtemps, alors que certains rites sont restés, la majorité du Shinto a été interdit. J'imagine que c'est toujours en vigueur, voire pire qu'autrefois, au vu de ton expression.
Z15: Je voudrais en savoir plus, si vous me le permettez.
Fujitaka: En voilà une surprise ! dit le vieillard en lâchant un petit rire, un senshi voulant apprendre le Shinto ! Je vous apprendrais une partie de mon savoir si tel est votre souhait. Si vous vous prouvez digne, peut-être repartiriez-vous avec une lame d'Ytsuka... dit-il d'un sourire en coin.

[Une semaine plus tard]

Ytsuka-Z15 quitte la demeure des Masatora, souhaitant avoir l'occasion de revenir un jour. Il prend un petit chemin menant dans la forêt Yuu'kai. Il marche pendant plusieurs heures avant d'atteindre la clairière où ont eu lieu les combats contre les Jaffas. Il s'arrête un moment à l'endroit où est mort un de ses camarades, le sang est toujours présent sur le sol, certaines herbes sont devenues rouges. Il passe sa main sur ces herbes rougies avant de reprendre sa route. Il s'engouffre encore une fois dans cette forêt dense.
Une fois sorti de cet interminable bois, après plusieurs heures d'effort, il tombe nez à nez avec une patrouille de kurōn.
Riku'Jun-i: Riku'Shubu ! exclame-t-il, c'est un plaisir de vous savoir en vie, on a été envoyé après qu'on est repéré votre signal !
Z15: Merci Jun-i, j'imagine que le Taishō attend mon rapport.
Riku'Jun-i: Affirmatif ! Le Aiko va vous téléporter !
Z15: Très bien !
Le soldat d'élite est téléporté, il apparaît directement dans le bureau du Taishō Mitsuko au Commandement Central de la Capitale. Il rapporte rapidement ce qu'il a fait et ce qu'il a vécu durant les deux semaines après sa disparition. Le Riku'Taishō, surpris par son récit, le félicite d'avoir tenu tout ce temps. En effet, la zone dans laquelle il a été envoyé, lors de sa mission, brouille tout signal, impossible de détecter un quelconque signe de vie ou une balise dans cette région éloignée. Cependant, Z15 a délibérément omis de mentionner la famille Masatora et l'équipement d'Ytsuka-001. Peut-être a-t-il pensé protéger cette famille ayant choisi de vivre éloignée de tout.
Le Taishō lui accorde encore une semaine de repos afin qu'il retrouve l'intégralité de ses forces. Le Shubu s'incline et part immédiatement. En passant dans un couloir, le jour suivant, il se fait arrêter par un tout jeune Shuchō, ayant pris la relève de son père au pouvoir récemment.
Z15: Mes respects Grand Shuchō, je vous prie d'accepter mes condoléances pour votre père.
Shuchō: Merci, sa mort a été soudaine, je ne m'y attendais pas, dit-il d'un ton neutre, presque froid.
Z15: Vous avez pris la relève de son vivant, j'imagine qu'il était fier de vous.
Shuchō: Je suppose... Dites-moi sūpākurōn, j'ai eu vent de vos actions récentes et j'aurais une proposition à vous soumettre.
Z15: Oui Grand Shuchō ? répond-il en se prosternant.
Shuchō: Vous me semblez avoir assez d'expérience pour être mon conseiller militaire personnel, considérez aussi que vous faites désormais partie de ma garde rapprochée, Riku'Kono(3) !
Z15: A... A vos ordres, Grand dirigeant. dit-il surprit.
Shuchō: Je sens que nous ferons de grandes choses ensemble... suivez-moi, je vous prie, propose-t-il avec un air satisfait.
Tous deux partent en direction de la sortie où attend un véhicule personnel.

[Quelques jours auparavant, appartement personnel du Shuchō]

Le chef des gardes du corps du Shuchō entre dans le bureau de ce dernier pour annoncer une nouvelle. Le jeune dirigeant se tient devant une fenêtre donnant sur la place Gen'ronji(4).
SkYh-S10: Shuchō, nous venons de recevoir l'information. Votre père est décédé dans la nuit.
Shuchō: Bien. Nous pouvons commencer...
SkYh-S10: Concernant le Shubu, que fait-on ?
Shuchō: Nous allons l'intégrer parmi nous.
SkYh-S10: Et s'il refuse ?
Shuchō: Il ne pourra pas, je suis le Shuchō après tout, il ne peut rejeter mon offre. s'amuse-t-il.

[Lexique]
 
SPOILER
1.Force Spéciale
2.« Premier samouraï tueur de Goa'uld »
3.Garde impérial
4.Gen'ronji > vient de genronnojiyuu signifiant liberté de parole, discours libre


Merci Arim pour ton retour wink.gif
J'espère également d'autres avis !

Ce message a été modifié par ytsuka452 le Mercredi 27 Février 2019 15h41



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 02 Mars 2019 16h11
| Message #28


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 7 – Le nouveau dominion

[23 février 2001, plaine de Minagoroshi, face au Sutāgeito]

Le briefing de ce matin est des plus préoccupant, on va faire une mission commune avec SG-1, ma première coopération militaire. Hélas, c'est en raison d'une triste nouvelle. Alors que notre attention était tournée sur les Grands-Maître, un Goa'uld du nom d'Apophis s'était emparé de l'armada d'un Goa'uld renégat nommé Sokar. Apophis ne nous était pas inconnu, mais les derniers rapports que nous avions sur lui indiquait qu'il était le prisonnier de Sokar, nous avions même pensé qu'il était mort des mains de son ravisseur. Dans notre entêtement à mettre sous surveillance chaque Grands-Maître, nous n'avions pas vu qu'Heru'ur fût tué par Apophis et les armées de ce dernier absorbées à l'immense armada du nouveau Seigneur des Goa'ulds.
Il est quatorze heures, il est temps de contacter une planète désertique, où se trouve une base cachée d'une faction goa'uld dissidente. Jamais je n'ai entendu parler des Tok'râs ni personne que je connais. Le Riku'Shōshō(1) connaissait ce nom tiré des renseignements d'espionnage, mais ils pensaient que c'était un autre terme pour qualifier un traître. Derrière la mission de soutien, il y a aussi une mission diplomatique ayant pour but de tisser de premier lien d'amitié avec ces Goa'ulds.
L'Anneau est activé, les chevrons s'allument un à un, puis la vague énergétique apparaît, je ne me lasse pas de ce spectacle. Ytsuka-354 et 336 s'avancent en premier, je commence à marcher, seul Ytsuka-500 reste un peu en arrière. Nous franchissons le vortex.

[Planète désertique Vorash]

Tok'râ: Bienvenue sur Vorash, ytsukiens.
452: Vous savez qui nous sommes ?
Tok'râ: Vous faites beaucoup de bruit dans la galaxie, difficile de ne pas savoir qui vous êtes.
336: Où est SG-1 ?
Tok'râ: Ils ne devraient pas tarder à arriver, venez donc.
Nous sommes escortés par deux soldats Tok'râs, nous suivons leur présumé chef jusqu'à un endroit, pas de base à l'horizon. Il demande à nous rapprocher un peu, avec hésitation on se réunit tous. Alors qu'on est serré l'un contre l'autre, des anneaux sortent du sable pour nous entourer. Un jet de lumière allant de haut en bas puis de bas en haut nous aveugle l'espace d'un instant. Ce sont des anneaux de transport, un moyen de téléportation à plus ou moins moyenne distance, il fallait s'en douter un peu. Le Tok'râ Selmak nous souhaite la bienvenue. Nous attendons maintenant l'arrivée de l'équipe terrienne, deux autres Tok'râs se présentent aussi. Les anneaux s'activent d'eux-mêmes, SG-1 apparaît, l'un des deux Tok'râ est bouche bée, il ne semble pas comprendre ce qui se passe et malheureusement, nous non plus.
Après les présentations, nous nous sommes quelque peu séparé moi et mon équipe. Ils ont pour mission d'aider aux préparatifs des Tok'râs, moi, je suis en présence de Teal'c, le Colonel O'Neill et le Tok'râ Selmak. J'apprends alors que l'hôte du Tok'râ est en fait le père du Major Carter, nommé Jacob Carter. J'en suis évidemment surpris et à la fois perplexe, leur confiance pour les Tok'râs signifie que ce sont de bons alliés, je garde cela en tête. De notre discussion, je comprends qu'ils ont un espion dans leur rang, un certain Tanith, celui étonné lors de l'arrivée de SG-1, qui a servi à la désinformation des Goa'ulds. Il sera abandonné par les Tok'râs après avoir sauvé son hôte. Ces derniers veulent un nouveau Quartier Général sur une planète ne possédant aucun Sutāgeito. Grâce à SG-1, ce plan peut être mis en application, les terriens ayant réussi à capturer un vaisseau au Goa'uld Cronos, l'éliminant dans la bataille. Nous sommes arrivés dans une salle de réunion, où le Haut Conseil Tok'râ est réuni, la révélation sur la nature de Tanith est annoncée, j'observe sa réaction. Malgré qu'il nie toute traîtrise dans un premier temps, il tente de se retirer. Une attitude classique pour un être de son espèce. Teal'c lui barre la route avec deux senshi, il se révèle finalement au grand jour, affirmant qu'ils ne pourront s'échapper. Il est placé en cellule tout de suite après.
Les préparatifs pour l'évacuation continuent, je rejoins mon équipe afin d'expliquer la situation et le plan des Tok'râs.
354: Riku'Shōsa, quelle est la situation ?
452: Et bien, pour faire court, SG-1 a récupéré le vaisseau de Cronos, et ce dernier est mort.
336: Cronos est mort ?! C'est impensable qu'un Grand Maître comme lui soit éliminé facilement. exclame-t-elle.
354: Vous êtes sérieux à propos du vaisseau, Shōsa ?! réagit-il.
452: Nous n'avons pas les détails concernant la réussite des terriens à tuer ce faux dieu. Néanmoins, les Tok'râs vont utiliser le vaisseau pour aller sur une planète sans Sutāgeito pour y faire une nouvelle base. Et un certain Tanith est un espion goa'uld qui a été mis en cellule il y a peu. Nous continuons d'offrir notre aide. 354, j'imagine que tu voudras étudier les systèmes du vaisseau ?
354: Evidemment, Hikiiru ! dit-il fièrement.
336: J'ai hâte d'y monter aussi, jamais je n'ai été dans un de ces vaisseaux !
500: Et moi je fais quoi ?
452: Hormis aider notre potentiel nouvel allié, il n'y a rien d'autre.
500: Kso... J'aime pas jouer les servants... murmure-t-il.
452: Très bien... On garde le contact radio toutes les... disons... trente minutes. On se retrouve sur le vaisseau !
Je rejoins le Colonel O'Neill, le Major m'indique qu'il se trouve à bord du Ha'tak, je m'y téléporte de ce pas. Une fois à bord, je le contacte par radio, une fois sa position connut, je le rejoins vite. La discussion entre lui et le père du Major est porté sur la technologie du vaisseau et des scientifiques terriens voulant l'étudier de près. Jacob est d'un avis opposé, il réfère à la mésaventure du X-301, dont le sauvetage a été effectué par un de nos vaisseaux, un mauvais souvenir pour le Colonel. J'ignore comment le Tok'râ est au courant de cette affaire. Jacob veut garder le vaisseau pour le bien des terriens, je ne suis pas le plus à même pour juger qui devrait avoir cet appareil, je comprends autant la position du Tok'râ que du terrien. Peut-être aurait-on fait de même que les terriens, désossé et étudier ce bijou technologique. La discussion part en une petite confrontation sur qui a fait le plus de dégât chez l'ennemi, qui a tué le plus de Goa'uld que l'autre, ainsi de suite...
Jacob porte un point sur le chaos installé depuis que SG-1 tue un à un les Goa'ulds, il précise alors que même mon peuple n'a pas fait un si grand désastre. Il est vrai que mon peuple n'a plus jamais tenté d'assassinat depuis la catastrophe de Lug(2). O'Neill est borné et tente d'avoir le dernier mot, cependant Jacob l'a et termine la discussion sur un plan en cours d'exécution. Bien que ça m'intrigue autant qu'au Colonel, nous laissons Jacob partir de son côté, je décide de rejoindre la base Tok'râ, O'Neill ne semble pas savoir que faire.

[Une heure plus tard]

La terrienne finit son rapport, tout est prêt pour le transport, un conseillé commence à parler, mais une alarme l'interrompt. Jacob arrive et nous apprend que Tanith s'est échappé. Je contacte immédiatement mon équipe qui ne tarde pas à garder l'Anneau, coupant ainsi toute tentative de fuite sur une autre planète.
Le temps continue sa lente avancée, Teal'c observe avec des jumelles les dunes, il ne semble voir aucune trace, mon équipe, avec l'aide de quelques rebelles goa'ulds, garde le Sutāgeito. Le Jaffa continu les recherches, avec O'Neill, on retourne dans la base afin de faire un point sur la situation. Daniel arrive au moment où les anneaux se rangent dans le plafond de la base souterraine, il demande si nous l'avons retrouvé, il souligne le fait qu'on y a passé plusieurs heures ce à quoi répond le Colonel «Chez les jaffas la vengeance est un plat qui se mange chaud». On rejoint tous le Major et Jacob en salle du Conseil, Jacob annonce qu'un de leurs espions leur a transmis des informations capitales, Apophis a rassemblé une immense flotte pour attaquer Vorash, Tanith ne peut qu'être responsable de ce mouvement préventif. On estime l'arrivée de la flotte du Goa'uld dans le système à moins d'un jour. Le plan d'évacuation change subitement, il n'est plus question de fuir avec la porte. Le Major a trouvé un stratagème pour anéantir la flotte d'Apophis, elle montre ainsi, sur un écran holographique, le soleil de Vorash. Ils vont le faire exploser !
Daniel et O'Neill disent exactement ce que je pense tout bas, «Ambitieux» ! Après quelques explications scientifiques, elle propose de contacter le monde de P3W-451, un monde où ils ont découvert un trou noir. Le Colonel m’ôte encore une fois les mots de la bouche, le Cercle sera donc mis sur le vaisseau, ce dernier sera approché du soleil, on contacte la planète, on entoure le Stargate d'un champ de force et on le largue dans le soleil. En cas d'échec pour appeler le Stargate du trou noir, on désertera le système. C'est un plan... Qui a de l'ambition.

[Plusieurs heures après]

Mon équipe est sur le peltak du Ha'tak, tous les Tok'râs ont été évacués avec succès, on applique à présent le plan de la supernova. C'est Jacob qui conduit, l'appareil file dans l'espace. Nous n'avons pas beaucoup de temps, la flotte ennemie est repérée sur les scanners longue distance, ils seront ici dans soixante-huit minutes. Tout le monde est positif sur l'issue du plan, cependant j'ai comme un mauvais pressentiment... Comme si quelque chose allait mal se passer.
Le Major et le Colonel ainsi que mon Riku'Chūsa(3), vont auprès du Sutāgeito, celui-ci s'est bien connecté à la planète du trou noir, le bouclier levé, tout est prêt pour faire sauter l'étoile. Je suis à côté de Jacob, je lui partage mon doute, ce dernier n'a pas d'inquiétude quant au déroulé des événements. L'Anneau atteindra l'étoile dans peu de temps, on se prépare à quitter le système. La procédure pour ouvrir une fenêtre hyperspatiale est initiée. Soudain, des secousses et explosions se font entendre. On est attaqué mais SG-1 et le Tok'râ tardent à réagir. De toute évidence, la procédure mobilise beaucoup d'énergie ce qui empêche d'alimenter comme il se doit les défenses du vaisseau, elle est annulée après plusieurs longues secondes, secondes qui peuvent nous faire défaut ! Teal'c se place aux commandes défensives, il identifie l'attaquant, c'est un Al'Kesh goa'uld, il ouvre immédiatement le feu. Ce dernier semble esquiver chaque tir, après plusieurs autres rafales de l'appareil, les lumières s'éteignent toutes. Jacob annonce le bilan, le moteur est en panne, on est coincé ici...
La minute de silence retentissante nous fait comprendre que le bombardier ennemi a été touché et mit hors d'état de nuire, du moins pour l'instant. La plupart des systèmes offensifs et secondaires comme les scanners sont endommagés et inopérationnels. Le Colonel perd un peu son sang-froid, dans une telle situation ce n'est pas étonnant, il prend alors la décision de finir l'ennemi avec un planeur, Teal'c le suit.
Par radio, O'Neill nous informe que semble endommagé, mais d'un coup celui-ci réactive ses moteurs et s'enfuit. Jacob leur ordonne de rentrer, mais ce n'est apparemment pas du goût de Teal'c qui le prend immédiatement en chasse.
452: Chez les jaffas la vengeance est un plat qui se mange chaud...
Jacob: Ce n'est pas vraiment le moment pour plaisanter.
452: Désolé, c'est ce qu'avait dit le Colonel. Comment avance les réparations 354 ? demandé-je pas radio.
354: Malheureusement, il y a des pertes d'énergies, on va avoir du mal à tout remettre en état.
Jacob: J'arrive, dites-moi, dit-il en me regardant, vous savez piloter ?
452: Pas vraiment, non.
Jacob: On reste en contact, je vous dirai quoi faire si je suis pas de retour avant.
452: Bien.
336: Je vais vous traduire les informations à l'écran.
Les détecteurs marchent de nouveau, mais une petite alarme sonne avec plusieurs indications à l'écran. Après cinq minutes Jacob revient sur la passerelle, je lui expose donc la situation. Apophis est bientôt là, dans quelques minutes sa flotte émergera de l'hyperespace. Il est en avance, l'Al'Kesh n'a sûrement pas perdu ses communications. Le Tok'râ décide de se cacher derrière l'étoile pour gagner du temps. Le Major finalise la réparation de l'hyperespace. Mon camarade et le Major reviennent sur le pont, le Major annonce qu'il reste vingt-cinq minutes avant la supernova. Tout semble condamner le Colonel et Teal'c s'étant écrasés à la surface de Vorash. Cependant, le Tok'râ a un plan pour les secourir, une diversion qui pourrait faire s'éloigner la flotte d'Apophis de la planète. Il sort tous les planeurs à bord et active leur pilotage automatique. On observe attentivement les capteurs, le leurre semble fonctionner, on fonce alors sur Vorash. On établit le contact radio avec le Colonel, il ne reste pas longtemps avant l'explosion. J'envoie le Riku'Chūi(4) suivre Jackson aux anneaux.
500: Le Colonel est à bord, dit-il à la radio.
Jacob: Il faut qu'on s'éloigne d'ici !
Sam: Si mes calculs sont exacts alors...
Le Major n'a pas le temps de finir sa phrase que l'étoile explose sous nos yeux.
Jacob: J'active l'hyperespace !
Nous entrons en hyperespace, mais à peine nous y sommes entrés que nous y sortons aussi vite.
Sam: Que s'est-il passé ?
Jacob: Je pense qu'on a été touché par une onde en retour... Ca a dû nous dévier de notre route...
Jack rentre à ce moment dans la pièce, seul... Daniel et SkY-500 le suivent en restant silencieux.
452: Colonel ? Qu'est-il arrivé au Jaffa ?
Jack: Je n'en suis pas sûr... J'crois qu'il est mort...
Le Major ne sait quoi dire, Daniel ne sait pas trop quoi en penser non plus, mon équipe hormis Ytsuka-500 se mettent en position de salut, jambes collées, le poing droit fermé allant sur le cœur, je fais de même.
Jacob: Si Apophis l'a en son pouvoir...
Sam: On doit retourner là-bas !
Jacob: Je ne sais pas si ce sera possible Sam... L'ordinateur est perdu, il ne reconnaît aucune de ces constellations. Si j'en crois l'écran de contrôle... On a parcouru plus de quatre millions d'années-lumière !
Sam & 354: C'est impossible !
Jacob: On est plus dans notre galaxie ! J'en ai peur...
Sam: L'explosion a dû perturber le subespace créé par la vitesse de distorsion !
Jack: Une minute, vous voulez dire qu'on ne peut plus rejoindre notre point de départ ?
Jacob: Ca je l'ignore... Cet appareil ne peut pas normalement aller aussi vite...
354: Mais on s'est retrouvé là en quelques secondes !
Jacob: Etant donné notre position, la vitesse de distorsion maximum, il nous faudra cent vingt-cinq ans pour revenir d'où on est parti.
Cette phrase achève notre moral, déjà bas par la perte de Teal'c. Je n'arrive pas à voir la distance qu'on a parcourue, tout ça en un temps des plus minime. Une alarme nous réveille tous, Jacob annonce l'approche d'un vaisseau. Lorsqu'on l'aperçoit par la vitre, et nous faisant face, on a un choc... C'est le vaisseau mère d'Apophis !

[Lexique]
 
SPOILER
1.Général de division
2.Ancien vassal de Ba'al
3.Lieutenant-Colonel
4.1er lieutenant



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 06 Mars 2019 15h55
| Message #29


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 7 – Ytsukiens

[Planète Fukkatsu, peu de temps après le sommet entre terrien et ytsukien, capitale Heian, 12h49]

Les divers panneaux informatifs de la capitale affichent la Une des nouvelles, ces dernières attirent l'attention de Dai Ninsei, un artisan venant de signer un nouveau contrat, il se dirige vers un kiosque pour prendre le journal venant d'être tout récemment imprimé. Il y a pas mal de monde, tous sont intrigués par la nouvelle principale en première page.
Dai: Un journal, je vous prie, s'exprime-t-il.
Fournisseur: Tenez ! dit-il en tendant le journal à l'homme.
Le citoyen lit la couverture avec attention, le gouvernement a engagé des négociations avec un peuple d'origine humaine venant de la planète Terre. C'est l'information la plus importante et la plus médiatisée dans l'ensemble de la capitale. Dai plie le journal sous son épaule et continue sa route, il marche de longues minutes jusqu'à atteindre son lieu de travail, un petit atelier de menuiserie. C'est le maître-artisan de l'enseigne nommé Kagushi. Il pose la plupart de ces affaires avant de s'asseoir dans un fauteuil, le journal sous les yeux.
Il dévore la Une en peu de temps. Le peuple avancé n'est pas aussi avancé, est-il précisé dans la documentation. Il regarde à présent les nouvelles secondaires. Le quotidien des plus simples y figure, rien de bien important, principalement les nouvelles lois votées par le Conseil. Un jeune homme entre dans l'atelier, il s'agit de l'apprenti de Dai, nommé Makoto Shin.
Makoto: Avez-vous bien mangé sense(1) ?
Dai: Pas trop mal et toi ?
Makoto: Oui, que se passe-t-il ?
Dai: Je suis étonné que tu ne sois pas au courant, nous sommes apparemment rentrés en contact avec un peuple humain avancé.
Makoto: Ca à l'air super ça !
Dai: L'avenir nous le dira. Allez, il est temps de reprendre le travail !
Makoto: Hai !
Dai: Hum... il est treize heures et quelques, je ne pense pas qu'on aura fini cette commande pour ce soir.
Le maître et l'apprenti reprennent leur boulot là où il l'avait laissé avant la pause déjeuner.

[Petit village de Haruka, 17h01]

A plusieurs kilomètres de la capitale, se tient le village de Haruka, perché dans les hauteurs des montagnes Kekkai faisant partie de la chaîne de montagnes entourant le Sutāgeito. La nouvelle de la rencontre des terriens avait fait son chemin, surtout grâce au réseau informatique, le yuusen. Sur son terminal, Ayako Satô, une jeune fille de seize ans, apprend cette nouvelle. Elle est émerveillée par la découverte de ce peuple, mais aussi des répercussions que cela entraînerait si le Clan Ytsuka et les terriens s'entraidaient.
Au même moment, une patrouille militaire passe dans le village. Ayako, passionné par les militaires, sort très vite à l'entrée de sa maison familiale pour admirer la marche des heishi(2). La patrouille s'arrête dans son élan et la petite colonne se disperse pour une pause de quelques minutes. La jeune fille se dirige vers un petit groupe de trois soldats, tous identiques.
Ayako: Bonjour Messieurs, que faites-vous ici ?
KH-0523: Comme d'habitude petite, un entrainement, dit-il chaleureusement.
Ayako: Vous en faites tout le temps, ça ne vous lasse pas à force ? interroge-t-elle.
KH-0515: Ca entretient notre fureur du combat, grâce à ça, personne ne pourra rivaliser contre nous ! répond-il fièrement.
KH-0523: Tu crois pas que t'en fait un peu trop quinze ?
KH-0515: Qu'est-ce qui te fait dire une chose pareille ! rigole-t-il.
Ayako: Je voudrais être aussi militaire !
KH-0523: Y a aucun souci, je pense que la défense civile sera une bonne expérience.
Ayako: Je veux dire partir en mission par le Sutāgeito.
KH-0514: Houlà, je n'ai jamais entendu parler d'un senshi humain dans une équipe de sūpākurōn.
Ayako: Je serai la première alors !
Sur ces mots, les heishi éclatent de rire, ils mettent son ambition sur le compte de la jeunesse. Ayako ne perd pas pour autant son rêve, elle reste déterminée. Depuis la mise en service des laboratoires de clonage, plus aucun humain n'a franchi la porte des étoiles, à l'exception de travailleurs ou du haut commandement.

[Troisième base de kurōn Kuusou, 19h57, réfectoire principal]

Dans la base de Kuusou, alors peuplé par quelques centaines de senshi et Riku de la légion Hachiman, supervisé par le Riku'Shōshō Yamaushi Ikeda, plusieurs soldats parlent de cette nouvelle.
Ittōhei[I](3) KH-0259:[/I] Et bien ! Quelle nouvelle !
Gochō[I](4) KH-0341:[/I] Oui, qui l'aurait cru ?
KH-0352: Je ne pense pas qu'ils vont nous aider réellement...
Ittōhei KH-0259: Toujours positif cinquante-deux, ça fait plaisir à voir !
KH-0352: Bah en même temps, ils ne sont pas aussi avancés que nous, comment je peux croire que ces gens vont être d'une grande utilité pour le Clan ? On devrait nous envoyer directement anéantir ces parasites galactiques plutôt que nous faire attendre jusqu'à notre mort...
KH-0359: Bon, on se calme ! Toute aide est toujours la bienvenue, après tout, la plupart des peuples sont primitifs et dans l'incapacité d'aider militairement contre les Goa'ulds.
Gochō KH-0341: Il a raison.
KH-0352: pfff, je demande à voir ce qu'ils sont capables de faire !
Sōchō[I](5) KH-0255:[/I] Et bien, j'ai une information pour toi, ils ont réussi à détruire deux Ha'tak Goa'ulds !
KH-0352: D'où tu tiens cette information ?!
Sōchō KH-0255: Ca sert d'être gradé.
KH-0352: Bon, si quelqu'un me cherche je suis au stand de tir... dit-il en abandonnant son plateau.
Gochō KH-0341: Hey, tu finis pas de manger ?
KH-0359: Laisse-le, c'est qu'un grincheux.
Le heishi s'en va en silence, marchant dans les couloirs blancs de la base. Il ne croit pas en l'utilité des terriens dans la guerre. Beaucoup s'impatientent de partir au combat et réglé le problème Goa'uld.

[Lexique]
 
SPOILER
1.vient de sensei = professeur, maître
2.terme pour qualifier un soldat de premier grade
3.1e classe
4.Caporal
5.Sergent-Major



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 09 Mars 2019 17h31
| Message #30


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 8 – Le piège d'Apophis

[Galaxie inconnue, vide spatial]

Apophis est sur le point d'ouvrir le feu sur notre Ha'tak, et évidemment, son vaisseau mère détient de meilleurs équipements, il sera impossible de tenir longtemps contre ce serpent. Le réacteur d'hyperpropulsion est mort, Daniel prend alors la décision de parler avec Apophis, pour tenter de gagner du temps. Son intention est louable malheureusement Apophis semble en avoir assez. Alors qu'on attend la mort, le premier tir du vaisseau passe à côté du nôtre. J'en suis étonné, ont-ils des problèmes de ciblage ? Ce serait des plus étonnant. Un autre signal apparaît, un vaisseau inconnu juste derrière le nôtre, il engage le combat contre Apophis. Le Tok'râ éloigne le vaisseau de la zone de combat, en examinant le système où l'on se trouve, on apprend l'existence d'une géante bleue, Jacob décide d'emmener le vaisseau dans sa chromosphère. Le point positif c'est qu'on sera invisible aux détecteurs des vaisseaux, le mauvais c'est qu'on est tout autant aveugle. La coque devrait résister une heure aux radiations de l'étoile, dix heures avec les boucliers. SkY-354 suit de sa propre initiative le Goa'uld et le Major pour effectuer les premières réparations, Ytsuka-500 semble avoir disparu. Il me répond par radio qu'il se balade, je ne sais pas quoi penser de lui... Il ne prend aucunement compte de la situation, comme si mourir ne voulait rien dire pour lui. Je m'assois auprès d'O'Neill et de Jackson, je n'ose aborder le sujet de Teal'c, contrairement à Daniel. Il raconte alors qu'il aurait dû flairer le piège. En tant que chef d'escouade, je comprends parfaitement ce que ressent le Colonel. Je me remets à penser à Ytsuka-445, ce dont j'aurai dû faire pour éviter sa mort... Les larmes me monteraient presque aux yeux tant ma culpabilité me semble forte. Je décide de faire un tour, histoire de me changer les idées. J'observe l'espace d'une seconde le Riku'Chūsa(1), dans son regard je m'interroge, a-t-elle compris à quoi je pensais ? Elle me fait signe de la tête, une façon de m'encourager à tenir bon.
Je déambule de longues minutes dans les couloirs, sans savoir où je suis, tout est désert et les couloirs se ressemblent tous. Un sentiment de malaise s'installe, un flash me vient soudainement, j'y vois des Jaffas d'Apophis en joue sur O'Neill. Ytsuka-354 me sort de cet état, m'annonçant par radio que l'hyperpropulsion est irréparable, ils reviennent sur le peltak. Je commence à revenir sur mes pas afin de les rejoindre. Une fois sur le pont, j'engage la conversation.
452: Que se passe-t-il ?
336: Hikiiru, on a émergé de la chromosphère et on a détecté le vaisseau d'Apophis, mais il n'y a aucun signe de vie à bord.
452: Comment c'est possible ?
Jacob: On n'en a aucune idée.
Je vois à travers la fenêtre qu'on se rapproche de l'appareil ennemi. Se rendre à bord serait une bonne idée, dans l'espoir de le récupérer ou au pire de prendre des cristaux de contrôle. SG-1 s'en charge, mon équipe et moi-même restons à bord du Ha'tak. Ytsuka-500 n'a toujours pas été revu depuis notre voyage dans la chromosphère de l'étoile. On garde le contact radio avec le petit commando. Alors qu'on attend patiemment, on entend l'équipe se résigner à rester, on prend le contact.
452: Dites-moi ce qu'il se passe.
Sam: Le vaisseau grouille de Réplicateur !
354: Oh non... C'est très mauvais ça...
336: Comment ça ? C'est quoi un Réplicateur ?
452: On t'expliquera plus tard.
Jacob: Je ne vais pas pouvoir annuler l'autodestruction Sam, retrouvez-moi devant les anneaux de transfert !
Sam: On doit aller chercher les cristaux !
Jacob: Vous avez trois minutes ! ytsukien, tenez-vous prêt à éloigner le vaisseau aussitôt qu'on sera revenu à bord !
354: Je mets toute la puissance dans les réacteurs !
Deux minutes s'écoulent avant que l'équipe revienne à bord, c'est alors que mon Shōsa(2) met la vitesse des propulseurs au maximum. La présence des Réplicateur me fait peur, si jamais ils reprogramment le système interne du vaisseau goa'uld la partie en sera autant finie. L'équipe fait irruption sur le peltak apparemment dans le même état d'esprit que nous.
Jacob: [...] capable de reprogrammer un ordinateur goa'uld ?
Sam: C'est dans leurs cordes ! S'ils prennent le contrôle du vaisseau...
Jack: Hey ! J'aimerai voir un peu plus d'enthousiasme !
Jacob: Nous allons y passer ! hurle-t-il.
C'est alors que l'explosion est détectée.
Jacob: Arrêtez tous les réacteurs, déviez toute la puissance sur les boucliers !
354: J'vous passe les commandes !
Tout le monde est sous tension, résisterons-nous à la vague énergétique ? L'onde de l'explosion nous passe dessus, un tremblement se fait sentir dans tout le vaisseau. Le silence revient brusquement. Le Colonel, encore sous tension, détruit ce silence.
Jack: Il m'a semblé entendre quelqu'un dire... “On va y passer”.
Jacob: Sam, 354, on va s'occuper de l'hyperpropulsion.
Jack: Excusez-moi, ça me gêne d'insisté, mais je me souviens très bien avoir entendu, “nous allons y passer !”. Et on est en vie, non.
Jacob: Hum j'ai peut-être été un peu négatif, reconnaissez malgré tout qu'on avait quelques chances d'y passer.
Jack: Oui je veux bien, mais bon, la prochaine fois attendez avant de dire ça.
Jacob: Pour me priver de la dernière chance de ma vie d'avoir raison ?
Jacob et Sam, ainsi que mon camarade, partent en direction de la salle des machines. Alors qu'il se dirige vers la porte, 500 apparaît coupant la route au petit groupe.
500: J'ai raté tout le spectacle apparemment, on a failli y passer de ce que j'ai ressenti, j'ai beaucoup aimé ces tremblements ! s'amuse-t-il.
Jacob: On était à deux doigts oui.
500: Comme c'est dommage, j'vais faire une sieste moi, à plus tard ! dit-il en quittant à nouveau le peltak.
Jack: Il est toujours comme ça ? m'interroge-t-il un peu irrité.
452: Malheureusement... Je ne le connais pas assez bien personnellement pour dire comment il est naturellement, il est assez distant de base, mais s'il est sur le terrain c'est qu'il est sûr, rassuré-je.
Jack: Si vous le dites...
336: Il a toujours été ainsi, Colonel. Bien que depuis la mort de notre Taisa, il semble plus dissipé, voire défiant.
Devant ces nouvelles informations, je m'interroge sur comment encadrer le Chūi(3), les minutes passent à nouveau. Soudain, Daniel détecte un vaisseau, toute l'équipe de réparation revient sur le pont. On identifie rapidement que c'est un cargo goa'uld. Bien qu'il reste muet à nos appels dans un premier temps, Teal'c répond finalement. Il n'est cependant pas seul, mais fournit une explication, une explication me laissant perplexe. J'ai quelque peu du mal à croire que plusieurs rebelles aient été sous le nez d'Apophis, quoique les Tok'râs le sont depuis des siècles... Un hangar est vite ouvert pour accueillir le cargo, SG-1 se précipite à sa rencontre, j'ordonne à mes collèges de rester sur le peltak avec le Tok'râ tandis que je suis SG-1, j'ai comme un mauvais pressentiment.
En voyant O'Neill embrasser son ami, je me souviens avoir déjà vu cette scène plus tôt. Le Jaffa saisi son arme de poing et nous vise, les quelques jaffas venus avec lui apparaissent prêt à tirer sur nous. Mon intervention n'aurait sûrement rien changé, ils sont trop nombreux et nous trop peu. Personne ne comprend ce qu'il se passe, Apophis se découvre fier de sa nouvelle capture et par la même occasion révèle le changement d'affiliation de Teal'c.
Nous sommes tous conduits dans une pièce vierge, désarmés et sans aucun autre équipement, un panneau de contrôle subsiste dans la salle, les Jaffas ne semblent pas l'avoir remarqué. Pensant Teal'c en infiltration, le Colonel cherche à savoir quand nous devrons passé à l'action, le Prima réplique d'un coup dans le visage du terrien qui s'effondre par terre. Daniel intervient pour tenter de dénouer le doute, mais tout semble vrai, Teal'c vénère à nouveau Apophis comme un Dieu. Impossible de compter sur lui maintenant, je me concentre sur l'élaboration d'un plan pour sortir et reprendre le contrôle du vaisseau. Après que ce dernier soit parti, Jack appuie sur les touches du panneau, peut-être que Sam peut le bricoler pour nous faire sortir, c'est de loin le seul moyen qui subsiste encore. Il est maintenant l'heure de patienter le temps qu'il faut.

[dix à onze heures plus tard]

Je ressens une accélération, nous sommes passés en hyperespace. Après des heures à tâtonner, la terrienne ne trouve pas le moyen d'ouvrir la porte, O'Neill n'en démord pas et lui ordonne de continuer. Elle annonce alors n'avoir qu'une chance sur cent cinquante millions de réussir, mais à peine a-t-elle énoncé ce nombre que la porte s'ouvre, Jacob apparaît nous faisant signe de venir. Malheureusement, Teal'c a anticipé le coup, lui et ses jaffas pointent le Tok'râ de leur lance. Jacob n'a pas d'autre choix que de se rendre, il entre dans la pièce après avoir donné arme et radio. L'ancien Shol'va remarque les bricoles qu'a faites Carter avec le terminal, il décide immédiatement de le détruire en tirant dessus et referme la porte. De nouveau il nous faut attendre et cette fois, aucun moyen de s'enfuir, nous sommes enfermés dans cet entrepôt vide. Je m'approche néanmoins de Jacob.
452: Jacob, vous savez ce que fait mon équipe ?
Jacob: Vos deux amis se sont cachés après avoir saboté les détecteurs internes, mais pas de nouvelle du troisième, il semble avoir disparu totalement.
452: Au moins, ils ne pourront pas nous suivre si jamais on sortait d'ici, c'est déjà ça !
J'espère que mes camarades viendront bientôt, ils doivent espionner l'ennemi afin d'établir une stratégie de reprise de contrôle. Le temps passe à nouveau, soudain nous sortons d'hyperespace, quelle en est la raison ? La porte de la salle s'ouvre d'un quart, tout le monde est surpris, puis apparaît un Réplicateur. L'inquiétude gagne notre groupe, une horde de Réplicateurs passe devant la porte. Mais c'est notre chance pour sortir, on se dirige tous au pas de course vers l'entrepôt de nos armes. Le P-90 terrien a beaucoup de similitudes avec le Ten'kana-50 de mon Clan, il ne m'est pas difficile de comprendre le fonctionnement. Je prends une radio et tente de contacter mon équipe. Tout le monde répond présent à ma demande, c'est une bonne chose, j'ordonne un regroupement rapide. Les Réplicateurs doivent contrôler la plupart des systèmes selon le Major, il est impossible de les éradiquer à présent. Le Colonel a, cependant, d'autres plans... On se sépare en deux groupes, pendant que SG-1 tentent de retrouver Teal'c, moi et Jacob nous dirigeons vers le cargo. Une fois qu'il a été vérifié, on se met d'accord sur le plan.
Les terriens sont de retour, ces derniers transportent Teal'c inconscient et semblant blessé, au même moment, mon équipe fait son apparition. Alors qu'on ligote solidement le blessé, on repasse en hyperespace. Nous sommes de nouveau coincés, cela semble devenir une habitude... Pendant qu'Ytsuka-500 et 336 garde le cargo, moi, Jacob et 354 suivons SG-1. Arrivée à un terminal, le Tok'râ s'aperçoit qu'on file à dix fois la vitesse maximale, Ytsuka-354 indique que c'est en constante accélération, on a atteint en quelques secondes trente fois la vitesse. Le Tok'râ retrouve le sourire, on va retrouver notre chère galaxie tant aimée, seulement, les Réplicateurs sont un énorme problème, ils ne doivent pas survivre, mais comment faire ? Jack fait référence à une parade trouvée sur le vaisseau de Thor, Sam explique que les décélérateurs ont été détruits pendant la rentrée dans l'atmosphère, la coque n'a pas supporté la rentrée atmosphérique. Jacob explique alors le fonctionnement des réacteurs en sortit d'hyperespace. Nous avons notre plan à présent, ainsi que le meilleur moyen d'anéantir les Réplicateurs.
Notre vitesse est telle que la rentrée dans l'atmosphère plus l'écrasement au sol... il ne resterait plus rien sur une bonne partie de la planète vers laquelle font route ces monstres. Seul problème, les cristaux de ces commandes sont en salle des machines, là où serait fortement le Quartier Général des crabes métalliques. SG-1 se porte volontaire, il n'y a pas besoin de personne supplémentaire, on retourne donc au cargo avec Jacob, afin de préparer notre évacuation. Le temps presse, nous sommes à huit cent fois la vitesse maximale, on sera très vite en orbite de Delmak, la planète mère d'Apophis.
On se précipite au Teltak, une fois à l'intérieur, j'envoie Ytsuka-500 et Ytsuka-336 surveiller notre prisonnier. Jacob allume rapidement les systèmes du vaisseau. Moi et 354 le regarde avec inquiétude, le plan est très risqué, SG-1 peut ne pas s'en sortir... Les minutes s'écoulent lentement, je suis tendu, la sortie de l'hyperespace peut arriver à tout moment. Cet événement se produit quelques secondes après ma pensée, le Tok'râ ouvre alors les portes du hangar, aucun contact radio n'a été établi par l'équipe terrienne encore. J'en prends l'initiative pour savoir où ils en sont, malheureusement la soute est inaccessible indique Carter, ils se trouvent dans la salle des anneaux, je fais signe à 354 de les activés au plus vite. L'équipe est entière, mais les Réplicateurs semblent avoir pris la main sur le système de la soute, les portes du hangar se referment. Hors de question de rester à nouveau coincé, Jacob fonce sur la sortie qui se rapetisse à mesure que les secondes défilent. On passe à peine entre les portes, l'extrémité droite de l'appareil rape quand même sur le métal de la paroi, secouant légèrement le vaisseau. L'avarie est négligeable, peu de problèmes sont à signaler, l'inertie du vaisseau de Cronos est très grande, on se retrouve rapidement loin de ce dernier, Jacob retourne le cockpit en direction de la planète mère d'Apophis, le temps de voir le Ha'tak s'écraser. On distingue alors une boule de feu dans l'atmosphère et, quelques secondes plus tard, une explosion aux couleurs bleuâtres s'étendre sur une grande surface. La vitesse de l'appareil et la collision sur le sol de Delmak ont généré une grande quantité d'énergie réduisant à néant tout ce qui était dans sa zone.
On souffle tous un grand coup, le pire est derrière nous. Nous avons arrêté les Réplicateurs et éliminés par la même occasion le Seigneur des Goa'ulds. Bien que ce soit le cadet de nos soucis, j'ai une petite pensée aux victimes au sol. Devaient-ils mourir pour empêcher les Réplicateurs de venir ici, dans notre galaxie ? Je me retourne vers mon équipe qui semble plus concernée par Teal'c. Peut-être bien que ce prix est plus juste qu'une galaxie ravagée par ces robots... Le lavage de cerveau qu'a utilisé Apophis sur le Shol'va sera difficile à détruire selon le Tok'râ, cela pourrait prendre des semaines voire des mois. Jacob active l'hypernavigation, un système voisin possède un Stargate actif. Le voyage ne prend que trente minutes, le cargo est posé non loin du Cercle, nous rentrons sur notre planète, SG-1 part avec Jacob sur Terre avec le cargo. J'entre les coordonnées de Fukkatsu, le temps de prévenir par radio notre arrivée imminente, on passe le vortex. Le Riku'Jun-i de la garnison est surpris de nous revoir, une rumeur dit que nous sommes morts dans le système de Vorash selon les Tok'râs en fuite. S'il savait ce qu'on a tous vécu...
On est tous conduit à la base Tokkun pour débriefing, mon rapport sera long et difficile à expliquer. Je n'affirmerai qu'une chose au Riku'Shōshō, Apophis est mort ainsi que toute sa flotte anéantit !

[Lexique]
 
SPOILER
1.Lieutenant-Colonel
2.Commandant
3.1er lieutenant



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 13 Mars 2019 15h41
| Message #31


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 8 – Relations

[Planète Fukkatsu, capitale Heian, Chambre du Conseil]

Les négociations entre le Clan Ytsuka et le gouvernement américain continuent son parcours. Depuis plusieurs semaines, de nouvelles tentatives pour obtenir une technologie avancée s'effectuent. Devant la demande incessante des terriens, le Gens'Riku'Taishō promet d'en référer la demande au Conseil Asgard. Les ambassadeurs terriens ne peuvent qu'attendre la réponse des Asgards, ils quittent le bâtiment pour rejoindre le Stargate et ainsi faire leur rapport au président.
Le plus haut gradé du peuple ytsukien se met, lui, en route avec sa garde rapprochée pour la planète mère des Asgards, Asgaror. Après le départ des négociateurs, l'adresse de la planète asgard est composée.
Gens'Riku'Taishō: Branchez la source d'énergie supplémentaire !
Riku'Jun-i: Hai ! obéit-il en faisant signe à ses hommes.
Les senshi se pressent de mettre en place différents câbles, touchant la structure de l'anneau. Alors que le haut commandant entre les symboles un à un, des arcs électriques autour des positions de contact des câbles avec le Sutāgeito se forment. Après avoir appuyé sur le bouton d'activation, la vague déferlante s'étend à peine plus loin que d'habitude, puis s'efface pour donner le vortex stable. Accompagnés par sa garde personnelle, les Riku'Kono Ytsuka-Y, le Gens'Riku'Taishō s'avance vers l'Anneau, puis s'engouffre dans l'illusion. Il apparaît dans un long couloir noir-orangé, il s'empresse de descendre l'escalier et marche d'un pas assuré dans le couloir sans fin, plusieurs Asgards se retournent sur lui à son passage. Il entre alors dans une salle ayant un plafond sans fin. Il s'avance vers un panneau de contrôle non loin de lui.
Gens'Riku'Taishō: Restez ici, dit-il à ses gardes.
Y18: A vos ordres !
Les super-clones se rangent contre le mur. Le haut commandant pianote sur quelques glyphes et déplace un galet, un rayon de téléportation l'entoure et il se retrouve dans une immense salle sombre, rappelant la salle du Conseil sur Fukkatsu. Il s'avance de quelque pas sur le podium central, illuminé par une lumière des plus blanche. Il se met alors à genou. De multiples téléportations se font entendre. En tout, une dizaine d'Asgards dont cinq sur les fauteuils devant le podium sont venus à l'appel du maréchal.
Börr: Mes salutations Gens'Riku'Taishō, bienvenu au Grand Conseil Asgard !
Gens'Riku'Taishō: C'est un honneur, grand Börr !
Thor: Je vous en prie, relevez-vous.
Börr: J'écoute votre demande.
Gens'Riku'Taishō: Bien, comme vous le savez, les terriens souhaitent recevoir des technologies avancées.
Penegal: Nous le savons.
Gens'Riku'Taishō: Serait-ce possible de leur fournir les plans de nos vaisseaux ?
Pendant une longue minute, les conseillés Asgards se parlent entre eux. Le haut commandant ytsukien sent alors que cette demande ne passera pas, jusqu'à ce que Börr prenne la parole.
Börr: Après discussion, il semble évident que les terriens ne vous lâcheront pas tant qu'ils n'auront pas reçu de technologies, c'est pourquoi nous vous accordons le droit de fournir vos plans...
Gens'Riku'Taishō: Co... Comment ?! interroge-t-il surpris.
Börr: Il y a cependant une condition !
Hildr: Vous ne devrez que fournir les plans les plus basiques des appareils, aucune technologie ne devra être présente, hormis celles qui sont de votre main. Toutes technologies autres que la vôtre, même Goa'uld, ne pourra être transmise !
Thor: Je veillerai à ce que vous respectiez ces conditions, bien que vous connaissant, Gens'Riku'Taisho, il ne devrait pas y avoir de problème avec ces termes.
Gens'Riku'Taishō: Comme vous le souhaite mes dieux ! exclame-t-il en s'agenouillant. Je ferai comme bon vous semblera, jamais je ne souhaiterais vous décevoir !
Les Asgards se téléportent hors de la salle du Conseil, le ytsukien se relève et se dirige vers un panneau contre le mur du fond. Il est téléporté sur la plate-forme de départ, ses protecteurs se mettent au garde-à-vous. Ils prennent rapidement la direction du Sutageitō.

[Une heure plus tard, Chambre du Conseil]

La décision du Conseil Asgard est approuvée par tous les hauts commandants, ainsi que le Shuchō lui-même bien qu'en son intérieur, il désapprouvre. Le personnel est désormais choisi pour réarrangé les plans des vaisseaux de classe Gokoku et YTS, les chasseurs Y-405 sont aussi compris dans l'accord, ils sont les premiers à se voir leur plan être modifié puis envoyé.
Du côté terrien, la nouvelle est réjouissante pour les dirigeants de la première puissance mondiale. Mais dans quel but vont-ils utiliser ses appareils ? Les Asgards, de leur côté, se mettent en tête de diriger l'évolution technologique terrienne en cédant au compte-goutte, des technologies avancées telles que des boucliers ou des hyperpropulseurs, mais aucune arme, tout comme pour les Ytsukiens.



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 16 Mars 2019 18h15
| Message #32


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 9 – Sombre Menace

[6 mois après, planète Fukkatsu, base Tokkun, 9h28]

Je suis debout depuis avant l'aube, il y a quelque chose de perturbant, je ne suis pas dans mon état habituel depuis un moment, je refais le cauchemar du futur apocalyptique. Le manque de sommeil se lit sur mon visage, j'ai des cernes ainsi que de petits yeux, sans compter le mal de crâne. Cela fait une semaine que je n'ai plus un sommeil tranquille. Ne pouvant me résoudre à dormir, je déambule dans les couloirs de la base à la recherche d'une distraction quelconque, mon Riku'Shōsa(1) 354 est au laboratoire, il planche sur un générateur à Naquadah plus performant, il cherche à repousser les limites de cette technologie afin de voir si elle est plus efficace qu'un générateur trouvé dans un laboratoire Alteran. Je ne lui suis d'aucune aide, ma concentration est loin d'être au top, en plus de ma méconnaissance dans ce domaine-ci, je risque d'être une gêne pour lui. Mon Riku'Chūsa(2) 336 a disparue sur un site archéologique non loin de la cité d'Edo. Le Riku'Chūi(3) 500 est lui en mission sur une planète goa'uld avec une autre équipe. Kyuu est dispersé aux quatre vents, ce qui ne m'arrange guère. Leur simple présence me rassure... bon peut-être pas 500 qui m'intimide plus qu'autre chose, mais 336 et 354 savent mieux que quiconque ce qu'endure un kurōn moralement, ils ont l'expérience que je n'ai pas.
Il n'est pas facile de changer dans sa tête, bien que j'ai tenté d'être plus fort, plus sûr de moi, il y a toujours une partie de moi qui voudrait tout laisser tomber, abandonner. Aucune opportunité ne se présente à moi, et puis, la plupart des camarades kurōn me semble hostile d'une certaine façon, comme si on me reprochait quelque chose... Je décide de faire un tour dehors dans la forêt voisine. Je garde une radio et une arme de poing sur moi en cas d'urgence, toute action est la bienvenue. Je sors du périmètre de la base, le sentier vers la forêt n'est pas long, à peine quelques centaines de mètres. Le coin a été aménagé si je me souviens bien, il y a des chances que je tombe sur des camarades.

[Trente minutes après]

Après avoir marché plusieurs dizaines de minutes dans la forêt, je tombe sur une clairière ayant un petit étang. Au centre de l'étang, se tient fièrement un torii, une porte de bois peinte, dont l'aspect usé et non restauré en dit long sur son vécu. Une relique du passé du Clan, il rappelle le temps de la paix, jusqu'à ce que le Clan décide de mener une avancée scientifique au fin fond des mines de Naquadah. Des images me viennent, des images que je n'ai jamais vues de mes yeux, ainsi que des briques de pensées à l'allure scientifique et philosophique. Je ne sais pas comment j'ai pu avoir ces pensées qui ne semblent être de moi, mais de quelqu'un d'autre ou plutôt plusieurs personnes différentes.
Je continue ma marche sans penser à autre chose qu'au passé de mon Clan, tant de choses se sont passées en plus de deux millénaires. De ce que je me souviens de mes cours d'histoire pendant mon entraînement, les plus vieilles fouilles archéologiques situent notre apparition sur ces terres il y a plus de cinq millénaires, soit trois sous domination goa'uld. Il y a donc deux hypothèses qui se heurtent entre elles, soit on est originaire de cette planète et donc les Goa'ulds nous ont créés, soit nous venons d'ailleurs et les Goa'ulds ne sont responsable de rien hormis de nôtre déportation. La seconde est appuyée par les affirmations du docteur Jackson et qui est plus plausible que la première étant donné que les Goa'ulds n'ont pas de technologies de ce type en leur possession, les rapports d'espionnages en sont formels. En y réfléchissant, je ne m'étais jamais vraiment documenté sur le procédé de création de vie, le clonage... Peut-être que le savoir m'a été implanté. Naître adulte, avec des connaissances déjà établies, est-ce vraiment naturel ?

[Dix minutes plus tard]

Je marche tranquillement sur le long sentier de terre toujours soucieux. Les bruits des animaux volants et le calme de la nature m'entourant me reposent, je suis plus serein qu'avant. Je commence à regretter de ne pas avoir été faire un tour plus tôt. Alors que je continue de prendre l'air, je suis téléporté soudainement à bord d'un de nos vaisseaux, le YTS-Fujin, à travers la vitre donnant sur l'espace infini, je remarque un Ha'tak goa'uld.
Shusa: Riku'Shusa(4) Naoka, dit-elle au garde-à-vous, Hikiiru 452, ce Ha'tak est sorti brusquement d'hyperespace il y a quinze minutes et a ouvert immédiatement le feu sur nos appareils, votre Riku'Shōshō nous a demandé à ce que ce soit vous qui commandiez la défense !
452: Bien, euh... Qu'indiquent les scanners ?
Opérateur droit: Le vaisseau a l'air de résister à nos attaques, nos boucliers sont à soixante-cinq pour cent et en baisse constante !
452: Quel était l'état de la situation avant que je sois téléporté ?
Opérateur droit: Cinq vaisseaux de classe Gokoku ont engagé le combat contre l'ennemi, ils ont tous été descendus, trois vaisseaux Gokoku supplémentaire sont arrivés en renfort, mais deux ont été détruit, le troisième est dépressurisé et en perdition dans l'atmosphère, nous étions de l'autre côté de la planète lorsqu'il est apparu, nous venons de l'engager !
452: Très bien... Manoeuvre d'évasion ! il nous faut plus de soutien ! Où est le reste de la flotte défensive ?
Opérateur gauche: Le YTS est plus rapide que le Gokoku, ils ne pourront nous soutenir avant plusieurs minutes !
Naoka: Leurs armes semblent plus puissantes ou c'est moi ? demande-t-elle intriguée.
Les propos du Shusa me font tiquer, la baisse des boucliers est trop rapide. Chaque tir du Ha'tak non identifié qui touche enlève cinq à huit pour cent du bouclier contre un en temps normal. C'est bien plus puissant que tout ce qu'on a connu, malheureusement, nos renforts ne seront pas là à temps.
452: Mettez toutes la puissance sur les boucliers et les moteurs, il faut se dégager d'ici !
Sur mon ordre, les opérateurs redirigent la puissance des systèmes inutiles sur les boucliers et les moteurs, nous nous replions alors. Seulement, le Ha'tak nous poursuit, il ne tient pas à nous laisser partir. Des étincelles commencent à apparaître dans tout le vaisseau, les boucliers ne sont pas loin d'être à moins de quarante pour cent. La panique envahit l'équipage, ce Ha'tak est différent des autres ! En inspectant les détails, je remarque que la couronne autour de la pyramide est différente, ce serait une nouvelle version des Ha'taks ?
Naoka: Oh non... Oh non ! Il faut abandonner le vaisseau Hikiiru! Il est pas loin de partir en fumée ! crie-t-elle.
452: Calmez-vous ! Il faut quelque chose pour détruire son bouclier, mais quoi... Réfléchi... Réfléchi...
La fatigue reprend le dessus sur le moral, mes pensées se troublent, il m'est impossible de réfléchir correctement.
Opérateur gauche: Shosa, deux YTS, l'Imperion et le Koubou, sont sorti d'hyperespace, ils vont intercepter l'ennemi ! Le Shusa de l'Imperion nous appelle en vidéotransmission !
Akeno: Nous sommes revenus aussi vite qu'on a pu Hikiiru, le Shōshō nous a prévenu de la situation ! Nous étions à vingt-sept kōnen(5) d'ici.
452 : De peu, faites attention, il est différent des autres vaisseaux, il semble plus puissant !
Akeno: Reçu Hikiiru, nous fonçons sur lui, éloignez-vous pendant ce temps. A tout l'équipage préparez-vous... dit-il avant que la vidéo ne se coupe.
Opérateur droit: Ils engagent le combat ! L'ennemi les prend en chasse, il nous a abandonnés !
Naoka: Ouf... Merci Ytsuka.
452: La bataille n'est pas finie pour autant ! Peut-on communiquer avec la surface ?
Naoka: Mes excuses Riku'Shōsa !
Opérateur gauche: J'appelle le Shōshō !
Shōshō: Quelle est la situation en haut ?
452: Le vaisseau ennemi est trop puissant pour nous, on a eu du renfort mais je ne sais pas s'ils vont tenir, y a-t-il d'autres options exploitables ?
Shōshō: Il y a bien une option qui n'a pas été testée depuis fort longtemps, mais je dois en référer auprès du Gens'Riku'Taishō. Normalement une escouade devrait être vite envoyée à bord.
452: Vous allez téléporter des hommes à bord du vaisseau ennemi ?
Shōshō: Pas avec le téléporteur que vous pensez Riku'Shōsa. Je vous recontacterai quand j'aurai des nouvelles. Terminé !
De quel moyen parlait-il ? Il n'y a pas trente-six solutions pour monter à bord d'un vaisseau de ce type... Il y a bien les hangars... Qu'ai-je oublié ? Les anneaux... Hum... Mais oui ! C'est la méthode qu'avait utilisée le tout premier sūpākurōn Ytsuka pour monter à bord du vaisseau mère de Ba'al, il y a un ou deux siècles si ma mémoire ne fait pas défaut. De ce que je sais, il est mort dans l'explosion du vaisseau de Ba'al. J'espère que nos méthodes vont s'avérer payantes, réussir à capturer un vaisseau pareil serait un avantage non négligeable ! Si tant est qu'ils ne se sabordent pas eux-mêmes.
On reçoit un message de l'Imperion, il est en difficulté fasse à l'ennemi, le second YTS qui l'accompagne est lui aussi en danger, ils se replient tous les deux. Le vaisseau anonyme les poursuit sans arrêter de tirer. Alors que j'assiste impuissant à la scène de fuite, une communication du Riku'Shōshō nous parvient, il dit que l'unité a été envoyée à bord de la structure ennemi et essuie actuellement la résistance des Jaffas à bord. Le sourire me revient mais pour une courte seconde, le second YTS nommé Koubou est détruit. Il se disloque en plusieurs morceaux qui explosent, les deux hangars sur les côtés explosent, viennent le tour des propulseurs, puis la proue... Les explosions secondaires sont puissantes et engendrent encore des explosions tertiaires, le tout propageant une onde de choc dans l'espace.
452: Envoyez nos chasseurs Y-405 ! crié-je.
Naoka: A vos ordres ! Escadron Junkin décollé, je répète, escadron Junkin décollé ! ordonne-t-elle en appuyant sur le bouton intercom.
452: Si ça peut l'occuper un moment, ça nous fera gagner du temps ! Dites à Akeno de faire de même !
Opérateur gauche: J'envoie vos ordres Hikiiru !
Les chasseurs atteignent vite la position de l'ennemi qui lance les premières opérations offensives.
Riku'Rīdā(6): Ici Junkin-ku(7), nos armes n'ont pas beaucoup d'effets sur l'ennemi, leur bouclier est infranchissable, nous réessayons l'attaque !
452: Occupez les groupes Junkin ! Le temps que le commando capture le vaisseau ! Passez-moi le Riku'Shusa de l'Imperion, opérateur.
Akeno: Hai !
452: Votre appareil est sérieusement endommagé, fuyez derrière la lune de Koumyou, Shusa !
Akeno: A vos ordres.
Opérateur droit: Shōsa ! Je détecte une montée d'énergie soudaine, elle est pharaonique !
452: Faites voir !
Je regarde les données récoltées par les capteurs, ils indiquent que l'énergie provient des propulseurs, ils surchargent très vite, à une vitesse théoriquement impossible pour ce type de vaisseau. Mais comme il est différent des autres, c'est probable que les capteurs ne soient pas détraqués.
452: A tous les chasseurs, revenez au plus vite ! Le vaisseau va explosé ! hurlé-je dans la radio.
Riku'Rīdā: On met les moteurs à fond Shōsa !
Les chasseurs se sont repliés à temps, le vaisseau goa'uld subit différentes explosions sur sa couronne avant de finalement exploser complètement. Il ne reste que les débris de nos vaisseaux et celui de l'ennemi, l'équipage du Koubou a pu être téléporté sur la surface de la planète, pour la plupart des survivants, mais le Riku'Shusa y est resté avec plus de cinquante kurōn. L'Imperion sort de la face cachée de la lune de Koumyou et commence une manoeuvre de géosynchronisation avec Fukkatsu, plusieurs de ses ponts sont dépressurisés comme sur le Fujin. Il est obligé de faire des réparations d'urgences avant d'atterrir sur Fukkatsu. Dans le champ de débris qui commence à être happé par la gravité, j'aperçois le classe Gokoku qui a survécu à la bataille, mais totalement vidé de son air, il n'y a plus aucun signe de vie à son bord. C'est une victoire amère, je m'en veux rapidement de ne pas avoir pu faire mieux, malheureusement pour moi, ce qui est fait est fait...

[Capitale Heian, Chambre du Conseil, 19h46]

Je présente le rapport de la bataille devant une assemblée de supérieurs militaires, mais aussi de civils, voulant des explications claires. Au centre de l'assemblée se trouve le Gens'Riku'Taishō, chef militaire incontesté du Clan Ytsuka. A ses côtés se tient le Shuchō, le représentant civil. Tous deux écoutent attentivement mon rapport, ainsi que toute la salle.
452: Gens'Riku'Taishō, Grand Shuchō, l'attaque portée contre la planète Fukkatsu s'est conclue par une victoire de nos forces, cependant, dans la bataille nous avons perdu un croiseur de classe YTS, ainsi que huit de classe Gokoku. Deux YTS sont endommagés dont un sérieusement. L'escouade envoyée à bord du vaisseau ennemi n'a pas réussi à s'en sortir, d'après les données enregistrées par le YTS-Fujin, il semblerait que l'ennemi a saboté ses propres propulseurs pour s'autodétruire.
Riku'Taishō(8) Mitsuko: Très fâcheux est ce rapport, il semblerait que les Goa'ulds ont perfectionné leurs armes et nous sommes à nouveau vulnérables ! Il faut prévenir le Conseil Asgard immédiatement !
Riku'Chūjō(9) Hirotatsu: C'est en effet très consternant, si nos boucliers asgards ne peuvent plus résistés à la nouvelle puissance de feu des Goa'ulds, nous allons ravoir une guerre sanglante sur les épaules ! tape-t-il du poing.
Shuchō: Allons, du calme, je vous prie ! dit-il en souriant, un seul vaisseau a attaqué, personne n'a pu identifier son appartenance à un Goa'uld connu, des menaces bien plus horribles que celle des Goa'ulds peuvent exister dans la galaxie et au-delà. Je demande un vote pour la construction de vaisseaux supplémentaires, ainsi que la création d'une nouvelle armée de kurōn grâce au Centre de Kurōningu !
Riku'Taishō Kenshi: Ce vote est une bonne proposition, Grand Shuchō.
452: Si vous me permettez, Gens'Riku'Taishō, Grand Shuchō, je vais me retirer, dis-je en m'inclinant.
Shuchō: Oh... oui... Vous pouvez disposer sūpākurōn, dit-il sans me prêter plus d'attention.
Je quitte l'assemblée et me dirige vers ma base, cette journée fut éprouvante pour les nerfs. Néanmoins, ma balade de ce matin n'aura pas été sans effet, j'ai retrouvé un bon moral et je n'attends que mon lit pour un repos bien mérité. En sortant dehors, j'observe le ciel s'étoilant lentement de par le coucher du second soleil, on peut voir les débris des vaisseaux se consumer en des étoiles filantes dans l'atmosphère de notre planète. A priori, ces débris devraient tomber dans des zones inhabitées voire dans les océans. Cette dernière vue du ciel est magnifique si on oublie ce qu'il s'est passé plus tôt.

[Lexique]
 
SPOILER
1.Commandant
2.Lieutenant-Colonel
3.1e Lieutenant
4.Commandant de vaisseau
5.Année lumière
6.Chef d'escadrille
7.ku : Désignation rapide du chef d'une formation de chasseur
8.Général d'armée
9.Général de corps d'armée



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 20 Mars 2019 15h45
| Message #33


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 9 – Prémices d'un soulèvement

[Planète Fukkatsu, capitale Heian, devant la Chambre du Conseil]

Un jeune ytsukien criait dans un haut-parleur, il était suivi par une petite foule avec plusieurs pancartes. Tous étaient entourés de senshi de la légion Shubi, une légion de clones spécialement créée pour le maintien de l'ordre civil, veillant à ce qu'il n'y ait aucun dérapage.
Kamui: Assez du pouvoir unique ! Assez du culte de la personnalité !
Foule: Ouais !
Kamui: Faites face à votre Clan, Shuchō ! Voyez les résultats de votre politique !
Foule: Nous étions libres !
Kamui: Bientôt viendra le jour du jugement, personne ne peut y réchapper !
Dans son bureau, le Shuchō les observait d'un air fatigué, voire déprimé. Le commandant de ses Riku'Kono(1), Ytsuka-S10, entra afin de recevoir ses ordres.
Shuchō: Ils me fatiguent tous...
S10: Je les fais se disperser ?
Shuchō: Non, pas encore, j'me demande comment je pourrais bien rendre leur fuite amusante...
S10: Des tirs de Zat' ou bien du gaz étouffant ?
Shuchō: Hum... Je ne sais pas trop...
S10: Je reviendrai quand vous aurez pris votre décision, Grand Shuchō, dit-il en se prosternant.
Le chef politique du Clan était très absorbé dans ses réflexions. Il repensait à son enfance avec son père, un passé bien lointain maintenant pour le Shuchō. Son opposant idéologique, Kamui Kazuki, le combattait maintenant depuis plusieurs années. Malgré la surveillance du yuusen, limitant les libertés individuelles et les critiques du système, Kamui avait réussi à s'implanter sur une branche du yuusen encore inconnue, une partie cachée, surprotéger par nombre de clés de cryptage, de mots de passe, que seuls Kamui et ses alliés avaient. Les serveurs de ce système étaient bien cachés, Kamui avait prévu son coup depuis longtemps. Il n'avait laissé que très peu d'indices sur sa localisation pour lui-même, une façon de protéger son oeuvre en cas de capture par les autorités du pouvoir en place.
Le Shuchō prenait peu à peu le contrôle des militaires à coup de gloire future ou de menace envers les familles des victimes. Bien qu'il n'avait pas la majorité des dirigeants dans sa poche, cela ne l'empêchait pas d'imposer une partie de ses idées dans les opérations de ces derniers. Le Gens'Riku'Taishō voyait bien ce danger grandir, mais comment le bloquer sans preuve des mauvaises intentions du chef politique ?
Le danger qu'incarnait le Shuchō remontait à une dizaine d'années lorsqu'un projet nommé Genesis fut découvert par le dirigeant militaire. Ce projet, tout comme Ytsuka, visait à créer des clones puissants, mais ce projet allait encore plus loin dans le malsain et le morbide.

[Dix ans plus tôt, planète ZUTO-963, laboratoire secret]

A des dizaines de kilomètres du Sutāgeito, dans une profonde grotte, était aménagé un laboratoire d'expérimentation accueillant le projet Genesis. Une initiative du précédent Shuchō, reprit par son fils dans sa guerre politique pour devenir bien plus que ce qu'il était. Malheureusement, sa maladresse ne fit que jeter le regard du Gens'Riku'Taishō sur ce complexe mystérieux. Il ne fit pas longtemps avant qu'une opération spéciale ne s'occupe de tout ça, sous la directive du militaire suprême.
L'épaisse porte métallique gardant l'accès au complexe s'envola, soufflée par une puissante explosion. Plusieurs sūpākurōn s'infiltrèrent, Zat'Nik'Tel en joue, les quelques scientifiques présents n'opposèrent aucune résistance. Cependant, un individu armé tenta de défendre les recherches, mais il fut vite acculé par les Ytsukas du Gens'Riku'Taishō. Pris au piège, il savait ce qu'il lui restait à faire, il prit soin de prendre un poison spécial pour détruire son code ADN dans ses cellules, puis dégoupilla plusieurs grenades autour de lui, dont une sur ses plaques d'identification portant les inscriptions SkY-S06. Il ne restait pas grand-chose du corps, il n'était plus identifiable, quelque temps plus tard son corps devint même radioactif suite à l'ingestion de son poison.
Le Gens'Riku'Taishō entra dans le complexe et commença par interroger les scientifiques, mais aucune réponse ne sortait de leur bouche. Il s'en retourna vers les ordinateurs toujours déverrouillés et inspecta les données. Il tomba sur une vidéo étrangement nommée Genesis_Sujet-1_TestReel. Il décida de la visionner et ce qu'il vit lui glaça le sang. La vidéo était récente, à en croire la date, elle montrait l'assaut du premier super clone conçu ici sur une planète goa'uld. La violence qui se dégageait du combat n'échappait pas aux Riku'Shubu(2) et Riku'Kono Y, même eux semblaient craindre l'existence d'une telle forme de vie.
Le kurōn avait été téléporté en plein milieu d'une patrouille jaffa, les images aériennes, filmées par une caméra apparemment fixe, dévoilaient le massacre. L'expérience se servait de deux katanas, tranchant les membres comme du beurre, malgré l'armure des Jaffas. Le sang giclait à tout va, recouvrant le sol et tachant aussi l'individu, il rangea un katana et se muni d'un ten'kana-50, arrosant de balles les ennemis à distance. Aucun tir des lances goa'ulds ne semblait l'atteindre. Il esquivait aisément chaque boule énergétique, mais soudainement, une vint atteindre son bras avec lequel il utilisait la mitrailleuse. Il ne semblait pas réagir à la douleur, au lieu de ça il continua de foncer vers la position des Jaffas, toujours son katana dans l'autre main. Le bain de sang continua de plus belle. Ne pouvant plus le supporter, le Gens'Riku'Taishō arrêta l'enregistrement. S'en fut assez, il ordonna la destruction de toutes les données après récupération, ainsi que de tout le laboratoire.
Alors que tout se passait comme prévu, les super clones tombèrent sur le sujet Genesis-2, fort heureusement inconscient. Après consultation auprès de leur commandant suprême, il fut décidé à le garder pour observation et étude de son comportement. Son aspect était assez proche des super clones ytsukas pour passer inaperçu parmi eux. Son affectation était tout d'abord un hôpital militaire, afin de statuer son état actuel et enfin, la base d'opérations des sūpākurōn, Tokkun. Tout était fait pour garder son origine secrète. Personne, pas même le Riku'Shōshō de la base Tokkun, ne fut mis au courant du sujet Genesis-2, il était nommé Ytsuka. Mais était-ce bien prudent ?
Bien que le projet Genesis fut anéanti, aucune charge ne fut retenue contre le Shuchō, par manque de preuve. Le sūpākurōn ennemi fut catégorisé parmi les victimes de la "Haine du Clan", les scientifiques relâchés après plusieurs années de détention pour expérimentations interdites et non répertoriées.
Ce qu'il était advenu de Genesis-1 n'était pas connu, il avait été éliminé par un tir orbital d'un vaisseau goa'uld. Les Genesis étaient de nature incontrôlable, vénérant pratiquement la mort au sens propre, ils n'en restaient pas moins intelligents et subtils. Le clone eu le temps d'anéantir la population d'une ville Jaffa, aucune des blessures qu'il reçut ne l'arrêta, seule sa mort stoppa le génocide.

[Lexique]
 
SPOILER
1.Garde impérial
2.Forces spéciales



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 23 Mars 2019 16h18
| Message #34


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 10 – Reese

[26 avril 2002, 18h02, planète Terre, au Stargate Command]

Mon équipe et moi venons à peine d'arriver dans la salle d'embarquement du SGC que des soldats demandent que nous les suivions, nous prenons le chemin habituel pour aller en salle de briefing, une fois en haut des escaliers, j'ai pu voir SG-1 au complet avec, en présence exceptionnelle, un de nos dieux Asgards. Ytsuka-336 et 354 se mettent immédiatement au garde-à-vous, je ne tarde pas à faire de même, seul Ytsuka-500 reste indifférent, il en échapperait presque un soupire de ce rituel. Le Général Hammond nous invite alors à nous asseoir.
Hammond: Nous vous remercions de votre présence équipe Kyuu.
452: Quelle en est la raison ?
Sam: Il y a quelques heures encore, nous combattions un androïde extrêmement avancé technologiquement, il serait à l'origine des premiers Réplicateurs.
500: Ah ouais ? Et était-il amusant à combattre ? Il y a eu des morts ? demande-t-il brusquement.
452: Chūi(1)... disé-je durement face à sa conduite, veuillez nous excuser, continuez.
Jack: Nous avons été dans l'obligation de le neutraliser, il avait fait une petite armée de ces bestioles.
Daniel: Elle les a stoppés ! exclame-t-il d'un air attristé.
Jack: Oui, elle "aurait" arrêté son armée après que je lui ai tiré dessus, mais nous n'en sommes pas sûrs !
354: "Il" ? "Elle" ? J'ai du mal à suivre...
Sam: L'androïde avait une apparence féminine et un esprit enfantin.
452: Maître Asgard, quelle est la raison de votre présence ? demandé-je en hochant la tête devant son regard.
Asgard: Je suis la scientifique dépêchée par le Haut Conseil Asgard, je me nomme Vör , la nouvelle de cette androïde est un rebondissement inattendu qui, peut-être, va sauver la race Asgard. Depuis votre dernière venue, SG-1 et Kyuu, les Réplicateurs se sont rassemblés plusieurs fois pour des assauts sur plusieurs planètes sous notre tutelle, le conflit devient un peu plus violent qu'au commencement.
336: Peut-être qu'il vaudrait mieux ne pas perdre plus de temps que cela alors !
Vör: Exactement. Vos compétences pourraient être très utiles, c'est pourquoi le Haut Conseil souhaitait votre présence également.
452: Très bien, j'espère qu'on vous sera utile.
Vör: Moi de même. Pouvons-nous y aller maintenant ?
Hammond: L'androïde a été mis dans un laboratoire au niveau 19. SG-1 vous y conduira.
La discussion a été brève, comme l'a dit la scientifique Vör, c'est une nouvelle étonnante. Un simple androïde serait donc à l'origine de cette monstruosité qu'on appelle Réplicateur. L'équipe terrienne ouvre la marche suivie par la scientifique puis fermée par mon équipe. La réaction de 500 m'a très fortement déplu, il doit y avoir quelque chose qui cloche chez lui, c'est un important manquement à nos règles de comportement.
Arrivée dans le laboratoire, j'ai pu apercevoir l'apparence de l'androïde, on dirait presque une jeune adulte, le Major Carter indique qu'elle s'appelait Reese. Deux groupes se forment, l'une composée de Carter, la scientifique asgarde, 336 et 354, l'autre composée d'O'Neill, Teal'c, Daniel, 500 et moi, j'en profite alors pour prendre le Riku'Chui dans un coin.
452: Bon sang, mais qu'est-ce qu'il t'a pris ?! exprimé-je en colère.
500: Comment ça ? J'ai fait quelque chose de mal Shōsa(2) ? répond-il insouciant.
452: As-tu des problèmes ?
500: Je n'en vois pas des moindres.
452: Te souviens-tu de nos règles et principes ?
500: On est frère, il n'y a aucun garde ou supérieur, ça restera entre nous, dit-il en clignant de l'oeil.
452: Je ne te laisserai pas gâcher notre alliance avec les terriens ! Assez plaisanté, on rejoint SG-1 !
500: A vos ordres... exprime-t-il d'un air plus sérieux et noir.
Notre discussion, bien que courte, ne m'a pas rassurer, quelque chose ne va pas et je ne peux l'ignorer, j'en prends note dans mon esprit. Nous sommes revenus auprès de SG-1 derrière une fenêtre donnant sur la salle scellée par les portes d'acier. Une autre scientifique se présente dans la salle, c'est le docteur Fraiser, un médecin. Les opérations commencent alors.

[Une heure plus tard]

La scientifique Asgard n'est pas du tout à l'aise avec le matériel humain, on le devine facilement à son expression mécontente. Peut-être qu'un vaisseau détenant les interfaces avancées lui serait plus agréable, je me tourne vers Daniel.
452: Y a-t-il un vaisseau asgard en orbite ?
Daniel: Non, pas à ma connaissance, Vör est venue par le Stargate.
Jack: Pourquoi cette question ?
452: Pour rien, j'ai l'impression que la scientifique n'est pas très à l'aise avec votre... Matériel.
Daniel: Il n'y a pas plus avancé sur notre planète, malheureusement.
Notre échange se fait arrêter par l'intervention de mon camarade Ytsuka-354, sur un écran, il fait apparaître ce qui s'apparente à un menu de configuration. L'Asgard se presse de voir de plus près et son air en dit long sur son ressenti.
Vör: Très intéressant !
336: Ici il y a du code, pointe-t-elle du doigt, ça va être dur à traduire sans une base linguistique, voire impossible.
354: Serait-ce possible d'en récupérer une partie pour une étude plus approfondie.
Sam: Je peux fournir les données sur un disque dur, la connectique est en SATA.
354: A voir si j'arriverais à le rendre compatible avec notre technologie, je ne pense pas que ça posera de problème.
Sam: Je vais devoir compresser au maximum les fichiers pour que vous en ayez le plus possible... Malheureusement, je pense que la conscience de Reese risque d'être énormément lourde. Peut-être qu'une centaine de nos disques durs ne pourrait contenir l'intégralité des données.
452: Peut-on nous expliquer ce qui se passe ? demandé-je en saisissant le micro.
354: Nous avons réussi à entrer dans le système principal de la machine, Shōsa, cela n'a pas été facile mais, grâce à Vör, on a pu trouver une faille de sécurité pour contrecarrer le pare-feu. j'ai ensuite effectué la mise en interface pour afficher à l'écran le système et donc accéder aux fichiers primaires. Il ne manquerait que les contrôles pour naviguer dans sa mémoire interne.
Jack: Cela veut dire quoi tout ce charabia ?
354: Pour faire simple, on a pu accéder au menu, vous voyez ?
Vör: Vous n'êtes pas aussi doué que je le pensais, dit-elle en regardant O'Neill.
Jack: Vous sous-entendez quoi par là ?
Vör: Rien d'offensant, répond-elle en retournant la tête vers l'écran, maintenant continuons je vous pris.
Cette dernière remarque du scientifique est... pour le moins, lourde de sens, mais le Colonel ne semble pas blessé pour autant. Encore heureux d'ailleurs, je n'ose imaginé ce qu'il se passerait si les terriens ne sont plus les alliés des Asgards. Notre alliance repose principalement sur la bonne entente entre les Asgards et les terriens. Je pense fort que l'alliance se fragiliserait sans les Asgards. Cette pensée me fait froid dans le dos en pensant à toutes les menaces présentent dans la galaxie ou au-delà.
Le travail reprend doucement, cependant l'Asgard, peut-être par le manque de ces équipements, propose de prendre avec lui l'androïde pour qu'une équipe scientifique l'inspecte sous toutes ses formes. Une proposition non négociable, je pense. Les terriens ne semblent pas contre, après tout, cette technologie les dépasse de loin et compte tenu de leur évolution, il est préférable de garder celle-ci loin d'eux, le temps qu'ils soient prêts. Aux mots de la scientifique, mes camarades dans la salle se tournent vers moi, l'air d'attendre une réaction de ma part, je fais un léger non de la tête. Je ne peux m'opposer à un de nos dieux. Le Major Carter se dirige vers un téléphone, elle demande la présence du Général. Après quelques minutes, il entre dans la salle surplombant le laboratoire.
Hammond: Qu'y a-t-il Major ?
Sam: Eh bien, Vör souhaite récupérer l'androïde, mon Général.
Vör: Il est préférable que nous l'étudions de notre côté, dit-elle en s'approchant du général, c'est notre guerre avant tout. Je vous transmettrais un fragment du code, mais il est très complexe même pour moi, donc je n'imagine pas pour vous, exprime-t-elle en regardant le Major.
Hammond: Je suppose que nous n'avons pas le choix.
Vör: Effectivement. Je voudrais partir au plus vite pour étudier avec mon équipe et mes équipements.
Hammond: Très bien... Soldat, faites venir un brancard pour transporter l'androïde.
Soldat: A vos ordres Général !
Hammond: Souhaitez-vous autre chose ?
Vör: J'aimerai m'entretenir avec les clones, en privé.
Je descends dans la salle avec 500, la non-réaction de SG-1 vis-à-vis de l'Asgard me surprend, ils semblent conscients qu'ils ne peuvent pas discuter avec un être plus avancé qu'eux. Cela me gêne un peu de les voir comme primitif, ils ne sont pas si éloignés de nous, peut-être bien une centaine ou deux d'années. On se retrouve finalement seul avec l'Asgard.
452: Que souhaitez-vous Maître Asgard ? interrogé-je en me prosternant.
Vör: Vous porterez l'androïde jusqu'à Asgaror.
452: Vous ne faites pas confiance aux terriens ?
Vör: Ce n'est pas cela. Je préfère que ce soit vous qui veniez sur notre planète.
500: C'est juste du favoritisme, hein ? Vous méprisez les terriens...
452: Chūi ! hurlé-je furieux.
500: Vous nous préférez nous, les kurōn bien dociles, les larbins de service ! dit-il en approchant sa main pas loin de son arme de poing.
452: Ca suffit maintenant ! exclamé-je en le plaquant contre le mur, vous dépassez les bornes Riku'Chūi !
Après mon action, il semble retrouver son calme, je le relâche lentement et me retourne sur Vör, elle fixe 500 d'un regard noir, je tourne alors la tête en direction de la vitre, SG-1 a tout vu de ce qu'il s'est passé. Par chance, ils n'ont rien entendu. J'ai quand même honte et je sens que mes deux autres camarades aussi.
452: Riku'Chūsa(3), occupez-vous de lui, gardez-le à l'oeil pendant que moi et 354 on s'occupe de transporter la machine.
336: A vos ordres !
Le soldat, précédemment envoyé par le Général, revient un brancard avec lui, je le prends et installe l'androïde dessus. Ytsuka-354 prend alors l'autre extrémité, on soulève doucement et on se prépare à partir. Il n'y eut aucun commentaire pendant qu'on se rend dans la salle du Sutāgeito. Une fois devant ce dernier, la scientifique pointe sa main vers le Cercle, ce dernier réagit, les chevrons s'enclenchent tous d'un seul coup, les lumières de la base semblent toutes s'éteindre à ce moment, l'anneau central tourne à n'en plus s'arrêter puis le vortex se forme sans que la vague ne surgisse. Je tourne une dernière fois la tête en direction de la fenêtre où se trouve SG-1 et le Général, ils admirent tous notre départ. L'Asgard franchi en premier le vortex, suivit d'Ytsuka-500 et Ytsuka-336, moi et 354 passons en dernier.

[19h28, galaxie d'Ida, planète Asgaror]

Arrivée de l'autre côté, j'ordonne au Chūsa de rester avec 500 devant l'Anneau, le temps de déposer l'androïde à l'endroit voulu. Avec la scientifique, on commence à avancer dans un long couloir. Les formes de l'architecture asgard sont très arrondies, les couleurs sont plutôt chaleureuses, du rouge, de l'orange, délimité aux bordures par des matériaux noirâtres, le sol même semble être du marbre noir, on pourrait y voir nos reflets.
452: J'ai l'impression d'être déjà venu... Mais ce n'était pas moi...
354: C'est normal Shōsa, notre mémoire n'est pas la nôtre directement. Avant notre naissance, lors de notre phase de construction, un fragment de mémoire génétique appartenant à des scientifiques est mélangé à notre ADN, on a un savoir sans apprendre, bien que nos quatre ans d'entrainement ajoutent quatre-vingt-quinze pour cent de nos connaissances de départ.
Vör: Vous reconnaissez ces lieux peut-être parce que le scientifique en question est déjà venu ici. On a invité à plusieurs reprises vos chercheurs.
452: Pourquoi ?
Vör: Votre peuple a mis la main sur un important savoir Ancien, précisément dans le domaine génétique, c'est ainsi que votre Clan s'est spécialisé cloneur, dit-elle d'un ton froid, mais dans tous les clones jusqu'ici, il n'y a pas que des réussites...
452: N'avez-vous pas tenté d'utiliser ce savoir pour votre problème génétique ?
Vör: Je ne souhaite pas vraiment en parler...
452: Aussi... pourquoi avoir étudié l'androïde sur Terre au lieu de le prendre directement ?
Vör: Je souhaitais voir par moi-même leur évolution et leur façon de travailler, ça n'a pas été facile d'avoir l'accord du Conseil pour mission opportune, surtout dans notre situation. Mais c'était une occasion que je ne souhaitais pas manquer.
Nous arrivons à un terminal, la scientifique déplace alors un galet blanc sur le tableau, puis appuie sur trois symboles. Une lueur nous entoure, c'est un rayon de téléportation. On se rematérialise au beau milieu d'une salle sans issue apparente. Au centre de la pièce se trouve une sorte d'estrade ovale, l'Asgard nous demande alors de poser l'androïde au centre de celle-ci. Elle active une commande en déplaçant un galet sur un même panneau de contrôle que précédemment. Le corps de l'androïde s'envole, il est en lévitation dans l'air. A ce moment, quatre autres Asgards se téléportent en même temps dans la pièce. Tous se mettent à parler dans leur propre langue, impossible de savoir ce qu'ils se disent. Nous n'avons pas été retéléporté moi et 354, je ne peux pas penser qu'ils nous aient oubliés aussi vite. Après de longues minutes, un Asgard vient vers nous, on se prosterne.
452: Vous êtes Kvasir ?
Kvasir: Oui. Je ne me souviens pas vous avoir déjà vu... Prenez ce cristal, il contient une copie de l'IA de l'androïde, je fais confiance à votre Clan pour ne pas faire de bêtise avec.
452: Merci, Kvasir.
Kvasir: Bon retour chez vous !
Nous sommes instantanément téléportés sans pouvoir dire un mot de plus. On fait alors marche arrière vers le Sutāgeito. Je confis, en cours de route, le cristal à mon Shōsa. Nous sommes vite arrivés à l'Anneau, j'entre alors les coordonnées de notre planète de manière instinctive, je connais les huit symboles exacts et le point d'origine pour rentrer sans problème. La puissance nécessaire ne semble pas être un problème, le Stargate s'ouvre normalement.

[Voie Lactée, planète Fukkatsu, 19h47]

Nous arrivons enfin sur notre planète, il est temps de passé au briefing mais avant, il est dans mes responsabilités d'envoyer le Riku'Chūi en isolement provisoire. On prend un camion allant en direction de la base, de nuit les transports sont rares, celui-ci est un des ravitailleurs de l'avant-garde. Bien que le trajet soit court, il se révèle long pour moi, comment vais-je expliquer le comportement d'Ytsuka-500 ? Je regarde attentivement 500, je cherche le problème qui le ronge. Je le trouverai peut-être jamais... Un flash me vient, un flash assez court et sombre... Je ne vois absolument rien, hormis les étincelles provenant de deux lames s'entrechoquant violemment, je suis en plein combat, contre quelqu'un qui m'est étranger, un combat de katana.
Inconnu: Tuer, tuer, tuer... er... er...
Ce mot résonne comme une prière, une envie insatiable de sang s'en dégage. Je suis brusquement sorti de mes pensées par l'arrêt du véhicule. On descend et on se dirige vers la zone pénitentiaire.
500: Shōsa, j'm'excuse, j'aurais pas dû réagir ainsi... J'sais pas c'qui m'a prit !
452 : Vaut mieux que tu gardes le silence... Fermez la cellule !
KA-0489: A vos ordres Hikiiru.
Bien que ses dernières paroles me semblent honnêtes, quelque chose sonne faux, un frisson me parcourt. Je me rends en salle de réunion, je pense que le Riku'Shōshō(4) Shuyu n'attendait pas l'équipe avant encore une demi-heure. Accompagné par mes camarades, on se présente à notre supérieur, la réunion commence alors.
Shōshō: J'ai entendu dire qu'il y a eu un problème avec Ytsuka-500 ?
452: Oui Shōshō, il a été assez indécent avec nos alliés, en particulier avec un dieu Asgard.
Shōshō: En effet, c'est plutôt grave... Qu'en est-il de l'appel de SG-1 ?
354: Ils ont trouvé un androïde qui aurait créé les Réplicateurs. Les Asgards nous ont donné une copie partielle de l'IA sur ce cristal, dit-il en posant l'objet sur la table.
Shōshō: Et bien ! Au moins on n'a pas perdu au change. Je vais envoyer ce cristal à un laboratoire de recherche, à moins que vous vouliez l'étudier en premier ?
336: Oui, nous aimerions bien moi et 354, avec votre permission Riku'Shōshō.
Shōshō: Je vous laisse soixante-dix-huit heures ! Après quoi l'IA sera envoyée à Yamash'ta pour étude. Quant à 500, je vais voir, avec mes supérieurs, son cas. J'espère que cette fois des mesures seront enfin prises.
452: Il n'a jamais été puni ?
Shōshō: Jamais, j'ai toujours eu un mur. J'ignore pourquoi, mais il est très protégé et je ne sais par qui... Enfin bon, j'en réfèrerai au Gens'Riku'Taishō(5). Vous pouvez disposer Kyuu.
Sur ces mots, on se lève et salut le Riku'Shōshō, puis nous partons chacun de notre côté. 354 et 336 vont sûrement au laboratoire faire les études nécessaires sur l'IA, moi je pense à mon lit. Je passe d'abord par la cafétéria, histoire de me remplir le ventre. Comme d'habitude, beaucoup de regards se perdent sur ma personne, qui sait ce qu'ils peuvent bien penser de moi... Une fois la panse remplie, je me dirige directement au lit avant de m'endormir profondément sans pensées superflux.

[Lexique]
 
SPOILER
1.1e Lieutenant
2.Commandant
3.Lieutenant-Colonel
4.Général de division
5.Maréchal



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 27 Mars 2019 16h04
| Message #35


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 10 – Les faux Riku'Kono

[15 ans plus tôt, planète Fukkatsu, quelque part dans les montagnes entourant Minagoroshi]

Riku'Kono(1) SkY-S14: Plus de nerfs ! Soixante-dix-neuf !
Riku'Shubu(2) SkY-Z15: Pourquoi... un tel... entrainement ? Pffuu...
S14: Qu'est ce que j'en sais ? Demande au Shuchō, c'est lui qui impose ce rythme.
Z15: A quoi bon faire un... pffuu... entrainement pareil alors que notre tâche est juste... pffuu... défendre le Shuchō.
S14: Je n'peux pas t'en dire les raisons, allez presses-toi de finir la série !
Z15: A vos ordres !
L'entrainement pour devenir Riku'Kono est dur pour un ancien de l'armée des sūpākurōn. Ytsuka-Z15, ancien membre des Riku'Shubu, groupe de super clones utilisés pour l'infiltration et l'extermination, avait été sélectionné par le Shuchō pour faire partie de sa protection personnelle, malgré la présence des autres Riku'Kono. Le Shuchō avait littéralement transformé ces gardes en une unité d'intervention et d'espionnage efficaces. Alors que l'entrainement de Ytsuka-Z15 se poursuit, une communication interrompt la pause des autres. Les Riku'Kono se réunissent devant une boule métallique, elle fait apparaître l'image du Shuchō.
Shuchō: J'ai une mission importante pour vous, j'ai pu récupérer des informations selon lesquelles des Goa'ulds ont infiltré un village lointain. Ils espèrent sûrement prendre le contrôle subtilement par les voies terrestres. Rendez-vous à ce village et faites en sorte que cette menace ne soit plus. Emmenez Z15 avec vous.
S10: Très bien, nous avons reçu les coordonnées et les détails de mission, je pense que ça va prendre au moins une semaine avant de rejoindre ce village. Préparez le paquetage, on y va sur-le-champ ! Toi, le nouveau, tu viens aussi.
Z15: Hai !
Le fait de ne pas utiliser de téléportation intrigue le clone, mais il pense rapidement que cela doit faire partie de son entraînement, il n'est plus à un effort près.

[Une semaine plus tard]

Après plusieurs jours à travers plaines, collines et forêts, l'escouade de Riku'Kono, suivit par Z15, arrivent en vue du village. Ce village, éloigné de tout, fait partie d'un territoire dominé par le shintoïsme, la vie y est restée simple, aucune pas d'avance technologique notable. La région a été colonisée longtemps avant la Guerre des Cinqs et rien ne semble avoir changé depuis ce temps, hormis les relations diplomatiques entre le Clan et ce domaine, ne se considérant plus ytsukien. A première vue rien de suspect dans ce village, les jumelles n'indiquent rien de spécial. Ytsuka-Z15 remarque un temple shintoïste, ainsi que plusieurs portes Torii à chaque entrée de la bourgade. Des cultures sont en train d'être récoltées au sud, il ne doit pas y avoir grand monde dans le village même.
S10: Bon, on va se dispersé, quinze à vingt vous allez sur les champs, moi à quatorze on se charge du village. Z15, tu vas être avec mon groupe. Des questions ?
S16: On ouvre le contact ?
S10: Non, vous attendrez mon signal pour agir.
Z15: Que doit-on faire exactement ?
S10: On va juste parler avec le chef dans un premier temps.
Z15: Et le ou les Goa'ulds ?
S10: Chaque chose en son temps. Opération lancée, on y va !
Le groupe du Riku-Kono S10 entre rapidement dans le village dans la plus grande discrétion, de quelques signes, il ordonne la mise en place d'explosif incendier. Ces signes sont inconnus de Z15, c'est un autre type de langage des sūpākurōns et kurōn de l'armée normalisée. De sa position, l'ancien Shubu se rend compte que quelque de louche se prépare. S10 repère le chef du village, il l'intercepte rapidement. Z15 n'entend pas grand-chose, il décide de se rapprocher pour entendre plus officieusement et attentivement la discussion.
S10: Bonjour, chef !
Chef: Qui êtes-vous ? répond le vieil homme.
S10: Vous connaissez mon supérieur, nous venus pour répondre à vos besoins.
Chef: Le Shuchō ? Jamais je ne me plierai à ses demandes ingrates ! Repartez d'où vous venez et ne revenez pas !
Z15: Demandes ingrates ? Qu'est-ce que ça veut dire ? murmure-t-il.
S10: Oh... Je vois...
Il observe la réaction de son nouveau commandant, il le voit lever la main puis ferme celle-ci. Une soudaine explosion retentit, attirant l'attention du Shubu. Le feu prend rapidement de la puissance avec les habitations en bois. Le super clone reste bouge bée devant ce spectacle, ne comprenant pas ce qu'il se passe. En se retournant de nouveau vers Ytsuka-S10, il le voit dégainer le katana dans son dos et le planter dans le ventre du pauvre homme.
Chef: Qu'est-ce qu... Gaaah !
S10: Voyez-vous, mon maître n'aime pas qu'on lui dise non. Vous êtes les premiers de sa liste.
Un filet de sang coule de sa bouche sur son menton. Le super clone tourne violemment la lame dans la blessure avant de la retirer en tranchant le flanc. Le vieil homme, se retrouvant à moitié coupé en deux, s'écroule à terre. Le Kono plante sa lame à nouveau, cette fois dans le coeur. Ytsuka-Z15 a à peine le temps de réaliser ce qu'il se passe.
S10: C'est fini... murmure-t-il en allumant sa radio, à toutes les unités, engagez. Z15, tu m'entends ? interroge-t-il.
Z15: Qu'est-ce que ça signifie ?! crie-t-il en s'avançant vers son supérieur.
S10: Calme toi le nouveau. C'était un Goa'uld, tout le village est infesté, on va donc s'en débarrasser malheureusement, ça me fend le coeur de le dire, dit-il en jouant mal la comédie.
Z15: Ce n'est pas ce que j'ai compris ! C'est quoi ces demandes du Shuchō ?!
S10: J'imagine que tu n'as pas suivi les ordres pour avoir entendu ça...
En faisant semblant de se retourner, le Kono assène un énorme coup dans le ventre du nouveau, le coup est si puissant qu'il tombe à terre en peu de temps, se tordant de douleur à genou.
Z15: Qu... Qu...
S10: Tu vas apprendre que le Shuchō n'aime absolument pas qu'on désobéisse à ses ordres et donc, par extension, aux miens...
Il envoie un coup de pied dans les côtes du Shubu. Il tombe sur le côté, toussant sous la douleur. S10 le regarde de haut, avec une envie de l'achever.
Z15: Pour... Pourquoi vous faites ça ?!
S10: Pourquoi il a voulu d'un boulet comme toi... pffff... soupire-t-il. Je vais t'expliquer rapidement, les Kono, les Goa'ulds, ou toute autre menace ne sont qu'un prétexte, nous avons ordre d'éliminer tous ceux qui s'opposent au Shuchō.
Z15: Quoi ?
S10: Nous sommes des Sairent'Aku(3), nous sommes fidèles au Shuchō jusqu'à mettre notre propre existence en jeu, et je te conseille de suivre à lettre ses ordres sinon...
Z15: Sinon quoi ?
S10: Sinon tu exposerais tes contacts à une mort certaine. En particulier, ton maître Shinto, celui qui a volé les lames d'Ytsuka-1.
Z15: Comment vous savez ? demande-t-il surpris.
S10: Que crois-tu ? Le Shuchō nous a envoyés là où tu te trouvais pendant des jours, on sait tout sur cet endroit.
Z15: Je vous en prie, ne leur faites rien !
S10: Alors, suis les ordres du Shuchō !!
Des coups de feu se font entendre de toutes parts, les explosions ravagent le village, bientôt, un silence détonant prend place, seuls les crépitements de l'incendie se font entendre. Il n'y a plus personne de vivant dans le village. Z15 a du mal à réaliser ce qu'il vient de vivre. Il se dit alors qu'il pourrait user de sa position pour calmer les ardeurs du Shuchō en étant le plus proche possible de celui-ci, en devenant irremplaçable. Eviter les morts inutiles et garantir au maximum la paix, le calme et l'harmonie au sein du Clan et des peuplades l'ayant déserté, durant des siècles.

[Lexique]
 
SPOILER
1. Garde impériale
2. Forces spéciales
3. Sairent'Aku => vient de sairento akuma = démon silencieux



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 30 Mars 2019 16h12
| Message #36


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 11 – Le détournement d'attention

[17 mai 2002, planète Fukkatsu, base Tokkun, dans le réfectoire]

Cela fait un mois maintenant qu'on est au courant pour le retour d'Anubis, nos espions sont concentrés sur cet étrange individu revenu des morts avec certainement un objectif des plus sombre. Les rapports ne sont, pour l'instant, pas chargés d'informations exploitables. On sait cependant quelques choses de lui, ses vaisseaux sont plus avancés technologiquement que les autres Ha'taks des Goa'ulds. Je me rappelle encore ces longues minutes à bord du YTS-Fujin durant lesquelles le chaos régnait...
354: Hey Shōsa(1) ! Manger vite, ça va refroidir sinon ! dit-il en me sortant de mes pensées.
452: Excuse-moi, j'étais perdu dans mes pensées...
336: Vous pensiez à quoi Hikiiru(2) ?
452: A Anubis... Pourquoi a-t-il fait surface maintenant ?
500: Bah la réponse est simple ! Pour tous nous buter ! Ah ah ah !
452: Parfois je regrette que tu ne sois pas resté en prison... dis-je avec un sourire presque moqueur.
500: Je sais j'suis lourd mais bon, une blague de temps en temps ça fait du bien ?
336: Parce que c'était une blague ? dit-elle avec le même sourire que le mien.
500: Roooh ça va ! Bon sinon, c'est quand qu'on a une mission, j'suis remonté à bloc ! J'ai envie de me faire des Jaffas !
354: On l'a tous remarqué, je crois. Sinon, êtes-vous au courant qu'on aurait donné les plans de nos Gokoku(3) aux terriens ?
452: Bluuurg... Keuf, keuf... Quoi ?! T'es sûr de toi ? m'étouffé-je.
354: C'était un peu en dernière page en effet, mais apparemment c'était bien officiel, on avait aussi déjà donné les plans de nos Y-405(4) il y a longtemps, juste après notre mission pour secourir O'Neill et Teal'c dans leur X-301, cependant, il semblerait qu'il manque quelques pièces comme notre mini-bouclier asgard.
452: Il manquerait plus qu'ils aient des technologies trop avancées pour eux...
336: Ils font quand même de l'exploration, donc des technologies avancées, ils doivent en trouver, rappelez-vous la fois où ils ont trouvé l'Androïde Reese.
452: C'est vrai et y avait pas que ça... murmuré-je en buvant mon verre, bon, j'ai plutôt bien mangé, on y va ?
354: De toute façon, tout ce qui appartenait aux Asgards est resté confidentiel, j'ai inspecté les plans donnés et tout ce qui venait des Asgards ou était goa'uld manquaient dessus, les terriens devront trouver une utilité à toutes ces places vides, répond-il en buvant un coup.
Haut-parleur: Equipe Kyuu, veuillez vous présenter en salle de briefing, équipe Kyuu.
500: A la bonne heure ! Allez, on se motive !
452: J'te rappelle que c'est pas toi le supérieur ici, dis-je en me levant rapidement, maintenant on y va.
On se dirige tous vers la salle de réunion, je me replonge dans mes pensées, c'est incroyable qu'un Goa'uld comme Anubis ait pu faire un bond technologique en étant hors-jeu depuis des siècles. Par ailleurs, il me semble que son nom était mentionné dans plusieurs anciens écrits datant de plus de deux mille ans, je pense qu'il avait participé à la Guerre des Cinq, à moins que je ne me trompe avec un autre... M'ouais, il y a de fortes chances que je me trompe totalement. Je regarde chaque membre de mon équipe avec un sentiment d'inquiétude, je ne saurai l'expliquer. Un flash se produit à ce moment, je m'arrête en m'appuyant contre un mur, je vois très rapidement une nuée lumineuse, s'envolant dans un ciel bleu, des sortes d'explosions se produisent autour, je distingue difficile ce qui ressemble à un Gokoku au-dessus d'un sol blanc. Lorsque je reprends mes esprits, je vois mon équipe hormis Ytsuka-500, retourné vers moi. L'un me demande si je vais bien, j'acquiesce et reprend vite la marche jusqu'à la salle de briefing. Une fois arrivés, on est tous surpris par la présence d'un Asgard, comme à son habitude, 500 ne salue pas notre hôte et reste de marbre face à lui. La réunion commence sans plus tarder.
Shōshō: Voici Freyr, il est venu avec des nouvelles préoccupantes.
Freyr: Le Commandant Thor a été tué...
452: Comment ?!
354: Euh...
336: Vous êtes sûr ?
Freyr: Oui, il a été envoyé avec notre seul vaisseau disponible pour faire reculer des vaisseaux goa'ulds, mais ils n'ont pas fui et ont détruit le vaisseau du Commandant. La planète qui a été attaquée par ces vaisseaux cache un laboratoire de recherche crucial pour l'avenir des Asgards. J'ai déjà été voir les terriens qui ont de suite accepté une mission, je viens vers vous pour une autre raison.
452: Laquelle est-ce ?
Freyr: Nous préparons une offensive plus importante, mais pour cela, il faut libérer nos vaisseaux engagés dans le combat contre les Réplicateurs, et j'ai peu de solutions à proposer. Je voudrais emmené l'équipe Kyuu pour réorganiser nos forces en action, si cela ne vous gêne pas Riku'Shōshō, un regard extérieur sera peut-être mieux que le notre.
Shōshō: Eh bien... je ne sais pas si...
452: J'accepte la mission ! coupé-je.
Shōshō: D'accord, vous pouvez y aller.
Freyr: Très bien, nous pouvons partir, le temps presse.
Après que tout le monde ait quitté la pièce, je retiens Ytsuka-500 par l'épaule.
452: Ecoute, c'est pas vraiment ton genre de mission, tu restes à la base.
500: J'espérais ne pas endurer ce supplice, merci... dit-il sur un ton des plus glacial.
Il part alors de son côté sans attendre, je ressens comme des frissons me parcourant le dos, il me semble avoir déjà entendu cette phrase, dans le même contexte... Je me mets en marche jusqu'au Stargate.

[Galaxie d'Ida, planète mère Asgaror]

On se fait téléporter moi et mes deux camarades dans un centre de contrôle, plusieurs écrans sont disséminés dans la pièce, plusieurs Asgards dont Týr sont présents. Il est difficile de les reconnaître, mais on s'y fait à force. Freyr nous emmène auprès du Général de la flotte, le Commandant Vali. Il coordonne l'assaut en l'absence et le remplacement du Commandant Thor.
Freyr: Voici les clones venus pour réorganiser la flotte.
Vali: Pourquoi les as-tu fait venir ?!
Freyr: Le haut conseil l'exige ! On a besoin d'eux.
Vali: Très bien, prenez les rênes ! me dit-il en partant brusquement.
Freyr: Veuillez l'excuser, il était très proche du Commandant Thor. Ces consoles, ici, donnent accès au réseau de communication qui relie chaque vaisseau que vous voyez sur cet écran. Les informations sont mises à jour en temps réel.
452: C'est possible de traduire les inscriptions sur les consoles ?
336: Je pourrais le faire.
452: La langue asgarde est assez complexe pour nous, je doute qu'on ait le temps de comprendre les ordres envoyés.
336: En effet, le temps nous manque pour traduire correctement...
Freyr: Nous avons cependant cet appareil là-bas qui télécharge des informations dans le cerveau d'une personne.
354: Il me semble reconnaître cette technologie... Ce n'est pas la vôtre, je me trompe ?
Freyr: En effet, c'est un artefact Ancien, une bibliothèque sur laquelle mes collègues ont travaillé pendant des années pour comprendre ce qu'il y avait dedans, nous en avons appris beaucoup. Depuis peu, nous avons pu mettre des informations asgardes dedans dont l'apprentissage de notre langue pour essayer, le dispositif semble fonctionner, mais il ne nous manque qu'un test...
452: Je veux bien essayer, je me débrouillerai mieux avec vos consoles si ça marche.
Freyr: J'ajouterai que, par sécurité, je vous enlèverai les connaissances ajoutées, on sait d'O'Neill que ça peut vous détruire.
Je m'avance devant l'artefact, alors que je me place devant, il s'allume, je regarde Freyr qui a l'air étonné, il m'informe que l'appareil n'a pas été activé. Je me retourne face à l'appareil qui réagit encore avant qu'une réaction en chaîne ne se provoque, ma tête est alors prise dans une sorte de casque, par réflexe, je touche ce qui est sur ma tête. Au touché, cela ressemblerait plus à des mains qui me tiennent la tête, au même moment, une lumière semble venir vers moi, je suis ébloui. L'appareil me relâche d'un coup, mais je n'ai pas la force de rester debout, je m'écroule à genou.
452: Aaah mes yeux !
336: Vous allez bien ? dit-elle en se précipitant vers moi, faites-moi voir ! Hum...
452: Je revois, je crois...
336: Vos yeux réagissent, la cornée n'est pas brûlée, vous avez été momentanément aveuglé, rien de grave.
452: Bon sang, Freyr, c'était quoi ça ? dis-je en me relevant.
Freyr: Le fonctionnement normal de la machine, enfin je crois. Regardez la console, y a-t-il des changements ?
452: Je ne vois rien de spécial...
Freyr: Il doit y avoir un petit temps d'imprégnation, que votre cerveau sache comment utiliser ce savoir. Normalement, ça ne devrait pas prendre longtemps pour vous, pour O'Neill c'était plusieurs jours.
Je prends alors un galet dans mes mains, le regarde intensément l'espace d'un instant, puis le place dans un coin du tableau, plusieurs vaisseaux passent à l'offensive sur les Réplicateurs. Par un autre geste, j'en déplace un autre, un groupe se replie.
Freyr: Vous êtes sûr que ces manoeuvres sont nécessaires ?
452: Je ne sais pas... Je comprends pas les ordres que je donne, mais... ça me semble instinctif...
354: Et nous, que peut-on faire ?
Freyr: Avez-vous analysé l'IA de l'Androïde ?
336: Nous n'avons pas très bien compris ces fonctions...
Freyr: Nous avons peu avancé de notre côté aussi. Je voudrais que vous étudiiez...
Je ne fais plus attention à leur discussion, je me concentre davantage sur la flotte. Je semble regrouper une flotte pour l'envoyer dans un espace vide non loin d'un combat, je m'efforce de ne perdre aucun vaisseau. Ils sortent d'hyperespace quelques minutes après que mon ordre leur est parvenu, je décide de replier les vaisseaux en plein combat et envoie la flotte en attente dans le vide spatial. Deux minutes après, ils engagent l'ennemi, la bataille est à notre avantage d'après ce que je vois. Un vaisseau Réplicateur se replie pendant la bataille, les autres sont détruits. Je ne prends pas en chasse le dernier, il y a sûrement un piège derrière cette retraite.
Le secteur de combat est nettoyé, je détache trois vaisseaux de la flotte et les faits rentrés sur une planète de la bordure extérieure de la galaxie, la planète Halla. Le temps qu'ils arrivent, je renforce la flotte avec une réquisition de cinq vaisseaux supplémentaires et les envoie en territoire ennemi. J'espère que les Réplicateurs iront droit sur eux pour se défendre, j'ai quand même laissé l'ordre d'abandonner la mission si jamais il y a trop de résistance.
Cinq minutes plus tard, les trois vaisseaux de combat asgards sortent d'hyperespace au-dessus de Halla. Je donne un ordre d'attente.
452: C'est bon, j'ai détourné l'attention des Réplicateurs le temps qu'on se débarrasse des vaisseaux d'Anubis.
Freyr: Intéressant... dit-il en me fixant étonné.
354: Euh... Vous avez dit quoi ?
452: Que j'ai détourné l'attention des Réplicateurs, on peut y aller ?
336: Qu'est-ce que... C'est pas normal que ça fasse ça, si ?
Freyr: Je suis moi-même surpris... Mais O'Neill parlait la langue des Anciens quand il est venu ici, peut-être est-ce un effet secondaire...
452: Quoi ? De quel effet vous me parlez ?
354: Hum... Shōsa, on ne vous comprend pas... en fait vous parlez asgard.
Freyr: Enlever les connaissances devrait régler le problème.
L'Asgard tend alors sa main vers moi avec dans celle-ci un galet, je sens alors un froid me parcourir puis pour une raison inconnue, je m'écroule au sol. J'ouvre les yeux sur le plafond de la pièce, je sens alors une douleur à la tête. Je pose ma main sur mon front et me relève lentement.
Freyr: Vous êtes tombé inconscient l'espace de trente secondes, comment allez-vous ?
452: J'ai connu mieux pour ma tête ! Bon, nous devons partir pour... une planète... euh...
Freyr: Pour Halla... Pourquoi pas...
On est téléporté devant le Sutāgeito avec Freyr, ce dernier s'active aussi rapidement que notre apparition, on le traverse et nous retrouvons devant une baie vitrée donnant sur la ville au contrebas d'une vallée boisée. On a à peine le temps d'admirer la vue qu'on est à nouveau téléporté à bord d'un des vaisseaux de combat en orbite. C'est Vidar qui est aux commandes de celui-ci.
Vidar: Bienvenue à bord ytsukien, mon nom est Vidar, Commandant du Muspellheim.
Freyr: Il n'y a plus de temps à perdre Vidar, mets le cap sur notre laboratoire de recherche !
Vidar: C'est comme si c'était fait, je transmets l'information aux autres vaisseaux.
On rentre rapidement en hyperespace, il faudra une heure avant d'être à notre destination. Pendant ce temps, je me balade dans le vaisseau afin de réfléchir.

[Une heure plus tard]

Je suis de retour sur la passerelle de commandement du vaisseau, on s'apprête à sortir d'hyperespace. La balade m'a fait du bien, j'ai surtout passé la plupart du temps devant les fenêtres, j'aime bien les couleurs du couloir hyperespace, ça détend je trouve. On revient en espace conventionnel plus tôt que prévu pour prendre compte de la situation dans le système.
On remarque tous un Teltak qui fuit le Ha'tak ennemi, Vadir positionne le vaisseau pour défendre le Teltak.
Freyr: Ouvrez un canal vers le vaisseau goa'uld.
Vadir: Tu veux leur dire quoi ?
Freyr: Ma façon de penser.
Vadir: Tu peux y aller !
Freyr: Ici Freyr de la planète asgard, les vaisseaux qui vous font face sont bien plus puissants que celui que vous venez d'attaquer. Nous défier serait signer votre arrêt de mort !
Vadir: C'est ça ta façon de penser ?
Freyr: Laisse tomber Vadir.
Après quelques instants, le vaisseau ennemi prend la fuite, on téléporte donc SG-1 et le scientifique Asgard Heimdall à bord. Le Teltak est arrimé à la coque du Muspellheim, on passe directement après en hyperespace direction la planète Terre.
Pendant ce petit trajet, j'interroge SG-1.
452: Ira'shai(5), comment allez-vous ? demandé-je, hum... où est le docteur Jackson ?
Jack: Malheureusement... Il nous a quittés...
452: Mes excuses, je...
Sam: Vous ne pouviez pas savoir.
452: Excusez-moi tout de même... dis-je en me prosternant, quelle était votre mission ?
Jack: Sauver les recherches des Asgards, mais surtout sauvé Thor !
452: Thor est donc en vie ?!
Teal'c: Il est ici même.
452: Comment va-t-il ?
Sam: Il est inconscient depuis qu'on est à bord, il a un appareil goa'uld dans le cerveau...
Heimdall: Ne vous en faites pas, nous allons nous occuper de ça.
On arrive en orbite de la Terre, SG-1 est immédiatement téléporté, Freyr a été téléporté aussi. Vadir met alors le cap sur Fukkatsu. J'interroge cette fois-ci l'Asgard Heimdall.
452: Pour le peu de temps qu'il nous reste, je me demandais, quelles sont vos recherches ?
Heimdall: Je travaille sur notre clonage, on a retrouvé un Asgard cryogénisé datant d'avant le programme de manipulation génétique, j'étudie son ADN pour trouver une solution à notre dégénérescence cellulaire.
452: Et notre savoir génétique des Alterans, ne vous en êtes-vous jamais servi ?
Heimdall: Evidemment que oui, mais notre programme génétique est différent de celui des Anciens. Et vos scientifiques, tout comme nous-mêmes, n'ont pas trouvé de solutions au problème jusqu'à maintenant. Vous n'êtes pas aussi avancé dans ce domaine que vous pensez l'être malgré le savoir des Anciens. Et les recherches menées par ces "Anciens" là, ne sont éthiquement pas approuvées par le Conseil.
452: Si je comprends bien, vous ne souhaitez pas utiliser la base de données des Alterans ?
Heimdall: C'est exact. Nous avions déjà essayé par le passé et ce que nous y avions trouvé était... Indescriptible... Nous n'avions jamais vu pareilles horreurs. Je me demande toujours comment vous pouvez tolérer ce...
Je suis d'un seul coup téléporté dans la plaine de Minagoroshi avec mes deux coéquipiers. Je souffle une seconde et prends le chemin pour la base, il faut maintenant faire le rapport de mission... Comment expliquer le fait que je me suis pris la tête avec une technologie Ancienne ? De toute évidence, ce que j'ai vu des problèmes des Asgards indique qu'ils ne vont pas beaucoup nous aider dans les prochains mois voire années à venir... Un chaos sans nom règne dans leur galaxie, combien de temps vont-ils tenir ? Dans le futur, ils sont morts, mais est-ce vraiment de cette façon ?
De plus, en repensant à ce que m'a dit Heimdall, je m'interroge maintenant sur les Alterans. Je ne sais pas grand-chose de leur histoire, je pense me renseigner à l'avenir sur eux et ce qu'on a pu traduire de leur recherche.

[Lexique]
 
SPOILER
1. Commandant
2. Désigne un super clone spécialisé stratège/chef d'équipe
3. Premier croiseur ytsukien construit
4. Chasseur intercepteur ytsukien
5. Equivalent de bonjour/bienvenue



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 03 Avril 2019 18h21
| Message #37


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 11 – Fukizuki, mois de la liberté

[Planète Fukkatsu, plaine de Minagoroshi, 17h41]

Le Sutāgeito s'enclenche, des visiteurs sont en approche. Le peloton de défense, composé d'une cinquantaine d'hommes, se met en position de combat. Le kawoosh apparaît et installe le vortex. Un Furain'kyū(1) émerge de la flaque, immédiatement les senshi baissent leurs armes et s'écarte du chemin. De grands véhicules arrivent par le Stargate et se dirige vers la capitale Heian. Le gradé se dirige vers la radio et entre en contact avec des senshi sur la route des camions.
Riku'Jun-i(2): Ici le Riku'Jun-i du peloton de défense, ravitaillement en approche, je répète, ravitaillement en approche.
Sōchō(3): Ici le Sōchō du régiment de défense, message bien reçu !
Les camions parcourent plusieurs kilomètres depuis le centre de la plaine où se trouve l'Anneau. Ils arrivent à une place fortifiée stratégique au passage de Shutsugeki, là où s'arrête la chaîne de montagne formant une vallée étroite, la route conduisant directement vers la capitale ytsukienne. Le passage est vite autorisé après une inspection sommaire de la cargaison. Le régiment s'autorise une collecte dans les ressources importées d'un monde agricole ytsukien, les principales cultures étant du rō'kassa(4) et du kome(5). Afin d'assurer le contrôle de ses ravitaillements en nourriture, après la Guerre des Cinqs, les Ytsukiens ont entrepris de faire des fermes sur un monde lointain et ainsi ne jamais manquer de nourriture, l'eau n'étant pas un très grand problème avec les glaciers et sommets enneigés sur certains flancs de montagnes, alimentant de fait nombres de rivières et cours d'eau.
En ce mois de fukizuki, l'un des quinze mois du calendrier du Clan situé en fin d'année, c'est les préparatifs de la célébration de la libération, deux divisions de la légion Amaterasu répètent une dernière fois le défilé militaire de demain, certains civils préparent l'équipement militaire d'époque, d'autres leurs tenues traditionnelles. Tout un style de vie renaît de ses cendres le temps d'une journée dans le mois, pour rendre hommage aux combattants de la liberté, morts lors de la Guerre des Cinqs. Le Shuchō écrit son discours qu'il prononcera aux crépuscules du second soleil après le défilé de demain. Le Clan ne semble n'avoir que ce jour en tête chaque année, dans les villages dispatchés autour des deux capitales, les Ytsukiens sont aussi impatients à l'arrivée de la célébration.

[Chambre du Conseil, 17h45]

Le Gens'Riku'Taishō Yamamoto Izumo, aussi impatient que le reste de ses camarades ytsukiens, prépare un discours à l'intention de l'intégralité des forces militaires, qu'ils soient dans les bases ou dans les vaisseaux en orbites. Un senshi entre dans son bureau.
Senshi: Grand Gens'Riku'Taishō !
Yamamoto: Qu'y a-t-il senshi ? dit-il sans levé le regard vers lui.
Senshi: Les dispositions pour le défilé de demain, ainsi que la tribune de discours sont prêtes dans les temps.
Yamamoto: Merci senshi, dis-moi...
Senshi: Oui, Gens'Riku'Taishō ?
Yamamoto: Y a-t-il des équipes encore en mission ?
Senshi: Six, me semble-t-il. Ils ont reçu l'ordre de rentrer au plus tard ce soir, dans la mesure du possible.
Yamamoto: Très bien. Vous pouvez disposer.
Senshi: A vos ordres !
Il se met au garde-à-vous avant de quitter la pièce. Bien qu'il y ait peu de personnes pensant de même, le dirigeant militaire voit les clones comme des semblables, et non pas comme de la chair à canon à sacrifier. Le sort de chaque individu, aussi identiques soient-ils, lui importe énormément.

[Lendemain, après un déjeuner traditionnel]

Les forces armées du Clan défilent au son de l'orchestre. Régiment de chars, canon levé au ciel, au centre, colonnes de clones et super clones de chaque côté, marchant au pas. Des chasseurs Y-405 ainsi que de vieux modèles du chasseur survolent les troupes en escadrille de cinq dans une formation en V. Des vaisseaux Gokoku et un croiseur YTS font aussi une apparition. Les bannières du Clan flottent sur toute l'avenue principale ainsi que dans les mains de certains soldats.
Plusieurs caméras retransmettent sur le yuusen la marche, permettant à tout ytsukien de voir ce spectacle annuel. L'intégralité des troupes s'arrête sur la grande place Gen'ronji(6), donnant sur la Chambre du Conseil. Une estrade y a été montée pour les représentants du peuple, ainsi qu'aux dignitaires militaires. Après un discours orienté vers la puissance militaire par le Shuchō, le Gens'Riku'Taishō s'avance à la tribune, décoré du drapeau ytsukien.
Yamamoto: Camarades, aujourd'hui est un jour qui nous est cher. C'est le jour où nous avons défait à jamais notre destin d'esclaves, ainsi que le commencement de notre puissance. C'est le jour où, sous la souffrance et la mort, notre espoir s'est élevé vers un nouveau niveau d'existence. Notre force n'a aucune limite, tout comme notre ambition d'anéantir ses êtres maléfiques. Voyez où nous sommes arrivés, voyez comme nous sommes toujours aussi vivants ! Rempli de joie, tout comme de peine. Senshi, gardien de la liberté, vos efforts ainsi que ceux de vos frères morts au combat pendant des batailles interminable, ne seront jamais oubliés ! Senshi, bientôt arrivera le temps de la paix, ce jour-là, enfin ! Vous n'aurez plus besoin de survivre sur un champ de bataille, quel qu'il soit. Mais à la moindre autre menace, je sais que vous reprendrez les armes pour défendre notre patrie. Il ne faut pas baisser notre garde à n'importe qui. Mais ne fermons pas nos portes pour autant. D'autres peuples dans la galaxie, dans l'univers, rêveraient, je pense, à vivre en harmonie avec autant de civilisations qui soit. Rien ne pourra nous enlever notre fierté de vivre libre. Depuis tous ces siècles, les Goa'ulds ont-ils réussi à détruire cela ? Non, alors qui le pourra ?! Personne ne le pourra ! Montrons pour toujours notre détermination, notre ambition, notre puissance ! Combat, Fraternité, Honneur ! hurle-t-il en se mettant au garde-à-vous.
Derrière les postes de retransmissions, par delà les écrans et les postes radio, chaque senshi se lève et pose son poing contre son cœur, avec grande fierté, les civils font de même. Plusieurs chars, chargés à blanc, tirent une salve à tour de rôle sur la place. Une musique suit le discours du Maréchal Yamamoto, une chanson militaire connue par tous. L'usure du temps a fait que les paroles sont dans un dialecte ancien du ytsukien, mais toujours compréhensible, elle est une part de la culture ytsukienne.
Poste: « Au-delà de notre rêve,
Au-delà de notre imaginaire.
Se tient une réalité,
Se tient un éternel.

Notre liberté est notre,
Notre savoir est notre.
Levons-nous,
Rebellons-nous.

Contre les faux dieux,
Notre colère n'a aucune limite.
Contre les démons,
Notre haine n'a aucune frontière.

C'est notre chance,
C'est notre espoir !
Amaterasu tu payeras,
Ainsi que tes comparses !

Le shinto renaîtra,
Notre Clan durera.
Jusqu'à la fin des temps,
Notre Clan prospérera. »

[Lexique]
 
SPOILER
1. Appareil de reconnaissance autonome alteran
2. Adjudant
3. Sergent-major
4. inspiré de tōmorokoshi => maïs; le rō'kassa est une variante de kassa ne provoquant pas de dépendance.
5. signifie riz.
6. Gen'ronji > vient de genronnojiyuu signifiant liberté de parole, discours libre


Ce message a été modifié par ytsuka452 le Samedi 20 Avril 2019 15h22



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 06 Avril 2019 15h47
| Message #38


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 12 – Opérationnel

[Plusieurs mois après, planète Fukkatsu, base Tokkun, 14h46]

Mon équipe et moi avons été convoqués en salle de briefing d'urgence, un incident s'est produit sur une zone archéologique censée être sécurisée. La nature de l'incident n'est pas vraiment précise, l'équipe de chercheurs a cessé toute communication dans la ruine récemment découverte, nous devons la sauver. D'après mon Shōsa(1) 354, les installations ont une date estimée proche du déclin de la civilisation Alteran et la même architecture que toutes les structures trouvées jusqu'à présent. De son expérience personnelle sur le terrain, il y a des années que le Clan recherche ce site qui pourrait être d'une valeur importante. On se prépare en vitesse pour porter secours à l'équipe scientifique et savoir ce qui a provoqué cet incident.
La téléportation à bord d'un de nos vaisseaux spatiaux puis la retéléportation sur zone est un moyen de transport des plus rapide ! On se rematérialise sur la zone de fouille qui se situe dans un désert lointain. Ytsuka-500 n'est pas totalement satisfait de ce type de mission, le sauvetage semble peu lui importer, encore un caprice qui ne fait qu'augmenter mon agacement envers lui. En observant le campement de surface, il semble évident qu'il n'y a pas eu d'activité depuis un moment. L'état des lieux suggère même qu'ils ne sont jamais remontés à la surface après être descendus sous terre. J'ordonne le déploiement d'un Furain'kyū(2), afin d'avoir une reconnaissance efficace, mon Riku'Chūsa(3) 336 le sort de son sac à dos avec la télécommande qui contrôle l'engin. Elle le fait entrer dans un tunnel aménagé, que nous empruntons tout juste après son passage. A force de s'enfoncer sous terre, dans une descente assez raide, la lumière du jour se raréfie. L'obscurité de la ruine nous oblige à allumer les torches installées sur nos armes, nous avançons avec prudence, qui sait-ce qui a pu arriver à l'autre équipe.
Après plusieurs minutes de recherche, j'arrive en vue d'une paroi découpée. En entrant dans le couloir, l'aspect des murs est détonant, nous sommes enfin à l'intérieur. On découvre très vite un gouffre, d'après les détecteurs de la sphère lévitante, le trou plonge sur presque cent mètres. A quoi cela pouvait-il bien servir ? Cela dit, ce n'est pas mon objectif, mais si la cloison a été découpée, c'est que l'équipe est passée par ici.
336 remarque, dans le coin d'un pilier porteur, un morceau de corde coupé par une forte charge, Ytsuka-354 me confirme que c'est bien un poids important qui a fait céder la corde, elle pourrait supporter cinq senshi chargés comme nous, ce qui n'était pas le cas de l'équipe scientifique. Le pessimiste du groupe ne souhaite en aucun cas descendre là-dedans, sous prétexte que l'équipe de civil est forcément morte. En tant qu'Hikiiru, c'est la réplique de trop, je décide de l'évincé de l'opération. Je demanderai la réaffectation de ce kurōn, je ne supporte plus ses caprices depuis un temps, en plus d'avoir un mal-être en sa présence. Nous continuons donc la mission à trois.

[Une heure après]

Nous nous sommes engouffrés profondément dans la structure, mais aucune trace de l'équipe disparut jusqu'à présent. On continue de fouiller le bâtiment, bien qu'on pense que la ruine est peut-être bien cinq fois plus grande que les archéologues ne le pensaient. La sonde alteran n'a rien trouvé jusqu'à présent hormis des couloirs, des portes verrouillées et de la poussière. D'un coup, nos torches s'éteignent toutes, nous nous retrouvons dans le noir le plus complet. C'est impossible que la batterie soit déjà déchargée, nos équipements sont toujours vérifiés avant de partir en mission ! Elle se rallume alors comme si rien ne s'était passé, j'entends alors un bruit étrange, retentissant dans le couloir. Je pointe ma torche dans la direction d'où semble provenir le bruit se rapprochant rapidement. Très vite, le bruit s'apparente à un rire, un rire qui me donne la chair de poule. Je ne vois absolument rien, je commence à penser que c'est peut-être un piège, mais qui voudrait nous piéger ? Mes camarades ne semblent pas réagir du tout, ce qui me déroute.
452: Vous avez un visuel ?
354: Sur quoi Shōsa ? ?
452: Vous n'avez pas entendu ces rires ?
336: Quels rires ?
354 se met subitement en joue, l'air tremblotant.
354: Vous... vous... avez vu ?! dit-il apeuré.
452: Non, tu as vu quoi ?
354: Je ne sais pas, mais... c'était pas comme nous !
Mes deux coéquipiers commencent à perdre leur sang-froid. Ils se tournent de l'autre extrémité du couloir. Je ne sais que faire, si nous ne voyons, ni n'entendons les mêmes choses, que se passe-t-il alors ? En faisant face au couloir sombre d'où provenait le rire, je sens comme une main des plus froide parcourir mon cou et m'empoigne pour m'étrangler. Mes camarades, m'entendant crier, se retourne vers moi, ils pointent leurs armes sur moi avant de les détourner et tire une balle à côté dans l'obscurité du couloir d'où nous sommes venus, à ce moment, je respire à nouveau normalement, mais je sens ma gorge déformée par la main, je tombe à genou pour tousser un coup. Je sens les mains de mes deux coéquipiers me relever, en relevant ma tête vers l'obscurité du couloir non exploré, j'aperçois deux clignotements identiques et synchrones.
452: Oh non...
354: Qu'y a-t-il Shōsa ?!
452: Un... Goa'uld... juste en... face ! dis-je avec douleur.
Il se révèle alors à la lumière de ma torche au sol, le Goa'uld s'avance avec assurance et pointe son Kara'Kesh vers moi, une lumière jaillit de ce dernier par le cristal central et vient se poser sur mon front, je sens alors une douleur venir d'un coup, j'en hurle ! Je ne peux savoir d'où vient cette souffrance, elle semble être partout dans mon corps. Je perds finalement conscience.
En me réveillant, je remarque que je suis seul, ma torche est au sol et toujours allumée. Je n'ai plus aucune douleur, je me lève et ramasse mon équipement à terre. Il n'y a aucune trace de mon équipe, je commence à avancer dans le noir de l'installation abandonnée. A une intersection, trois choix s'offrent à moi, j'observe rapidement ma boussole, elle tourne en rond sans s'arrêter, aucun moyen de savoir où je vais. Il n'y a aucun signe de vie et la peur commence à me gagner, je tente de contacter mon équipe par radio, mais personne ne répond. Que se passe-t-il donc à la fin ? J'empreinte le couloir de droite, après quelque pas au loin j'aperçois une lueur, je décide de courir pour la rejoindre, jusqu'à ce que j'entende des pas lourd. Je me cache entre deux piliers, ça ne peut être des Jaffas, on l'aurait su s'ils étaient venus à vaisseau ou par l'Anneau... Qu'est ce qu'il se trame dans cette installation ?!
En m'approchant le plus silencieusement possible, je remarque une lumière rouge de forme identique au robot du futur. Je me cache à nouveau derrière un pilier, mon coeur s'accélère rapidement, je sens une boule très lourde dans mon estomac, ma main tremble légèrement... J'ai peur... je suis paralysé de peur. Un robot passe à côté de moi sans me remarquer. J'ai bien cru que j'allais avoir une attaque ! Alors qu'il s'éloigne dans l'obscurité du couloir, je regarde s'il a un copain là où il était. Rien à l'horizon, du moins, c'est tout ce que je distingue dans la pénombre. Je m'avance lentement, le doigt sur la gâchette, misant tout sur mon ouïe. Je n'entends plus le droïde qui était derrière moi... tant qu'il ne revient pas... Une porte à gauche attire mon attention, j'appuie sur un bouton, alors que je m'attendais à aucune réaction, à cause du courant inexistant, une étoile à huit branches tourne sur la droite et l'accès s'ouvre en se séparant en deux parties. En entrant prudemment dans la pièce, j'aperçois un terminal de contrôle. Je m'y précipite et entre dans le système. J'observe toutes les informations affichées, mais je ne suis pas assez connaisseur de la langue Alteran pour comprendre ce qui est marqué. Soudain, une voix d'apparence féminine vient jusqu'à mes oreilles.
Inconnue: Vous êtes un spécimen intriguant.
452: Qui a dit ça ?! exclamé-je en me retournant l'arme en joue, non... C'est peut-être... Une hallucination !
Inconnue: Je vous observe depuis un moment et... Je dois dire que ce fut... Très instructif.
452: Qui est là ?! Montrez-vous !
Inconnue: Je ne peux me matérialiser, je n'ai pas cette faculté. Votre mémoire est étrange... Il semblerait que vous ayez plusieurs... vies ? Vous êtes comme vos deux amis. Le troisième est... néanmoins, j'ai du mal à comprendre tant de savoir alors que vous ne semblez n'avoir même pas dix années de vie. C'est un peu comme...
452: Comme quoi ?
Inconnue: Confidenciel ! Comme je suis gentille, on va jouer à un jeu.
452: C'est vous qui avez fait tout ça ?!
Inconnue: De quoi ? Vos visions ? Non... C'est vous qui vous êtes infligé ça ! Je n'ai fait qu'étudier votre comportement à tous les trois.
452: Suis-je toujours dans votre illusion ?
Inconnue: Je ne vous parlerai pas si ce n'était pas le cas.
452: Libérez-moi !
Inconnue: Pourquoi ferais-je une chose pareille ? Vous êtes bien trop intéressant pour que je vous laisse partir, il y a tant de choses que je veux savoir, que je veux comprendre !
452: Nous arrangerons ça quand vous m'aurez libéré.
Inconnue: Je ne peux accéder à votre requête. Ca fait tellement de temps que je sommeille dans ces lieux...
452: Si vous dormiez, qui vous a réveillé alors ?
Inconnue: Vous le savez, je lis dans vos pensées, j'analyse votre conscience.
452: L'équipe archéologique... Qu'ont-ils fait ?
Inconnue: Ils ont remis le courant dans l'installation, je me suis remise en fonction, je les ai analysés comme je le fais avec vous. De ce que je peux vous dire c'est qu'actuellement... Hum... Ils ont peur, très peur... Ahahah ! s'amuse-t-elle.
452: De quoi ?
Inconnue: Je cherche le terme... d'un... Goa'uld ? Oui, c'est bien ça ! Marrant qu'une espèce aussi primitive soit à ce point effrayante !
452: Il n'est pas nécessaire de nous faire souffrir !
Inconnue: Je ne suis aucunement responsable de ses visions ! C'est votre inconscient qui parle ! Mais je peux faire ça si vous souhaitez tant que je provoque quelque chose !
Une sorte de bruit très aigu et continu s'infiltre dans ma tête, tellement fort qu'il me met à genou presque aussitôt, je ne peux me retenir de couvrir mes oreilles bien que ça n'est aucun effet. Je tente alors de calmer le jeu entre moi et cette intelligence. Cette discussion me paraît surréaliste, je ne sais pas si je dois vraiment faire confiance en cette intelligence ou si c'est une autre hallucination. Je suis perdu, déboussolé, je déambule dans les couloirs sombres tout en continuant à parler à cette voix venue de nulle part. Je marche jusqu'à des intersections de toutes sortes, je débouche finalement sur une salle inondée de lumière avec des personnes d'allure humaine, mais c'est encore une hallucination. Les personnes forment deux lignes de chaque côté de moi, comme si j'avançais sur un drap d'honneur au sol. Arrivée au milieu de la pièce, les lumières s'éteignent complètement, les yeux des hommes scintillent d'un rouge très vif.
Inconnu: Vous êtes né pour servir ! Vous êtes né pour être une arme ! Vous êtes notre objet !
452: Non...
Inconnu: Votre destin est de commander ! Votre finalité est la mort !
452: Non...
Une ombre aux yeux rougeoyants apparaît plus loin, elle court vers moi, armée d'un katana et au moment de traverser comme un fantôme, murmure quelques mots.
Inconnu: Goûte à la mort... mort... mort...
Sur cette dernière phrase, le décor change du tout au tout, je me retrouve à nouveau dans un couloir, à une intersection entre quatre couloirs. Je commence à voir une explication, je ne suis plus conscient dans la réalité, je suis dans un rêve manipulé. L'intelligence, que je soupçonne être une IA, a une emprise sur nous d'une certaine manière, mais laquelle ? La simple introduction dans notre esprit est bien trop simple, il aurait fallu qu'on... Comment a-t-elle fait pour nous neutraliser ?
Inconnue: L'un d'eux n'a pas tout à fait tort en soi.
452: Alors vous entendez tout ça ?!
Inconnue: Oui, je vous analyse, je vous le rappelle.
452: Evidemment, suis-je bête... murmuré-je. Arrêtez ça maintenant ! Laissez-moi ! hurlé-je de colère.
Inconnue: Je fais ce que je veux !
Le son aigu revient de plus belle me mettre à genou, en relevant la tête, j'aperçois un nouveau décor, les ombres forment cette fois un cercle autour de moi, me fixant de leurs yeux rouges perçants. Je ne peux plus bouger, par réflexe, je sors mon arme de poing, et la dirige vers les êtres m'entourant. La raison me revient vite, je ne peux rien contre eux.
Voix: Vous êtes défectueux ! Vous n'êtes pas à la hauteur !
452: Non ! crié-je, je ne suis pas un esclave !
Inconnue: Que c'est divertissant tout ça ! dit-elle d'un air joyeux.
Voix: 445 est mort par votre faute ! Vous serez remplacé ! Vous serez exécuté pour désertion !
452: Je suis... Je suis...
Inconnu: Opérationnel !
Inconnue: Qu'est-ce qu... Ce n'est pas possible... Non... Non ! Ne fait pas ça ! Non ! hurle-t-elle aussi fort qu'elle pouvait.
Sans comprendre ce qu'il me prend, je mets mon arme sur ma tempe. Je ne semble plus contrôler mon corps, mon doigt appuie sur la détente sans que je puisse l'arrêter. Alors que j'entends le coup de feu, j'ouvre soudainement les yeux sur le plafond du couloir. Je me relève rapidement, observe une partie du couloir éclairé par ma torche au sol, je suis revenu au point de départ, je crois. Je remarque un camarade non loin de moi, l'autre étant juste à côté de moi, suis-je sortie de l'illusion ? Je ramasse ma lampe et éclaire les couloirs. Je ne vois ni n'entends rien. Je tente de ranimer mes amis, mais sans succès. La réanimation semble possible en subissant la mort virtuelle dans l'inconscient. Je décide de prendre la télécommande de la sphère, il ne semble n'avoir rien trouvé. Par curiosité, je regarde un programme d'analyse d'environnement, la sonde a enregistré un pic d'énergie dans les couloirs qu'il a exploré. En repassant le moment capté par la caméra, je vois de quelle manière l'IA nous a capturées. Une sorte de mur électrique, sûrement un peu plus puissant qu'un Zat'Nik'Tel, a fait le tour des couloirs de toute l'installation. Nous avons été pris dedans, nous ne pouvions pas l'esquiver. Il faut que je trouve la source d'énergie et la couper au plus vite, je pars alors au pas de course. J'essaie en chemin de contacter Ytsuka-500, mais soit nous sommes trop bas sous terre, soit il est aussi prisonnier de l'IA. Je tourne et retourne aux différentes intersections pour tomber sur différentes salles sans importances.
Après plusieurs dizaines de minutes de recherche, je tombe sur une porte ouverte donnant sur une immense salle avec des sortes d'énormes demi-sphères, au sol et au plafond de la gigantesque pièce, générant des arcs électriques impressionnant dans le vide les séparant. J'avance, sur ce qui semble être une passerelle, jusqu'à un terminal allumé, une roue crantée se situe dans le coin en haut à droite avec une plus petite en dessous de la première. Des flashs me viennent sur l'utilisation de cette machine, je vois la main d'un homme tourner la roue, faisant défiler les onglets à l'écran. Sans la connaissance de la langue des Alterans, j'ai du mal à m'orienter dans les systèmes, j'en choisis alors un au hasard. Une jauge avec plusieurs indications apparaît, il semble qu'il n'y ait plus beaucoup d'énergie, les arcs électriques n'en sont pas moins violents. J'appuie sur un bouton du clavier situé à côté de l'écran, tout s'éteint alors sous mes yeux hormis la console qui semble alimentée indépendamment de l'installation entière. Je ressors ma torche et tente de joindre mon équipe par radio. Au bout de quelques de minutes, ils répondent enfin à mes appels, je me sens comme soulagé.

[Un quart d'heure plus tard, salle de contrôle principal]

Après nous être retrouvés sans encombre, moi et mon équipe sommes repartis à la recherche de l'équipe d'archéologues qui a pris rapidement contact, en réponse à nos appels radio ouverts. Nous nous sommes retrouvés dans une salle de contrôle qui semble être la salle principale des commandes, à cause de la présence de nombreux moniteurs. Tout est vite expliqué les archéologues, ces derniers ont remis les systèmes en marche et en voulant s'introduire dans le système ont réveillés un programme qui, au premier abord, semblait être qu'un programme de diagnostic.
Après la manifestation de ce programme, c'est le cauchemar qu'on a tous vécu qui a commencé. Mon Shōsa a été poursuivi par des centaines de Jaffas, mon Chūsa, elle, a vécu la torture goa'uld. Mais ce qui est le plus étonnant est que, nous trois, avons vécu un harcèlement sur notre condition d'être créé artificiellement. Nous avons tous les trois vécu la même chose presque à l'identique.
Nous remontons tranquillement, alors que je passe en premier, je vois le Riku'Chūi(4) adossé contre le mur, le regard ténébreux. Il semblerait qu'il ait aussi vécu les hallucinations.
500: On se casse maintenant ?! demande-t-il d'un ton agacé.
452: Ca va ?
500: Très bien, dit-il en détournant le regard.
452: Tu as eu des visions ?
500: J'ai dit, très bien ! appuie-t-il.
Je n'insiste pas, j'aide les archéologues à monter la corde, une fois la dernière personne parmi nous, on sort de la ruine. Alors qu'on s'habitue tous à la lumière extérieure, je remarque au loin, des vaisseaux venir ainsi que des Y-405. Je prends des jumelles et constate que ce sont des Gokoku qui approchent rapidement. Plusieurs chasseurs passent au-dessus de nos têtes, volant en formation serrée. Une équipe apparaît alors devant nous, plusieurs dizaines de heishi commandés par un Sōchō(5).
Sōchō: Riku'Shōsa SkYh-452 ?
452: En personne, qui êtes-vous ?
Sōchō: Je suis le Sōchō, matricule KH-1536, de la légion Hachiman !
452: Qu'est-ce que cela signifie Sōchō ?
Sōchō: Nous avions perdu contacte avec vous depuis maintenant quinze heures, les Shōshō nous ont alors rassemblés pour investir la base !
452: Autant de temps ?! répondé-je surpris, cependant tout est entré dans l'ordre Sōchō, nous avons retrouvé les archéologues sains et saufs.
Archéologue: Si jamais d'autres personnes descendent en bas et touchent aux processus, qu'ils n'activent pas celui-ci, annonce-t-il en donnant un papier.
Sōchō: J'en informerai le Shōshō monsieur ! Shōsa, voulez-vous être téléporté à la base ?
452: Volontiers !
Nous sommes tous téléportés, puis retéléportée à la base Tokkun, le Shōshō attend dans la salle de briefing. Il est content de nous revoir, il souhaite un rapport au plus vite. On explique alors rapidement ce qu'il s'est passé là-bas. Il nous libère très vite pour passer un coup de fil à un supérieur. L'équipe se disperse chacun de leur côté, je reste en salle de briefing, attendant que toute l'équipe soit partie. Je me dirige vers le bureau du Shōshō, toque une fois et entend l'autorisation de rentrée.
Shōshō: Que voulez-vous Shōsa ?
452: J'aurai aimé vous parler du Riku'Chūi SkY-500.
Shōshō: Je n'ai pas encore appuie sur appeler, vous pouvez.
452: Il est souvent opposé aux ordres et je le trouve de plus en plus instable.
Shōshō: En ces temps, je ne peux pas remplacé ce membre de votre équipe, je peux cependant le suspendre le temps d'avoir une analyse psychologique sur son comportement. Mais je ne pense pas que ce soit du goût du Shuchō et du Gens'Riku'Taishō.
452: Merci quand même, Shōshō, dis-je en me prosternant. Quelle que soit la décision, je l'accepterai.
Je quitte son bureau et pars en direction de mes appartements. Un flash me vient, celui-ci me semble violent, au point de m'écrouler à genou. Je peux voir dans ce flash le Colonel O'Neill qui est sur un fauteuil, il ferme les yeux et je vois à nouveau cette nuée lumineuse monter dans un ciel bleu. La vision se précise, un Gokoku est présent, mais aussi un bon nombre de Y-405 et de planeurs Jaffa. Un être en armure noir, avec des lueurs bleues comme yeux, se tient en joue contre SG-1, je me souviens avoir déjà vu cette armure noire brillante.
Sam: On ne tiendra pas longtemps mon Colonel ! Nel ! Nel !
Je reprends mes esprits soudainement, je me relève doucement tout en regardant de chaque côté du couloir. Par chance, personne ne m'a vu dans cet état. Je sens que quelque chose d'important va bientôt arriver...

[Lexique]
 
SPOILER
1.Commandant
2.Appareil de reconnaissance autonome alteran
3.Lieutenant-Colonel
4.1e Lieutenant
5.Sergent-Major


Ce message a été modifié par ytsuka452 le Samedi 06 Avril 2019 15h47



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 10 Avril 2019 14h52
| Message #39


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 12 – Après un long sommeil

[Planète Fukkatsu, ruine souterraine Alteran]

Après de longs mois de recherche, des scientifiques ont enfin trouvé un laboratoire pouvant receler de précieuses informations sur les Alterans. Après avoir réactivé les générateurs, le groupe de scientifique se sépare pour couvrir une plus grande surface dans cette structure. Emon et Masaki, deux scientifiques spécialistes de l'informatique, s'occupent des moniteurs dans la salle de contrôle tandis que leurs autres collègues tournent leur dévolu ailleurs. L'approche du contact régulier avec le quartier général ne tarde pas, mais trop obnubilé par leurs découvertes, les scientifiques sacrifient une heure de retard.
Ordinateur Alteran: <Activation processus>... <Vérification hardware>... <Vérification software>...
Masaki: J'pense pas que ça va fonctionner Emon...
Emon: Qu'est-ce que tu me chantes là, Masaki ?
Masaki: Ca fait combien de temps que cette installation n'est plus opérationnelle, selon toi ?
Emon: C'est qu'un détail !
Ordinateur Alteran: <Processus enclenché>...
Emon: Tu vois ? Maintenant pouvons-nous accéder aux systèmes ?
Masaki: On ne devrait pas trifouiller comme ça, on ne sait pas les programmes qui peut y avoir et les conséquences que ça aura !
Emon: T'as peur pour rien, si t'es pas content retourne à la surface...
L'archéologue informaticien, du nom d'Emon, s'obstine à vouloir connaître les secrets de l'installation des Alterans avant tout le monde. Malgré les avertissements de son collègue, Masaki, il arpente les programmes dans le système de l'ordinateur. Il remarque un nom de programme étrange, Bellonecus(1), un nom propre pour nom de programme. Aucune découverte de ce type n'avait été faite sur ce sujet.
Emon: Regarde-moi ça, tu trouves pas ça étrange ?
Masaki: Euh... C'est un nom ?
Emon: Ca m'en a tout l'air, dit-il en exécutant le programme.
Ordinateur Alteran: <Exécution Bellonecus>...
Masaki: Qu'as-tu fait ?!! crie-t-il.
Emon: Je ne fais que regarde, lâche-moi maintenant !
Son action s'avère être une grosse erreur, un système de sécurité s'active en arrière-plan, à l'abri des regards. Une grande quantité d'énergie est détournée et parcourt l'ensemble du site. Soudainement, l'écran se remet en accueil, les deux scientifiques sont étonnés au point de se demander si le programme est en fonctionnement. La réponse ne fait pas attendre. Plusieurs fenêtres s'ouvrent et se ferment en peu de temps, énormément de données sont lues.
Emon: J'pense que t'avais raison, c'était une mauvaise idée, faut que je coupe le programme !
Masaki: Kso ! Qu'est-ce qui se passe ?!
Une voix fluette vient finir de perturber les deux informaticiens.
Inconnue: Qui êtes-vous ?
Masaki: Rassure-moi, Emon...
Emon: Ce n'est pas moi, Masaki...
Inconnue: Bizarre, votre esprit est si... différent de... Oh ! Des millé... ce n'est pas possible, j'ai tellement de retard sur mes tâches ! Restez-là un peu, j'ai deux trois détails à régler avant... de m'occuper de vous...
Emon: Kso...
Inconnue: Cette fois, c'est bon, maintenant à vous. C'est intéressant toutes ces données, c'est incroyable comme le temps a passé ! Goa'ulds, Alteran, clonage, c'est super tout ça !
Masaki: Oh par Thor, un Goa... un Goa...
Emon: Quoi ?! Mais je vois rien...
Masaki: Oh non !! Pitié, épargnez-moi je vous supplie !!
Emon: Oh ! Ressaisis-toi Masaki ! Que lui faites-vous ?!
Inconnue: Rien de bien dangereux, je l'étudie, votre tour arrive, ne vous en faites pas ! Hihi !
Emon: Ce n'est pas drôle, arrêtez !
Inconnue: Oh que c'est amusant, vous avez si peur d'un être aussi insignifiant ?! Ahahah !
Emon: Un programme ne peut pas ressentir d'émotion ! A moins que...
Le chercheur comprend un peu mieux la situation, il est face à l'intelligence artificielle la plus avancée jamais découverte. Observant qu'elle est loin d'être inoffensive, il se précipite sur l'ordinateur Alteran pour tenter de désactiver l'IA, mais il est déjà dans les hallucinations du programme. Se servant des murs conducteurs, elle a envoyée une charge à peine plus puissante qu'un Zat'Nik'Tel dans le réseau de couloir de l'étage dès son activation.
De multiples ombres humanoïdes se forment autour d'Emon, leur apparence se précise en une troupe de Jaffa présentant le sceau d'Amaterasu, l'ancienne Goa'uld contrôlant Fukkatsu. Il s'enfuit par la porte toujours accessible afin de se mettre à l'abri. Bellonecus, l'IA Alteran avancée, s'amuse devant une telle panique des deux scientifiques.
Elle s'aperçoit de la présence d'autres scientifiques dans une autre salle du complexe abandonné. Elle se décide également à les étudier. Les informations qu'elle récolte sont impressionnantes, plusieurs millions d'années ont passé depuis sa désactivation. Les installations Alterans n'ont jamais été découvertes jusqu'à l'avènement du Clan ytsukien sur la planète. Les Alterans sont considérés comme une race éteinte, mais c'est inconcevable pour Bellonecus. Malgré le Fléau, ce n'est pas possible que ses créateurs soient morts. Par divers moyen, elle tente de contacter les avant-postes et installations militaires tactiques de ses pères pour trouver des réponses. Ils n'auraient jamais attendu la mort les bras croisés, les registres de son complexe ne font aucune mention à un combat.

[Quelques heures plus tard]

Les installations militaires se réactivent par injection via un réseau énergétique profondément enterré, Bellonecus est libre de consulter les données sauvegardées. Alors qu'elle fouille chaque recoin, chaque sous-dossier faisant mention d'une activité quelconque. La plupart des rapports ont été corrompus par le temps, rendant les informations illisibles, mais certaines données sont restées intactes et d'autres partiellement. Elle tombe sur un fichier du nom de Operius Verimas(2), elle pense avoir trouvé une réponse.
Operius Verimas: <Lecture fichier> Prafectus(3) Caerus, membre de... Ces lâches de Lan... dans leurs cités volantes... Nous sommes seuls contre eux... Activation Astria Porta... fuite vers monde forteresse... armée en attente... Origine nous a retrouv... 'ascension... seul espoir pour... <données corrompues> <Fin transmission>.
Bellonecus: Non... Il faut que je reprenne le total contrôle de toutes installations, ce monde forteresse pourrait m'aider ! Mais comment y accéder ? Si seulement je pouvais prendre contact avec Intoleranis... Oh... mais... Qui est-ce ? Encore des Ytsukiens dans mon installation ? De toute façon, rien ne presse et il me faut de plus amples informations sur ce peuple.
L'équipe Kyuu descend dans le gouffre du monte-charge, en touchant le sol, l'IA se presse de les mettre dans une hallucination.
Bellonecus: Voyons ce qu'ils me réservent ces trois-là ! Hihi ! Hum... l'autre en haut est encore à ma portée, j'irai voir un peu plus tard. Cela risque d'être fascinant !

[Lexique]
 
SPOILER
1.vient de Bellone => déesse romaine de la guerre (son côté horreur) =/= Mars (côté héroïque de la guerre)
2.Opération Vérité
3.Amiral



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Samedi 13 Avril 2019 16h16
| Message #40


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Chapitre 13 partie 1 – La machine de Guerre

[22 août 2003, planète Fukkatsu, plaine de Minagorochi 15h40]

Je suis dépêché en vitesse dans la plaine de Minagorochi avec deux senshi, des combats ont lieu près du Sutāgeito. D'après nos dernières transmissions avec le campement de la garnison près du Cercle, deux ennemis ont attaqué sans sommation nos troupes. La description de ces deux hommes est floue, mais pas pour moi, des êtres vêtus d'une armure et d'un casque noir, dont leurs armes sont placés au niveau des poignés, les tirs de nos armes semblant ne pas les atteindre... Je serai sur place dans quelques minutes, j'aurai une meilleure vision de l'ampleur de l'attaque. Si deux uniques ennemis sèment un tel chaos, qu'en serait-il d'une armée ?
J'arrive à quelques centaines de mètres des cibles, ils sont conformes aux descriptions reçues, cependant, je vois de nombreux senshi à terre, peut-être sans vie. Ils paraissent ne pas trop savoir quoi faire, l'un inspecte les corps, l'autre fait le tour du périmètre. Je me suis retranché dans un vieux cratère de bombardement, une position discrète pour les observer. Je pense voir une trainée de poussière à l'est de ma position, la direction est celle de la troisième base Kuusou, une base moins vaste que Tokkun, mais accueillant la légion Hachiman, constituée d'un millier de kurōn et leurs supérieurs. C'est la légion la plus réactive gérant les invasions externes. Avec mes jumelles, j'observe le panache de poussières provenant de cette direction, il n'y a pas de doute, la légion est en marche vers l'Anneau, malheureusement, j'ai quelques réserves sur leurs chances de réussir là où une division de cinquante senshi n'a pas tenu face à deux seuls ennemis. J'estime leur arriver dans une dizaine de minutes, les deux heishi m'accompagnant sont inquiets par la mort de leurs frères. Je décide d'attendre l'arrivée des renforts.
J'entends des coups de feu, je remonte à hauteur du sol et observe la situation. Plusieurs senshi survivants se sont réfugiés dans différents vieux cratères, ils ont ouvert le feu sur le guerrier faisant le tour de la zone, je regarde attentivement ses actions. Il ne craint effectivement pas les balles, je remarque des tirs de Zat'nik'tel, très probablement un kurōn en panique. Ces tirs sont justes, mais j'ai l'impression que les rafales sont arrêtées avant d'atteindre l'armure de l'ennemi, serait-ce un bouclier personnel ? A ma montre, les renforts seront bientôt à portée de tir. Je décide de prendre le contact radio avec la légion en chemin.
452: Ici le Riku'Shōsa SkYh-452, me recevez-vous ?
Inconnu: Ici le Jun-i matricule KH-1879 de la légion Hachiman, je vous écoute Shōsa.
452: Je suis situé dans un cratère près du Sutāgeito, j'ai en visuel les cibles ennemies.
Riku'Jun-i KH-1879: Nous serons bientôt sur votre position, que proposez-vous comme solution ?
452: L'ennemi semble avoir des boucliers personnels, que tout le monde prennent un Zat' et attaquent à volonté.
Riku'Jun-i KH-1879: A vos ordres Shōsa !
S'ils ont un bouclier chacun, alors ils ont une source d'énergie, si on arrive à l'épuiser on peut rapidement les maîtriser. Dans le pire des cas, la mort leur sera inévitable. Je dégaine mon arme goa'uld et me prépare à attaquer, ils ont l'air d'avoir remarqué la légion qui marche vers eux, une diversion pour la légion serait profitable. Je décide de sortir du cratère et commence à tirer sur eux, les deux heishi font de même. Les hostiles se retournent brusquement, l'un tend alors ses deux bras tandis que l'autre se retourne vers la légion. Les rafales de tirs sont impressionnantes, très rapides, mais peu précises. Un senshi est touché par deux rafales, il tombe immédiatement à terre sous mes yeux. Je regagne rapidement un autre cratère avec mon dernier heishi à mes côtés, j'observe rapidement ce qu'il se passe en dehors, la cible s'avance vers moi tout en continuant de tirer avec son répéteur en me voyant.
Riku'Jun-i KH-1879: Ici le Jun-i KH-1879, nous engageons l'ennemi !
452: Bonne nouvelle ! Attirez l'attention du deuxième, il va bientôt arriver sur ma position !
Riku'Jun-i KH-1879: Reçu Shōsa !
Une explosion se fait entendre à quelques mètres, nous obligeant à couvrir nos oreilles. Je parie sur un obus explosif, un léger nuage de poussière tombe sur nos têtes. Je ressors la tête du cratère, l'ennemi a désormais la tête tournée vers les blindés et se dirige vers son binôme.
452: N'utilisez plus d'obus ! Reculez les blindés !
Riku'Jun-i: Mais...
452: C'est un ordre ! Nous devons les capturer ! Leur armure est d'une importance stratégique !
Riku'Jun-i: Hai, je fais passer l'ordre Riku'Shōsa.
La légion s'étale rapidement en demi-cercle autour de la zone. J'aperçois bien un petit tiers de celle-ci, représentant tout de même trois cents senshi avec une douzaine de chars HT-85/100(1). Certains des kurōn sont sous couverture du terrain, mais d'autres sont à découvert, devenant ainsi une cible de choix. Les deux hostiles engagent eux aussi le combat, leurs armes sont très adaptées dans cette situation, les armées jaffas étant souvent envoyés de cette façon au front, il est fort probable que ces unités soient redoutables contre eux. D'après ce que je vois, leurs boucliers ne semblent pas vouloir céder malgré les nombreux tirs énergétiques.
452: Leurs boucliers sont toujours là, j'ai l'impression qu'on ne va pas pouvoir les faire céder !
Riku'Jun-i KH-1879: Nous perdons beaucoup d'heishi en peu de temps de notre côté Hikiiru, que proposez-vous d'autre ?
452: Laissez-moi un instant...
Avec les jumelles, j'observe les ordres que donnent certains gradés dans la légion, beaucoup donnent l'ordre de se mettre à couvert, mais j'en vois un qui donne l'ordre d'approcher l'ennemi sur le flanc gauche à eux, soit le droit par rapport à moi. Le guerrier n'a pas remarqué les quelques senshi se dirigeant sur lui, ils sont à plat ventre à ramper au sol. A environ plusieurs dizaines de mètres de la cible, ils commencent à se relever et à courir vers elle. Je vois alors l'ennemi tourner la tête, il les a vus. Le premier kurōn courant sur lui reçoit un coup au visage, le second est attrapé au cou, levé en hauteur, et étranglé. Les deux derniers s'arrêtent impressionner par la force de l'ennemi, ils hésitent à continuer. L'hostile lève le bras et tire sur les senshi médusés, il exécute finalement le dernier dans sa main avec plusieurs tirs dans le ventre, puis le laisse tomber comme si rien ne s'était passé pour reprendre le combat avec la légion.
Senshi KA-0847: Oh non... Vous avez vu cette brutalité Shōsa ?! dit le survivant aussi terrifié que les exécutés.
452: Reprenez-vous, notre devoir est de les arrêter, sinon pourquoi ces hommes sont morts en essayant ? Ne rendons pas leur mort inutile ! dis-je en attrapant les épaules du senshi.
Senshi KA-0847: Mais...
452: Faites-moi confiance !
Senshi KA-0847: Hai !
Il paraît reprendre ses esprits et se met en posture de combat, je me replace en observation. J'entends alors des bruits de réacteur. Je regarde le ciel à la recherche de ce qui ressemblerait à des Y-405. Je repère rapidement l'escadrille de cinq chasseurs se dirigeant sur nous, je les vois survoler la zone de combat, ils font plusieurs tours avant de prendre contact avec moi.
Riku'Rīdā(2): Riku'Rīdā à sūpākurōn.
452: Shōsa à Rīdā, quelles sont vos instructions ?
Riku'Rīdā: Nos ordres sont d'observer la zone de combat et d'engager l'ennemi s'il y a d'énormes pertes. J'engage Shōsa ?
452: Pouvez-vous retransmettre à la base Tokkun ?
Riku'Rīdā: Affirmatif Shōsa.
452: N'engagez pas le combat alors, ouvrez un canal entre moi et le Shōshō !
Riku'Rīdā: A vos ordres.
Shōshō: Quel est la situation Shōsa ?
452: La légion Hachiman à engager les hostilités avec l'ennemi, malheureusement ils subissent de nombreuses pertes...
Shōshō: Qu'attendez-vous pour ordonner aux chasseurs de les anéantir ? coupe-t-il.
452: Les cibles ont des boucliers personnels, afin de les capturer pour avoir leurs armures intactes, j'ai ordonné aux HT de ne pas ouvrir le feu. Je pense que l'obtention de ces armures est un objectif prioritaire, Riku'Shōshō !
Shōshō: Je vais en tenir informé le commandement supérieur, tenez la position !
452: Très bien Shōshō !
Le contact est interrompu, j'informe le Riku'Jun-i de nouvelles instructions, la prise de couverture obligatoire afin de gagner du temps. En s'en apercevant, les cibles se tournent vers autre chose, ils lèvent la tête vers les chasseurs et ouvrent le feu sur eux. Contre des Jaffas, le bouclier du chasseur résisterait un temps face au manque de précision et à la faible cadence des lances, mais ces répéteurs ont une cadence tellement élevée que même la précision n'est plus un défaut. Suspectant que les boucliers allaient être drainés assez rapidement, j'ordonne aux chasseurs de prendre du recul. Pensant peut-être qu'ils ne pourront achever leur mission, quoi qu'elle puisse être, je vois un des guerriers se diriger vers le composeur, il ne faut pas qu'ils s'enfuient ! Une idée me vient tout à coup.
452: Senshi, vous avez des balises de localisation ?
Senshi KA-0847: Quelques une, pourquoi ?
452: Passez-les-moi vite !
Senshi KA-0847: Qu'allez-vous faire ? répond-il en me les passant.
452: Mon devoir...
Je sors du cratère en courant à toute vitesse sur le guerrier en train de composer une adresse. Etant occupé à activer le Stargate, je le prends de court, j'entreprends de le faire tomber à terre avec une prise. Il se relève avec difficulté à cause de son armure. L'adrénaline m'envahit, je tente de mettre un coup de poing, seulement il pare l'attaque. Je lui en assène rapidement un autre dans le ventre, il se plie en deux. Ils sont plutôt lents, mais alors que je pense lui avoir fait suffisamment mal, il revient à la charge en me frappant violemment au menton avec son poing, je vole un court instant pour tomber finalement à terre. Il me prendre par le cou comme le heishi de tout à l'heure, mais au lieu de m'exécuter, il me balance à plusieurs mètres. Je saisis ma radio et entre en contact avec l'escadrille.
452: Rīdā, quel YTS est en orbite ?! interrogé-je dans la panique.
Riku'Rīdā: Juste au-dessus de nous c'est l'Imperion, dois-je transmettre un message ?
452: Téléportez dans un hangar vidé d'air et sans gravité le signal X-001087 ! crié-je.
Je vois le sombre senshi s'avancer, levant son bras sur moi, je sens alors mon heure arrivée très vite. Soudain, une lueur blanchâtre entoure l'hostile jusqu'à le faire disparaître une à deux secondes après. Je souffle une seconde et me relève avec prudence en observant le second ennemi, il se retourne face à moi. A quoi pense-t-il ? Il semble perdu, il tourne plusieurs fois la tête vers moi puis vers la légion ayant cessé le feu. Il me prend finalement comme cible, il commence à courir tout en tirant sur moi, je cours me réfugier derrière le DHD. Sur plusieurs longues secondes, je ne le vois pas venir. J'entends alors la composition de l'adresse, les sept symboles sont entrés à présent, l'Anneau s'active, la vague bleue apparaît. Je vois l'hostile courir vers le vortex, je cours après lui et tente de le plaquer au sol. Je réussis à le mettre à terre, mais il se relève rapidement pour me frapper, j'esquive quelques coups, mais certains m'atteignent. Je suis sonné par l'un des derniers coups. Ils n'en ont pas l'air, mais leur puissance est assez élevée.
452: Téléportez... La balise... X-00...1089... dis-je par radio.
L'obscur heishi me regarde un court instant, il se retourne et reprend son chemin vers le Cercle. Je remarque vite une lueur blanche autour de lui, il disparaît la seconde d'après. Je relâche la tête afin de me reposer en attendant l'arrivée des senshi. Je ferme les yeux l'espace de quelques instants. Un nouveau flash me vient alors, le même que ces derniers temps, des boules de lumières qui s'envole, mais je vois O'Neill à bord d'un cargo goa'uld, il semble différent, puis je vois cette planète recouverte d'une intense activité volcanique. Enfin, il est allongé sur un fauteuil les yeux fermés.
Inconnu: Praclarush Taonas... nas... nas...
Qu'est-ce que ça veut dire ? Je retourne les images dans tous les sens possibles, mais je parviens pas à savoir ce que peut être cette technologie ou encore ces mots à l'allure Alteran. Une voix m'atteint une nouvelle fois.
Inconnu: Pourquoi... quoi... quoi... Pourquoi je ne le contrôle pas... pas... pas...
Inconnu: ...sa ! ...sa ! ...sa ! Shōsa... sa... sa...
Riku'Jun-i KH-1879: ... Vous m'entendez ? Shōsa ?!
452: Qu... quoi ? m'éveillé-je lentement.
Riku'Jun-i KH-1879: Est-ce que vous allez bien ?
452: Un peu ailleurs, mais ça va...
Riku'Jun-i KH-1879: Levez-vous, dit-il en m'aidant.
452: Aie... pfiou... alors, qu'est-ce qu'on a ?
Riku'Jun-i KH-1879: Le vortex est toujours actif, on note les coordonnées de la planète. Quels sont vos ordres ?
452: Il faudrait peut-être voir ce qu'on a capturé. A-t-on des nouvelles de l'Imperion ?
Riku'Jun-i KH-1879: Pas pour l'instant, mais ça ne saurait tarder. Permission de parler librement Hikiiru.
452: Accorder.
Riku'Jun-i KH-1879: Vous avez été magnifique ! Votre courage m'a vraiment impressionné ainsi que mes camarades également ! On pourrait facilement vous qualifier de héros !
452: C'est trop d'honneur que vous me faite là, ahah ! dis-je gêné. Vous êtes autant courageux pour les avoir affrontés !
Riku'Jun-i KH-1879: Comment avez-vous eu le dernier exactement ?
452: En le plaquant au sol, j'ai collé l'émetteur sur sa jambe, la suite vous la connaissez. D'ailleurs, quelles sont les pertes ?
Riku'Jun-i KH-1879: Nous avons perdu plus de cent kurōn dans la bataille sans compter la division en poste au Sutāgeito. Nous commençons juste à répertorier les matricules et rassembler les corps.
452: C'est beaucoup... Et ils n'étaient que deux ! Pour l'adresse, a-t-on des informations sur le système ?
Riku'Jun-i KH-1879: C'est un système inexploré et de plus lointain, il est hors de l'espace Goa'uld.
452: Si c'est une nouvelle race ennemie... Mais ça ne colle pas, pourquoi nous attaquer si on ne connait pas leur système ? C'est intrigant.
Le contact est repris avec l'Imperion une quinzaine de minutes après la téléportation des deux ennemis dans le hangar gauche. Le Shusa Akeno m'annonce que les deux hostiles sont morts étouffés. Les dépouilles ont été téléportées, sur demande du Shōshō, dans un laboratoire de la capitale. La légion Hachiman a classé les corps des victimes, j'ai aidé à la répartition des corps en lignées, il reste quelques morts à certains endroits. J'ai besoin de savoir qui sont ces guerriers, je transmets mes derniers ordres aux différents officiers avant de demander ma téléportation au laboratoire.

[Laboratoire d'analyse médicale, capitale Heian, 16h28]

Après une demi-heure de recherche, un scientifique m'apporte un rapport partiel de leurs découvertes. Les mystérieux guerriers ont chacun un Goa'uld mature, de plus, la structure de leur corps ne paraît pas naturelle, plusieurs organes ont des difformités importantes. Ils ont été créés en laboratoire, il n'y a pas d'autres réponses possibles. Le scientifique m'amène dans la salle où les armures ont été déposées. Elles ont des propriétés étonnantes selon le chercheur, elles sont légères et empêchent les ondes de passé au travers, c'est la raison de les enlevés pour analysé les corps. J'inspecte les armures, je pense que le générateur du bouclier se trouve dans le buste, je ne remarque cependant rien. J'observe de plus près les armes sur les poignets. Je trouve le moyen de démonter un petit cache, derrière ce dernier se trouve une pile de Naquadah liquide, elle semble identique à celle présente dans les lances jaffas et les Zat'nik'tel. Bien qu'imprécise, cette arme peut-être un atout, je noterai ceci dans mon rapport. Je repars à la base Tokkun pour y faire mon premier rapport au Shōshō.

[Base Tokkun, 16h52]

J'entre dans la salle de briefing, le Shōshō ainsi que quelques officiers de la légion Hachiman et Amaterasu avec mon Shōsa sont présents.
Shōshō: Ah ! Shōsa 452, nous vous attendions, dit-il.
452: Shōshō ! répondé-je en me prosternant, je suis venu faire mon premier rapport.
Shōshō: Asseyez-vous, qu'avez-vous appris sur nos agresseurs ?
452: Le rapport des scientifiques n'est que partiel, mais, de toute évidence, ils ont été créer en laboratoire, leurs armures sont d'une conception étonnamment avancée pour des Goa'ulds et leurs armes sont d'un intérêt à ne pas négliger non plus.
Taisa SkYh-345: C'est l'oeuvre des Goa'ulds ?
452: Affirmatif, ils étaient eux-mêmes des Goa'ulds, leur symbiote était tous deux à maturité.
Taisa SkYh-345: Quel Goa'uld a pu créer ses êtres ?
354: Je soupçonne Anubis pour ma part, Taisa.
Shōshō: Qu'est-ce qui vous fait dire ça Shōsa ?
354: Il a amélioré ses vaisseaux avec une technologie encore inconnue, mais d'après nos alliés de la Terre, il a eu accès aux savoirs des Anciens.
Taisa SkYh-288: Les Anciens ?
354: Pour nous, ce sont les Alterans. Les complexes que nous avons découverts remontent à une époque très lointaine, plus lointaine que les appareils trouvés par SG-1.
Shōshō: De combien remontent nos complexes ?
354: D'après nos estimations, ils remontent d'environ dix à trente millions d'années. Notre Sutāgeito, lui, remonte de plus loin, environ trente-cinq à quarante millions d'années.
Taishō SkYh-288: Pourquoi nous donnez-vous la date de notre Sutāgeito ?
354: C'est aussi une technologie Alteran, le Sutāgeito des terriens date de cinquante millions d'années. On peut penser que la zone d'influence des Anciens s'étendait à toute la galaxie. Après, nous ne savons pas vraiment si Ancien et Alteran sont vraiment liés, mais les études montrent que les Alterans descendent directement des Anciens.
Shōshō: Bon... dit-il fatigué, je pense qu'on a un peu divergé du sujet, je voudrais que vous deux alliiez sur Terre pour leur donner nos informations sur ces deux guerriers. C'est une menace à ne pas garder que pour nous, tout le monde est en danger, y compris les Tok'râs, annonce-t-il en se levant.
452 & 354: A vos ordres Shōshō !
Mon Shōsa et moi nous mettons en route au Stargate, sur la route, on discute de la bataille. Je réponds à chacune des questions qu'il me pose. J'ai encore une douleur sous le menton, sans compter que son arme frappait contre mon torse et le bas de ma gorge. Je repense alors à ma vision, que va-t-il arriver au Colonel ? Et quel était ce fauteuil où il était allongé ? Plein de questions sans réponse depuis ma première vision, si j'ai eu des réponses pour certaines d'entre elles, d'autres sont encore remplis de mystère et d'obscurité.

[Plaine de Minagorochi, devant le Sutāgeito 17h24]

Mon Shōsa entre les coordonnées de la Terre, envoie le code d'ouverture de l'iris, puis nous passons le vortex. Nous ressortons sur la passerelle et nous avançons tranquillement jusqu'au sol de béton. J'observe les gardes qui nous observent pour la plupart. Le Général Hammond se présente seul devant nous, nous le saluons et l'informons de la nouvelle menace. Il n'est cependant pas surpris de l'apprendre, nous apprenons alors qu'un commando composé du Major Carter, de Teal'c et de Selmak sont partis pour une planète nommée Tartarus, se serait la planète d'où viennent les super soldats, comme ils les appellent, ces derniers sont aux ordres d'Anubis comme l'a soupçonné Ytsuka-354. En montrant l'adresse qu'avaient notée les senshi, lors de la tentative de fuite des deux soldats, c'est bien les coordonnées de Tartarus. Nous ne restons alors pas une minute de plus sur Terre et nous rentrons au plus vite pour en informer le Riku'Shōshō. Mon rapport sera long à écrire et les conséquences de cette attaque sûrement lourdes...

[Lexique]
 
SPOILER
1.Abréviation de Hakai-Tekina modèle 85/100, dernier char d'assaut conçu par les Ytsukiens
2.Chef d'escadrille



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top
post Mercredi 17 Avril 2019 14h37
| Message #41


Lieutenant Général

***

Groupe : Members
Messages : 1695
Membre n° 20607
Inscrit : 05/07/2014
Actif : Il y a 3 minutes

Pays: France
Sexe: Masculin



Mini-chapitre 13 partie 1 – L'Enfer

[Lieu inconnu, il y a plusieurs dizaines d'années plus tôt]

Le noir, j'étais dans l'obscurité la plus totale, dans une sorte de caisson fermé, dans l'impossibilité presque de bouger le moindre membre. Je ne savais pas ce qu'il allait se passer, des tremblements se firent ressentir après plusieurs minutes. Où étais-je, où étais-je emmené ? Ces questions, je me les répétais durant tout le temps qu'il fallut avant que je ne sorte enfin de cette caisse de métal. Le choc me fit penser que j'avais été balancé au sol, lorsqu'il s'ouvrit finalement, un air toxique envahit mon espace. Un air chaud, brûlant mes poumons et faisant transpiré immédiatement ma peau. J'étais sorti et admirait ce paysage apocalyptique, je ne voyais rien d'autre que des volcans en éruption et des rivières de lave à perte de vue. Lorsque je posai les yeux sur ce qui m'avait amené ici, je compris que c'était une nacelle de secours d'un Teltak. La mémoire me revenait lentement, mais il fallait que je trouve un abri pour survivre. Je me frayais un chemin à travers les roches magmatiques refroidit jusqu'à trouver une cavité dans laquelle m'infiltré. Ce tunnel de lave donnait en fait sur plusieurs couloirs taillés. Au bout de l'un d'eux débouchait l'entrée d'une cité souterraine. A l'intérieur résonnait de nombreux cris, certains de douleur, d'autres de désespoir.
Inconnu: Amenez-le-moi ! dit une voix au ton goa'uld.
En levant les yeux vers ce qu'il semblait être un balcon, je vis cette personne me regardant, le doigt pointé sur moi. Plusieurs hommes s'avançaient vers moi, je me mis en position de défense pour les recevoir comme il se doit.
SkY-007: Venez... Je vais vous montrer ce que je sais faire...
Les premiers arrivés tentèrent de me plaquer, c'est avec des esquives et des coups bien placés aux jambes qu'ils se retrouvèrent au sol. Les seconds réussirent à me saisir les bras, mais ma force était suffisante pour m'en débarrasser comme les autres. Alors que j'attends la troisième vague, une force m'écrasa de sa puissance, ma tête cogna le sol ce qui m'étourdit un instant. Les hommes me relevèrent pour me conduire devant le Goa'uld dans sa salle personnelle. Je suis mis à genou devant lui, je me débattis une fois de plus. Grâce à ma force, un homme de main se retrouva encore à terre, mais je ressentis alors une douleur dans le crâne. Le Goa'uld se servait de son gant sur moi, la douleur s'intensifiait au fil des secondes s'écoulant, cela semblait être une éternité à ce moment. Il arrêta son kara'kesh et commença son interrogatoire.
Inconnu: Il y a longtemps qu'un Ytsukien ne m'avait pas été envoyé, si je me souviens bien, ça devrait faire une cinquantaine d'années. En plus, ce n'était rien d'autre qu'un humain sans importance. Mais tu es plutôt spécial dans ton genre, alors dis-moi, qu'es-tu ?
007: Comment ça ?
Inconnu: Ta force est plutôt impressionnante, alors je me demande ce que tu peux bien être. Un humain classique ne possède pas une telle force. Tu n'es pas non plus un Jaffa, ni un Goa'uld.
007: Vous avez un détecteur pour vous le dire ?
Inconnu: Si l'on peut dire, oui, je ne ressens aucune présence en toi, dit-il en s'éloignant, aurais-tu soif ?
007: Je ne vous savais pas aussi gentil...
Inconnu: Bois ! s'exclama-t-il.
Je fus assez naïf pour boire le verre qu'il me tendait, après les premières gorgées, une sorte de vertige m'envahit, je lâchai le verre et tentai de me faire vomir, mais les seconds du Goa'uld m'en empêchèrent. Ma vue se troubla, des tremblements apparus à mes extrémités. Je ne savais plus où je me trouvais... l'espace d'un instant, je me vis sur Fukkatsu, sur les montagnes Kekkai, auprès de ma confidente, Ytsuka-006, devant le lever du premier soleil.
006: J'espère que tu feras attention à toi cette fois, sept.
007: T'en fais pas, je suis assez fort pour me les faire tous à la fois.
006: Je ne souhaite pas faire une mission de secours pour te récupérer...
007: On ne peut pas échouer, de plus, avec tout ces senshi qui seront avec moi.
006: Je ne suis pas sûr que les rapports des espions soient fiables, j'ai un mauvais pressentiment.
007: Ne t'en fais pas, je reviendrai !
006: Oui...
007: Je reviendrai ! ...drai ! ...drai !
006: J'ai un mauvais pressentiment. Les rapports ne sont pas fiables.
007: Six ? Qu'e...
006: Dis-moi, comment sommes-nous né ?
007: Mais... tu le sais pourtant ?
006: Je ne me rappelle plus, s'il te plait, dis moi.
007: Qu'est-ce que...
006: Dis-moi.
Inconnu: Dis-moi !
007: N... Non... Non...
Inconnu: Dis-moi ce que tu es !
007: Sept, je suis sept, je suis sept...
Inconnu: Seth ? Mais qu'est-ce qu'il baragouine.
007: Zéro, zéro, sept... Zéro, zéro, sept...
Inconnu: Drôle de nom... dis-m'en plus !
007: Fukkatsu... Zéro, zéro, sept... Supaku... Non ! Arrêtez !
Inconnu: Kree.
Je sentis quelque chose de lourd se poser sur mon dos, puis une violente charge électrique envahie mon corps, je me retrouvais au sol à hurler de douleur. Une chaleur se dégageait de ma gorge ainsi que mes yeux, une chaleur plus intense que celle de mon corps. Je ne savais plus où j'étais ni comment je m'étais retrouvé ici. Je ne savais qu'une chose, je mourrai ici...



Doci - De gigantesques armées de fidèles iront affronter les serviteurs des êtres maléfiques. Nous allons bâtir des vaisseaux spatiaux pour emmener nos guerriers valeureux dans l'espace interstellaire et apporter la Parole des Oris à tous les impies de l'univers. La puissance des Oris submergera tous les mondes et les impies seront bannis de l'univers. Loués soient les Oris !
Ce membre is OnlinePM
Email Poster
Quote Post Top

Topic Options 3 Pages Reply to this topicStart new topicStart Poll

 



rss Version bas débit Time 0.3997 sec Sql 13 requêtes GZIP activé
Nous sommes le : Mardi 25 Juin 2019 15h20