Stargate-Fusion.com : Stargate Sg1, Stargate Atlantis, Stargate Universe, Stargate Worlds
Accueil ›› Stargate Sg-1 ›› Encyclopédie ›› Planètes ›› Galar
Galar
Galar
Informations générales

Niveau technologique : Élevé
Niveau de menace : Bas
Culture(s) : Galaris

Présentation

Description

Galar est une planète de la Voie lactée qui appartenait autrefois aux territoires des Goa'ulds. Exploré en l'an 2006 par les membres de l'équipe SG-1, ce monde faisant partie du traité des planètes protégées par les Asgards abrite aujourd'hui une civilisation technologiquement avancée et florissante semblable celle à la Terre à l'aube du XXIème siècle.

Dirigé par un Émissaire, qui joue aussi le rôle d'ambassadeur lors de voyages interplanétaires, le peuple de ce monde est parvenu à développer un appareil de transfert mnémonique à partir d'un artefact d'origine goa'uld, un dispositif capable de transplanter un souvenir d'un individu à un autre.

Une immense ville, composée notamment de gratte-ciels et de monorails, est construite à la surface de ce monde et est probablement habitée par une population de plusieurs millions de Galaris. On peut supposer que la porte des étoiles se situe dans l'un des bâtiment de cette magnifique cité urbaine, ainsi que le laboratoire des docteurs Varrick, Marell et Amuro.

À noter que Galar semble orbiter autour, ou à proximité, d'une géante gazeuse possédant des anneaux de glace et qui ressemble à la planète Saturne dans notre système solaire.

Histoire

Il y a de nombreuses générations, la planète Galar appartenait aux territoire des Goa'ulds. Ces derniers déportèrent de nombreux humains probablement originaires de la Terre dans le but de les asservir en se faisant passer pour de fausses divinités. Toutefois, les Goa'ulds finirent par abandonner cette planète, peut-être grâce à l'intervention des Asgards, et ces derniers placèrent ce monde sur leur liste des planètes protégées. Au fil des siècles, les Galaris développèrent une civilisation technologiquement avancée semblable à celle de la Terre et construisirent une immense ville à la surface de cette planète.

Un siècle avant l'arrivée des membres de l'équipe SG-1 sur Galar, des archéologues découvrirent un appareil de transfert mnémonique goa'uld, mais les Galaris furent incapables d'utiliser ce dispositif jusqu'à ce que leur niveau technologique atteigne un stade suffisant pour le faire fonctionner. Ainsi, une centaine d'années plus tard, alors qu'une équipe de scientifiques, composée notamment des docteurs Reya Varrick, Marell et Amuro, parvint à comprendre le fonctionnement de l'appareil de transfert goa'uld et à utiliser celui-ci afin de transplanter des souvenirs d'un individu à un autre, les habitants de Galar furent capables de visiter une douzaine de mondes habités dans la Voie lactée grâce à la porte des étoiles en menant un programme semblable à celui du SGC.

Ayant réalisé que Galar était technologiquement vulnérable comparé à d'autres peuples de la galaxie, un chef politique et militaire de ce monde dénommé l'Émissaire nomma le docteur Reya Varrick à la tête des recherches scientifiques effectuées sur l'appareil de manipulation mnémonique. Celui-ci espérait ainsi que ce dispositif pourrait accélérer artificiellement le niveau technologique de son peuple et permettre à celui-ci de se défendre efficacement contre les autres civilisations avancées de la Voie lactée.

Un an plus tard, en l'an 2006, les membres de l'équipe SG-1 furent chargés d'effectuer une mission d'exploration sur Galar et ils nouèrent rapidement des relations diplomatiques avec les habitants de ce monde. Les Galaris ayant appris la victoire des Terriens et de leurs alliés sur les Grands maîtres goa'ulds au cours de leurs voyages interplanétaires, ceux-ci espéraient échanger leur technologie de transfert mnémonique contre un moyen de développer des vaisseaux spatiaux équipés de l'hyperpropulsion. Les Galaris proposèrent alors au colonel Mitchell de subir lui-même une greffe de mémoire en guise de démonstration et ainsi négocier plus facilement avec les Terriens sur le partage de leur technologie.

Après avoir informé le général Landry de la proposition des Galaris, les membres de l'équipe SG-1 retournèrent sur ce monde afin de participer à une réception donnée en l'honneur des scientifiques ayant travaillé sur la technologie mnémonique. Toutefois, au cours de la soirée, le docteur Reya Varrik apprit que l'Émissaire avait ordonné l'avancée des essais de la machine et de l'application de cette technologie dans le domaine militaire. Furieuse de cette décision, le docteur quitta la réception et fut raccompagnée jusqu'à chez elle par le lieutenant-colonel Mitchell.

Cependant, le docteur Marell, fou de rage de voir le militaire terrien en compagnie de son ex-femme, neutralisa le colonel Mitchell, probablement avec un zat'nik'tel, et frappa mortellement le docteur Reya Varrik à la tête avec une statue. Désireux d'effacer toute trace de ce crime, il implanta alors les souvenirs du meurtre de sa femme dans le cerveau du lieutenant-colonel Mitchell avant de les effacer de sa propre mémoire. Le docteur Marell disposa ensuite plusieurs preuves incriminant le militaire terrien dans l'appartement du docteur Varrick pour faire croire à un crime passionnel non prémédité.

Le lendemain matin, le lieutenant-colonel se réveilla dans l'appartement de Reya Varrik avec comme unique souvenir celui d'avoir tué la scientifique. Il fut ainsi arrêté par les forces de sécurité galaris et emprisonné pour meurtre. Bien qu'il se souvenait d'être lui-même l'auteur de ce crime, le colonel Mitchell et les autres membres de SG-1 supposèrent qu'une personne avait manipulé ses souvenirs à l'aide de l'appareil de transfert mnémonique. L'Émissaire galaris accepta cependant de libérer le colonel pour préserver les futures relations diplomatiques avec la Terre, et SG-1 finirent par le convaincre de réaliser une enquête dans le but de prouver l'innocence de Mitchell.

Quelque temps plus tard, le colonel Mitchell fut conduit au sein du laboratoire des docteurs Marell et Amuro et ces derniers commencèrent à analyser les souvenirs du lieutenant-colonel en espérant trouver une trace de manipulation mnémonique. Néanmoins, au bout de plusieurs essais, les scientifiques ne découvrirent aucune trace de greffe de mémoire jusqu'à ce que le colonel leur fournisse des souvenirs authentiques en relation avec la mort tragique de personnes innocentes. Les docteurs Marell et Amuro découvrirent alors que les souvenirs du meurtre du docteur Varrick n'étaient pas réels et qu'une manipulation mnémonique avait bien été réalisée le soir du meurtre.

Peu de temps après, les deux scientifiques galaris poursuivirent la recherche d'anomalie dans la greffe de mémoire et analysèrent les faux souvenirs implantés dans le cerveau du lieutenant-colonel Mitchell. Après avoir revécu la scène du meurtre de nombreuses fois, le docteur Marell détecta un passage dans le souvenir présentant une anomalie et le colonel fut stupéfait de découvrir le reflet de Marell dans un miroir, suggérant que celui-ci était le véritable meurtrier. Plus tard, le docteur Amuro confirma que le docteur Marell avait lui aussi subi une greffe de mémoire en remplaçant le souvenir du meurtre de son ex-femme par un autre.

Cependant, peu de temps après cette découverte, les membres de l'équipe SG-1 apprirent que l'Émissaire avait ordonné que les souvenirs du docteur Marell soient de nouveau effacés et remplacés par une autre greffe de mémoire afin que celui-ci puisse poursuivre les recherches sur l'appareil de transfert mnémonique.

Suite à ces événements, le personnel du SGC et les Galaris établirent des relations diplomatiques et ces derniers acceptèrent de partager le dispositif de transfert mnémonique avec les Terriens en échange de technologies susceptibles de les aider à défendre leur monde contre d'éventuels envahisseurs.


0.025 sec
Copyright © 1998-2018 Stargate-Fusion.com, tous droits réservés
Votez pour ce site au Weborama