[Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Dernier message de la page précédente :

Teyla somnolait dans sa chambre. Les rideaux bougeaient délicatement, poussés par le vent, jusqu’à heurter la silhouette qui s’était glissée dans la pièce. Hayden. La jeune femme ouvrit un œil, puis l’autre, avant de se redresser.

« Je me suis permis d’entrer, je…
-Ce n’est rien, Hayden. Tu es la bienvenue.
-Tu n’as donc pas changé… Ce que je ne comprends pas, d’ailleurs. Après tout ce que j’ai pu vous faire, comment peux-tu m’accueillir à bras ouverts ?
-Sous l’emprise de l’enzyme, tu n’étais plus le même. Je te connaissais assez bien pour savoir que le véritable Hayden ne serait pas capable de réaliser de tels actes.
-Teyla… Tu n’as pas participé à la réunion. Il y a…un problème ?
-Je n’ai aucunement l’envie de t’embêter avec cela maintenant. Tu es de retour, c’est le principal. Mais comment…
-Je me doutais que tu poserais la question. En fait…C’est une longue histoire. »

Il posa les mains sur le rebord de la fenêtre, respira l’air frais de l’océan, tout en admirant les tours de cité, illuminées de soleil. Puis il se tourna à nouveau vers l’Athosienne, et compta son long parcours :

« Sheppard vous a sûrement raconté que je me suis enfui avec un Jumper…
-Oui, nous avons pensé que vous l’abandonneriez…
-Vous aviez tort. Un Jumper est un avantage dont je ne pouvais pas me passer. Je ne savais pas si les DHD enregistraient les adresses composées, alors je me suis dépêché de composer d’autres adresses, à intervalles réguliers.
Pendant de longues semaines, j’ai rationné le peu d’enzyme que j’avais pu obtenir du Docteur Beckett. C’est alors que j’ai réellement expérimenté la force qu’elle me donnait. Je ne pouvais plus m’en passer, j’étais dépendant. Il m’en fallait plus…
Alors je me suis rendu, avec le Jumper, sur une planète où s’étaient posés une ruche et un croiseur. J’étais en mode furtif, mais me poser s’averrais difficile. Les Wraith faisaient de nombreux mouvements, il y en avait partout, et il était certain qu’ils trouvent le Jumper si je m’attardais. Mais le besoin d’enzyme se faisait ressentir…
Je me suis posé non loin de la porte, pour pouvoir repartir si la situation dégénérait. J’ai repéré un groupe de trois Wraith qui couraient après un homme, et qui se dirigeaient vers la porte. Je les ai suivi…
C’est là que j’ai fais une erreur. J’ai entendu un signal Wraith, et deux des gardes se sont dirigé vers le Jumper. Je les ai vu entrer dedans. Je ne pouvais pas le récupérer. Alors j’ai suivi le Wraith et l’homme, qui s’avérait être Ronon Dex, vers la planète.
-Vous avez tué le Wraith, l’avez vidé de son enzyme, puis repéré notre arrivée.
-C’est ça. Lorsqu Sheppard m’a tiré dans la jambe, j’ai vu les Darth approcher. Ils étaient le seul moyen de retourner sur la planète des Wraith, et de retrouver mon Jumper. Alors j’ai couru vers le rayon…
-Vous auriez du nous suivre, Beckett aurait trouvé une solution.
-J’étais sous l’emprise de l’enzyme, je n’étais motivé que par des objectifs étranges, que les personnes censées ne peuvent même pas imaginer. Récupérer le Jumper était ma seule motivation.
Je me suis retrouvé dans une ruche, d’où j’ai pu m’enfuir. Mais le Jumper se trouvait encore sûrement encore à son bord… En retirant la poche d’enzyme d’un garde, j’ai aussi vu qu’il possédait un appareil, un…ordinateur, ou quelque chose du genre. Je l’ai emporté avec moi.
Avec du recul, j’ai pris conscience de ce que les Wraith pouvaient faire avec un Jumper. S’ils étaient en mesure de comprendre son fonctionnement, Atlantis aurait pu être en danger.
Alors j’ai mis en place le plan pour faire exploser la ruche, que vous connaissez.
-Vous nous avez injecté de l’enzyme…
-Je croyais vraiment que ça aurait un impact bénéfique. Récupérant le Jumper, aidant les miens à combattre les Wraith… Je jubilais.
L’ordinateur montrait l’emplacement du Jumper sur le vaisseau, ainsi que son plan de vol… Mon plan complet était de le faire exploser, et de m’enfuir avec la ruche. Bien entendu, je vous aurais laissé partir avec le Darth, vers Atlantis, où vous auriez parlé à Weir des bienfaits de l’enzyme.
-Cependant…Ce n’est pas ce qui s’est passé.
-Rappelles toi, nous n’avons pas eu une minute de répit, et je n’ai jamais pu atteindre le Jumper… Lorsque j’ai ordonné à Sheppard de partir, j’ai couvert ses arrières. Mais le moment était venu de sauver ma propre peau. Alors j’ai couru jusqu’au Jumper, qui se trouvait garé dans un laboratoire dont les vitres donnaient accès au hangar à Darth. J’ai vu les vaisseaux foncer vers la planète. Alors je me suis mis en mode furtif, et mis la gomme.
Peu après, les ruches se sont tirées dessus. Je n’ai pas compris…
-Sheppard a convaincu la reine que c’était le vaisseau voisin qui nous avait envoyé…
-Bon plan… Malheureusement pour moi, je n’ai pas pu m’éloigner assez de l’explosion. Mon Jumper était endommagé, le Dédale entrait à nouveau dans l’hyperespace…
Perdu dans l’espace, ne pouvant même pas atteindre la planète, j’ai coupé l’occultation et envoyé un signal… L’enzyme que j’avais amassée durant le voyage me permettait de tenir. J’espérais que le Dédale reviendrait… Mais ce ne fut pas le cas. Ce fut un croiseur qui me secouru. Celui là même qui se trouvait sur la planète que Ronon fuyait.
Il m’a pris à bord, et examiné le Jumper. Je pensais qu’ils me tueraient mais ce ne fut pas le cas. Moi et mes hommes avaient causé de nombreux désordres chez les Wraith. Chasseurs depuis toujours, ils ont été chassés par ceux qui avaient besoin de cette enzyme. Alors ils m’ont étudié longuement, pendant des mois, et ont trouvé un remède à l’enzyme, remède qu’ils pourraient injecter depuis l’espace aux populations qui, par malheur, avaient pu profiter de l’enzyme.
Pour me punir, ils ont détruit le campement dans lequel je m’étais réfugié autrefois. Une fois ma lucidité retrouvée, ils m’ont longuement interrogé sur la cité d’Atlantis, jusqu’au jour où le bruit avait couru que des hommes habillés comme moi avaient capturé l’un des leur.
Après un bon mois, il est revenu parmi eux…
Avec la ferme intention de se rendre sur Atlantis, et sur la Terre. Je ne pouvais pas laisser faire ça. Alors, lors d’un interrogatoire, j’ai trouvé la force de tuer mon tortionnaire, d’atteindre la salle de contrôle du vaisseau et de verrouiller tous les accès à cette salle. J’étais perdu, épuisé moralement et physiquement. Cela faisait quelques mois que je n’avais vu autre chose que ces murs poussiéreux…
J’ai retiré l’air de tous les compartiments, laissant les Wraith asphyxiés dans les couloirs. Mais il est possible que certains soient en hibernation… Lors de ma fuite, des vaisseaux m’ont tiré dessus, ils ont sûrement ralenti ma vitesse…
C’est alors qu’avait commencé mon long voyage vers la cité.
-Impressionnant.
-Je l’admets. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Je ne vous ai pas dit ce que sont ces réactions chimiques autour du vaisseau.
-En effet, je pensais que lorsqu’ils t’ont tiré dessus…
-Non, ces résidus étaient là bien avant. Mes craintes se sont réalisées. Ils ont étudié le Jumper, longuement, patiemment. Ils m’ont questionné à son sujet, ils ont tenté de s’approprier le gène, bien que je crois qu’ils n’y sont pas parvenu. Ils m’ont parfois collé les mains aux commandes pour accéder aux données.
Bien heureusement la Terre ne figurait pas à l’intérieur, et le Jumper est incapable de sauter vers une fenêtre d’hyperespace.
Ils ont découvert l’occultation, l’ont étudié, et ont je crois réussi à reproduire le champ… Mais n’ont jamais trouvé l’énergie nécessaire pour le faire fonctionner.
Ils ont donc fait de nombreuses expériences sur ce vaisseau. Mes dernières données montrent que deux vaisseaux sont passés par la planète d’où je suis parti avant de sauter en hyperespace. Ils ne figurent plus sur mes capteurs.
-Ce sont ceux qui se dirigent vers la Terre ?
-J’ai une famille qui m’attend là bas. Cela fait deux ans qu’ils veulent me revoir. Ils me croient mort…C’est pourquoi j’aurais aimé répondre que non.
-Cela ne change rien, tu n’y es pour rien dans cette histoire. Nous sommes les seuls responsables, par notre capture de Michael.
-Non, je crois que tu ne comprends pas, Teyla. »

A nouveau, il admira la cité. Mais son regard se dirigea cette fois vers le ciel. Vers l’espace, vers la galaxie qui lui faisait face. Cela était difficile à admettre. Il était à l’origine d’une catastrophe :

-Les derniers essais étaient concluants. Le champ qu’ils ont obtenu, ils ont pu le répandre autour du vaisseau. Autour des ruches. Puis ils en ont déduis que, sans ce « champ d’occultation », rien n’empêchait l’énergie de créer un autre champ…Un bouclier.
-Donc tu insinues…
-Qu’il y a fort à parier que les tirs des 304 se heurtent à des boucliers, et que les Wraith puissent bel et bien envahir la Terre… »
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Le destin est un vieil homme imprévisible, qui prend un malin plaisir à se montrer sous des formes aussi variées qu’impressionnantes. Lorsque on pense contrôler son destin, il se manifeste rarement dans le sens où on l’attendait. Car il serait bien contrarié de voir les hommes penser qu’ils le contrôle…Non. La destinée de chacun n’est pas tracée, quoi qu’on puisse en dire. Nos actes définissent le destin, bien que souvent les actes des autres jouent pour beaucoup sur l’avenir…
Mais il arrive que le destin reconnaisse y être allé trop fort. Ainsi, lorsque le Lieutenant Ford contemplait dans ses draps poussiéreux la situation dans laquelle il se trouvait, jamais il n’aurait imaginé se pencher un jour à nouveau sur l’un des balcons de la cité. Pourtant, il avait cette chance, à ce moment précis, simple instant volé qui ne faisait que traduire son départ précipité.
L’Orion s’était posé sur la digue Est. C’était terminé. Sans E2PZ, sans doute découverte, la cité d’Atlantis n’était plus sûre. Il n’y avait plus aucune raison d’y rester, pour personne… Après deux ans, la cité allait à nouveau se rendormir…Oh, peut être pas définitivement. Dans le meilleur des cas, l’E2PZ reviendrait sous peu alimenter le bouclier, et tout reviendrait à la normale.
Point de vue bien optimiste pour beaucoup. En effet…Personne ici ne pouvait affirmer cela, bien au contraire…Car le destin, vieil homme imprévisible, ne l’entendait apparemment pas de cette oreille. Au pire des cas, dans une journée et quelques heures, les deux vaisseaux ruches surmonteraient l’attaque et commenceraient les sélections…Sans que la Terre ne puisse réagir.
Ford pensait à sa famille, à sa cousine, à ses grands parents. Il souffla une dernière fois l’air de l’océan puis se dirigea vers le vaisseau. En partant, il salua Elizabeth, en pleine discussion avec Teyla :

«Teyla, Athos est détruite, Atlantis ne protège plus personne. Tu sais que le Anciens n’interviendront pas. Pour toi comme pour ton peuple, il est préférable d‘embarquer avec nous sur le vaisseau des Anciens.
-Cette galaxie a porté mon peuple. Ils n’accepteront pas de la quitter.
-Pourtant, ils ont bien quitté Athos…Je ne voudrais pas vous presser mais… La plupart des membres de cette expédition ne voient leur famille que très rarement, et veulent à tous prix les revoir au plus vite…Le vaisseau sera près à partir dans moins d’une heure. C’est le temps que vous avez pour…
-Je veux aider votre peuple. Le peuple de John, le peuple de Rodney. Je veux savoir s’il y a ne serais-ce qu’un espoir qu’ils soient en vie. J’en ai besoin, Elizabeth.
-Désolé, je n’ai pas le pouvoir de retarder le vol. Surtout pas celui-ci. J’ai encore quelque chose à régler puis j’embarquerais à mon tour. Faîtes avoir à Lorne si nous devons faire un détour vers le continent.
-J’aurais ma radio. Si je ne dois plus te revoir… »

Elle marqua un temps de pause. Ces derniers jours avaient été éprouvants pour elle. La moindre émotion la fragilisait davantage. Alors il n’y eut pas de suite à cette phrase. Elle se retourna puis quitta la tour principale. Elizabeth soupira, ne sachant que faire. Elle avait elle-même d’autres préoccupations, et aussi égoïste que ces pensées pouvaient être, en cet instant, elle s’en fichait. Retrouver sa mère, retrouver une relative sécurité.

***

Le Dédale apparut dans le ciel de la Terre, accueilli par l’Odyssée. Aussitôt, l’E2PZ fut chargé sur l’avant-poste, sous les yeux du SGC qui suivait la scène en temps réel. SG-1 se trouvait dans la salle de briefing, en compagnie des Généraux Landry et O’Neill.

« Deux vaisseaux, des drones. D’après moi on a nos chances.
-Malgré tout, cela risque de nous handicaper dans notre lutte contre les Ori. S’ils apprennent que la Terre n’est plus protégée…
-Exactement, Colonel Carter, dit Landry, c’est pourquoi vous allez bel et bien explorer la planète que le Docteur Jackson a découverte. S’il s’agit réellement de Vagonbrei, et que cela peut vous mettre sur la piste du Sangréal, nous ne devons pas nous concentrer seulement sur les Wraith.
-Je suis d’accord, répondit Jack, si les affreux frappent à la porte, alors nous sauront les recevoir.
-Je reste inquiète, mon Général, dit Sam. La Terre est sur la liste des Wraith, comme sur celle des Ori. Même si Vagonbrei nous apporte quelque chose…
-Alors on doit y aller au plus vite et ne plus perdre de temps à pleurer sur notre propre sort, cria Vala.
-Oui mais…
-Elle a raison, dit Landry. SG-1, rompez, je veux vous voir devant l’Anneau dans 10 minutes. »

***

L’Orion quitta Lantia, avec Teyla à son bord…Seule. Les Athosiens n’avaient pas voulu partir, et avaient investi les murs de la cité. Peut d’entre eux étaient capable d’utiliser les Jumper, voire de se servir efficacement des canons laissés lors du siège. Ils étaient donc en danger… Et, depuis la cérémonie de l’Anneau, Teyla était directement liée à eux…
Elle culpabilisait, et cela n’arrangeait pas sa dépression. Pourtant, elle devait partir avec l’Orion. Elle devait être fixée sur le sort de son équipe. Elle devait savoir si, par sa faute, le peuple de la Terre, qui avait sauvé son peuple deux ans auparavant, allait, par sa faute, tomber entre les griffes des Wraith.
Une fois encore, elle s’isola dans ses quartiers, les yeux rivés sur le bleu de l’hyperespace qui défilait devant elle.
Boosté par les générateurs à Naquada et quelques générateurs Wraith, le vaisseau arriverait d’ici trois ou quatre jours sur la Terre… Quatre jours interminables.

***

Le jour suivant, le doute s’installait. Le nom d’Atlantis résonnait dans les archives de Vagonbrei. Malheureusement, la cité des Anciens étai inaccessible pour le moment…Et ne le serait peut être plus jamais. Malheureusement, un déplacement de ruche avait été repéré dans Pégase. Atlantis était une destination possible…
La flotte Wraith serait là d’ici une vingtaine de minutes. La reine avait ordonné que l’on amène les deux prisonniers, afin qu’ils voient de leurs propres yeux à quoi les avaient menées leurs erreurs.
Plus que 10 minutes. Remise de son envie de dormir, Sam s’installa en salle de contrôle, qui passait en temps réel les évènements depuis l’espace.
Plus que 5 minutes. Jack fut téléporté dans l’avant poste. Il constata de ses yeux que, par sécurité, les vitres avaient été retirées du dôme.
Plus que 2 minutes. Bien qu’ils ignoraient le moment exact du débarquement, les membres de l’Orion savaient que le dénouement était proche. Plus que jamais on pensait à ses proches. A son tour, Elizabeth s’accorda un moment pour craquer. Elle ne pleura pas au sens strict, mais elle voyait sa mère sans cesse. Elle la voyait rentrer le chien pour le protéger, puis se faire aspirer par le téléporteur d’un Darth…Ou encore hurler pendant qu’on lui aspirait son énergie vitale. Ces pensées horribles ne faisaient que refléter ce qui risquait d’arriver sous peu…

« Mon Général, Les Wraiths sortiront de l’hyperespace dans 5…4…3…2…1… Nous avons un visuel. »

Deux ruches et un croiseur sortirent de l’hyperespace, et tirèrent immédiatement sur les 304. Peu après, des centaines de boules de feu, partis du pôle Sud de la planète, se dirigèrent vers l’une des ruches, jusqu’à l’atteindre, causant des dommages inqualifiables. Personne ne savait si le vaisseau allait exploser. En tous les cas, il n’y avait plus assez de drones pour endommager le second vaisseau. Alors les 304 passèrent à l’attaque.
Ainsi, des dizaines de missiles partirent en direction des ruches. Là…Le destin, vieil homme imprévisible, se manifesta. Quelle ne fut pas la surprise du SGC lorsque les missiles s’écrasèrent sur un champ de force.
La douche froide passée, il fallait agir. Alors ils n’abandonnèrent pas, et continuèrent à tirer. En vain. Les tirs s’échangeaient, sans cesse, dans l’attente d’un bouleversement de situation.
Puis, la situation se traça, en quelques secondes. Le bouclier du Dédale se désactiva, et celui-ci commença une descente vers la planète.
Les membres de l’Odyssée furent téléportés vers la planète, à l’exception du Colonel Emmerson, qui continuait à retarder l’inévitable.

« SGC…Mon vaisseau n’a plus d’énergie. Le bouclier va lâcher. Je peux tenter une dernière manœuvre pour retarder leur arrivée, voire détruire le vaisseau endommagé. Mais…J’ai le regret de vous dire que c’est terminé. »

A peine cette phrase fut elle terminée que l’on perdit le signal avec Emmerson. Le relai fut pris par des satellites, dont les images montraient des Darth, des dizaines, peut être des centaines de Darth, se diriger vers la planète. Le cauchemar commençait. Et jusqu’à preuve du contraire… On ne pouvait pas se réveiller.
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Si lecteurs il y a (ça n'a pas trop l'air d'être le cas, en ce moment ^^), sachez que dans les...disons les deuc prochains chapitres, c'est là que l'histoire va prendre un autre tournant. J'ai des tonnes d'idées (malheureusement j'ai pas d'opinions pour en juger :cry: ), dont une grosse surprise, concernant Teyla.
Vous ne me regarderez plus jamais comme avant...

Pour les curieux, parce que je sais vraiment pas quand je posterais :
Spoiler
-Pas de surprise : les Wraith atteignent la Terre : c'était écris dans mon premier post et c'est pour ça que ça s'appelle un "scénario catastrophe". Pour SG-1 comme pour Atlantis, l'impasse est installée par rapport au cours normal de l'histoire.
-Nous allons voir de nombreux membres des familles des membres. Au programme (déjà décidé) : la cousine, le grands parents de Ford. La mère (et peut être le chien) d'Elizabeth.
Il est possible que la femme de Landry (qu'on a encore jamais vu) soit d la fête, après tout je ne vois pas de raison de se concentrer uniquement sur les familles d'Atlantis.
-La terreur installée, ok. Mais il en faut plus (j'aime en faire trop ^^). Une ruche Wraith, une seconde endommagée (j'vous ai pas dit si le petit monde est encore vivant à son bord), et un croiseur. Sheppard a pu se déplacer, petite preuve que les effectifs ne sont pas pleins. Je placerais peut être un nombre arbitraire d'ici peu.
Quoi qu'il en soit, ils snt là, le monde est terrorisé, mais pas assez en mon gout : 6 milliards d'humains, quelques centaines de Wraith...La situation n'est pas urgente, les affreux ont de quoi tenir des decennies...
-Alors pour plus de rebondissements, en cours terme, j'ai mis en place ce plan B, basé sur Teyla, et sa relation avec les Wraith. L'existance de la porte de la Terre pourrait bien les amener à la déduction qu'il y a d'autres mondes humains dans cette galaxie...Miam.


Ca me donne envie de continuer, d'écrire mais...J'ai un léger coup de flemme en ce moment (et personne pour m'encourager :cry:, non moi plaisanter, of course), et je suis assez occupé.
A la prochaine.
John.Shep
Avatar de l’utilisateur
Général
Général
Messages : 3602
Inscrit : 12 avr. 2007, 14:32
Pays : France
Lieu : Quelques part entre ici et il y a 10 000 ans

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par John.Shep »

Si tu as besoin d'encouragements, il suffisait de demmender :D :D :D .

Mais de toute façon, ta fic vaut la peine d'attendre.
Membre du Bureau des Emmerdeurs

Si la violence ne résout pas ton problème, c'est que tu n'as pas pris une arme assez grosse.
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Alors que ma fic tombe dans l'oubli, je continue la construction de dossiers pour l'encyclopédie de mon site.

Cependant, j'ai l'histoire en tete et je finirais bien par m'y remettre.
Lantien
Avatar de l’utilisateur
Major Général
Major Général
Messages : 1555
Inscrit : 14 janv. 2005, 21:59
Pays : France
Lieu : Jura

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Lantien »

CITATION (Orisi,Samedi 11 Août 2007 14h36) Alors que ma fic tombe dans l'oubli, je continue la construction de dossiers pour l'encyclopédie de mon site.

Cependant, j'ai l'histoire en tete et je finirais bien par m'y remettre.
Essaie de faire au plus vite, j'ai hâte de lire la suite.
Ronon62
Avatar de l'utilisateur
Major
Major
Messages : 539
Inscrit : 23 mai 2007, 13:19
Pays : France

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Ronon62 »

CITATION (Lantien,Samedi 11 Août 2007 15h44) Essaie de faire au plus vite, j'ai hâte de lire la suite.
Ne t'intiquiète pas il m'a dit qu'il allait s'y remettre aujourd'hui. ^_^
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Woohoo, enfin un nouveau chapitre!

« -Et voilà, Docteur Mc Kay, le résultat de vos brillantes recherches… »

La reine Wraith jubilait. Malgré son haut grade, elle ne cachait ni son émotion, ni ses nombreux regards joyeux en direction des Darth qui continuaient leur descente. Elle avait gagné, seule, au nez et à la barbe du peuple Wraith tout entier, qui à son avantage s’était séparé en clans. Ces idiots mourraient de faim à l’unisson, mais pour elle, tout cela était terminé.

« Humains de la Terre, comme promis, vous êtes encore vivants pour contempler le fruit de votre intelligence. Ainsi, je vous remercie de la part de toute cette ruche… Mais cela ne me suffit pas… A présent… Je veux voir la défaite dans vos yeux, je veux voir la mort brouiller votre esprit ! »

Elle approcha sa main de Rodney, caressant sa joue avec son ongle, jusqu’à ce que ses genoux ne supportent plus de tenir debout. Apeuré, le scientifique leva doucement la tête pour regarder son bourreau. Ses traits étaient déjà marqués par sa précédente expérience. Etrangement, ses seules pensées n’étaient pas pour lui, ni pour le supplice horrible qui l’attendait. Non, il pensait à Madison, sa nièce, qu’il n’avait vue qu’une fois, alors qu’elle venait de naître.
Là, à l’idée de ne plus la revoir, Rodney sentit la haine parcourir ses veines. A ce moment, il haïssait si fort la reine, bien plus que la race Wraith en elle-même, bien plus que le Wraith qui lui avait arraché quelques années de vie. Non. Ce monstre allait l’achever, et jamais sa nièce ne connaîtrait son oncle. Il s’était bien passé de sa présence pendant quatre ans, mais ressentait un besoin fort de la rencontrer, de lui parler, de la serrer dans ses bras…
Non, il ne pouvait pas partir sans la revoir. Non, il devait lutter… Il devait empêcher la reine de le détruire…

« Non ! »

Une voix à moitié humaine retentit dans la pièce, résonnant assez fort dans les couloirs. Elle avait sorti Mc Kay de ses pensées.

« Non, répéta Michael. Nous nous préparons à attaquer une planète de six milliards d’habitants. Nous devons les garder en vie, ils pourront se révéler utiles, en temps et en heure. Nourrissons nous de la récolte que nous apporterons les Darth. Mais la vie de ces deux hommes compte sans doute beaucoup plus que celle de tous ceux qui reviendront de la récolte.
-Tu as raison…répondit la reine. Mais je ne peux m’empêcher de te poser une question… Désires tu les sauver…parce qu’ils seront utile ou…parce qu’ils sont humains ?
-Malgré tout le respect que je vous dois, ma reine, je crois avoir assez prouvé ma loyauté depuis mon retour…Elle n’est donc certainement pas à remettre en…
-Emmène les au cachot, l’interrompit la reine.
-Bien… »

Michael saisit son arme et la pointa sur les prisonniers, qui se relevèrent, s’aidant l’un l’autre, puis se dirigèrent vers le couloir. Derrière eux, la respiration de Michael était rapide, audible, voire forcée. Cependant, aucun d’eux n’osa prononcer un mot jusqu’à leur arrivée au cachot…

« Votre galaxie possède-t-elle un réseau de portes ? commença Michael.
-Sans vouloir t’offenser, Mickey, répondit rapidement Sheppard, qu’est ce qui pourrait me pousser à te révéler de telles informations.
-Comment êtes vous venus sur Atlantis ? Par la porte ? Par vaisseau ?
-Non, c’est pas mickey, murmura John à Rodney, mais assez fort pour que le Wraith puise l’entendre. Mickey, lui, ses oreilles lui permettaient de tout entendre. Michael a beau avoir les oreilles décollées…
-Silence ! Vous ne comprenez donc pas que je veux vous aider ?
-Commencez d’abord par nous expliquer comment…(il s’arrête un moment. Le vaisseau sembla vibrer…)… Comment le fait d’avoir une porte pourrait-il nous sauver ?
-Cette sensation se produit lorsque nous tirons. C’est l’un des inconvénients du champ de force…
-Vous avez un champ de force ? Mais…Et… Ils bombardent la Terre ?
-C’est exactement là où je voulais en venir. Colonel Sheppard, je vous croyait beaucoup plus intelligent que cela…Il y a peu, vous avez révélé à la Reine le nombre d’habitants que contenait votre planète. L’interrogatoire du premier humain de votre planète parlait de millions d’habitants, et cela était déjà une terre fertile pour les Wraith… Mais six milliards…
-Ils ont de quoi se nourrir des décennies avant de devoir retourner sur Pégase.
-Oh non, Docteur Mc Kay, la situation est bien pire que cela…Six milliards d’êtres humains, vous ne comprenez pas ? Une vie humaine ne vaut plus rien. Elle peut en détruire des millions par pur plaisir, et je pense que vous avez déjà constaté le tempérament de la reine, elle ne s’en privera pas. Beaucoup de Wraith se nourrissent des humains car ils en sont forcés, mais la reine prend plaisir à voir émeutes, souffrances…C’est un sentiment partagé par beaucoup de nos leaders, qui prennent goût au pouvoir, et savent que quoi qu’il arrive, ils seront nourris. C’est ce même désir qui les pousse à se servir d’humains comme Runner…
-Alors…
-Si vous n’envoyez pas rapidement un grand nombre d’humains sur une autre planète, le nombre des morts sur votre planète va augmenter très rapidement… »

***

Là où John et Rodney ne pouvaient qu’écouter, SG-1 et la Terre ne pouvaient que constater l’étendu des dégâts. En effet, l’Europe de L’Ouest fut la première touchée. L’Espagne, la France, l’Italie…
Des vagues de terreur se manifestaient un peu partout. Comment réagir face à une attaque venue du ciel ? Mais ces émeutes ne duraient pas très longtemps. En effet, les regroupements humains simplifiaient le travail des Darth qui n’avaient plus qu’à se servir dans le tas.
Bien entendu, les chaînes hertziennes s’en donnaient à cœur joie. Toutes repassaient en temps réel des images terrifiantes qui ne faisaient qu’accroître la peur des téléspectateurs, qui bouclaient leurs valisent ou s’enterraient dans de vieilles caves ou dans des abris anti-missiles, dont beaucoup dataient de la seconde guerre mondiale et menaçaient de s’écrouler sur ceux qu’ils abritaient.
Enfin, comme pour faire le ménage, quelques tirs de ruches s’abattirent sur le champ de mars et la ville la plus romantique du monde, détruisant la bâtisse centenaire construite par Mr Eiffel. Suite à cela, le calme revint peu à peu sur la France.
Comme si cela ne suffisait pas, les ruches se dirigèrent ensuite sur le continent américain, en nombre réduit. Ainsi, la ville de Denver et ses environs n’échappèrent pas au désastre. Puis, une pluie bleue venue du ciel détruisit bâtiments, aéroports et bases de vol.

« Donc, aujourd’hui, sans prévenir, des vaisseaux venus du ciel ont fait disparaître des humains en Europe de l’Ouest, puis ont continué leur route vers Denver, dit Julia Donovan. Le Président, bien qu’il n’ait fait aucun commentaire en direct, lance un appel au calme. Il se trouverait en ce moment à bord d’Air Force One, vers une destination incon… »

Sam éteignit la télévision, puis jeta un coup d’œil aux écrans qui montraient la base de l’extérieur. Le paysage avait changé. Suite à un violent choc, plusieurs éboulements s’étaient produits. D’énormes rochers gisaient ici et là. La garde avait été doublée à l’entrée de la base, et des camions plus nombreux que d’habitude arrivaient ou partaient. Mais la nouveauté, aussi étrange soit-elle, résidait à côté de la montagne. On pouvait distinguer une masse énorme, grise, métallique, qui semblait incapable de bouger. Le Dédale s’était écrasé, presque indemne, à côté de Cheyenne Mountain. Le Colonel Caldwell était parvenu à manœuvrer son vaisseau, de manière à ce qu’il puisse « glisser » sur une petite distance pour freiner, et se poser dans un endroit proche de la base, dans lequel il aurait un jour un espoir de redécoller.

« Et bien, je dois dire qu’on l’a échappé belle, dit Sam, s’asseyant en salle de briefing. »

SG-1 s’y trouvait au complet, ainsi que le Colonel Caldwell et Richard Woolsey, qui avait saisi la première occasion de se réfugier à l’endroit qu’il jugeait le plus sûr.

« Colonel Carter, dit Caldwell. La Terre est attaquée. Je ne pense pas qu’on l’a… échappé belle, comme vous dîtes.
-Excusez moi, mon Colonel, je me suis mal exprimée. En fait, je parlais de votre vaisseau. Je me réjouissais du fait que les Wraith ne l’aient pas achevé de l’espace.
-Vous comptez le réparer ?
-Ce sera dur. D’ailleurs je pense que les Wraith ne laisseront pas intacts nos vaisseaux. D’ailleurs, si l’Orion nous rejoint…
-Il repartira. Un vaisseau opérationnel ne nous permettra pas de nous débarrasser des Wraith. Il n’a même plus de drones… Il faut donc qu’il reparte vers le site alpha –ou un site sécurisé- pour mieux servir ceux qui seront évacués.
-Excusez ma curiosité, dit soudain Mitchell. Mais…Qui sera évacué ?
-Chefs d’Etats, fonctionnaires importants, scientifiques de renommée mondiale… Ceux dont nous pensons que la vie vaut plus que celle des autres…
-Nous baissons donc les bras ? dit Teal’c.
-Ai-je dit cela ? Sauver la Terre…Ca, c’est votre travail. Après tout, c’est à cause de l’incompétence des dirigeants des programmes SGC et Atlantis que nous nous battons contre deux ennemis qui nous dépassent technologiquement !
-S’il vous plait, cria Daniel pour être sûr que tout le monde l’entende. Des milliers d’innocents sont en ce moment même emmenés sur des ruches. Des milliers d’innocents meurent de la plus horrible façon possible. Et au lieu d’écouter nos conseils, d’essayer de concilier tous les pays de cette planète, nous perdons chaque fois notre temps à cause d’idioties comme…Quel pays contrôlera la porte ? De combien baissons nous notre budget, cette année ?
-Docteur Jackson !
-Woolsey, il est temps de relever ses manches et d’aider tous ceux que nous pouvons, au lieu de perdre notre temps tous ensemble pour savoir QUI a raison et QUI a tort ! Mon Général, dit il au général Landry, si cette discussion n’a pour seul but de discréditer SG-1 et l’expédition Atlantis, je vous demande respectueusement l’autorisation de quitter cette table.
-Ca ne sera pas nécessaire, Docteur Jackson.(Il jette un regard noir à Woolsey). Colonel Carter, vous avez une idée ?
-Merci, mon Général (à son tour, elle regarde Woolsey). En effet, j’ai pensé à un moyen qui, à court terme, nous permettrait de réfléchir plus longtemps tout en étant à l’abri.
-Le Dédale ? dit Caldwell.
-Le Dédale, parfaitement. Les premiers rapports montrent que l’hyper propulsion a grillé, ainsi que les moteurs conventionnels. Cependant, lorsqu’ils seront rechargés, et…avec l’aide de l’E2PZ, ils le seront facilement, nous pourrons l’étendre par-dessus la base, et en faire une base scientifique et un accès d’évacuation sur d’autres planètes. Et avec l’E2PZ, nous pourrions également contacter les Asgards, ou, si les Ori en viennent à envahir toute la galaxie, nous pourrions fuir à nouveau vers Pégase…
-Quelqu’un voit-il une objection au déroulement de ce plan ? »

A nouveau, le silence pesait. Plus personne n’osait parler. Même si ce plan n’était pas parfait, même s’il ne permettait pas de sauver tout le monde (mais ceci était-il possible ?), il était le seul qu’ils pouvaient se mettre sous la dent. L’Orion apporterait son lot de scientifiques et de nouveaux cerveaux qui pourraient se pencher sur les problèmes énormes qui s’offraient à eux.

« Faîtes le. »

***

Il le faisait. Il serrait sa nièce dans ses bras. Il était…au SGC. Derrière lui, sa sœur souriait, accompagné d’une jolie blonde qu’il connaissait très bien… Sam avait les yeux rivés sur lui. Mais elle ne faisait pas partie de ses préoccupations directes. Plus tard, peut être…
Madison paraissait étonnée de voir débarquer cet inconnu qui semblait si bien la connaître, et pourtant… Elle semblait joyeuse, tout comme sa mère. Sans doute celle-ci lui avait-elle parlé de son oncle…
Sans doute avait elle regardé le bref mot d’adieu qui lui était destiné l’année précédente, alors que tout était perdu… Il ne se retenait pas. Il pleurait à chaudes larmes. Des larmes de bonheur, des larmes de honte…Comment avait-il pu se priver de cet être pendant toutes ses années, comment avait-il pu être borné à ce point ?
« Tu es triste, tonton ?
-Non Madison, non…Non, je ne suis pas triste, au contraire…Madison… »

John tourna la tête, Mc Kay semblait murmurer quelque chose dans son sommeil. Délirait-il ? Rodney se réveilla, regarda la pièce, autour de lui, et murmura à nouveau, en baissant la tête :

« Madison… »

***

Miller, Madison. OK. Miller, Jeannie…OK. Miller, Kaleb… Vous êtes ?
-Le père de Madison, Sergent.
-Rodney n’a jamais parlé de vous, il me semble.
-Et pourtant, dit Jeannie, c’est mon mari, et le beau frère de Rodney. Si il n’entre pas, je n’entre pas.
-Ne sois pas ridicule, on ne peut pas laisser Madison seule…
-C’est d’accord, coupa le Sergent, vous pouvez entrer. Bienvenue à Cheyenne Mountain, SGC. »

Ainsi défilèrent les proches des membres de l’expédition Atlantis, dont la famille de Ford, choisis par SG-1, chargée de choisir ceux qui seront protégés, et plus tard évacués, par la base. Daniel découvrit la mère de Weir, car elle avait les mêmes traits que sa fille. Puis, pendant qu’il briefait Sarah Gardner, Sam partit accueillir Cassandra, laissant Mitchell aux mains de ses parents. Vala semblait d’humeur à taquiner, aussi elle se décida à se montrer aussi surexcitée que d’habitude.
Tous avaient été téléportés grâce au Dédale, mis au courant de la situation, puis contrôlés, fouillés, et conduits dans les quartiers de la base.
Peu de temps après, l’Orion sortit d’hyperespace, au dernier moment, face à la Terre, et partit se réfugier sous le bouclier du Dédale.
Tout d’abord, il fut placé en quarantaine, pour vérifier qu’aucun Wraith, ou aucun virus n’avait été introduit sur le vaisseau, ni que les membres de l’équipage étaient compromis… Mesures draconiennes, disaient certains, un peu trop à leur goût, mais l’Etat major se montrait beaucoup plus prudent qu’à son habitude, compte tenu de la situation. Cela ne s’arrangea pas lorsqu’ils apprirent que leurs familles se trouvaient dans la base, près à être évacués d’un instant à l’autre…

Teyla semblait étrange. Cloîtrée dans ses quartiers tout le long du voyage, elle parcourait les couloirs du vaisseau, regardant tout le monde, souriant. Bien que tout le monde se réjouissait de la voir rétablie, ils s’étonnaient d’un changement d’humeur si direct.
Enfin, vint le moment d’entrer dans la base. Par groupe de six, ils étaient autorisés à rejoindre la première partie de la base, mais ne pouvaient pas encore changer d’ascenseur. Teyla, accompagnée du major Lorne et de son équipe, ainsi que d’un Lieutenant qu’elle ne connaissait pas, furent les premiers à descendre jusqu’aux derniers niveaux.
Seulement, à l’arrivée, au niveau 27, lorsque la porte s’ouvrit, un spectacle bien étonnant apparut. Tout le monde était à terre, à l’exception de Teyla, qui tenait par la gorge un Lorne qui se débattait, sans armes.
« Première équipe de départ en partance pour le site Alpha. Walter, composez. »

Teyla leva les yeux, puis brandit son arme sur les quelques soldats qui les attendaient…

« Personne ne bouge…Sinon je tue le Major Lorne ! »
Sgm
Avatar de l’utilisateur
Brigadier Général
Brigadier Général
Messages : 1293
Inscrit : 18 nov. 2005, 20:54
Pays : France

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Sgm »

Nannnn.... Orisi commence oses-tu utiliser Teyla pour savoir ou se trouve notre porte ? :lol:. J'ai tout de suite senti le coup de " je suis sous le controle d'un Wraith" :lol:.

Suite palpitante, on veut la suite! :P
Lé sms c kom l'onion: ca pik les yeux
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

SGM, si c'est pour prévoir la suite de ma fic... Tu peux te les garder, tes messages d'encouragements :P .

L'année dernières, vous avez déjà deviné avant l'heure que j'avais mis un serpent dans la tête de Weir, et maintenant c'est Teyla...

Bon allez...Oui, j'avoue, elle est possédée...

Pour ceux qui ont vu la saison 3, ça va donner un peu le coup de "Submersion". Qui aura le contrôle sur l'autre?
Dans le chapitre, y a des détails qui servent à rien, et d'autres... Je me sens Rowling.

Je suis avec une autre fic, et en plein taffe sur "le site".

La suite quand j'ai le temps
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

« Chevron 1, enclenché. »
« Ecartez vous de mon chemin, hurla Teyla. Sinon je le fais moi-même ! »
« Chevron 2, enclenché. »
« Soldats !cria Landry. Ne bougez pas.
-Oui, mon général, mais elle détient un de nos hommes…
-Je vous dit de vous pousser ! Une dernière fois…Si à 3, vous ne vous êtes pas écarté, je tue Lorne ! »
« Chevron 3, enclenché »
« Une…Deux… »

Teyla pointa son arme sur les deux soldats qui lui faisaient face, et les abattit. Landry se mit à plat ventre pour éviter les balles. L’ascenseur de referma, puis monta dans les étages supérieurs.

« Chevron 4, enclenché. »

Teyla pointa son arme sur la tempe du Major Lorne.

« A présent vous savez que je ne bluffe pas. Verrouillez le niveau, maintenant ! »

Landry s’exécuta.

« Chevron 5, enclenché. »
« Passez devant ! Hurla Teyla.»

La salle de contrôle était vide. Tous avaient rejoint la salle d’embarquement dans l’espoir de fuir avec la première équipe. Deux autres soldats barrèrent la route à l’Athosienne, qui n’hésita pas à tirer. Alors, dans un sursaut, Landry referma la porte blindée de la salle d’embarquement, plongeant dans le couloir. Puis, il se saisit de la radio d’un soldat à terre.

« Coupez le courant, vite ! »

Essoufflé, il entendit le kawoosh de la porte des étoiles, ainsi que de grands cris. Cependant, Teyla n’avait pas tiré.
Puis, rapidement, il entendit la porte se refermer. Toutes les lumières s’éteignirent en même temps, et l’éclairage de secours s’enclencha. C’était fini…

***

Descendu par les sorties de secours, le Général O’Neill se hâta de rejoindre SG-1. Le couloir était bruyant, beaucoup trop à son goût. Il passa difficilement devant Carson Beckett et Radek Zelenka, puis arriva enfin devant les Colonels Carter et Mitchell.

« Contente de vous voir, mon Général.
-Moi de même, Carter…Dîtes… On a oublié de me prévenir ? C’est l’anniversaire de quelqu’un… Oh, ne me regardez pas comme ça, Carter. Tout ce monde, pas de lumière…
-Disons que la fête a mal tourné, dit Mitchell.
-Expliquez moi, Mitchell, je brûle de savoir…
-Bien, mon Général…L’Athosienne Teyla, qui est arrivée avec l’Orion, a perdu la tête. Je pense qu’elle est sous l’emprise des Wraith, cependant nous ne pouvons pas en être sûrs. Elle a abattu quelques gardes, et se trouverait en ce moment enfermée dans la salle d’embarquement, avec la première équipe que l’on devait évacuer vers le site Alpha.
-Et bien sûr…Personne n’est armé, là bas.
-Nous avions deux gardes à chaque porte. Le Général Landry, qui est dans l’un des couloirs, nous a informé que deux de ces gardes ont été abattus, ainsi que ceux qui gardaient l’ascenseur. Personne n’est armé, dans la salle d’embarquement. Ils partaient pour le site Alpha, ce n’était pas nécessaire…
-Bien. Et le courant…
-Dans un souci de temps le Général Landry a ordonné qu’on éteigne tout. Siler est là bas, dans le noir. Une équipe descend avec des lampes torches, nous devrions avoir un visuel dans assez peu de temps.
-OK. Et tout ce monde…Ils m’ont l’air bien excités.
-C’est normal, mon Général…(il tourne la tête vers Weir, sanglotant les mains sur le visage). Ce sont leurs familles qui sont coincées dans la salle d’embarquement. »

***

Quelques Darth s’échappèrent du vaisseau ruche endommagé pour rejoindre le vaisseau intact. A son bord, la reine semblait méditer, au milieu de ce qui pourrait être une assemblée de gradés Wraith. Beaucoup scrutaient une sphère qui tournait constamment, représentant la Terre.
L’Europe de l’Ouest figurait en rouge sur la sphère. Non loin de cette boule qui trônait au milieu de la pièce, deux humains étaient fermement tenus par deux soldats. Terrorisés, ils scrutaient chaque détail de la pièce qui les entourait, évitant soigneusement le regard de leurs bourreaux.
Peu de temps après, le premier monstre planta sa main sur la poitrine de l’un des deux hommes, et celui-ci donna l’impression d’être horriblement torturé. Il hurlait, se débattait, dans son costume bleu où pendaient de nombreuses médailles. Puis, lorsque la créature retira sa main et se dégagea de quelques pas, i le second homme vit qu’il n’était plus comme avant. Ses traits étaient vieillis, il était ridé, ses cheveux semblaient enfarinés, une peur indescriptible se lisait dans son visage, si bien qu’il semblait d’incapable de crier à nouveau.

« Dis nous où se trouve le chef de votre planète, humain ! dit le premier monstre. Sinon tu subira le même sort…
-Je…Je ne sais pas ! Je ne peux pas ! »

A nouveau, le monstre mit sa main droite au même emplacement que la première fois. Soudain, l’homme qui subissait la torture semblait squelettique, son corps ne semblait plus abriter la vie.

« Une fois encore… Dis nous…
-M…Mais je vous jure que je ne sais pas ! L’homme le plus puissant de notre planète s’est sûrement caché ! Mais je n’étais même pas sur le bon continent ! »

Une ultime fois, la créature, aussi abjecte soit elle, planta sa main dans la carcasse à peine vivante qui se trouvait devant lui. Lorsqu’il la retira, ce fut un pantin de peau et d’os qui s’écrasa sur le sol. Le Wraith se dirigea alors vers la sphère.

« Alors dis moi où nous devons chercher… »

Terrorisé, l’homme ne savait même pas par quel miracle il parvenait encore à parler. S’il voulait vivre, revoir sa femme et ses deux enfants, il devait parler, ne rien cacher. Il devait dévoiler tout ce qu’il savait. La Terre semblait de pas avoir les moyens de se défendre, alors il devait rester en vie par ses propres moyens.
Le soldat Wraith le releva et l’amena face à la sphère. Les larmes aux yeux, l’homme ne voyait que des tâches qui bougeaient sans cesse… Il vit une tache rouge…La France ? Sûrement, il y avait une grande terre jaune en dessous… Puis, à gauche de la tâche rouge, il y avait du bleu…l’Océan… Enfin, une grande tache jaune apparaissait à nouveau. L’Amérique, sans aucun doute.

« Là, c’est là. Washington. Mais le Président s’est sûrement enfui, à bord d’air force One, un avion… (Il constata les regards perplexes des créatures qui le fixaient). Une machine volante, à… 10 000 mètres d’altitude.
-Sachez que la race des Wraith vous en est éternellement reconnaissante.
-Alors…Je vais vivre ? »

Le Wraith rit si fort que l’écho de ce bruit retentit dans toute la pièce, si bien que la reine se réveilla.

« Oh, ma Reine, pardonnez moi de vous réveiller mais…Vous devez vous nourrir !
-Très bien…Mais je n’ai pas beaucoup le temps. Ces humains, aussi pitoyables qu’ils puissent être, ont enfermé l’Athosienne…Emmagan, dans la salle de l’Anneau.
-Alors il existe d’autres mondes ?
-Leur anneau est différent des nôtres. Donc je ne pense pas qu’il soit unique. Amenez moi l’humain. Je crois qu’ils ne tarderont pas à prendre contact avec moi… »

Apeuré, l’humain hurla. Amusés, les gradés Wraith le regardaient se débattre, jusqu’à ce que la reine l’agenouille et s’en nourrisse en explosant de rire.

***

Teyla releva la tête. La lumière était revenue. Pourquoi était-elle là ? Elle était assise sur le grillage qui menait à la porte des étoiles. Face à elle, une vingtaine de personnes étaient assises en tailleur, les mains sur la tête. Elle fronça les sourcils, et la mémoire lui revint enfin. Elle avait tué quatre soldats, s’était emparée de chargeurs et avait voulu quitter la planète.
Puis elle était retournée dans son vaisseau pour…se nourrir.
Non, ce n’était pas elle, c’était un…

« Wraith, Teyla Emmagan, qui que vous soyez, positionnez vous face à la caméra.
-Ici Teyla, je…
-Pourquoi avez-vous infesté le corps de Teyla Emmagan, et pourquoi vous êtes vous dirigée vers la porte ?
-Mais ce n’est pas moi, je…
-Renvoyez nous les otages, ou au moins les personnes agées et les enfants.
-Alors il faudra être gentil et faire ce que je vous dis. »

Teyla avait prononcé ces paroles inconsciemment. Non…Non, elle n’avait pas u dire ça. Elle ouvrit la bouche pour rectifier ses mots, mais…Elle n’y parvenait pas. D’autres pensées la submergeait. Elle était rassasiée. Elle allait poser un ultimatum…Elle ? Non ! Teyla ne pouvait pas dire ça. Mais elle ne contrôlait plus son propre corps.

« J’ai avec moi une vingtaine d’otages. Je veux avoir accès à toutes les adresses de cette porte, et je veux que vous l’ouvriez. Vous avez vingt minutes. Après quoi, si vous ne vous êtes pas décidés, j’abats un otage. En commençant par…vous, là bas. Levez vous. »

L’homme serra la main de la femme qui se trouvait à côté de lui, puis se leva.

« Votre nom.
-Kaleb, Kaleb Miller.
-Vous avez donc vingt minutes pour ordonner au Général Landry d’ouvrir l’anneau des Dieux (Teyla sembla étonnée de cette appellation, à mi chemin entre « Anneau des ancêtres », et « cercle des Dieux », tous deux utilisés par les Athosiens. Le Wraith partageait donc ses pensées, et il était possible qu’elle puisse l’influencer). Sinon, notre bon ami Kaleb Miller sera le premier d’une longue liste à mourir… »

Madison laissa émettre un cri aigu, mais sa mère lui plaça la main devant la bouche. Dans 20 minutes, son père allait mourir.
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

« 15 minutes. Il nous reste 15 petites minutes pour nous décider, et nous on perd notre temps, et on reste là, à ne rien faire, s’étonna le Lieutenant Ford.
-Lieutenant, bien que vous ayez passé toute l’année à vagabonder dans la galaxie de Pégase, n’oubliez pas que vous devez respecter la chaîne de commandement. Je vous ordonne de vous calmer ! répliqua le Colonel Reynolds.
-Mes grands parents, mes cousins sont là dedans, Colonel, avec une arme braquée devant leurs yeux, pris en otage par l’esprit maléfique d’une reine extra-terrestre ! Comment puis je garder mon calme ?!
-Lieutenant ! Je…
-Ca suffit, Reynolds, il a raison. Rassemblez de toute urgence SG-1 dans la salle au fond du couloir. Lieutenant, vous pouvez venir aussi.
-Merci, Général O’Neill. »

Dans la salle, un écran affichait la salle d’embarquement. Kaleb Miller se trouvait là, debout, les mains sur la tête, tremblant. Teyla parcourait la pièce, semblant comme excitée par moments, prenant plaisir à effrayer ses victimes. Puis, une force sage semblait la retenir, allant même jusqu’à bavarder avec celui qu’elle avait l’intention de tuer dans…13 minutes.

« Allez, tout le monde, on se dépêche. Il me faut une solution et vite.
-Et bien, tout ce que je vois dans l’immédiat, dit Daniel, ce serait d’envoyer des forces militaires dans la salle d’embarquement pour maîtriser Teyla…
-Oh, ça serait trop beau, Docteur Jackson, si la reine Wraith jetait son arme à terre en épargnant ses otages…
-Leur vie ne lui inspire rien, dit Ford. Elle les aurait déjà tué si elle n’avait pas besoin d’eux…
-Les téléporteurs ! cria Vala. Tout ce qu’on a à faire c’est de localiser une balise, et le tour est joué !
-Impossible, dit Sam, dans une grimace. Je ne peux pas réparer le rayon de téléportation Asgard en dix minutes. Et même si je le pourrais, il n’y a aucune équipe SG dans la salle d’embarquement, et les blocages Asgards nous empêchent de téléporter efficacement une cible non verrouillée à partir d’une balise.
-Pfff…murmura Mitchell en se passant la main dans les cheveux. Donc, il ne nous reste plus qu’à ouvrir la porte vers une planète hostile, ou sans population.
-Elle compte prendre des humains avec elle. Et je ne crois pas qu’elle les laissera en vie si elle se rend compte de la supercherie.
-Pourtant, c’est tout ce que nous avons. Si nous voulons limiter les pertes humaines…
-Oh, il est facile de proposer la roulette russe quand on ne participe pas.
-Personne ne va forcément mourir…Si l’Orion parvient à aller sur cette planète, ils pourront prendre le contrôle de la porte et neutraliser la Reine Wraith.
-Et vous croyez que la ruche ne verra pas un vaisseau Lantien décoller, pile au moment où nous proposons un compromis ? bafouilla Ford, de plus en plus déstabilisé. J’ai attendu deux ans, j’ai perdu deux années e ma vie loin de mes proches, et nous perdons une fois de plus notre temps en échangeant des idées ridicules !
-Lieutenant, si vous avez mieux à proposer, dit le Général O’Neill… »

Mais Hayden n’avait rien à ajouter. Sa chair et son sang se trouvait enfermée, avec une épée de Damoclès de proportion galactique pointée au dessus de leur tête. Et personne n’avait de solution concrète à lui proposer…Enfin, Daniel se décida à briser le silence.

« Ce qu’il nous faudrait, c’est du temps. Inventez des excuses. Dîtes lui que ses tirs ont endommagé la salle de contrôle, qu’il faut du temps aux ordinateurs humains avant d’adhérer au courant…
-D’adhérer au courant !
-Je m’efforce simplement de vous faire comprendre que pendant que nous discutons, il y a un homme qui vit peut être ses derniers instants. Si nous pouvions capter l’attention de la reine Wraith, voire faire qu’elle cède le contrôle à Teyla –et on sait que c’est possible- le temps qu’on puisse évacuer les otages, on pourrait mettre fin ou retarder le problème.
-Je vous rappelle qu’il y a beaucoup plus en jeu que la vie de…Kaleb Miller, dit une voix bien connue, celle de Richard Woolsey en entrant. Lieutenant Ford, le Docteur Weir (il prononça ces mots avec force, comme si cela suffisait à écraser Elizabeth) voudrait vous parler. C’est notre planète toute entière qui vit Indépendance Day, aujourd’hui. Et plus que jamais il nous faut le contrôle de la porte des étoiles…
-Pour sauver la planète de bureaucrates qui ne se soucient que de leurs propres vies, répliqua Jack.
-Dois je vous rappeler que le CIS…
-Les Ori ! coupa Vala. Oups, désolé…
-Ce n’est rien, murmura Woolsey. Je disais donc que…
-Les Ori ont fait passé l’un des leurs sur notre plan d’existance. Et il se trouve que cette personne est ma fille ! Même si la dernière fois qu’on s’est vu, Daniel l’a paralysée alors qu’elle essayait de me guérir…Je peux encore essayer de la convaincre de nous aider…
-Ramener encore plus de nos ennemis ici ? dit Teal’c.
-Pas forcement ici… On envoie des coordonnées à la reine Wraith, on active la porte vers le dernier monde connu sous l’influence des Ori, et lorsque le vaisseau la rejoint…
-En supposant que le vaisseau la rejoigne…dit Daniel
-C’est une idée, dit Sam.
-C’est vrai qu’après avoir mis fin au règne Goa’uld, après avoir fait explosé un soleil, découvert la cité d’Atlantis, sauvé la Terre sept ou huit fois et empêché la destruction de la galaxie, on peut se permettre sur de simples suppositions de monter un plan plus que bancal, répondit Daniel. »

A nouveau, ce fut le calme…Et ce ne fut que lorsque le Lieutenant Ford revint en demandant si une décision avait été prise que tout le monde se leva.

« Je veux parler à cette créature…Maintenant ! »

Jack semblait stressé. Et pour la première fois, ce qui effrayait Sam, c’est qu’il ne le cachait pas.
Teyla, quand à elle, luttait pour garder le contrôle de son propre corps. La reine semblait la chasser de son propre esprit, prenant tant de place, l’envahissant avec tant de pensées que la personnalité de Teyla s’effaçait par moment. Elle ne pouvait que tenter de maigres manœuvres pour calmer l’esprit mouvementé et cruel du monstre qui partageait son corps. Ce monstre l’avait prise par surprise, cependant elle sentait, minute après minute, que son esprit reprenait vie dans ce corps, et qu’avec le temps elle pourrait à son tour contrôler ses mouvements, voire ceux de la reine.
Mais cela serait long…Et à chaque minute qui passait, elle se préparait à commettre une atrocité impardonnable, bien qu’elle ne soit pas la véritable responsable. Malheureusement, se serait bien son doigt qui allait appuyer sur la détente dans…5 minutes.

« Ici le Général Jack O’Neill. Je suis celui qui mènera à bien ces négociations.
-Il n’y aura pas dé négociations. La situation est claire : vous me donnez l’accès à votre base de données, vous me laissez m’emparer des adresses de l’Anneau des Dieux et je quitterais le corps de cette femme, laissant les otages en vie.
-Et quelle garantie avons-nous ? Après tout, même si vous les laissez en vie maintenant, vous n’oublierez pas la Terre…
-Si d’imposantes réserves de nourriture nous attendent ailleurs, alors pourquoi pas.
-Vous voulez vous nourrir d’une galaxie entière…Tout cela pour une seule ruche ?
-Nous nous doutons que des forces supérieures aux vôtres se cachent dans cette galaxie. C’est pourquoi il nous faut être prudent. Mais oui… Seule la destinée des habitants de cette ruche m’intéresse…
-Si cela est la vérité, pourquoi vous ne vous en êtes pas tenue au rétrovirus ? Pourquoi ne pas vous emparer des vaisseaux de vos ennemis, ennemis qui deviendraient humains…
-Parce que votre planète est une réserve de nourriture à portée. De longues décennies, de longs siècles nous attendent. Nous n’avons plus à combattre, nous ne connaîtrons plus la faim…Pourquoi risquer notre vie en cherchant à nous emparer d’autres vaisseaux lorsque celui-ci nous convient ?
-Libérez les otages et nous vous donneront des adresses valides.
-Cela fait des millénaires que nous nous nourrissons d’humains…Et nous savons que seule la menace et la torture peuvent nous permettre d’arracher des informations à votre espèce. Si vous êtes les premiers gagnants au change, alors vous n’avez plus de raison d’obéir.
-Laissez nous…
-Votre peuple tout entier est voué à mourir.
-Dans ce cas la vie de ces personnes ne vaut rien, puisque vous allez les prendre un jour ou l’autre…
-Et pourtant vous êtes encore là à négocier leur libération. Malheureusement ; Général Jack O’Neill, votre temps est écoulé (elle braque son arme sur Kaleb Miller).
- Attendez ! Que ferez vous avec des adresses de portes ?
-Je partirais, et le lien qui m’unit à la ruche sera tenu à travers le vortex assez longtemps pour qu’ils puissent me localiser… Là, nous nous emparons d’un Anneau et…
-Comprenez que vous demandez la vie de vingt personnes contre une information qui mettra en péril de nombreuses planètes. Je regrette, cela n’est pas du tout équitable et…
-PAN ! (Le bruit retentit à travers la radio, puis des cris s’en échappèrent.)
-Dans ce cas, il n’y a plus aucune raison qui pourrait me pousser à garder en vie les prisonniers. »

Le silence était revenu dans la pièce, ainsi que dans le couloir. De toute évidence, tout le monde avait une oreille collée sur la porte…Et les nouvelles étaient des plus inquiètantes… Kaleb Miller était mort. Et ce n’était apparemment pas le dernier.

« A présent, Général O’Neill, vous savez que je ne plaisante pas. Si vous n’êtes pas foutu de prendre une décision dans les 20 prochaines minutes, je tue…cette personne (elle montre Walter du doigt et lui ordonne de se lever). »

Le cauchemar recommençait. Tout allait si vite… La pression montait. Il était évident que beaucoup de personnes, dans ce couloir, avaient un proche dans la salle d’embarquement, et pourtant il lui était difficile de se résilier à céder au chantage de la reine.
La meilleure personne qualifiée pour négocier avec la créature était sans aucun doute le Docteur Weir, mais elle semblait dans un état second, et incapable de prononcer le moindre mot. Sa propre mère se trouvait à l’intérieur, confrontée aux cauchemars auxquels elle faisait face elle-même depuis déjà deux ans.
Jack appuya sur le bouton « communiquer » de la radio, ouvrit la bouche, mais ne savait pas quoi dire. Enfin, dans un sursaut de courage, il rouvrit la bouche et prononça quelques mots.

« Croyez moi, pauvre créature de MERDE, que vous allez le payer. Je ne sais pas combien d’humains vous allez tuer, je ne sais pas combien de temps je devrais patienter, mais je le jure, j’en fais le serment, que vous regretterez ça. Cette planète s’est battue 10 ans pour la liberté, pour se protéger contre d’éventuelles attaques extérieure… Vous n’êtes que l’une d’elle, et quoi qu’il arrive…
-Mon Général, je crois qu’il vaudrais mieux de pas l’énerver encore plus…
-ET QUOI QU’IL ARRIVE ! Vous ne sortirez pas vainqueurs… »

Il lâcha la radio et se précipita vers l’ascenseur, une idée folle en tête. La guerre était officiellement lancée. 10 ans auparavant, il avait souhaité mourir sur Abydos, suite à la mort de son fils. A ce moment là, il n’y avait pas d’échappatoire. Il était désespéré. Cette fois ci, trop de responsabilités pesaient sur ses épaules.
Là encore, il semblait ne plus y avior d’échappatoire et pourtant…Des vies humaines comptaient sur lui. Alors, il appuya sur le niveau de l’armurerie, et regarda la porte se refermer sur le spectacle terrible qui s’offrait à ce niveau : cris, larmes, déséspoir…
Sgm
Avatar de l’utilisateur
Brigadier Général
Brigadier Général
Messages : 1293
Inscrit : 18 nov. 2005, 20:54
Pays : France

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Sgm »

Bon je me tais alors :lol:

J'aime toujours autant, dommage que les scénaristes ne le réalisent pas reelement. Ceux-ci je pense qu'en voulant Sam aurait pu trouver quelque chose avec les téléporteurs Asgard :P.

Sinon ils auraient pu tenter d'introduire un gaz soporiphique dans la ventilation de la salle de controle, enfin c'est que mon avis :P.

J'attend la suite! :)
Lé sms c kom l'onion: ca pik les yeux
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

Du sang…Le regard vide de ses victimes… Tuer…NON !
Teyla détourna de force les yeux envieux qui fixaient instinctivement chacune des victimes à sa merci. Elle reprenait des forces. Devant elle, le Sergent Harriman suait à grosses gouttes. Il portait encore son micro, qui semblait se trouver à un niveau beaucoup plus bas que celui prévu… Mais Walter était pétrifié à l’idée de faire un geste qui pourrait avancer de quelques minutes son heure de décès…
Mais… Et si c’était mieux ainsi ? Et si la mort était plus facile à accepter si une longue période pleines de pensées horribles qui lui traverseraient l’esprit n’en faisait pas partie ? Ses lunettes embuées, il tenta ridiculement de souffler dessus pour mieux y voir…

« Sergent, ne soyez pas ridicule…Retirez votre micro, et essuyez vos lunettes. »

Teyla avait parlé. Elle y était parvenu… quelques secondes, certes, mais si elle se concentrait suffisamment, si, comme la première fois, elle exterminait chaque particule de son cerveau qui lisait les pensées de la reine pour rétablir les siennes… Elle pourrait mettre fin à cette situation. Mais ces simples pensées furent étouffées parun hurlement qui venait de sa propre bouche :

« Ne bougez plus ! Sinon je tue quelqu’un d’autre en même temps que vous ! »

***

« Jack…Répondez moi, au moins !
-Inutile, Daniel, je sais très bien ce que vous allez me dire…
-Comment pourriez vous le savoir, puisque je ne le sais même pas moi-même. Dîtes nous ce que vous allez faire, au moins…Ou laissez nous vous aider…
-Ce que je vais faire ? Je vais stopper tout ça.
-Jack, vous savez déjà qu’on a déjà refusé l’idée de la force armée…
-Je suis seul, Daniel.
-L’autre extrême n’est pas conseillable là-dessus…
-Ce qu’on veut, c’est neutraliser la reine. Vous ne voulez pas d’une force armée ? OK. On ne peut pas envoyer de gaz, on n’en a pas, et avec les méchants pas beaux qui traînent dehors, on trouvera pas beaucoup de monde qui nous en procurera…(il sort de l’ascenseur, au niveau de l’armurerie).
-On a même pas de grenade à choc Goa’uld ?
-Niet. Môssieur Woolsey du CSI a privilégié « les principaux endroits de sécurité pour chefs d’Etat » à la première ligne de défense terrienne. Tout est séparé dans des caisses (on entend le bruit de l’emboîtement d’un chargeur dans un P-90), dans des trous à rats où certains se cachent en attendant le moment opportun pour courir ici.
-Jack, ça ne vous coûte rien de me dire ce que vous allez faire Et puis…(ironisant) Il vaut mieux le découvrir maintenant plutôt que jamais. Imaginez que vous mourriez avant de nous dire…
-Monsieur se met à l’humour (il enfile un gilet pare-balles). Très drôle Daniel. Pour être franc… Ca faisait longtemps que je voulais refaire la déco de la salle de contrôle. (attrape du C4 qu’il fourre dans sa poche)
-Jack…
-Je vais lui montrer qu’elle n’est pas en position de négocier.(il coupe sa radio, et se dirige à nouveau vers l’ascenseur).

***

« Aidez moi, et je vous aiderais. »

Michael avait une fois encore changé de ton. Cette fois, il paraissait essoufflé. Il jetait des regards furtifs vers le couloir, sûrement par peur que ses mots soient entendus. Après avoir chassé le garde qui gardait la porte, il avait tenu ce discours aux prisonniers.

« Mickey…On a déjà parlé de tout cela…dit Sheppard, taquin.
-Teyla est en danger. Vous devez m’aider…
-Pardon ? Je…Quoi ? Teyla ? Que se passe-t-il ?
-Je vous le dirais…Si vous m’aidez.
-Micky…
-Teyla est sous l’emprise de la reine. Celle-ci veut d’autres mondes.
-Et vous voulez qu’en prison, et prisonnier dans un vaisseau, je vous aide ?
-Teyla… (Michael baisse la tête) Elle compte beaucoup à mes yeux. (devant les regards écœurés de Rodney, et les sourcils relevés de John, il se dépêcha de continuer). Elle fut la seule à m’avoir compris, à savoir reconnaître le dégoût qu’on pouvait connaître au moment où on savait qu’il y avait du Wraith en nous.
-Eh ! Attendez. Ne jouez pas à ce jeu là avec moi, dit Rodney (voyant que le Wraith le fixe, il recule d’un pas et fixe tout et n’importe quoi, du moment que ce soit loin de la créature). Enfin, je veux dire… Vous avez essayé de planter votre main sur Teyla. Si on ne vous avait pas arrêté…
-Il y a deux types de Wraith, je pense vous l’avoir déjà expliqué. Les humains de votre galaxie n’acceptent pas leur sort car ils se trouvent en haut de la chaîne alimentaire. Chez nous, c’est différent. Ce sont les Wraith qui tiennent cette place. L’humain ne ressent pas de gêne en tuant un animal…Celui-ci ne parle pas, il ne criera pas. Il ne possède pas d’intelligence égale à la vôtre…
-Ca dépend pour qui. J’avais un chat qui…
-POUR LES WRAITH, coupa Michael, c’est différent. Comme les humains ont un besoin d’animaux, nous avons besoin des humains. Il y a les Wraith qui tuent par besoin, tout comme j’ai failli le faire avec Teyla, et ceux comme la reine, qui prennent plaisir à tuer. Voilà pourquoi même une adresse de porte, voire toute la banque de donnée ne la rassasiera pas. Elle va obtenir ses coordonnées, d’une manière ou d’une autre –oh si, colonel Sheppard (voyant son air douteux, il se tourne vers lui), la Reine à d’autres plans en tête que cette ridicule prise d’otages. Quoi qu’il arrive, ils mourront, et Teyla aussi. Cependant je veux qu’elle vive, c’est… important, pour moi. »

Un long silence en suivit. John avait assez de choses en tête. Depuis qu’il s’était retiré de justesse de son F-302 pour rejoindre le vaisseau, il avait eu bien du temps pour se faire un sang d’encre… Une étrange sensation lui parcourait le bas-ventre… La peur ? Si celle-ci était bien présente, alors il devait faire son possible pour la dissimuler. Il était militaire, il devait rester fort… Mais dans de telles circonstances… La Terre envahie, et puis…Teyla. « Ils mourront, et Teyla aussi. ». Pourquoi ces mots résonnaient-ils encore et toujours dans sa tête ? Teyla était certes un membre irremplaçable de son équipe, depuis deux ans mais… Plus que ça, c’était une amie. Une amie ? Oh, sans doute bien plus que cela…

« Alors ?, coupa Michael .

Revenant à ses esprits, John le fixa.

« Que doit-on faire…Tuer la Reine ?
-Oh non, elle est trop bien protégée… Faîtes diversion assez longtemps. Il nous faudrait un boucan suffisant, d’une telle importance que la Reine elle-même devra se réveiller. Espérons que Teyla ait assez de temps pour faire comprendre à votre base qu’elle est elle-même…
-Et comment on fera ça ? »

Michael sortit une arme paralysante Wraith de sa poche, et une radio.

« Prenez ça. Vous êtes libres. J’ai subtilisé ça au garde, tout à l’heure. Il en sera tenu pour seul responsable. Ma parole vaut plus que la sienne, sans aucun doute, et… »

Un rayon bleu parcourut son corps, si bien qu’il se figea entièrement et s’écrasa sur le sol.

« Sheppard…
-On ne pouvait pas s’en tenir à sa seule bonne volonté. On se bouge, Rodney, le fameux garde ne tardera pas à remarquer que son arme à disparue. (Tous deux courent de couloirs en couloirs)
-Et…On va où ?
-Les Darth, Rodney, les Darth… »

***

Jack arriva enfin à destination. Il regarda le sang qui giclait devant l’ascenseur. Lorne était remonté avec les deux blessés, tous les autres étaient coincés dans les couloirs qui entouraient la porte.

« Ah oui, Carter, vous êtes là ?
-Oui, mon Général.
-Qui est avec vous dans la pièce ?
-Le Docteur Weir, Daniel et Teal’c. Mitchell est parti réconforter quelques membres de l’expédition, les sanglots sont à couper au couteau, ici. Pourquoi ?
-Plus tard, avant je vouais vous demander si ça prendrait du temps, de réparer les téléporteurs…
-Quelques heures, tout au plus, mon Général.
-Très bien. »

Il sortit du C4 de sa porte, et le fixa sur la porte de l’ascenseur. Puis il rappuya sur la radio.

« Mitchell, vous êtes dans le couloir ?
-Oui, mon Général.
-Rappelez l’ascenseur.
-Mais…
-Exécution ! »

Il entendit le bruit des câbles qui remontaient rapidement l’ascenseur aux niveaux supérieurs. Il éteignit momentanément sa radio, et prit un moment pour souffler, comme si cette respiration forte et saccadée était un signe de son état d’esprit du moment, qu’il ne devait montrer à personne. Puis il ralluma sa radio :

« Bon, Carter, au cas où je ne reviendrais pas…
-Mon Général…
-Carter, il fallait que je vous le dise maintenant. Il y a une folle en bas qui va peut être tirer… Donc ne m’interrompez pas. Carter, toutes ces années, j’ai cru que la mort de mon fils et la séparation avec ma femme signaient la fin de l’amour pour moi. Je pensais qu’en me concentrant sur l’armée, qu’en intégrant SG-1, je pourrais combler ce vide… Oui, ce vide je l’ai comblé, mieux que je l’espérais. Aujourd’hui, même si nous nous cachons, je ressent à nouveau ce sentiment d’amour qui me manquait temps…Je t’aime, Sam. Ciao. »

Il se dépêcha d’éteindre sa radio. Une réponse serait trop difficile à supporter, si bien que cela compromettrait sûrement sa mission. Il courut jusqu’à la salle de contrôle et appuya sur la détente. Un bruit d’explosion se fit entendre, sifflant dans ses oreilles. Derrière le rideau blindé, quelques cris étouffés furent poussés, vite calmés par une voix de femme qui hurlait. Puis il ralluma un ordinateur, qui inscrivait encore les résultats de la coupure, puis rouvrit le rideau de protection.

***

Teyla sursauta, puis braqua son arme sur la vitre qui protégeait Jack.

« Surprise, hein ? »

La jeune femme baissa son arme, comprenant qu’elle n’atteindrait pas cet homme avec un simple pistolet.

« Regarde ça, ma belle. Ca, ça s’appelle du C4. Avec beaucoup de trucs comme ça, on peut faire sauter ton vaisseau. Mais on verra ça plus tard. Avec ce C4, je peux anéantir le seul moyen sur cette planète d’activer la porte des étoiles, ou même de localiser un monde, une adresse. Tuez un otage ? Je fais tout sauter. L’histoire est réglée…
-La race humaine est donc bien étonnante lorsqu’elle ne vit pas sous le joug des…Comment ça, deux Darth ? Attendez, je dois… »

Teyla poussa un cri et tomba à terre, mettant ses mains en avant pour ne pas frapper sa tête contre le sol.

« Général, je…Qu’est ce que…
-Oui, je sais, c’est dur de perdre…dit Jack, d’un air moqueur.
-Non, Général…Où est Lorne, je…J’ai tué un homme ?
-Teyla ? Teyla Emmagan ?
-Oui, je…(elle lâche son arme, se tourne vers les otages). Oh, par les ancêtres… Nous sommes enfermés ?
-Teyla, ne bougez pas. Asseyez vous. J’arrive. Si cela est un subterfuge, sachez que le C4 est sur les appareils. Il me suffira d’une seconde pour l’activer. »

Teyla semblait faible. Elle regardait rapidement autour d’elle. Bien qu’elle avait vu cet endroit des heures durant, ce n’était probablement pas son propre esprit qui emmagasinait les pensées. Elle n’était que spectatrice, et peu à peu elle redécouvrait les scènes de terreur qui avaient précédé…
Se saisir du pistolet. Se dépêcher. Non…Non, si le Général pouvait neutraliser la reine…Il ne fallait pas céder…
Tuer, voir le sang… Tuer le Général, se saisir de l’arme…NON ! Non, il fallait tenir. Jusqu’à ce que la porte blindée s’ouvre.
L’humain est parti vers la droite…Là où il y a l’autre Général, c’est par là qu’il faut brandir mon arme…Non, ne rien faire, ne pas bouger…

Jack tenait la télécommande qui activerait le C4 serrée contre sa main. Il ouvrit le passage qui menait au couloir (là où, pour plus de précaution, on avait préféré ne pas envoyé d’équipe médicale), où le Général Landry attendait en compagnie de deux soldats légèrement blessés, puis aida le Général Landry à dégager le passage, leur expliquant la situation.
Puis, son arme brandie en avant, il sortit sa carte et ouvrit la porte blindée…
Il n’eut malheureusement pas le temps de réagir. Teyla frappa sa tête contre la sienne, pour qu’il soit sonné quelques instants, puis, dans un geste qui rappelait le combat Athosien, elle donna un violent coup de pied sur la main de Jack, qui lâcha la télécommande. Enfin, elle détacha son P-90, le plaqua contre le mur, se servant de forces surhumaines pour serrer sa main gauche sur sa gorge.

« A présent, Général O’Neill, en route. Vous allez généreusement me montrer votre base de données…J’ai à présent plus de munitions qu’il m’en faut. Voulez vous vraiment assister à la mort de ces personnes ? »

***

Le vaisseau ruche tira sans grande précision sur le minuscule vaisseau qui fuyait vers la planète.
Il ne fallut qu’une bonne minute avant que d’autres vaisseaux ne sortent de la ruche, pour tirer, avec plus de précision, sur les fugitifs.
Poursuivi, John ne pouvait pas attérir dans un endroit risqué. Alors, il sortit la radio de sa poche et dit :

« Ici le Colonel Sheppard. J’ai téléporté le Docteur McKay sur ce Darth, mais suis poursuivi par d’autres vaisseaux. Où puis-je me poser ? »

Dans une 40aine de secondes, les Darth pourraient rejoindre sa position. Cependant, il devait rester à proximité du Dédale pour qu’ils puissent communiquer. Au loin, les Darth étaient visibles, tels des points qui tâchaient le ciel.

« Ici le Colonel Caldwell, posez vous à proximité du Dédale. Nous baissons le bouclier, vous avez dix secondes. »

John ne se fit pas attendre. Malgré les commandes Wraith qui l’empêchaient de voir, il parvint à prendre la direction de la montagne et se posa sans dommages.
Quelques tirs frappèrent la montagne de plein fouet, puis le bouclier fut rétabli. Quelques Darth s’écrasèrent contre le champ de force, ne pouvant décélérer.
Ils étaient sauvés.
Rodney n’en revenait pas. Il allait, il devait revoir Madison. C’était sa seule préoccupation. Celle-ci était la seule qui comptait. Il venait d’être sauvé, certes, mais ce n’état pas suffisant.

« Colonel Caldwell, avez-vous rapatrié des personnes vers le site Alpha ?
-Oui, votre famille en fait partie, Docteur.
-Parfait. Il faut, je dois…voir ma nièce. C’est urgent.
-Malheureusement Docteur je…je crains que pour le moment cela ne soit impossible… »



Musique terrible
Rodney fait une tête bizarre.

TO BE CONTINUED.

J’avais promis un peu d’Ori dans cette fic. Ils vont se manifester, un jour ou l’autre, pas d’inquiétude…
Ronon62
Avatar de l'utilisateur
Major
Major
Messages : 539
Inscrit : 23 mai 2007, 13:19
Pays : France

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Ronon62 »

Toujours aussi bien, même de mieux en mieux.

On découvre enfin que Jack et Sam sont ensemble, même si on s'en doutait.

La suite, la suite. :clap:
CITATION (Orisi) Alors que ma fic tombe dans l'oubli, je continue la construction de dossiers pour l'encyclopédie de mon site
:lol: :wacko: <_<
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

« Non ! Non ! Laissez moi ! Je veux y aller, vous ne pouvez pas m’en empêcher ! »

Tremblante, seul dans une salle où elle s’était isolée depuis le contact perdu de Jack, elle entendit ces cris, accompagnés de sanglots étouffés et de hurlements paniqués d’une femme qui de toute évidence était dans un état pitoyable. D’autres cris s’élevaient, moins audibles, sûrement poussés pour calmer la jeune femme qui, depuis la salle, donnait l’impression d’avoir perdu l’esprit.
Prise par son propre stress, Sam décida d’aller voir de plus près qui était assez désespérée pour laisser échapper la rage qu’elle-même aurait tenté de ressortir si elle était seule.

Deux gardes se plaçaient devant Elizabeth Weir, dont les deux bras étaient tenus par Hayden Ford et Radek Zelenka qui, par ses cheveux ébouriffés, semblait avoir mené un dur combat.
Sentant qu’elle ne pourrait pas se débattre, et comprenant que ses bafouillages ne formaient jamais plus de deux mots ayant un sens entre eux, baissa la tête, souffla un coup et la releva. Ford s’abstint de la lâcher, par peur d’une reprise. Liz était rouge, ses yeux injectés de sang bougeaient sans cesse, si bien que des cils s’accompagnaient aux larmes qui coulaient régulièrement sur ses joues lisses.

« Docteur Weir ? dit Sam du ton le plus calme possible. Que se passe-t-il ? Lieutenant lâchez la, dit-elle précipitamment »

Hayden s’exécuta, dans un geste qui laissait deviner que, d’une certaine manière, bien que moins impulsive, il partageait son avis…

« Hayden…dit Elizabeth.
-Bien Madame. Colonel…Nous ne pouvons que regarder avec désespoir les écrans de surveillance du niveau 28, ainsi que vos petites réunions inutiles qui n’ont mené à rien. Nous ne pouvons pas nous contenter de votre simple bonne volonté.
-Le Colonel O’Neill est descendu…répondit Sam dans des paroles étouffées par un nouveau sanglot de Weir. Et à moins que vous n’ayez une solution…
-On a une unité armée formée, on peut les envoyer…
-Encore et toujours plus d’hommes à l’intérieur ? Vous ne voyez pas qu’elle à l’intention et les moyens de faire des dégâts !?
-Ma mère est là dedans, enfin ! dit Liz en retenant sa respiration, seul moyen pour elle de sortir une phrase correcte et compréhensive
-Si on la laisse continuer, rien ne l’empêche de tirer au P-90 sur ses victimes. Teyla connaît les touches d’un ordinateur, et sait faire fonctionner la porte. La Reine s’amuse, vous avez entendu le discours du Colonel Sheppard !
-Je… »

Sam ne savait que répondre. Chaque fibre de son corps rêvait de franchir cet ascenseur et de sauver Jack d’une mort certaine.

« Jack va tenter de faire gagner du temps. Laissez moi du temps…Je… »

A nouveau, elle croisa le regard du Docteur Weir. Elle était persuadée qu’Elizabeth lisait dans ses pensées. Elle savait. Un être cher à leurs yeux allait peut être disparaître. C’était trop dur.

« Trente minutes. Je vais doubler l’équipe scientifique qui travaille sur la téléportation. Docteur par pitié… »

Sam sentit son propre regard devenir flou. Puis elle s’imagina sans Jack. Elle imagina le moment où elle pénètrerait dans la salle d’embarquement et qu’elle verrait ses yeux vides, son visage tâché de sang…
Elle se passa les mains sur les yeux, pour esquiver cette pensée dangereuse, puis regarda autour d’elle. Elizabeth n’était pas la seule à craquer. Rodney était accroupi, rouge, se balançant sur le bout des pieds en pleurant. Carson trouvait réconfort chez le Lieutenant Cadman, qui semblait toute aussi triste.

« Lieutenant, ne le dîtes à personne mais…Préparez les personnes valides. Vous trouvez des portes déverrouillées tout au long du couloir. Briefez-les sur la mesure que nous allons peut être prendre…Vous avez carte blanche, mais n’agissez pas sons mon ordre.
-Bien, mon Colonel.
-Docteur Weir…Vous trouverez une salle libre derrière vous. Reposez vous. »

***

« Composez une adresse… Sinon je tue au hasard ! »

La Reine perdait patience. Deux membres d’Atlantis s’étaient échappés. Michael avait été retrouvé sur les lieux, devant la cellule, et avait été dévoré par le soldat qui s’était fait voler son arme.
Pire que cela, l’humaine résistait. Jamais la Reine n’avait possédé un corps aussi longtemps, mais jamais elle ne s’était doutée qu’un être primitif était capable de lutter avec son esprit. Ainsi, Teyla reprenait des forces.
Mais là encore, elle était totalement destabilisée…Son équipe était morte…Sheppard avait disparu avec son F-302, Ronon et McKay avaient sûrement été dévorés. Un souvenir de la Reine lui brûla l’esprit. Elle la vit en train de dévorer Sheppard, lorsque l’Orion apparut en hyperespace…Il était donc mort entre les griffes des Wraith…

« Teyla…Je pourrais aider tous ces gens. Aidez moi…(il paraissait suppliant). Aidez moi…
-Bien d’autres humains ont hurlé ça en sentant la mort approcher… »

Le regard de la Reine glaçait le sang. Jamais Jack n’avait pu penser qu’un simple regard pouvait être aussi horrible. Il lui préférait de lui les yeux jaunis des Goa’ulds. Puis, soudain, il redevint plus humain, mais tout aussi étrange. Il semblait similaire à celui des personnes en grande déprime. Il était vide, la vie semblait s’en échapper.

« …Aidez moi, vous ! Aidez moi, je ne veux plus tuer. Non, je… »

Teyla se mit à courir vers la salle d’embarquement. Puis, dans le couloir, à mis chemin, elle se tint les cheveux en poussant un cri de douleur, et tomba à genoux. Elle suait à grosses gouttes, son cœur battait si fort que son coup palpitait.

« Je ne vous laisserais pas…
-Oh si, tu me laissera. Mon esprit est plus fort que le tien.
-Non…Nooon ! Général, libérez les otages, vite ! »

Le Général Landry, qui jusqu’à présent se cachait dans le couloir, accoura vers la jeune femme.

« Non ! Non, écartez vous ! Je ne peux pas, je ne dois pas…Si, tu dois…Tue cet humain. Tue le maintenant…Non ! »

Landry resta debout, face à cette personne qui semblait à la fois enragée et fatiguée. Il se doutait qu’une horrible lutte intérieure se déroulait dans le cerveau de Teyla, mais il ne voyait aucun moyen de l’arrêter. Puis, la voyant se débattre dangereusement, le P-90 devant ses yeux, il redouta que la Reine puisse reprendre le dessus. Alors, rapidement, il se saisit de la jeune femme et la serra difficilement. Teyla semblait ne même pas remarquer sa présence.
Son visage était inhumain, abject. Elle bavait, elle hurlait, ses cheveux étaient ébouriffés, emmêlés. Elle semblait présenter les symptômes d’une personne possédée par le démon.

Jack ouvrit enfin la porte blindée de la salle de contrôle. Puis, pressé par le temps, il tâta le pouls de Kaleb Miller, et souffla. La balle avait touchée son épaule, mais l’hémorragie durait depuis une bonne demi-heure, son état devait être critique, sinon désespéré. Il ordonna aux otages de se lever, et de se conduire rapidement vers le couloir. Si il pouvait les sauver tous jusqu’à atteindre la salle de briefing, d’où il pourrait protéger les innocents de la Reine, alors il aurait sûrement gagné.

Teyla, elle, ne se calmait pas. Puis, dans un geste théâtrale, elle plaça ses deux mains sur sa gorge, semblant s’étouffer. Landry relâcha alors légèrement la pression.

« Teyla ? »

La jeune Athosienne ne répondit pas. Le silence semblait revenir lorsque les otages, apeurés, n’osèrent pas la dépasser. Ils attendaient là, regardant la scène. Madison Miller était terrorisée. Son visage était blanc, collé contre le cœur de sa mère.
La mère d’Elizabeth, elle, semblait profiter de s’être levée pour se redonner du courage, malgré son vieil âge. Puis elle sursauta et se protégea la tête.

En effet, Teyla s’était levée d’un bon et avait frappé violemment le Général Landry pour qu’il relâche son étreinte. Puis, elle avait tiré une rafale de munitions dans le couloir, sans ne rien viser. Le Général Landry poussa un cri, mais elle ne vit pas s’il était touché. Terrorisés, les otages prirent le chemin inverse en courant, hurlant de panique. Teyla tourna son arme vers eux et tira dans le tas. Bien qu’elle ne visait personne (ce qui sauva sûrement bien des vies), quelques personnes furent touchées. En effet, comment rater un éléphant dans un couloir de deux mètres de large ? Tout le monde se précipita vers la salle d’embarquement, se cachant du mieux qu’ils pouvaient, derrière la porte, ou près du couloir… Mais la mort semblait inévitable…

« Vous avez cru pouvoir désobéir à la Reine sans en payer le prix ! hurla la reine. »

On lisait la démence dans cette voix. C’était à l’évidence une demi-vie qui habitait ce corps, demi-vie qui partageait son corps avec une entité. A nouveau, sans viser personne, elle tira une rafale, qui provoqua de nouveaux cris.

***

Là haut, c’était la panique. Les caméras étaient sans cesse dirigées vers d’autres endroits, chacun essayant de distinguer ceux qui étaient sortis du couloir…Ou non.
Les cris et les larmes redoublèrent d’intensité. Sam elle-même perdit son calme et s’écroula. Seule une personne gardait la tête sur les épaules. Cette personne n’avait aucune famille parmi les otages…Non.

« Teyla, par pitié, entend raison ! Ne te laisse pas abattre ! »

John avait saisi le micro, qu’il serrait avec sa main moite et tremblante.

« Teyla, s’il te plait. Il faut qu’on s’en sorte. Il faut que TU t’en sortes. Laisse les t’aider. Ne tue pas ces personnes. Maîtrise la force de la Reine, fais en un avantage ! »

De toute évidence, John ne savait pas ce qu’il disait. Il tentait simplement d’agir, chose dont beaucoup de personnes présentes dans ce couloir semblaient incapables.

« John ? Je…Tu es en vie ?
-Oui…Oui, bien sûr, je me suis enfui d’un vaisseau ruche.
-Non, ce n’est pas vrai…Tu…tu est mort. C’est impossible. Folle, je suis folle. »

Elle était dans un état grave, mais elle était elle-même. Il fallait qu’elle reprenne le dessus.

« Teyla, laisse ces gens. Laisse les partir de là. Laisse les t’enfermer dans la salle d’embarquement. On te libèrera de l’emprise de la Reine, je te le promets, mais par pitié, PAR PITIE, Teyla…Reste forte.
-Je ne peux pas, John…Elle est trop forte. Je ne peux pas lutter.
-Si Teyla, il le faut… Je ne veux pas avoir parcouru tout ce chemin pour ne plus jamais te revoir. Teyla, tu es plus qu’une amie pour moi…Je…
-John, je ne peux pas, j’ai tué des gens, j’ai…
-Teyla ! Ce n ‘est pas toi. Je t’aime beaucoup plus que je ne le devrais. Laisse moi te le prouver, Teyla, laisse ces gens partir, tout va s’arranger… »

La jeune femme baissa la tête, tremblante.

« Ronon…
-Lui n’a pas survécu…
-Par ma faute. Je…je suis…La Terre…Ma faute… »

Elle détacha son P-90, le balança à terre et ordonna aux otages de quitter les lieux.

« Merci, Teyla, merci. Donne leur la carte, laisse les t’enfermer… »

Elle s’éxecuta.

« Donne leur ton arme… »

Elle laissa quelqu’un ramasser le P-90. Puis, toujours tremblante, elle pleurait. Elle était perdue, désorientée. La porte blindée se referma derrière elle. Puis, elle fourra sa main dans sa poche, lentement et se mit face à la caméra de vidéo-surveillance.

«John…Je…
-Oui ? »

Elle sortit un objet de sa poche, et le fixa sur sa main mouvante.

« Je suis désolée »

Alors, John comprit. Non pas au geste lui-même, bien qu’il pouvait déduire les actions de Teyla d’après l’objet qu’elle tenait en main, mais à ses yeux. Ils étaient sans vie, désespérés. La caméra reflétait mal cette apparence, mais John la voyait parfaitement. Il avait déjà vu ce regard quelque part… Il l’avait vu, deux ans auparavant, sur son supérieur hiérarchique, le Colonel Sumner. Depuis le couloir de la ruche, il était si loin, et pourtant, ce regard transperçait tout. Il n’avait rien de beau, bien au contraire.
Ce regard traduisait un besoin profond, un besoin immense…

« PAN !
-Teyla…NOOOOOOOON ! »

Celui d’en finir.



Un chapitre dont je suis plut^t fier...Dîtes moi si j'ai tort ^^.
Ronon62
Avatar de l'utilisateur
Major
Major
Messages : 539
Inscrit : 23 mai 2007, 13:19
Pays : France

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Ronon62 »

CITATION (Orisi,Vendredi 31 Août 2007 02h48) Un chapitre dont je suis plut^t fier...Dîtes moi si j'ai tort ^^.
C'est complètement nul !

D'abord tu brûles Ronon et là tu flingues Teyla !

Je plaisante (mêm si il y a quand même une (grosse) part de vérité ^^)

Mais c'est toujours aussi bien :clap: :up:
Orisi
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Colonel
Lieutenant Colonel
Messages : 782
Inscrit : 02 nov. 2006, 14:06
Pays : France
Lieu : Celestis

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Orisi »

C'était une finalité, prévue depuis le début de la fanfic.

Disons que maintenant, c'est la fin d'un épisode...

J'ai tellement privilégié Teyla qu'on en oublie presque que la Terre est attaquée... Mais je vais y remédier.
yannix117
Avatar de l'utilisateur
Soldat
Messages : 3
Inscrit : 04 août 2013, 02:57
Pays : france

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par yannix117 »

Je pense que tu as aban :donnée le projet c'est dommage :cry:
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: [Fanfic-Orisi]Scénario catastrophe:Allies part 2

Message non lu par Rufus Shinra »

CITATION (yannix117,Jeudi 15 Août 2013 02h34) Je pense que tu as aban :donnée le projet c'est dommage  :cry:
Nan, nan, l'auteur n'est plus passé sur le forum depuis environ 4 ans et le topic est à l'arrêt depuis 6 ans, mais c'est seulement parce que l'auteur en question est allé trouver son inspiration dans un monastère tibétain, sacrifiant son job, sa vie et sa famille afin de poursuivre cette fic. Ce n'est plus qu'une question d'heures avant la publication du prochain chapitre !

Demandons confirmation à l'auteur, d'accord ?

Image

Ah... ben non, le topic a bien été abandonné.
Dernière modification par Rufus Shinra le 15 août 2013, 05:09, modifié 1 fois.
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit