Stargate: The Resistance

Répondre
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

Bonjour chers lecteurs/lectrices,

Je me relance doucement dans l'écriture de la fan-fiction sur cet univers qui nous anime toujours autant dix ans après l'arrêt de la franchise.

Cette fan-fiction s'inspire du jeu vidéo Stargate Resistance sorti en 2010. Cependant, mon histoire se déroule en Décembre 2012 et prend place dans une Réalité Parallèle.

Nota Bene:
1)La Franchise, les personnages, ainsi que le jeu vidéo mentionné et son contenu ne m'appartiennent pas et sont la propriété de leurs créateurs/créatrices respectifs/respectives.
2)certaines phrases sont en italiques, italiques gras ou gras simples:
-L'hôte pense
-Le symbiote pense
-Le symbiote parle
-L'hôte / le symbiote=communication par la pensée.
3) certains mots ou parties de phrases sont en italiques afin d'insister ou marquer le point sur une action, sur un sujet (voire en le désignant comme personnage), ou alors sur un évènement particulier.

Synopsis:
La Tau’ri par l’intermédiaire du SGC a remporté de nombreuses victoires contre les Goa’ulds et étendu son influence à travers la Galaxie. Cependant, ces victoires n’ont pas signifié la fin de la guerre...
Les nouveaux Grands Maitres Goa’ulds ont fini par apprendre les erreurs de leurs prédécesseurs. Ils sont retournés sur d'anciens mondes Goa’uld pour rebâtir leur Empire et se sont réorganisés en adoptant des nouvelles tactiques et des nouvelles stratégies.

Chapitre 1 : La visite

La base du Mont Cheyenne contient une section top secrète relevant d’une branche spéciale de l’Armée de l’Air des États-Unis d’Amérique. Au sein de l’institution, elle est connue comme étant la Zone 52 car y est entreposée un appareil extra-terrestre permettant de voyager d’une planète à une autre en quelques secondes à travers la Galaxie. On l’appelle la Porte des Étoiles.

C’est dans cette Zone que l’ascenseur s’ouvrit sur un couloir menant à un bureau très particulier. C’était LE bureau. Celui ou celle qui y avait accès était responsable de cet endroit secret nommé SGC, sigle signifiant Stargate Command.

Une femme y entra. Blonde aux yeux bleus, elle arborait une queue de cheval en guise de coiffure mais elle portait une tenue militaire classique de type garnison. Déposant ses affaires, elle s’assit et commença à lire les rapports de missions dont un grand nombre relatait des faits inquiétants et dont le point commun était la recrudescence des Goa’ulds sur les mondes libérés par les équipes d’exploration du SGC.

Elle se massa doucement la nuque tout en se l’étirant en même temps avec douceur, yeux fermés. Elle sentit un mouvement sous ses doigts et sourit. Elle venait de la réveiller et celle-ci lui envoya du bien-être. La jeune femme se sentit intérieurement enserrée, comme si une personne l’entourait de ses bras avec joie...

Alors qu’elle savourait ce réveil, on toqua à la porte. Ouvrant les yeux, elle ordonna qu’on entre et un homme à moitié chauve, lunettes au visage et tenue militaire réglementaire, lui tendis un autre dossier.

-Voici le rapport technique concernant la mise à jour des systèmes de contrôle de la Porte.

-Merci Walter. La Porte elle-même a eu des problèmes durant mon congé ? demanda-t-elle en ouvrant le dossier et le balayant du regard.

-Non mon Général, elle n’a rien eu. Tout va bien.

-Très bien. Rappelez-moi qui est dehors actuellement ?

-SG-2 et 13 et concernant l’Alliance, nous n’avons reçu aucune nouvelle d’Elle depuis le début du conflit.

-C’est mauvais signe... murmura-t-elle en tenant son menton entre ses doigts, coudes en soutien sur le bureau avant que l’alarme d’ouverture extérieure de la Porte ne se déclenche, lui faisant lever sa tête.

-Aucune équipe n’est sensée retourner maintenant mon Général, informa Walter.

-Allons voir ça, ordonna-t-elle en se levant et se dirigeant vers la sortie, précédé par le sergent Walter Harriman, technicien principal en charge du fonctionnement de la Porte des Étoiles.

Les deux amis descendirent en Salle de Contrôle tandis que devant la Porte en activation, les soldats armés se mirent en position, prêts à faire feux. Walter s’installa sur son siège.

-Fermez l’iris.

-À vos ordre mon Général, dit un autre technicien.

La Porte s’ouvrit et après quelques secondes, un code apparut sur l’écran d’ordinateur.

-En parlant de l’Alliance mon Général... dit Walter en se tournant vers son supérieur.

-Ouvrez l’iris, ordonna-t-elle.

‘Nous allons enfin savoir ce qu’il se passe’.

Alors qu’elle descendait, la lumière bleue de l’horizon des évènements illumina la pièce. Quand le Général de la base entra dans la Salle d’Embarquement, elle vit une femme apparaître.

‘Si nous nous étions attendues à elle...’

La femme descendit doucement de la rampe d’embarquement. Le Général se pencha en avant en signe de respect, tête baissée, la femme étant de haut-rang.

-Général Samantha Carter.

Samantha « Sam » Carter se redressa, relevant sa tête. Ses yeux s’illuminèrent doucement.

-Conseiller Anise.

-Jolinar de Malkshur.


Après quelques minutes de silence, la Porte se désactiva. Les deux Tok’ra se toisèrent du regard. Chacune ne portait pas l’autre dans son cœur du fait de méthodes de travail différentes mais bien que Jolinar fusse connue et respectée, elle n’avait pas de siège au Haut-Conseil et devait se plier à la hiérarchie de ce type de gouvernance.

-Nous n’avons pas eu des nouvelles depuis longtemps, dit Jolinar, inquiète.

-Nous le savons. La situation est devenue de plus en plus compliquée.

-Par ici alors, lança Jolinar en montrant le chemin vers la Salle de Réunion.

Quelques instants après, elles se faisaient face, la table les séparant.

-Les Goa’ulds ont commencé à récupérer des mondes qu’ils avaient conquis auparavant. Nos agents infiltrés nous ont fait part de l’existence de nouveaux Grands Maitres inconnus.

-Ont-ils pu acquérir des informations à leur sujet ?

-Pas pour le moment mais ça ne saurait tarder, répondit l’archéologue.

-Qu’en est-il de notre base principale ?

-Elle est toujours-là mais tous nos avant-postes non détruits ont été envahis par eux.

-C’est une plaisanterie ? demanda Jolinar, surprise d’une telle annonce.

-Non. Nous sommes actuellement à la recherche de nouvelles planètes qui leur seraient inconnues et en dehors de leur territoire, répondit Anise.

-Notre Reine ?

-Toujours sur notre monde principal.

-Depuis sa survie, nous avons grandi et sommes devenus de plus en plus nombreux, pointa Jolinar.

-Oui. Notre priorité est de connaître l’identité de ces nouveaux dirigeants.

Jolinar se leva et se dirigea vers la grande vitre de la Salle de Réunion et un silence s’installa, chacune discutant mentalement avec son hôte.

‘Les rapports de missions relatent des tactiques et des stratégies inhabituelles venant d’eux /Depuis que vous leur avez mis la misère, ils ont été ridiculisés comme jamais. Ils veulent se venger./ Ils n’avaient pas crût que nous puissions être une menace pour eux. / Pas jusqu’à la mort de Râ. O’Neill et ses hommes ont fait un travail remarquable ce jour-là et je sais que tu aurais voulu être de la partie mais tu t’es bien rattrapée depuis notre symbiose.’

Jolinar sentit la même sensation qu’elle avait transmise à son hôte. Elle sourit avant de reprendre.

-La prudence est de mise. Les derniers rapports des équipes terriennes mentionnent des méthodes de combat inhabituelles. Je soupçonne qu’à force d’avoir été constamment mis en échec par la Tau’ri, ils ont fini par vouloir adopter d’autres stratégies, déjà en étudiant celles des équipes SG afin de s’adapter voire peut-être même de les retourner contre elles.

-Nos agents nous ont fait part de cela.

-En parlant d’eux. Au vu du revirement des Goa’ulds dans leur manière de mener les batailles, est-ce que vous avez fait quelque chose ? Tu sais que par le passé nous avons été infiltrés deux fois et certains d’entre nous sont devenus inconsciemment des Zatarcs...

-Nous avons renforcé nos sécurités et nos agents passent les examens et tests d’usage afin d’éviter qu’ils nous trahissent à leur insu et ce à chaque retour de mission, expliqua Anise.

Jolinar hocha la tête. Ces trahisons leur avait couté cher et l’une d’elle l’avait personnellement touchée au point que le suicide avait traversé son esprit...

‘Nous avons réussi à surmonter ce traumatisme’

Fermant ses yeux, la Tok’ra se laissa réconforter par son hôte. Oui, elles avaient réussi à guérir, mais quelques années avaient étés nécessaire pour faire le deuil...

Poussée par Sam, Jolinar regarda l’alliance que son hôte portait et sourit timidement.

‘Je n’aurais jamais cru qu’il nous demande en mariage / Il l’a pourtant fait et grâce à son affectation, le règlement ne nous as pas stoppé. Son regard sur les Tok’ras a positivement changé et personnellement j’ai été ravie qu’il ait évolué en ce sens / Moi aussi’

Perdues dans la contemplation de l’anneau, elles ne firent pas attention au petit grognement de gorge de leur invitée qui les poussèrent à se reconcentrer.

-Qu’en est-il des Jaffas de l’Alliance ?

-Ils nous soutiennent mais les nouvelles méthodes de combat de leurs frères toujours sous le joug des faux dieux les déstabilisent, répondit l’archéologue Tok’ra.

-Certains ont élu résidence sur notre monde principal. Qu’en pense le Haut-Conseil ?

-Que l’Alliance devienne de plus en plus fragile. Il se pourrait que le Haut-Conseil décide de la dissoudre, pour la survie de notre peuple, répondit Anise.

‘Si nous nous séparons, les nouveaux Grands Maitres auront gagné un avantage psychologique sur nous. / J’en suis consciente et nous devons empêcher cela’.

-Tu te rends compte que si on en arrive-là, tous nos efforts n’auront servi à rien, remarqua Jolinar.

-Oui, mais si nous sommes menacés, notre Mère passe avant l’Alliance.

-Cela m’étonnerait beaucoup qu’elle passe sa propre personne avant son combat qu’elle mène depuis plus de deux mille ans. N’oublie pas qu’elle dirige le Haut-Conseil.

-Nous le savons, mais nous ne pouvons pas prendre le risque de la perdre à nouveau, insista Anise.

‘Elle marque un point/ Oui. Sans notre Reine, nous sommes condamnés à disparaître’

-Cependant, je maintiens que dissoudre l’Alliance est une mauvaise idée, rétorqua Jolinar.

-Ce n’est pas à toi d’en décider.

Jolinar fit volte-face, les sourcils froncés. Elle n’aimait pas du tout la tournure de la discussion.

‘Laisse-moi faire’

Elle laissa la place à son hôte qui intervint pour calmer le jeu.

-Nous n’avons pas été aussi puissants que ce jour où nous avons créé cette Alliance avec les Jaffas libres et tu le sais. La supprimer, c’est montrer aux Nouveaux Grands Maitres Goa’ulds que nous sommes devenus faibles, mais surtout, c’est cracher sur le travail de notre Reine.

Anise se sentit déstabiliser par cette accusation sous-entendue.

Samantha continua malgré tout.

-Vous devriez reconsidérer votre choix de l’annuler. Nous avons plus que besoin de rester unis !

Freya acquiesça avant de conclure en se levant :

-Je ferai part de votre avis aux autres membres du Conseil.

Elles quittèrent la Salle de Briefing.

Descendant en Salle de Contrôle, le Général Carter prit les commandes et activa la Porte pour la base principale des Tok’ra tandis que l’archéologue se dirigeait en Salle d’Embarquement.

Sam suivit le déroulement de la séquence d’activation et quand le dernier symbole s’afficha, un cercle surmonté d’une barre horizontale, celui-ci fut validé et la combinaison fut complète pour une activation de l’appareil crée en série par les Anciens. La Porte se trouvant devant ses yeux avait été découverte en Antarctique lors d’une mission et après analyse, elle s’était révélée être la plus ancienne de toutes les Portes du réseau de la Voie Lactée et aussi l’originale de la Terre.

La scientifique rejoignit son invitée imprévue, la salua respectueusement et celle-ci traversa la Porte des Étoiles qui se désactiva peu après son passage.

‘J’aurais préféré que ce soit un autre membre du Haut Conseil qui vienne nous voir /En effet’

Samantha sourit à cette réplique si chère à Teal’c. Le Jaffa avait bien déteint sur Jolinar.

‘C’est un guerrier extraordinaire et très sage. J’en ai appris tellement grâce à lui et Brat’ac.’

Carter hocha la tête et retourna à son bureau pour continuer ce qu’elle faisait mais eut du mal à se concentrer.

‘Les nouveaux Grands Maitres Goa’ulds se feront rapidement connaître ne t’en fais pas.’

Jolinar avait raison, Sam le sentait. L’arrogance, la mégalomanie et l’envie d’être de nouveau le numéro un de la Galaxie pousseraient ces nouveaux Maitres à proclamer leur identité.

Alors qu’elle s’apprêtait à reprendre sa lecture, on toqua à nouveau à la porte. Donnant l’ordre d’entrer, Carter vit une femme qu’elle connaissait bien.

-Sarah !

-Samantha ! Elle lui sourit avant d’ajouter – Je suis venue vous voir pour savoir si vous pouviez me dire quel pourrait être cet objet sur ce bas-relief, dit-elle en leur montrant une copie dessinée à même la pierre de l’objet en question tenu par un pharaon.

-À première vue cela ressemble à un cristal, dit Samantha.

‘Il ne ressemble pas aux cristaux de P3X-562 découverts lors de vos premières missions’

-Le pharaon en question est Akhenaton, connu sous le nom d’Amenhotep IV. Le dessin est très célèbre : il représente le Pharaon et son épouse, Néfertiti, en train de prier mains vers le ciel le dieu Aton, représenté sous la forme du disque solaire d’où s’échappent des rayons terminés par des mains.

-Aton aurait été un Goa’uld ? demanda Carter.

-De ce que l’on sait de la hiérarchie des Grands Maitres, aucun nommé Aton n’a été connu. Je pense plutôt que ce pourrait être un autre nom pour désigner Râ, répondit Gardner.

‘Si ce cristal est une technologie, il faut en savoir plus’

-As-tu trouvé autre chose ?

-Non, répondit Sarah.

-Il faudra fouiller ce temple, dit Sam. -Si cela se trouve, le pharaon a sûrement caché le cristal pour éviter qu’il ne soit volé.

-Ce bas-relief provient d’un nouveau temple découvert il y a quelques semaines. Les autorités égyptiennes ont en interdit l’accès par peur des pillards, informa la petite amie de Daniel.

-Je vois... Je pense qu’il y a un moyen plus subtil pour y entrer... murmura Carter.

-Ah ? s’étonna Sarah, ne voyant pas où le Général voulait en venir.

-Oui. As-tu lu les rapports de missions sur les Tollans ?

-Oui. Une race très avancée, éradiquée par les Goa’ulds sur Tollana.

-En effet, mais ils nous ont laissé une technologie très impressionnante : celle de passer à travers les objets solides.

-Sont-ces fameux boitiers que j’ai vu sur les vidéos de surveillance quand ils ont essayés de s’échapper de la base la première fois qu’ils sont venus ?

-Ceux-là même ! Narim en avait utilisé un pour passer à travers l’iris afin de me prévenir une fois.

-D’accord. J’aurais besoin de Daniel, il est plus expert que moi en technologies extra-terrestres, même si j’ai fait des progrès.

-Il sera heureux de t’accompagner. Si jamais vous trouvez une jar, ne l’ouvrez pas, prévint-elle.

-Je ferai très attention et ne réitérai pas mon erreur de la dernière fois, dit Sarah avec fermeté, se rappelant douloureusement l’expérience traumatisante qu’elle vécut à cause d’Osiris.

Les deux femmes quittèrent le bureau.

Elles retrouvèrent Daniel travaillant à la traduction d’un texte extra-terrestre et lui firent part de du bas-relief avant que Carter leur explique le fonctionnement du boitier Tollan permettant de se rendre invisible. Jackson en avait déjà eu une expérience, mais un rappel était toujours bien.


Sur une planète extra-terrestre, des coups de feu et de lances Jaffas brisaient le silence paisible de la Nature...

-Bordel, ces Jaffas sont vraiment bien organisés mon Colonel ! Ils nous laissent aucun répit !

-Je sais Ferretti! cria le Colonel Kawalsky.

Les Jaffas continuaient d’avancer, se rapprochant de la position où se tenait SG-2.

-Merde, c’est mon dernier magasin mon Colonel ! fit remarquer Warren en chargeant son P-90.

-On va être submergé ! lança Casey.

-Il faut se replier ! suggéra le Major Ferretti !

-Ok, dans la forêt ! En arrière vite ! ordonna le leader de l’équipe.

Ils reculèrent tout en tirant des rafales. Beaucoup de Jaffas tombèrent mais ils en affluèrent de plus en plus.

-Mon Colonel, on est en train de se faire encercler, lança Casey !

-Ça craint un max ! cria Warren qui visait des Jaffas venant sur les côtés, tandis que Casey abattaient ceux venant derrière eux.

Le nombre augmentait au point qu’ils furent trop nombreux pour tous les repousser.

-Jaffas ! Kree ! Ordonna un homme en armure dorée se trouvant derrière ses soldats.

Les Jaffas arrêtèrent de tirer ce qui surprit SG-2. L’équipe était entourée de toute part.

-On est cuit ! lança, dépité, Casey.

Un des jaffas lança une boule à trois diodes rouges qui atterrit en plein milieu des terriens et s’activa. Un flash aveugla l’équipe en la sonnant au passage. Ils s’évanouirent.

L’homme à l’armure dorée se rapprocha d’eux.

-Emmenez-les au chappa’ai. Ils vont nous divertir...

-Bien mon Seigneur, dit un garde en baissant la tête avant qu’il ne s’exécute.

Le Seigneur sourit tandis que ses yeux s’illuminèrent.

À suivre...
Revanchiste
Avatar de l’utilisateur
Colonel
Colonel
Messages : 973
Inscrit : 22 juil. 2014, 18:00
Pays : France

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Revanchiste »

Franchement j'ai plutôt accroché. Ecrire un dialogue interne hôte-symbiote aussi très bonne idée, un élément difficile à transposer à l'écran à moins de faire l'habituel cirque des yeux brillants et de la voix bizarre pour bien montrer si c'est la vipère qui parle. Le format écrit s'y prête mieux.

Si je comprends bien dans cette réalité Carter est restée l'hôte de Jolinar ? Après je me demande ce qui a put pousser le gouvernement américain à promouvoir l'hôte d'un tok'ra à un tel poste surtout quand on sait comment elle est entrée au SGC en premier lieu. Il n'existe plus de méfiance et de mépris "racial" envers la Tau'ri ?

Visiblement Kawalsky et "SG-2" sont encore en vie, et Apophis aussi si je saisis bien la fin. Intéressant, ça permet d'explorer des réalités parallèles et de remanier un canon déjà très dense sachant que c'est aussi un personnage que j'aurais aimé voir plus.

Faire revenir Sarah Gardner aussi très bonne idée, ça fait partie des personnages qu'il manque au SGC (puisque visiblement elle a aussi été un hôte dans ton univers) : elle a été l'hôte d'un Goa'uld et a des connaissances linguistiques proches de celles de Daniel ce qui fait que non seulement elle est au courant du programme Stargate, mais en plus elle a des connaissances sur les Goa'ulds. C'était une recrue de choix pour le programme, vraiment dommage qu'on ne l'ai jamais revue. :cry:
J'arrête ici le dérapage
avant que Zap et Chupeto
ne se retrouvent dans les parages
et ne me collent des avertos. biggrin.gif

[I]24/09/2015[/I]
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

CITATION Franchement j'ai plutôt accroché. Ecrire un dialogue interne hôte-symbiote aussi très bonne idée, un élément difficile à transposer à l'écran à moins de faire l'habituel cirque des yeux brillants et de la voix bizarre pour bien montrer si c'est la vipère qui parle. Le format écrit s'y prête mieux.
Merci. Cette idée a aussi été reprise par de nombreux(ses) fans des Tok'ras. j'ai souvent lu ce genre de dialogue dans les fans-fictions et cette interaction mentale hôte/symbiote permet d'aller plus loin dans la symbiose.
CITATION Si je comprends bien dans cette réalité Carter est restée l'hôte de Jolinar ? Après je me demande ce qui a put pousser le gouvernement américain à promouvoir l'hôte d'un tok'ra à un tel poste surtout quand on sait comment elle est entrée au SGC en premier lieu. Il n'existe plus de méfiance et de mépris "racial" envers la Tau'ri ?
Oui, Carter est restée l'hôte de Jolinar. Je n'ai personnellement jamais accepté la mort de la Tok'ra qui fut carrément une incohérence totale par rapport à son comportement, une belle absurdité, en plus d'être une erreur de scénario.
Mon histoire s'inspire du jeu Stargate Resistance dans lequel Carter a été promue Brigadier Général. Non, il n'y a plus de méfiance et de mépris "racial" envers les Terriens.
CITATION Visiblement Kawalsky et "SG-2" sont encore en vie, et Apophis aussi si je saisis bien la fin.
Oui, ils sont encore en vie. Quant à Apophis, rien n'indique que c'est lui.

Pour Sarah Gardner, en effet, je l'ai faite membre du SGC. Là aussi j'ai trouvé dommage que Jackson ne lui disent pas son véritable travail et le fait qu'après avoir été libéré d'Osiris, on ne la revoit plus! (encore une erreur scénaristique.)
arim
Avatar de l'utilisateur
Brigadier Général
Brigadier Général
Messages : 1146
Inscrit : 04 févr. 2011, 18:40
Pays : france

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par arim »

Ton histoire est intéressante, pour moi plus pour le mystère derrière "l'évolution tactique" des Goa que sur ta mise en valeur des échanges hote/symbiote. Ton style permets de s'y retrouver, mais j'ai quelques soucis :
CITATION Après quelques minutes de silence, la Porte se désactiva. Les deux Tok’ra se toisèrent du regard. Chacune ne portait pas l’autre dans son cœur du fait de méthodes de travail différentes mais bien que Jolinar fusse connue et respectée, elle n’avait pas de siège au Haut-Conseil et devait se plier à la hiérarchie de ce type de gouvernance.
De ce que je comprend (de la citation et plus généralement de l'ambiance :
> Jolinar ne fait pas/plus partir du Haut-Conseil Tok'Râ, Anise en ferait partie
> Jolinar doit quand même se plier à la gouvernance à Haut-Conseil
=> ça me semble improbable que les Terriens/Américains acceptent de laisser la direction du SGC à un ET (dans une relation symbiotique avec une terrienne) qui reste soumis à une autre autorité, peu importe sa proximité avec nos convictions. S'il y a conflit entre deux, qui aurait de dernier mot ?
CITATION Jolinar fit volte-face, les sourcils froncés. Elle n’aimait pas du tout la tournure de la discussion.

‘Laisse-moi faire’

Elle laissa la place à son hôte qui intervint pour calmer le jeu.

-Nous n’avons pas été aussi puissants que ce jour où nous avons créé cette Alliance avec les Jaffas libres et tu le sais. La supprimer, c’est montrer aux Nouveaux Grands Maitres Goa’ulds que nous sommes devenus faibles, mais surtout, c’est cracher sur le travail de notre Reine.
=> si je comprend, plutôt que de dégoupiller, Jolinar laisse Carter parler et celle-ci dit "notre Reine" pour parler d'Egeria ? Je n'ai aucun soucis à ce que Freya considère Egeria comme sa reine (vie depuis longtemps avec les Tok'Râ ...) mais Carter ? Même soucis que l'éventuel soumission de Jolinar au haut-Conseil Tok'Râ, je vois pas comment les Terriens pourraient accepter ça ...

Çà reste (à mon avis) du détail par rapport à ton histoire (je pense que la différenciation sera plus utile que on verra les nouveaux Grands Maitres), mais je trouve ça bizarre et un peu perturbant. Je pourrais affiner mon avis avec ton prochain chapitre !
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

Bonjour tout le monde. J'espère que vous allez bien. Je vais d'abord répondre aux différentes questions.
CITATION > Jolinar ne fait pas/plus partir du Haut-Conseil Tok'Râ, Anise en ferait partie
> Jolinar doit quand même se plier à la gouvernance à Haut-Conseil
=> ça me semble improbable que les Terriens/Américains acceptent de laisser la direction du SGC à un ET (dans une relation symbiotique avec une terrienne) qui reste soumis à une autre autorité, peu importe sa proximité avec nos convictions. S'il y a conflit entre deux, qui aurait de dernier mot ?
On ne sait pas si Jolinar fait ou pas partir du Haut-Conseil. De ce que l'on sait d'elle et de ce qu'on en a vue, je pense qu'elle était plus une agent de terrain/opératrice qu'une conseillère, contrairement à Anise que j'ai toujours vue comme suivant les règles du Conseil et étant de leur côté. (certains agents sont contre le Conseil comme Delek par exemple).
D'après le double épisode sur la Tok'ra mais également du clash Delek/Selmak, il est clair que les agents de terrain doivent obéir aux décisions du Conseil et donc sont soumis à cette autorité.
Comme tu le dis, c'est une relation symbiotique, donc il n'y a pas de danger. S'il y a conflit entre le Haut-Conseil Tok'ra et le Pentagone (Forces d'États-Majors)/Président des USA, aucun n'aurait le dernier mot, vu que l'Alliance se base sur du donnant/donnant. Sam/Jolinar étant la médiatrice des deux peuples, leur but est que chacun d'eux gagne au change.
CITATION Jolinar laisse Carter parler et celle-ci dit "notre Reine" pour parler d'Egeria ? Je n'ai aucun soucis à ce que Freya considère Egeria comme sa reine (vie depuis longtemps avec les Tok'Râ ...) mais Carter ?
La relation symbiotique fait qu'il y a une influence mutuelle entre hôtes. Sachant que Jolinar survit à l'Ashrak et que ma fiction se passe des dizaines d'années plus tard, il ne faut pas s'étonner à ce que l'hôte humain adopte des propos de ce genre à un moment donné.

Voici le deuxième chapitre. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 2 : Le Tribunal du Châtiment

Le Colonel Charles Kawalksy se réveilla. Quelques minutes lui furent nécessaire pour se rendre compte qu’il était emprisonné, sans arme ni radio et que de multiples voix semblaient provenir du plafond.

Voyant un autre prisonnier regard levé vers ledit plafond, le Terrien l’apostropha.

-Salut ! Dis-moi, tu sais où nous sommes ?

-En attente du Châtiment.

-Quoi ?

-Tu n’es pas d’ici toi, confirma le prisonnier en le dévisageant.

-Non, mais je veux savoir où je suis et que sont devenus mes hommes, l’informa-t-il, mains aux barreaux.

Le prisonnier se mit de nouveau à regarder le plafond.

-Je ne saurais le dire. Peut-être dans une autre cellule, ou alors en haut.

-Qui-y-a-t-il en haut ? J’entends comme une foule en train d’hurler. Qu’est-ce qui se passe ici ?

Les questions fusaient à vive allure, sans que le Terrien ne reprenne son souffle. Le prisonnier voyait qu’il commençait à paniquer.

-Là-haut est le Tribunal du Châtiment, répondit-il.

-Attends, tu veux dire que les prisonniers subissent un jugement ?

-C’est plus qu’un jugement. C’est un jeu de survie. Celui ou celle qui s’en sort devient un Enfant des Dieux...

Le Colonel savait très bien ce que voulait dire être « Enfant des Dieux ».

-Plutôt mourir que d’être esclave des Goa’ulds !

-Crois-moi, c’est mieux d’être esclave que de mourir.

-Tu es sérieux ?! Tu délires complètement !

-Le véritable combat est purement mental.

C’est sous cette mystérieuse conclusion qu’un Jaffa entra dans la salle des prisonniers et prit l’infortuné camarade de cellule du Colonel, le laissant seul avec encore plus de questions que de réponses. Se rappelant avoir été flashé et sonné par une grenade Goa’uld, il toucha sa nuque mais ne sentit aucune marque. Il se sentit soulager... pour le moment.

La Porte des Étoiles de l’Antarctique était ouverte, une équipe SG prête à la franchir.

« -Bonne chance SG-3. » encouragea le Général par micro.

-Merci mon Général. Allez les gars en avant ! ordonna le leader, le Colonel Cromwell.

Les quatre hommes traversèrent la Porte avant qu’elle ne se désactive d’elle-même.

-Vous pensez qu’ils trouverons SG-2 ? Demanda Walter.

-Aucune idée, mais si Kawalksy et ses hommes ont été capturés, il faudra supprimer leur code de transmission GDO. Pour l’instant, gardons espoir qu’ils seront retrouvés. Quand est-il de SG-13 ?

-L’équipe doit nous contacter demain matin à 8h.

-Bien, dit-elle avant de quitter la Salle de Contrôle.


Sur la planète où était retenue SG-2, Casey, Warren et Ferreti se trouvaient dans une immense arène remplie de pièges en tout genre : trappes, tourniquets métalliques pointues, flammes, gros rochers pour se mettre à couvert. Un parcours semblait se dessiner à travers ces obstacles. Pour l’instant, les Terriens étaient accompagnés par d’autres prisonniers, tant humains qu’aliens.

-Warren, Casey, vous allez bien ? demanda Louis Ferreti en s’approchant d’eux.

-Oui et heureusement que nous n’avons pas reçu de serpent dans nos têtes, remarqua Casey.

-Cela ne saurait tarder. Ce monde doit être sous domination Goa’uld vu les Jaffas présents, observa Ferreti avant de demander : -Vous savez où se trouve le Colonel ?

-Aucune idée, répondit Warren. -Nous avons été séparés après l’attaque des Goa’ulds. J’ai été mis en cellule avec un autre détenu. Nous avons été dépossédés de nos armes et de notre GDO.

-Sans transmetteur nous ne pourrons pas retourner à la base, intervint Casey.

-Le seul moyen de rentrer est de s’enfuir de cette planète et rejoindre une équipe SG en mission, expliqua Ferreti.

-SG-13 est actuellement sur une planète remplie de Naquadah pour négocier avec la population locale afin d’extraire le minerai, expliqua Warren. -Je connais les coordonnées.

-Pour l’instant nous devons savoir à quoi nous avons à faire. Les autres prisonniers sont tout aussi perdus que nous, observa le meilleur ami de Kawalksy.

Les jaffas assis sur l’estrade se turent doucement et se tournèrent en même temps vers le balcon où approchait un Goa’uld en armure d’apparat avec un casque royale représentant un lion. Toute la tenue était en or.

Le maitre du lieu imposa par sa seule présence le silence total. D’une voix forte, il parla :

-Mes chers guerriers Jaffas. Voici de nouveaux prisonniers qui ont osé blasphémer et se rebeller contre votre dieu. Vous connaissez la sentence pour ces profanes : le Tribunal du Châtiment.

Les Jaffas hurlèrent, excités, ayant du mal à se contenir.

Le Goa’uld pointa un bâton sur les prisonniers.

-La séance est ouverte !

Des anneaux de transports apparurent sur le terrain, déversant de nombreux jaffas armés et prêts à se battre.

La panique envahit quelques prisonniers qui ne surent réagir à temps. Des décharges de lances Jaffas et de Zat’nik’tel envahirent le terrain, touchant de nombreux prisonniers mais les Terriens réagirent à temps, leurs expériences du combat contre l’ennemi extra-terrestre numéro un de la Terre leur ayant permis de survivre pendant plus de dix ans.

Se mettant rapidement à couvert, les membres de SG-2 tentèrent de trouver une stratégie pour se sortir de cette situation, tandis que sur le balcon, le Goa’uld assis regardé sourire aux lèvres ce jeu mortel qui était plus que divertissant.

-On en apprend toujours avec ce jeu, lança un autre Goa’uld arrivant, escorté de son Prima.

-Un concept très Tau’ri, expliqua le « juge » en se tournant vers l’invitée.

-De ce que je vois, ta dernière capture est un groupe de soldats Tau’ri que je connais très bien, dit-il en observant l’un d’entre eux.

-Ah oui ?

-Mon ancien hôte les as rencontré et connu il y a longtemps. Ceux présents dans l’arène se nomment Ferretti, Casey et Warren. Avec Kawalsky, O’Neill, Jackson et d’autres soldats Tau’ri, ils ont réussi à vaincre Râ.

-O’Neill ? Ce nom me dit quelque chose...

-Il dirige l’équipe SG-1 dans laquelle se trouve le Docteur Daniel Jackson, le Capitaine Samantha Carter et l’ancien Prima de mon père, le Sholva, Teal’c ! termina-t-il en élevant sa voix à l’annonce du traitre tout en faisant briller furieusement ses yeux.

Le « juge » sourit. La colère était une arme puissante mais la vengeance encore plus, surtout à l’encontre de ceux qui ont réussi à l’envoyer sur une planète misérable.

-Ton heure viendra Klorel, soit patient.

-Où est Anat ? Je croyais qu’elle devait venir pour assister à ces combats. Des prisonniers qui réussissent à survivre pourraient être de potentiels recrues, tant pour elle que pour moi. Tes Jaffas sont soit sur les estrades, soit en train de combattre ces prisonniers.

-Elle est en chemin et arrivera d’ici peu. Si ces gens que tu connais réussissent à s’en sortir, nous pourrons récupérer tous leurs secrets, grâce à un appareil ayant appartenu à Anubis.

-Quel est-il, Mahes ?

-Tu le sauras en temps voulu. En attendant, profites du spectacle.

Klorel garda le silence, regardant l’arène en contre-bas. Tout ce qui lui importait était de mettre ses mains sur le Sholva. Cependant, il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil à Mahes qui le regarda en retour, le surprenant au passage.

-Même si je t’ai sauvé de cette planète perdue sur laquelle la Tok’ra t’a envoyé suite à la perte de ton procès sur Tollana, tu n’as pas à te méfier de moi. La manière dont je me suis procuré la technologie d’Anubis ne concerne que moi.

-Je te serai éternellement reconnaissant pour ton sauvetage Mahes. Cependant, avoue que tu as réussi à semer le trouble parmi les Grands Maitres restants en te faisant connaître dans toute la Galaxie en un temps record, toi qui a été banni il y a des millénaires en même temps qu’Anubis.

-Je l’avais soutenu en effet, mais je me suis rendu compte trop tard de mon erreur. Sa soif de pouvoir était telle qu’il nous aurait tous exterminé. J’ai purgé ma peine et cet hôte m’a sauvé, pour son plus grand malheur...,
termina-t-il d’expliquer en ricanant.

Les deux Goa’ulds reportèrent leur attention sur l’arène de combat où les membres restant de SG-2 avaient réussi, avec les moyens du bord, à se défaire de quelques jaffas et de prendre leurs armes pour se défendre.

-Casey, je ne sais pas ce qu’il faut faire exactement, mais si ça continue, on va y passer ! cria Warren en tirant avec un Zat le Jaffa se trouvant en face de lui.

Casey se tourna vers son coéquipier mais ce fut une erreur. Un tir de lance serpent le toucha et il tomba face à contre terre.

-CASEY ! cria Warren qui courut le rejoindre mais lui aussi fut touché et tomba, raide mort.

Ferreti avait réussi à mieux s’en sortir avec quelques prisonniers, bien que peu nombreux face aux Jaffas dont le nombre était plus élevé malgré quelques pertes.

Toujours à couvert, il en visa certains qui tombèrent sous ses coups, cependant, il remarqua que les mouvements des ennemis étaient plus précis, faisant en sorte d’être moins exposés aux tirs et se mettant à couvert aussi précisément que les Terriens.

‘Ces gars-là apprennent vite’

Alors qu’il avait récupéré une grenade flash Goa’uld, il se leva pour la lancer mais un tir de Zat le toucha en premier. Pris de convulsion, il eut tout juste la force de la lancer avant de tomber à la renverse. La grenade explosa mais ne toucha aucun jaffa. L’un d’eux s’approcha rapidement du Terrien et l’abattit d’un tir de lance. Souriant, il continua son meurtre en éliminant les autres prisonniers restants, bien que certains d’entre eux résistèrent malgré tout au massacre en règle...


« -Mon Général, nous avons trouvé des douilles correspondant aux balles de nos armes »

Le Général Carter écoutait attentivement le rapport du Colonel Cromwell, son visage sur écran.

« -Nous n’avons trouvé aucun corps. Tout porte à croire qu’ils ont été capturés mon Général »

« -Avez-vous pu interroger les habitants de la planète, Colonel ? »

« -Non. Les habitants du village le plus proche de la Porte ont été tué et ceux qui ont survécu dans les autres villages ou cités ont refusé de parler, ayant trop peur de la menace Goa’uld ».

« -Aucun d’eux ne vous as dit qui était le Goa’uld venu les tuer » ?

« -Non mon Général. »

« -Très bien. Essayez de voir si les survivants souhaitent recevoir de l’aide. Nous reprendrons contact dans douze heures. SGC, terminé »


La Porte se désactiva. Le Général Carter se tourna vers Walter Harriman.

-Annulez le code de transmission GDO de SG-2. Il ne faut prendre aucun risque.

-À vos ordres mon Général.

Walter s’exécuta.


Le leader de SG-2 reçu la visite de deux Jaffas armés, prêt à tirer. Le Terrien obtempéra et les suivit jusqu’à l’entrée de l’arène où les deux gardes le laissa à son sort.

Le Colonel Kawalsky fut stupéfait par le nombre de Jaffas présents tout autour de l’arène.

‘Il y en a des milliers’ !

Balayant son regard sur son environnement, il vit ses coéquipiers à terre.

-Ferreti, Casey, Warren ! cria-t-il en se dirigeant vers eux au pas de course.

Ferreti se sentit secouer alors qu’il était sur le dos.

-Qu’. Que, quoi ? demanda-t-il en réagissant vivement par une prise forte du bras du Colonel.

-Ferreti c’est moi !

-Mon... Mon Colonel ? Vous êtes vivant ? demanda-t-il, le regard étonné, apeuré même.

-Bien sûre que je le suis ! Mais qu’est-ce qui te prend en me regardant comme ça ?

-Ben je...Je. Je suis sensé être mort...

-Quoi ? Arrête de dire des conneries. Tu es toujours vivant.

-Non je t’assure ! Je me suis pris un tir de lance Jaffa !

-Ah oui ? Alors pourquoi je ne vois pas de blessure sur toi ? Il n’y a même pas de trou.

Le Major Louis Ferreti regarda vivement son torse et fut stupéfait en voyant la véracité de son supérieur sur sa propre personne. Il n’y avait aucun dommage physique et ses vêtements étaient intacts.

-Je. C’est incompréhensible. Je suis sûre d’avoir bien été tué par un Jaffa.

-Ce n’est pas le moment de perdre la tête Ferreti. Allé on se relève Major !

Avec l’aide de son supérieur, Louis Ferreti se remit sur pied avant que les deux amis rejoignent leurs deux autres coéquipiers.

-Je n’y comprends rien moi non plus mon Colonel. J’ai souvenir d’avoir été tué moi aussi, dit Warren, tout aussi perdu que le Major Ferreti.

-Les gars, vous n’avez pas été tué sinon vous ne seriez pas là. Si vous aviez été ressuscité vos vêtements seraient troués, ce qui n’est pas le cas, insista le leader.

-Les autres prisonniers semblent tout aussi perdus que nous Warren, remarqua Casey.

L’un des prisonniers se dirigea vers eux. C’était le compagnon de cellule du Colonel.

-Toi, je te connais. Qu’est-ce qui se passe ici ?

-Vos hommes ont raison. Ils ont bel et bien été tué, tout comme moi.

-C’est une blague ? Vous perdez tous la tête ma parole !

-Non. Le combat ne fait que commencer.

-Ils arrivent mon Colonel !

Les prisonniers virent les Jaffas se positionner et tirer.

-Cette fois-ci, nous n’allons pas perdre ! cria Warren.

Tous les prisonniers et SG-2 se mirent à couvert. Comme ils n’avaient pas d’armes, ils durent à nouveau improviser pour récupérer celles des Jaffas.

À nouveaux, le combat était différent. Bien que les deux camps évoluassent dans l’arène, ceux qui étaient victimes des pièges présents restèrent à terre, morts...

À couvert derrière un obstacle, le Colonel entendit un bruit bien familier.

-Qu’est-ce que...

Il vit un prisonnier convulser quand celui-ci se fit trouer de partout par des petits impacts bien caractéristiques avant de tomber, raide mort.

-Dites-moi que je rêve ma parole ?! Sérieux, c’est une blague ! cria-t-il avant de se retourner vers la source du tir : un Jaffa tenait l’une de leurs armes, le célèbre P-90 et l’utilisé comme s’il était né avec.

Jetant un coup d’œil à ses coéquipiers, il vit l’étonnement dans leurs yeux. Ces jaffas avaient réussi à comprendre le fonctionnement et à utiliser l’arme avec une rapidité étonnante.

Dans l’estrade, ça scandait à voix haute. Les Jaffas étaient surexcités.

-Impressionnant... Très impressionnant !

-Nous avons récupéré cette connaissance des rebelles Jaffas qui ont expiés leurs péchés en retournant auprès de nous, leurs vrais dieux.

-Ces rebelles avaient ces armes aussi ?

-Oui Klorel. Certains de mes jaffas en sont équipés.

-En restent-ils assez pour les miens ?

-Non. Le seul moyen pour t’en procurer et de retrouver certains rebelles profanes prêts à se confesser. En tant que fils d’Apophis, ta survie pourrait aider des réfractaires à changer de camps et à te rejoindre.

Klorel ne dit rien mais réfléchit à cette initiative. Il sentit soudainement une forte présence et une odeur attirante. Tournant la tête en même temps que Mahes, il vit une sublime femme venir vers eux. Portant une tenue légère de l’Ancienne Égypte, faisant ressortir son physique, arborant une coiffure typique de l’époque, munie d’un Kara’Kesh doré et escortée par une montagne de muscle, son Prima, Anat fit son entrer.

-Reine Anat, c’est un plaisir de te voir, salua le maitre des lieux en faisant une révérence.

-Moi de même Mahes. Klorel, dit-elle à son encontre. Le fils d’Apophis fit de même.

-Je vois qu’on s’amuse bien, observa-t-elle en prenant place à côté de Mahes, se trouvant donc au centre.

-Oui. J’expliquais à Klorel comment faire pour récupérer ces armes à projectiles.

-Ah oui, les armes des Tau’ri. J’ai pu moi aussi en récupérer sur ces rebelles jaffas.


Klorel garda son calme mais bouillait intérieurement, se sentant ridicule. Il était le seul à ne pas avoir effectué cet exploit. Anat vit du coin sa rage interne et sourit. Le fils d’Apophis était bien ce qu’il était... un enfant n’ayant pas encore fait ses preuves et ayant échoué à de nombreuses reprises...

-Je vous informe qu’Osiris a récupéré la dernière planète de son ancien territoire.

-C’est une excellente nouvelle Anat.


Klorel continuait d’observer le combat. Il vit certains combattants tomber et être entourés d’une fine lumière avant de rester à terre.

-Quelle est cette lumière ? demanda Klorel

-C’est la manifestation d’une technologie de résurrection proche du sarcophage. La seule différence est qu’il répare également les vêtements.

-D’où vient-elle ?

-C’est moi qui l’ait créé, pour mon plus grand plaisir. Le Tribunal du Châtiment est aussi cette technologie de résurrection. À chaque fois qu’un combattant meurt, le mécanisme dans le sol s’enclenche alors et le combattant revient à la vie. Le nombre de résurrection est infini mais j’ai fait en sorte que seuls les prisonniers bénéficient de ses effets négatifs...

-Qui sont ?

-Regarde.


Les prisonniers se sentaient de plus en plus désorientés et perdus. Ils n’arrêtaient pas de faire des erreurs de stratégies...

-On dirait qu’à chaque fois qu’ils revivent, ils semblent de plus en plus confus.

- J’ai fait en sorte que les prisonniers soient désorientés en s’interrogeant sur le fait qu’ils aient été tués d’une part, et d’autres part en leur faisant revivre en boucle ce combat grâce à cette désorientation. À chaque résurrection, mes jaffas changent de stratégie ce qui fait que le combat n’est jamais le même mais pour les prisonniers c’est tout comme car chaque retour à la vie leur fait perdre en mémoire le combat précédent. Pour eux, c’est toujours leur premier combat. Cela permet à mes Jaffas, tant dans l’arène que sur les estrades, d’apprendre les nouvelles stratégies misent en place par les prisonniers et par ricochets, de les associer à celles déjà apprises et de les mettre en pratique sur le terrain.

Les deux Goa’ulds ne dirent rien mais furent impressionnés. Mahes avait réussi une prouesse stratégique indéniable, expliquant de surcroit sa fulgurante ascension mais aussi la rapidité avec laquelle il avait réussi à s’approprier les planètes d’anciens Grands Maitres Goa’ulds défaits.

Anat, Klorel et Osiris avaient réussi de leur côté à faire de même, mais moins rapidement que Mahes.

Les prisonniers n’en pouvaient plus. Ils ne savaient pas combien de fois ils avaient été ramenés à la vie, mais leur désorientation et leur erreurs stratégiques leur coutaient chers. Les membres de SG-2 savaient que ces effets indésirables étaient liés à quelque chose, sans savoir quoi.

« Le véritable combat est purement mental » se rémora le Colonel Charles Kawalsky qui sentit ce que voulait vraiment dire son camarade de cellule. Il fallait combattre ces effets indésirables, se rappeler de ce qui s’était passé... mais ce fut trop dur pour lui et ses hommes ainsi que pour les autres prisonniers.... Trois tirs de lance Jaffas dans le torse et il tomba à terre....

« -Désolé mon Général, ils ne veulent pas de notre aide »

« -Vraiment ? Même en leur proposant une planète jamais envahie par les Goa’ulds ? »

« Non. Ils ont beaucoup trop peur. Ils préfèrent se soumettre plutôt que de se battre »


Le Général se sentit tendue. Elle n’aimait pas cela. Les Goa’ulds recommençaient leur sape de volonté des humains libres. Tout commençait à redevenir comme avant.

« -Très bien Colonel. Retournez à la base pour le débriefing. SGC, Terminé »

La Porte se désactiva avant qu’elle ne se réactive quelques instants plus tard, SG-3 de retour au bercail et prêt pour le débriefing.


Charles Kawalsky était allongé à terre. Il se réveilla, perdu. Il ne savait pas où il était. Reprenant ses esprits, il se leva doucement. Il se trouvait dans une cellule, sans savoir ce qui s’était passé avant. Il vit un homme dans une autre cellule en face de lui. L’appelant, celui-ci ne réagit pas.

Le Colonel entendit alors la Porte de la prison s’ouvrir et deux gardes jaffas entrer. Le Terrien n’avait pas la force de se battre. L’un des Jaffas armée d’un bâton de torture le piqua et il hurla avant de tomber à genou, être pris par les deux bras et trainés tout le long dans une salle obscure.

Un sceau d’eau le réveilla. Pendu à des chaines par les mains, il vit trois personnes s’approcher de lui.

-Charles Kawalksky, ami du Colonel Jack O’Neill.

Le Terrien ne savait pas qu’il était, mais à sa voix, il connaissait la nature de son interlocuteur.

-Je...Je ne vous dirais rien...

-Oh si, tu vas tout nous dire, dit Klorel en tournant autour de lui.

-Il a raison. Toutes vos connaissances sur la Terre seront notre, dit une autre voix, féminine.

-Je résisterai à la torture. Même si vous m’enfoncez un serpent dans le crâne, je le combattrai, j’ai été formé à ça.

-Je n’en doute pas. Cependant, je connais un autre moyen pour vous contraindre, lança un autre Goa’uld, tenant dans ses mains un objet : un petit bâton serti d’une boule pointue - Cette sonde mentale va nous permettre de récupérer tout votre savoir.

Il se mit derrière le Terrien.

-Absolument tout votre savoir...

Visant la jointure entre la nuque et la base du crâne, Mahes enfonça doucement la sonde dans la tête du Colonel qui hurla de douleur.

À suivre...
arim
Avatar de l'utilisateur
Brigadier Général
Brigadier Général
Messages : 1146
Inscrit : 04 févr. 2011, 18:40
Pays : france

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par arim »

CITATION (Ananta - 26 juil. 2021, 01:55)
Bonjour tout le monde. J'espère que vous allez bien. Je vais d'abord répondre aux différentes questions.
CITATION > Jolinar ne fait pas/plus partir du Haut-Conseil Tok'Râ, Anise en ferait partie
> Jolinar doit quand même se plier à la gouvernance à Haut-Conseil
=> ça me semble improbable que les Terriens/Américains acceptent de laisser la direction du SGC à un ET (dans une relation symbiotique avec une terrienne) qui reste soumis à une autre autorité, peu importe sa proximité avec nos convictions. S'il y a conflit entre deux, qui aurait de dernier mot ?
On ne sait pas si Jolinar fait ou pas partir du Haut-Conseil. De ce que l'on sait d'elle et de ce qu'on en a vue, je pense qu'elle était plus une agent de terrain/opératrice qu'une conseillère, contrairement à Anise que j'ai toujours vue comme suivant les règles du Conseil et étant de leur côté. (certains agents sont contre le Conseil comme Delek par exemple).
D'après le double épisode sur la Tok'ra mais également du clash Delek/Selmak, il est clair que les agents de terrain doivent obéir aux décisions du Conseil et donc sont soumis à cette autorité.
Comme tu le dis, c'est une relation symbiotique, donc il n'y a pas de danger. S'il y a conflit entre le Haut-Conseil Tok'ra et le Pentagone (Forces d'États-Majors)/Président des USA, aucun n'aurait le dernier mot, vu que l'Alliance se base sur du donnant/donnant. Sam/Jolinar étant la médiatrice des deux peuples, leur but est que chacun d'eux gagne au change.
CITATION Jolinar laisse Carter parler et celle-ci dit "notre Reine" pour parler d'Egeria ? Je n'ai aucun soucis à ce que Freya considère Egeria comme sa reine (vie depuis longtemps avec les Tok'Râ ...) mais Carter ?
La relation symbiotique fait qu'il y a une influence mutuelle entre hôtes. Sachant que Jolinar survit à l'Ashrak et que ma fiction se passe des dizaines d'années plus tard, il ne faut pas s'étonner à ce que l'hôte humain adopte des propos de ce genre à un moment donné.
Je suis tout à fait d'accord sur la relation symbiotique, est fait ce qui me gène c'est plus l'aspect politique (coté américain) : ça me semble impossible que les US acceptent de partager la direction du SGC avec qui que ce soit. On l'a vu dans la série avec les Russes qui voulaient s'impliquer, ou la CIS qui n'a eu son mot à dire que parce qu'elle a commencé à contribuer de façon importante au programme. Donc si c'est compliqué avec des Terriens, j'imagine pas avec des ET, encore plus si ceux-ci sont capable de prendre le contrôle d’hôtes humains. Peut importe qu'il y ait des relations symbiotiques dans l'affaire.

Après, il y a surement eu dans un univers "parallèle" des évènements qui ont rendu ça possible ; et je pense que ça ne devrait pas être un élément majeur de l'histoire, puisqu'il semble évident avec ce 2e chapitre qu'on va suivre les aventures de nos héros contre ce Mahes ou Klorel et Anat
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

Bonsoir tout le monde.
CITATION Après, il y a surement eu dans un univers "parallèle" des évènements qui ont rendu ça possible ; et je pense que ça ne devrait pas être un élément majeur de l'histoire, puisqu'il semble évident avec ce 2e chapitre qu'on va suivre les aventures de nos héros contre ce Mahes ou Klorel et Anat
Indeed...

Voici le troisième chapitre de ma fiction. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 3 : Négociation échouée

Les membres de SG-13 se réveillèrent. L’aube pointait le bout de son rayon. L’air était frais et rien n’indiquait un mauvais temps. Le village dans lequel ils avaient hébergé se réveilla aussi et les habitants sortirent et se lancèrent dans leurs activités du quotidien.

Le Colonel Dixon ordonna une petite réunion avec ses hommes. Le petit groupe se mit à l’écart pour discuter.

-Ok les gars. Nous avons un contact avec la base dans deux heures. Nous devrons informer le Général Carter du succès ou de l’échec de notre mission. Balinsky, cela a donné quoi avec les responsables du village ?

Le Docteur Balinsky, archéologue et négociateur à ses heures perdues, avait tenté de négocier l’accès au Naquadah. La négociation avait durée une bonne partie de la nuit. Les responsables avaient débattus du bien-fondé des Tau’ris, connus dans toute la galaxie grâce à l’équipe SG-1.

-C’est maintenant que nous devrions avoir la réponse David. Cependant, je ne vous cache pas que ce fut difficile. Armana fut sous le contrôle d’Osiris. Même s’il n’est pas revenu depuis des siècles, avec ce qui se passe dans la Galaxie, il se pourrait bien qu’un autre Grand Maitre prenne la relève. Les dirigeants craignent le retour des dieux.

-C’est vrai que la situation galactique n’aide pas Doc. Cependant, il nous faut ce Naquadah qui peut nous servir dans notre lutte contre les Goa’ulds, insista le Colonel.

-Mon Colonel, ils arrivent, informa le Soldat de Première Classe Bosworth.

Trois hommes d’un certains âges, portant des tenus riches, se rapprochèrent d’eux. Balinsky fit de même pour entamer la discussion.

-Nous avons débattu le reste de la nuit pour décider de vous fournir ou non le Naquadah.

-Quelle a été votre décision ? demanda le deuxième Soldat de Première Classe Wells.

-Je suis désolé, mais nous ne pouvons vous le fournir. Notre peuple vit dans la crainte du dieu Osiris, répondit le plus âgé.

-Vous savez qu’Osiris n’est plus revenu sur votre monde depuis des siècles et que son absence est dû à sa capture par nos alliés. Vous n’avez plus rien à craindre de lui, expliqua l’archéologue.

-Malheureusement la peur est encore forte parmi les notre. Acceptez de vous aider serait perçu comme une trahison d’allégeance.

-Nous vous avons expliqué que les Goa’ulds ne sont pas des dieux. Nous vous avons montré à quoi ils ressemblent vraiment, intervint le Colonel. -Nous pourrions vous aider en amenant des patrouilles terriennes ici, voire même à vous envoyer sur un autre monde non conquis par eux.

Les trois anciens du village se regardèrent mais SG-13 n’était pas dupe. Leur mission était un échec. Les dirigeants du village secouèrent leur tête, montrant clairement leur refus ce qui exaspéra le leader de l’équipe Terrienne.

-Très bien. Les gars, on y va, lança-t-il directement.

-David...

-Cameron, j’ai dit qu’on y va, lança clairement le Colonel d’un ton sec.

Grognant, l’archéologue le suivit, accompagné par les deux autres membres du groupe, quittant le village et se dirigeant vers la Porte des Étoiles.

Deux heures plus tard, ils l’ouvrirent pour contacter le SGC.


L’alarme d’activation extérieure de la Porte se fit entendre dans toute la base. Les quelques militaires présents se mirent en position tandis que l’Iris s’activait.

Le Général Carter était présente, regardant sa montre, indiquant 8h du matin.

‘Toujours pile à l’heure’ pensa-t-elle.

Alors que les chevrons s’enclenchaient à un à un, la Porte s’arrêta brutalement de fonctionner, surprenant la dirigeante de la base, les techniciens et les militaires présents sur place.

-Que se passe-t-il Walter ?

-Aucune idée mon Général, il semblerait que la connexion ait été interrompue.

Le Général regarda la Porte, trois chevrons activés sur les sept nécessaires à l’ouverture d’une Porte requérant une adresse à sept symboles.


-Aaaahhhh ! Je vous aurai bande d’enculés ! cria le Colonel, canardant de son P-90 les Jaffas sortant par la Porte des Etoiles d’Armana activée depuis une planète contrôlée par les Goa’ulds.

-Mon Colonel, il faut se replier ! cria le Soldat Wells.

-Bosworth, grenade, vite ! Ordonna le leader de l’équipe.

Le Soldat ne se fit pas prier. Prenant une grenade, il a dégoupilla avant de la jeter au pied de la Porte. L’arme explosa, l’énergie libérée envoyant une onde qui fit voltiger les Jaffas, certains passant au-dessus de la Porte, d’autres retraversant le vortex en sens-inverse.

Les Terriens en profitèrent pour fuir et dans leur course, ils entendirent les jaffas hurlaient. Les tirs de lances-serpents touchèrent quelques arbres ou passaient au-dessus d’eux. Courant à vive allure, ils réussirent à se cacher. Ils reprirent leur souffle.

-Mince, David c’était quoi ça ?! cria l’archéologue qui ne revenait toujours pas de la situation.

-Une attaque surprise Cam ! répondit le Colonel positionné contre un arbre.

-Mon Colonel, je ne suis pas sûre, mais j’ai cru avoir vu le symbole d’Osiris sur leur front.

-Je confirme Wells. Ce sont des soldats à la solde d’Osiris, informa l’archéologue.

-Comment est-ce possible ? Les Tok’ras ne l’avaient-il pas capturé ? demanda Bosworth.

-Apparemment il a réussi à s’échapper. Quoi qu’il en soit, les faits sont-là. Osiris est de retour et prêt à récupérer sa planète. Nous devons à tout prix informer le SGC.

-La Porte doit être bien gardée mon Colonel, remarqua Wells, qui vérifiait son armement. De plus, j’ajoute que le MALP a été détruit lors de leur arrivée.

-Quand est-il des villageois ? Nous devons leur portée secours si jamais Osiris décident de les tuer pour donner l’exemple, intervint l’archéologue.

-Ils vont être trop nombreux Cam. Impossible de sauver tout le monde, dit Bosworth.

-Attendez, vous entendez ce son ? demanda le Colonel qui s’écarta du groupe pour regarder au ciel.

Les autres le suivirent et sortant des nuages, des planeurs de la mort et des A’lkesh fonçèrent vers les villages et autres centres d’extractions du Naquadah.

-On est vraiment dans la merde mon Colonel, conclut Wells.

Les Terriens entendirent des tirs venant des vaisseaux et rapidement, des explosions. Le leader n’aimait pas cela, mais il se devait de prendre en considération l’inquiétude de l’archéologue pour les villageois.

-Ok, retournons au village pour voir s’il y a des survivants, dit-il.

Le groupe retourna sur les lieux mais déchantèrent vite en voyant le bombardier Goa’uld tirer sur les maisons tout en déversant des troupes Jaffas grâce aux Anneaux de Transport.

L’équipe se mit à couvert et virent qu’il était quasi-impossible de sauver qui que ce soit.

-Désolé Balinsky, lança le Colonel en posant une main sur l’épaule de Cameron qui hocha sa tête de compréhension. -Retournons à la Porte, il faut contacter le SGC et dire ce qu’il se passe.

SG-13 rebroussa chemin, espérant pouvoir gérer un nombre réduit de Jaffas. Arrivés sur place, ils virent malheureusement que la Porte était bien gardée. Se cachant à quelques mètres, ils s’entretinrent de la marche à suivre.

-Ok les gars, faut trouver un plan. Déjà, inventaire de ce que qu’il nous reste, dit le Colonel.

Chacun vérifia son équipement en les déposant à terre.

-Bon, je vois qu’on a de quoi tenir un petit moment mais pas plus. Ça va être chaud.

-Ils ne savent pas que nous sommes-là. Nous pouvons jouer sur l’effet de surprise, proposa Wells.

-ce qui m’inquiète est le Jaffa derrière cet énorme canon, intervint Balinsky.

-C’est vrai, il faut l’abattre pour avoir une chance de nous en sortir, remarqua le Colonel.

-Avec les grenades que nous avons, nous pouvons créer une panique générale et en réduire le nombre de Jaffas présents sur place.

-Ok, alors voilà ce que nous allons faire... commença à dire le Colonel quand il entendit la Porte s’activer, poussant les Jaffas à se retourner face à l’anneau, lances pointées et prêtes à tirer.

-Il faut voir ce qu’il se passe, dit Wells.

Tout le monde fut sur le qui-vive quand l’horizon des évènements se forma. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’un rayon d’énergie traverse la Porte et touche un Jaffa qui tomba à terre, surpris.

Les autres Jaffas furent déstabilisés et commencèrent à paniquer quand d’autres rayons sortirent pour toucher d’autres Jaffas ou le sol.

Les Terriens profitèrent de la confusion pour attaquer. Wells envoya les grenades, l’explosion faisant voltiger les guerriers Goa’ulds. Le Colonel visa le Jaffa contrôlant le canon et l’abattit d’une balle dans la tête, tandis que Balinsky et Bosworth mitraillèrent de leur P-90 les autres soldats qui se faisaient attaquer des deux côtés.

D’autres rayons d’énergie de nature identique à ceux crées par les lances jaffas continuèrent à apparaître, touchant tout ce qui se trouvait aux alentours. Dans ce déluge de feu, SG-2 apparut soudainement en pleine course, dos voutés. La confusion des Jaffas présents leur permirent d’attaquer à main nue les quelques soldats non attentifs, des coups de poings bien sentis leur permettant de les désarmer et de retourner leurs armes contre eux. Ils se mirent à terre, en face des Jaffas présents et de la Porte pour éviter le feu de leurs collègues et pour empêcher les autres Jaffas à leur poursuite d’arriver.

Quand la Porte se désactiva, SG-2 reporta son attention sur le reste des Jaffas présents qui ne firent pas long feu.

-Identifiez-vous en déposant vos armes ! Ordonna le Colonel de SG-13, pointant son arme sur les humains à terre.

-Colonel Charles Kawalsky de SG-2, lança le leader en déposant son arme, imités par ses co-équipiers. Voici les Majors Ferretti et Warren ainsi que le Capitaine Casey.

-Je les reconnais mon Colonel, dit Wells.

-Oui moi aussi... Mais, dites-moi Colonel, que faites-vous ici ? demanda-t-il à son homologue.

-Nous venons de nous échapper d’une arène Goa’uld, répondit Charles.

-C’est une blague ? demanda Bosworth.

-Non, dit Casey. Nous avons été attaqués par une armée de jaffas sur P8R-635.

-Ensuite ? demanda Wells.

-Faits prisonniers avant de réussir nous enfuir, dit Ferreti.

-Combien de temps vous avez été emprisonnés ? demanda Balinsky.

-Aucune idée. En absence de GDO, le seul moyen était de trouver une équipe SG en mission. Nous savions que vous y étiez et nous connaissions les coordonnées. Nous nous sommes enfuis et la suite, vous la connaissez, expliqua Warren.

-Mon Colonel, il se peut que les Goa’ulds les aient interrogés pour leur avouer nos secrets. Nous ne pouvons pas prendre de risque. Ils ont peut-être étaient parasités, murmura Wells qui s’était approché de son supérieur hiérarchique.

-Oui... Prenez leurs armes et ligotez-les soldats, ordonna-t-il à ses deux co-équipiers. -Balinsky, activez la Porte pour la Terre.


La Porte des Etoiles Terrienne s’activa enfin, tout le monde sur le pied de guerre. Le code de SG-13 s’afficha sur l’écran d’ordinateur tandis qu’une voix se fit entendre.

« -Ici SG-13. SGC me recevez-vous » ?

-Ici le Général Carter. Nous sommes contents de vous entendre. Que s’est-il passé ? Nous avons reçu votre appel de 8h mais la Porte s’est arrêtée en pleine activation.

« -Nous avons été attaquées par des Jaffas à la solde d’Osiris, mon Général. »

Carter et Walter se regardèrent, surpris de cette information.

‘C’est impossible. Osiris n’a pas pu s’échapper de sa prison’ réagit Jolinar, toute aussi surprise par l’annonce du terrien.

-Y-a-t-il des blessés ?

« -Non mon Général. Le village a été totalement rasé par un A’lkesh. D’autres sont encore-là ainsi que des planeurs de la mort. Aucun survivant au village. La mission est un échec mon Général »

-Je vois...

« -J’ajoute mon Général que SG-2 est apparue en plein combat. »

Une nouvelle fort réjouissante mais tout aussi inattendue.

-C’est une excellente nouvelle Colonel.

« -Oui mais je demande à ce qu’ils soient examinés, sous surveillance et interrogés. Le Colonel Kawalsky nous a informé qu’ils ont été capturés par les Goa’ulds durant leur mission »

Cette information corroborait les dires du Colonel Cromwell sur le combat mené par SG-2 sur P8R-635.

-Bien Colonel, dit-elle, avant de s’adresser aux gardes présents sur place : « -Soldats, préparez-vous à la venue de nos équipes. »

Les gardes se mirent en position, parés à tirer au moindre geste suspect.

Quelques instants plus tard, les terriens arrivèrent à la base. Le Général Carter vit SG-2 ligotés.

Carter descendit en Salle d’Embarquement et félicita SG-13 avant d’ordonner aux soldats en place d’emmener SG-2 à l’infirmerie.

-Il se peut mon Général qu’ils étaient parasités voire, pire même...

-Ne vous inquiétez-pas Colonel, nous prenons la suite, mais d’abord, avant que vous n’alliez à l’infirmerie pour examens puis en Salle de Briefing pour faire votre rapport, je veux être sûre que vous aviez bien vu des Jaffas servant Osiris...

- J’ai bien vu son emblème sur le front des Jaffas, affirma avec certitude Balinsky. -Il n’y aucun doute possible. Nous avons vu des planeurs de la mort et des A’lkesh. C’est sûre et certains, le Goa’uld Osiris est revenu récupérer sa planète.

‘Nous devons contacter immédiatement le Haut-Conseil’ insista Jolinar.

Carter Hocha la tête, plus pour l’insistance de son amie que pour l’affirmation de l’archéologue.

-On se retrouve dans une heure pour le débriefing.

SG-13 obéit aux consignes, tandis que Carter retourna à son bureau. Elle devait passer un coup de téléphone.

À suivre...
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

Bonjour à tous et à toutes.

Après plus d'un an d'absence, je reviens pour terminer cette fan-fiction. Je m'excuse encore du retard et j'avoue que chevaucher sur plusieurs fan-fictions à la fois n'est pas une bonne méthode de travail pour moi.

Je poste le chapitre 4. J'espère qu'il vous plaira. Je vous souhaite une bonne lecture.

Chapitre 4: Le Contrôleur Météorologique

Au SGC, en Salle d'Embarquement, quelques équipes SG se préparaient pour partir en mission alors que la Porte des Etoiles validait grâce à ses chevrons une adresse à sept symboles.

-Chevron trois enclenché, annonça automatiquement Walter Harriman, toujours fidèle au poste.

La roue continuait de tourner jusqu'à s'arrêter brûtalement, les quatre chevrons restant s'activant à la suite, amenant l'alarme annonçant une ouverture extérieure non-programmée à s'activer. Le vortex apparut alors et l'iris bloqua le passage dans la seconde suivante.

-Qu'est-ce que nous avons Walter?

-On reçoit un signal sonore mon Général.

-Sur écoute, ordonna-t-il.

Le technicien manipula quelques appareils et une voix sortit des hauts-parleurs:

"-SGC... Ici le Commandant Ordag, nous avons besoin d'aide. Les Goa'ulds nous attaquent. Ils sont sur le point de..."

Des grisaillements coupèrent ses paroles, empêchant le Brigadier-Général Johnatan "Jack" O'Neill d'avoir la suite du message... Quelques instants plus tard, la Porte des Etoiles se désactiva.

"-Equipes 10 et 15, mission annulée. Retournez à vos quartiers" annonça-t-il.

-Commandant Ordag...? Ce n'est pas le chef de la rébellion de la planète... c'était quoi déjà? Pirahnas..

-Piramess Mon Général, le corrigea Walter.

-Ah oui c'est vrai! J'y étais presque quand même!

Walter esquissa un sourire face à l'humour légendaire de son supérieur.

-Faites monter Cromwell et ses hommes. Je vais voir si Kawalsky et les autres sont d'attaques pour cette mission. J'ai comme l'impression que ça ne va pas être une partie de plaisir, murmura-t-il plus à lui-même qu'au technicien.

Walter appela par hauts-parleurs SG-3 en leur indiquant la Salle de Briefing tandis qu'O'Neill prenait le chemin de l'infirmerie pour faire face à la dirigeante du lieu, le Docteur Janet Fraser.

-Bonjour Docteur.

-Bonjour Général O'Neill, salua-t-elle.

Même si les années avaient passé, elle était toujours aussi énergique qu'avant. Ce n'était pas l'apparition de quelques cheveux blancs qui allaient la ralentir.

-Comment va Charles et les autres?

À la mention du prénom du Leader de SG-2, Janet sut exactement le pourquoi d'un tel manquement au protocole militaire. Charles Kawalksy et Jack O'Neill était plus que des coéquipiers, ils étaient des frères d'armes, des amis, ayant effectué de nombreuses missions ensembles avant d'être appelés pour le SGC par le Général West, sur une mission top secrète qui a changée leur vie à tout jamais. Charles était devenu un confident, apprenant un an après cette mission l'existence et la mort du fils de son ami... qu'O'Neill n'avait jamais dit à personne... La promotion de Charles au commande de SG-2 sur recommandation de Jack était là aussi un signe fort du lien qui les unissait... Au point que Kawalksy avait été présent au mariage de son supérieur en tant que témoin direct. S'il devait mourir, jamais son supérieur ne s'en remettrait...

O'Neill avait été rappatrié au SGC pour remplacer sa femme partie en mission d'urgence. Retrouver ce lieu mythique l'avait rendu fou de joie, son poste actuel dans un bureau en tant que dirigeant de la Défense Terrienne n'étant pas vraiment fait pour lui. Au moins au SGC, on ne s'ennuyait jamais: n'importe quelle évènement, anodin ou dangereux, pouvait survenir à tout instant, rendant la vie de cet endroit plus dynamique que jamais....

-Ils vont tous bien dans l'ensemble, mais je recommande quand même encore un temps de repos, encore plus pour le Colonel Kawalksy. La blessure se trouvant à la jointure entre la base du crane et le haut de la nuque indique clairement qu'un objet étranger y a été introduit.

Le Général se sentit soudain inquiet. Même s'il avait eu un topo de Carter sur ce qui s'était passée durant la mission de SG-2, il n'avait pas pu avoir tous les détails, Carter devant partir sur le champs.

-Ce n'est donc pas un serpent?

-Non, pas plus qu'une bombe au Naquadah, si vous pensez tout de suite à Cassandra.

Le Général hocha la tête. Cet évènement avait été terrible mais la petite fille avait été sauvée.

-Il n'y a rien mon Général. Quoi que fut cet objet, il n'est plus présent en Kawalsky cependant, au vu de sa localisation qui fait furieusement penser à l'endroit où s'installent les Goa'ulds et les Tok'ras quand ils sont dans des hôtes, je préconise un renforcement de nos défenses.

Le regard sérieux sans équivauc du docteur fit frémir le Général qui se rapprocha un peu plus pour avoir confirmation de ce qu'il pourrait craindre:

-Vous pouvez avoir peur mon Général, dit-elle sous le ton de la confidance. -Kawalsky a peut-être eu le cerveau "piraté" par cet objet. Je ne saurais dire comment, mais les lesions touchent des endroits spécifiques que les symbiotes visent quand ils entrent dans des hôtes et de-là étendre leurs recherches pour atteindre les zones du cerveau responsable de la mémoire, de la connaissance, du langage, du contrôle, etc...

-Vous êtes en train de me dire que contre son gré, Kawalsky a été "parasité" par cet objet?

-Oui... Même s'il n'a pas parlé, comme il nous l'a dit, cet objet a du le faire à sa place en extrayant de son cerveau toutes les connaissances et les souvenirs qu'il a eu durant sa vie jusqu'à sa capture. Cela inclut donc tout ce qui concerne la Porte des Etoiles, le SGC, nos défenses, nos codes d'accès, etc.

C'était vraiment mauvais signe. La Terre était en danger à cause de cet objet de malheur dont ses conséquences firent furieusement penser à Jack ce qu'avait subi Thor lorsqu'il avait été capturé par Anubis.
-Est-ce que la blessure a une forme particulière?

-Du genre?

-Entaille, trou en forme de balle de pig pong ou autre...

Après un petit moment de reflexion, Janet hocha la tête

-Oui...Oui oui, la blessure a en effet ce genre de forme. On a trouvé une série d'entaille pointue dont la disposition formait un cercle de 360°.

-C'est bien ce que je pensais... Une sonde mentale.

Janet resta muette, ne comprenant pas où voulait en venir son ami. Celui-ci lui expliqua alors:

-Thor nous avait expliqué qu'Anubis avait utilisé un instrument en forme de boule serti de petites pointes que le Goa'uld lui avait introduit dans le crâne pour accéder à ses connaissances. Il nous avait dit que c'était une sonde mentale et que malgré toute sa volonté, il n'avait pas pu empêcher la sonde de faire son travail.

-Si c'est exactement cet instrument auquel Kawalksy a été victime, il faudra à tout pris vérifier que tous les soldats en mission n'aient pas reçu ce genre d'objet.

-En effet, conclus-t-il, ce qui fit sourire le docteur.

-Maître Teal'c a eu une grande influence sur moi, je n'y peut rien, se justifia-t-il avant de quitter la pièce en souriant tout en disant: -Prévenez moi quand ils seront remis sur pied.

-Bien mon Général.

Il devait appeler tout le monde afin de renforcer la Défense de la Terre qui était en danger à cause de cette fichu sonde mais avant, SG-3 avait besoin de lui. Entrant en Salle de Briefing, l'équipe le salua avant de se rasseoir.

-Nous avons reçu il y a quelques instants un appel à l'aide du Commandant Ordag de la planète Piramess. D'après ce qu'il nous a dit, les Goa'ulds les attaquent et sont sur le point de faire quelque chose. Votre mission est de savoir quoi exactement. Des questions?

Le Colonel Cromwell leva la main pour poser les siennes.

-Cromwell?

-Si une résistance a été mise en place, doit-on y participer? Quand est-il des possibles survivants? Leur rappatriement sera-t-il une priorité?

-Dans l'ordre: savoir ce que les Goa'ulds prévoient de faire, prêter assistance si possible et pour les survivants, elle deviendra votre principale priorité si le reste a échoué. J'ai voulu vous adjoindre SG-2 pour cette mission mais ce n'est pas possible. Vous devrez la jouer solo pour ce coup.

-Bien mon Général.

-En avant alors!
Quelques instants plus tard, SG-3 débarqua sur Piramess en pleine tempête de neige.

-Mon Colonel, il n'est pas sensé faire ce temps-là, d'après la Sonde, il devrait y avoir du Soleil!

-Je sais Major Morrisson. Nous devrions trouver un abri...

Une personne arriva, emmitouflé dans sa tenue de protection, une arme à la main pointée sur eux.

-Vous êtes les renforts? Cria-t-il pour se faire entendre.

-Quoi? Demanda Morrisson.

-Il dit si nous sommes les renforts! répondit le lieutenant Bosco sur le même ton.

-Oui, nous le sommes! Je suis le Colonel Cromwell, leader de cette équipe!

-Je suis le capitaine Barick. Le Commandant Ordag a appelé le SGC!

-Nous avons bien reçu votre appel Capitaine! Menez-nous à votre Commandant, ordonna le Colonel qui suivit le Capitaine suivit de ses hommes.

Sous la tempête, le groupe se dirigea vers le centre de commande. Heureusement pour eux, il n'y avait pas eu de Jaffas qui surveillaient la Porte.

Après une longue marche, ils arrivèrent dans un bâtiment qui semblait abandonné. À l'intérieur, des soldats qui se réchauffaient comme ils pouvaient. Certains dormaient et d'autres préparaient leurs armes pour une prochaine attaque.

-Restez ici, je vais prévenir le Commandant, ordonna le Capitaine.

SG-3 resta sur place et vérifia son matériel. Quelques minutes plus tard, un homme accompagné par deux autres qui l'entouraient se présenta à eux. Il était grand, avait ses cheveux grisonnant mais sa tenue arborait de nombreuses médailles militaires, signe de son importance.

-Je suis le Commandant Ordag. Bienvenu sur Piramess Colonel.

-Merci Commandant. Nous sommes venus pour constater ce qui se passe. Nous avons pour mission de savoir ce que les Goa'ulds préparent. S'il y a une résistance, nous pourrons vous soutenir dans la limite de nos moyens et dans le cas ou il y aurait des survivants ou des blessés, leur rappatriement au SGC sera notre priorité si le reste a échoué.

-Déjà, nous aimerions savoir pourquoi il y a une tempête de neige? D'après la Sonde Malp que nous envoyons à chaque fois que nous découvrons une nouvelle planète ou pour s'assurer que le lieu est sécurisée, il devrait faire beau, mais là c'est comme si on était en plein hiver, demanda le Capitaine Peterson.

-En effet et cela est dû justement à ce que nous avons tout juste découvert il y a une heure. L'ennemi a réussi à voler un objet d'une grande importance pour nous et qui régit notre planète. On l'appelle le Contrôleur Météorologique.

-Qu'est-ce que sait? Demanda le Colonel.

-Un appareil capable de réguler la météo. Il nous sert pour nos récoltes et pour bien d'autres choses encore, répondit Ordag.

-Mon Colonel, cela me fait penser à cette mission de SG-1 sur Madrona. J'ai lu le rapport, l'équipe a du résoudre un vol commis par des membres du NID qui avaient subtilisés un appareil nommé La Clé de Voute et ayant les mêmes propriétés que ce Contrôleur, expliqua le Capitaine Peterson.

-Je vois. Bon au moins, on sait maintenant ce qu'avait prévu les Goa'ulds. Passons à l'objectif N°2, dit Cromwell.

-Nous avons tenté de récupérer notre Contrôleur, sans succès. En plus de leur technologie avancée, ils sont très bien organisés, je n'ai jamais vu ça. C'est comme s'ils avaient fait l'école militaire.

-Etrange... Les Jaffas sont connus pour plus tirer dans le tas que de créer une stratégie, nota le Major Morrisson.

-Et pourtant c'est bel et bien le cas, soutint le Commandant. Nous devrions...

Il fut interrompu par un soldat qui entra en trombe, totalement trempé.

-Qu'est-ce que... lança un des Terriens envoyant l'aspect du soldat, dans l'incompréhension.

Celui-ci s'arrêta, essouflé. Tout le monde eut l'impression qu'il avait couru un marathon.

-Je..Mon.. Mon Commandant, nous venons.. nous venons de voir...

-Du calme soldat. Reprenez doucement.

Après un court moment, le soldat, ayant repris son souffle, parla plus distinctement.

-Nous venons à l'instant d'apercevoir un rayon lumineux dans le ciel.

-Un rayon lumineux vous dites? Demanda le Commandant, incrédule.

-Oui. Nous ne savons pas ce que sait, mais cela ne présage rien de bon, répondit le messager.

-Nous savons ce que sait: le signe énergétique des Anneaux de Transports, expliqua Cromwell.

-Des Anneaux de Transports?

-Oui, ils permettent de voyager rapidement d'un point à un autre, exactement comme les Portes des Etoiles, mais sur de très courtes distances. Voyez-ça comme de la téléportation, expliqua le Major Morrisson.

-Ce qui voudrait peut-être dire que le Contrôleur Météorologique se trouve dans un H'atak, nota le Capitaine Terrien.

-Un H'atak? C'est quoi? Demanda le Commandant.

-Un vaisseau Goa'uld en forme de Pyramide pouvant orbiter au-dessus d'une planète. Cela va être très difficile de récupérer l'appareil. Un vaisseau de ce type est remplis à raz-bord de Jaffas, dit Bosco.
Cromwell réfléchit tout en observant les lieux. Les soldats d'Ordag avaient beau être armés, il ne connaissait pas leur niveau militaire et leur capacité au combat. Face à des Jaffas sur-entraînés et en sur-nombre, ils seraient vite dépassés. Récupérer l'objet était trop risqué.

-Je suis d'accord, ajouta le Colonel.

Soudain, un violent tremblement de terre apparut, faisant tomber les humains debouts et toutes les étagères. Des failles apparurent et des morceaux de plafonds tombèrent, menaçant d'écraser les occupants au sol.

-C'est la meilleure! Ok les gars, il n'y a pas de temps à perdre, évacuation d'urgence! On sort de là! Cria le Colonel Cromwell.

Tout le monde obéit, tentant au passage de récupérer le maximum d'arme. Il fallut plusieurs minutes pour que tous les soldats sortent mais cela ne fut pas suffisant car le bâtiment sombra avec au moins une dizaine de soldats encore à l'intérieur.

-Non de... commença à s'exclamer Ordag, étonné par le cours de l'évènement.

Le sol se craqua, des énormes failles apparurent et la lave commença à jaillir. Dans l'air, des nuages de centres recouvrirent tout le ciel, masquant le soleil et laissant pleuvoir de la cendre.

-Ce n'est pas vrai! Qu'est-ce qui se passe?! Hurlèrent des soldats, en panique.

Certains habitants sortirent de leurs maisons, criant, hurlant, ne sachant pas quoi faire.

-Mon Colonel, la Porte! Cria Bosco en la désignant de la main.

Tout le monde virent une faille se frayer un chemin en direction de l'appareil des Anciens.

-Bordel, il faut y aller tout de suite! Tout le monde à la Porte! Go, go, go! Cria le Colonel.

Les Piramessiens coururent comme ils purent jusqu'à la Porte des Etoiles, le Capitaine Peterson en tête de course. Il réussit à dépasser la faille et à atteindre le DHD sur lequel il composa en vitesse l'adresse de la Terre.

Quelques secondes plus tard, il lança son code d'identification GDO.

-Mon Général, ici le Capitaine Peterson! Demande autorisation d'urgence d'ouvrir l'Iris vite!

Au SGC, O'Neill et Walter ainsi que tous les techniciens présents en Salle de Contrôle entendirent la demande d'urgence du Capitaine.

-C'est bien le code d'identification de SG-3 mon Général, dit Walter.

-Êtes-vous sous le feu ennemi Capitaine? Demanda le Général O'Neill.

"-Non, nous sommes sous les effets d'un changement climatique brutal mon Général! Des cendres et des tremblements de terre secouent toute la planète! Il y a des civils et des soldats à évacuer! Si nous ne franchissons pas la Porte, nous risquons de rester bloquer et de mourir! Une faille est sur le point d'atteindre le DHD! Nous avons que quelques minutes mon Général"!

La voix paniquée du Capitaine ne laissait pas de doute et illustrait le réel danger que lui et les autres subissaient.

-Ouvrez l'Iris et tenez vous prêts soldats, ordonna-t-il à l'intention des concernés. -Vous pouvez passer Capitaine Peterson, annonça-t-il par micro.

Sur Piramess, les tremblements étaient de plus en plus violents. Certains habitants tombèrent dans les crevasses et la lave quand d'autres furent projetés à cause des explosions au sol.

"-Les civils vont passer en premier mon Général!"

Quelques secondes plus tard, les premiers habitants de Piramess arrivèrent en trombe, toussant et même trébuchant voire tombant au sol. Ils étaient recouvert de cendres.

-Une équipe Médical en salle d'Embarquement! Ordonna par micro O'Neill.

Quelques minutes plus tard, Fraser et son équipe débouchèrent dans la Salle déjà à moité remplis.

-Qu'on dégage le passage, vite! Ordonna-t-elle, alors que de plus en plus de civils débarquaient.

-Mon général, je détecte une fluctuation d'énergie, annonça Walter en constatant les données de la Porte sur ses écrans d'ordinateur.

Le vortex commença à devenir instable, clignotant par intermitence...


Sur Piramess, l'évacuation continuait. Les Soldats d'Ordag suivirent les civils.

-C'est bon, ils sont tous-là? Demanda le Capitaine.

-Non, de très nombreux habitants sont mort. Impossible d'évacuer toute la planète, répondit Ordag.

-Allez rejoindre les autres Capitaine, ordonna le Colonel. -On se charge du reste.

Peterson obéit et franchit la Porte avec les autres. Cromwell ordonna d'augmenter la cadence afin que tout le monde s'en sorte. Malheureusement, la faille atteignit le DHD et commença son travail de sape d'énergie, rendant le vortex de plus en plus instable.

-Merde! Allez les gars, bougez-vous! Hurla le Colonel à l'intention du reste de ses hommes.

Ceux-ci foncèrent comme ils purent, suivit de leur Supérieur. Ils plongèrent tous avec Ordag dans le vortex qui s'éteignit juste après par manque d'énergie à cause du DHD en train d'être englouti par la faille. Quelques instants plus tard, la Porte elle-même se renversa et tomba dans la lave...


Au SGC, c'était les pleurs, les cris d'hommes, de femmes, d'enfants même. O'Neill ordonna que la Salle soit entièrement vidée. Sur la rampe d'embarquement, Cromwell et le reste de ses hommes ainsi qu'Ordag se relevèrent, toussant eux aussi et se débarassant de la cendre sur leur vêtement.

Le Général O'Neill vint à eux.

-Qu'est-ce qui s'est passé?

-Les Goa'ulds ont réussi à voler un Contrôleur Météorologique et à l'utiliser pour dérégler le climat de la planète. On n'a pas pu évacuer tout le monde, seulement les habitants proches de la Porte des Etoiles et encore, on en a perdu en chemin, répondit avec rapidité Cromwell.

-D'accord. Passez à l'infirmerie pour une check-list, une douche et au rapport pour le debreifing.

-À vos ordres mon Général.

Celui-ci se tourna vers un homme qui lui était inconnu.

-Je suis le Commandant Ordag. Merci de nous avoir accueilli mon Général, se présenta-t-il en lui tendant sa main noirci par la cendre.

O'Neill la lui serra en hôchant sa tête:

-Bienvenu sur Terre Commandant. L'équipe médical va se charger des habitants et de vos hommes. Allez aussi à l'infirmerie pour un contrôle et quand vous serez prêt, rejoignez la Salle de Réunion pour le débreifing.

-Bien mon Général.


Une heure plus tard, SG-3, le Commandant Ordag et le Capitaine Barick étaient assis, entourant de part et d'autre la table ovale, le Général O'Neill au bout et président le débreifing.

-Racontez-moi exactement tout depuis le début Colonel Cromwell, ordonna-t-il.

Celui-ci s'exécuta, n'omettant aucun détail. Après plusieurs minutes d'explication, un silence tomba..

-Hmmm.... Il semblerait bien que les Goa'ulds aient réussi leur coup.

-Je suis désolé mon Général... Nous aurions dû...

-Pas de ça avec moi! Le coupa-t-il. Vous avez fait ce que vous avez pu.

-Oui mon Général... approuva le Colonel, une pointe de culpabilité dans sa voix malgré tout.

-Qu'en est-il de mon peuple? Nous ne pouvons rester sur votre monde. Nous devons retourner sur Piramess, lança le Commandant Ordag.

-Je doute que ce soit possible Commandant. D'après ce que le Capitaine Peterson m'a dit, il y avait des tremblements de terre et le DHD était sur le point d'être englouti. Il se peut que le Porte ne soit plus accessible mais nous tenterons une connexion.

-Mon Général, je préconise de contacter Madrona pour savoir si leur Clé de Voute est toujours-là, proposa Peterson.

-Je prends note. Vous pouvez disposer messieurs.

Tout le monde le salua avant de quitter la Salle. O'Neill se rendit en Salle de Contrôle et ordonna à Walter de composer l'adresse de Piramess. Après quelques minutes, la Porte refusa de se connecter.

-Recomposez une deuxième fois et si cela ne marche pas, prévenez-moi, je serai dans mon bureau car j'ai plusieurs appels téléphonique à lancer. Ensuite, contactez Madrona. Nous devons savoir si la Clé de Voute est toujours-là bas.

-À vos ordre mon Général.


O'Neill était au téléphone dans son bureau quand Walter frappa à la porte. Le Général lui fit signe de rentrer puis après quelques instants, raccrocha.

-Alors?

-Mauvaises nouvelles: Piramess et Madrona sont impossibles à contacter.

-Pour Piramess on s'en doutait mais Madrona? Vous êtes sûre?

-J'ai tenté deux fois une connexion, sans succès.

-C'est mal! Trouvez une planète colonisée et abandonnée par les Anciens susceptible d'accueillir le peuple de Piramess ensuite appelez un des avants-postes Tok'ra et prevenez-leur de ce qui est arrivé comme cela, ils préviendront également Carter qui se trouve sur leur planète-mère et de là, envoyer un vaisseau pour Madrona et Piramess afin de voir ce qu'il en est vraiment.

-Tout de suite mon Général.

Il quitta le bureau avant qu'O'Neill se prépare à annoncer la mauvaise nouvelle aux Piramessiens.

À suivre...
Ananta
Avatar de l'utilisateur
Second Lieutenant
Second Lieutenant
Messages : 258
Inscrit : 09 nov. 2007, 20:25
Pays : France
Lieu : TOULOUSE

Re: Stargate: The Resistance

Message non lu par Ananta »

Bonjour tout le monde.

J'espère que vous allez bien. On continue l'histoire avec le nouveau chapitre. Je vous souhaite une bonne lecture et à bientôt pour la suite.

Chapitre 5: Evacuation-Partie 1

Sur la planète-mère des Tok'ra, au sein du Grand Conseil, la discussion du jour était le problème lié à la fuite du Goa'uld Osiris, censé être toujours captif à l'heure actuelle...

Le Général Carter avait pris les dispositions nécessaires dès l'annonce du retour d'Osiris sur l'une de ses anciennes planètes de la part d'une équipe SG: le Général O'neill avait été ravis de reprendre son ancien poste au sein de la base tandis que sa femme rejoignait en urgence le Quartier Général de la Tok'ra et prévenir le Conseil du retour de l'ancien Grand Maître Goa'uld sur la scène galactique.

Carter et Jolinar attendaient patiemment la fin des délibérations dans une salle d'attente...

À l'extérieur de la Pyramide, la Porte des Etoiles s'activa et une Tok'ra apparut.

-Ou est le Général Carter? Demanda-t-elle à l'un des gardes en poste.

-Dans la Pyramide.

Elle hôcha la tête avant de courir vers l'edifice. Venant d'un avant-poste pas encore découvert par les Goa'ulds, son groupe avait reçu un message d'urgence venant du SGC et devant être remis à Carter le plus vite possible.

Après plusieurs minutes, elle entra dans la structure et demanda à voir la Terrienne. Un instant plus tard, elle arriva dans la salle d'attente.

-Général Carter.

-Oui, dit-elle en levant les yeux, ayant été en pleine discussion avec Jolinar.

-Un message d'urgence de la part du SGC, l'informa-t-elle en lui transmettant un appareil Tok'ra utilisé pour les communications et les enregistrements.

-Merci Anara.

Anara la salua avant de la quitter. Carter s'installa tranquillement avant d'activer l'appareil:

"-Mon Général, ici Walter. Le Général O'neill m'a ordonné de vous transmettre ce message pour que vous soyez au courant de ce qui vient se passer: les Goa'ulds ont volé le Contrôleur Météorologique de la planète Piramess pour laquelle une partie de ses habitants a du être évacuée et relocalisée sur une autre planète précédemment colonisée par les Anciens. J'ajoute également qu'il a été impossible de se connecter à la Porte de Piramess malgré deux tentatives. Idem pour la Porte de Madrona et le Général O'Neill vous demande d'envoyer sur place deux vaisseaux afin d'en savoir plus. Il ce pourrait que la Clé de Voute de Madrona ait peut-être été volée du fait de l'impossibilité de se connecter à la planète. Demande de retour de la situation le plus vite possible. Walter, terminé."

"Ça craint! Ces appareils sont très puissants et peuvent engendrer des dégâts irréparables si utilisés à mauvais escient / Prévenons le Grand Conseil immédiatement"

La règle interdisait de perturber une séance du Grand Conseil Tok'ra mais là c'était un cas de force majeure: un Contrôleur Météorologique pouvait facilement détruire une planète en cas de mauvaise utilisation et c'est exactement ce que craignaient Sam et Jolinar.

Elles ouvrirent les portes de la Grande Salle et firent irruption en coupant la parole d'un Conseiller.

-Désolées de vous interrompre mais nous avons une urgence sur le dos, lança Samantha.

Le Grand Conseil Tok'ra se présentait sous la forme de membres assis en arc de cercle par rapport à la Grande Salle. Au centre de cet arc, la Reine Egeria dans le corps de la Pangarienne Zenna Valk, scientifique et archéologue et ayant eu comme tâche de traduire le langage Goa'uld sur sa planète d'origine et ayant connu l'équipe SG-1 dont Samantha Carter faisait partie à l'époque. Zenna s'était portée volontaire avec grande joie pour être l'hôte d'Egeria et l'opération avait été un succès vu l'état physique du symbiote. Le processus avait permis d'annuler la dépendence de Zenna à la Tretonine...

-Que nous vaut cette interruption Samantha? Tu sais bien que nous sommes en plein débâts.

Jolinar prit rapidement le relais:

-Nous le savons bien ma Reine, cependant, nous avons reçu un message de la part du Général O'neill et ce n'est pas du tout bon à entendre. Les Goa'ulds ont encore frappé et très fort cette fois-ci. Je préfère laisser Samantha mieux vous expliquer ce qu'il en est vraiment.

Carter repris le contrôle et lança de nouveau le message de Walter. Après écoute, tout le monde fut surpris d'une telle annonce.

-Les Goa'ulds sont au courant de la fonction de ces appareils d'où leur vol, mais il y a pire que ça.

-Que veux-tu dire? Demanda Garshow de Bellotie.

-Quand j'étais encore membre de SG-1, mon équipe et moi avons eu affaire à un Contrôleur Météo: la Clé de Voute de Madrona. Elle avait été volée par des agents du NID mais il avait fallu quelques heures à peine après le vol pour voir le dérèglement climatique planétaire et même sur Terre nous avons eu affaire à des évènements météorologiques sans raison logique et hors saison. Les planètes reliées à ce type d'appareil peuvent mourir si ce dernier n'est pas présent mais cela ne l'empêche pas de fonctionner en dehors de sa planète d'origine...

-N'importe quelle planète de la Galaxie peut être sous l'influence de cet appareil alors?

-En effet. Les Goa'ulds possèdent à présent une technologie pouvant se transformer en arme d'une puissance redoutable. Il faut à tout pris envoyer deux Tel'tak pour voir si Piramess et Madrona sont toujours-là.

-Nous allons de suite envoyer deux vaisseaux aux coordonnées indiquées, informa Per'sus

-Je préconise une évacuation immédiate de notre planète, ajouta Jolinar.

-Notre monde est hors d'atteinte des Goa'ulds, intervint Anise.

Sam soupira et Jolinar le sentit. Elle aussi commençait en avoir plus qu'assez de son comportement..

-Dois-je te rappelerais que presque tous nos avant-postes ont été récupérés par les Goa'ulds et que si un ou une des notres est capturé(e) ou interrogé(e) sous la torture, il ou elle pourrait parler et révéler notre position?

-Tu sais bien que le symbiote libère sa toxine pour éviter de parler et de trahir les siens.

-Oui mais tu oublies qu'Anubis a développé une technologie capable de contrer ce coup-là.


-Cette technologie a disparu depuis la mort d'Anubis et tous nos agents l'ont certifié, insista l'archéologue Tok'ra.

Jolinar commençait à perdre patience mais ne le montra pas, préférant se tourner vers sa Reine qui comprenait le danger à l'oeuvre, ayant depuis son retour appris à cotoyer les nouvelles générations de symbiote depuis qu'elle avait engendré les premiers il y a plus de deux millénaires. Parmis les jeunes symbiotes, il y avait ceux et celles qui n'étaient pas ses propres enfants: des Goa'ulds ayant déserté pour se ranger du côté de leur nemesis. Leur présence avait énormément permis de porter des coups fatals à l'ennemi, permettant de grandes victoires dans la lutte. Parmis eux, Garshow de Bellotie qui avait reçu le surnom de "Goa'uld le plus recherché de tous les temps" et Jolinar de Malkshur connue parmis les Tok'ras pour ses exploits sans précédent dont celui d'avoir réussi à s'échapper de Netu, la lune servant de prison et appartenant à Sokar, une fuite jugée quasi-impossible à cause des conditions de vie infernales de l'astre lunaire...Grâce à Jolinar, l'exploit fut possible, deux fois en plus lors d'une mission de sauvetage du Tok'ra Selmak, décédé(e) depuis quelques années maintenant...

Parmis tous les Tok'ras présents, Jolinar fut celle qui reçut le plus de missions dangereuses et qui les réussit à chaque fois. Certains croyaient qu'elle avait beaucoup de chances du fait de la difficulté de certaines d'entre elles mais tous confirmèrent qu'elle était devenue avec le temps l'agente de terrain la plus expérimentée de la famille. Avec Samantha Carter comme nouvelle hôte après avoir réussi avec justesse à échapper à un Ashrak, un assassin envoyé par Cronos pour la tuer, son CV déjà fort rempli reçut de nouvelles pages et c'est ainsi qu'elle engrangea encore plus d'expériences, Samantha faisant partie d'une équipe d'exploration la poussant à être sur le terrain pratiquement tous les jours de sa vie humaine... C'est pour cette raison-là qu'Egeria avait décidé de la favoriser en faisant appel à elle pour de l'aide à la prise de décision, des conseils sur la manière de gérer les situations. Egeria avait beau avoir de l'expériences, son enfermement par Râ l'avait empêchée de connaitre la situation galactiqu.e au cours des deux milles années qui suivirent sa capture et son emprisonnement...

-La résurgence des Goa'ulds doit nous pousser à prendre en compte la possibilité qu'ils aient, d'une manière ou d'une autre, réussi à récupérer cette technologie-là. Même si ce n'est pas le cas, la perte de presque tous nos avant-postes serait un point de départ pour qu'ils nous trouvent. Je ne peux pas prendre le risque de tout perdre en restant ici.

-Mais...

-Elle a raison Anise, coupa Per'sus. -Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre ainsi.

-Je suis d'accord, soutint Garshow, qui connaissait bien l'esprit tenace des Goa'ulds à chercher et à trouver ce qui leur mettait en rogne...

-Nous connaissons des planètes non découvertes par les Goa'ulds qui pourraient faire l'affaire. Elles ont des dispositifs et des systèmes de défense créés par les Anciens. Certains ne peuvent être activés que si une personne a leur gêne et au sein de certaines équipes SG, c'est le cas, dit Jolinar.

-Bien, dans ce cas, commençons de suite l'évacuation. Per'sus, envoyez deux Tel'tak pour voir si Piramess et Madrona sont toujours-là.

-Et pour Osiris? Demanda Anise

-Ce qui est fait est fait Anise. Concentrons-nous sur ce qui se passe maintenant. La réunion est terminée.

Tout le monde se leva et s'inclina devant la Reine avant de quitter la salle. Jolinar resta un moment et Egeria vint à sa rencontre:

-Merci ma Reine.

-Inutile Jolinar. J'ai senti ton exaspération face à Anise.

-Vous savez comment elle est...

-En effet...


La fameuse réplique de Teal'c les fit sourire ce qui poussa Jolinar à demander une confirmation:

-Vous voulez que je l'appelle n'est-ce pas?

-Il serait d'une aide importante pour l'évacuation.

-D'accord...


Soudain, un tremblement de terre se fit sentir et des morceaux du plafond commencèrent à tomber!

-Qu'est-ce que...

Des explosions et des cris se firent entendre et un Jaffa entra. Jolinar réagit à la seconde en pointant le P-90 de Sam mais l'intrus mis une main devant lui, l'autre portant sa lance activée.

-Ne tirez pas! Ne tirez pas!

-Arkas! Que se passe-t-il? Demanda la Reine, paniquée.

-Nous sommes attaqués par les faux dieux! Certains bâtiments viennent déjà d'être détruits!

-Qu'en-est-il des vaisseaux?

-Certains ont pu partir à la volée mais d'autres ont explosé sur place avec des Tok'ras et des Jaffas à bord!

-La Porte des Etoiles a-t-elle été prise? Intervint Jolinar.

-Pas pour l'instant mais ce n'est qu'une question de secondes avant que... Argh...

Un tir de lance venait de le toucher dans le dos et le Jaffa tomba en avant!

-Finalement elle vient d'être prise! Lança Jolinar qui appuya sur la détente de l'arme, nourrissant les Jaffas hostiles de balles qui tombèrent comme des mouches.

-Jolinar, par ici, vite! Cria Egeria en se dirigeant vers un coin de la Salle.

Elle activa un passage secret dans lequel elle s'engouffra, suivit par son amie qui canardait l'ennemi.
Courant à travers le dédale, elles réussirent à sortir de la Pyramide mais Jolinar envoya une grenade pour sauter le passage et créer un éboulement afin de piéger les Jaffas à l'intérieur et boucher l'accès extérieur.

Elles virent alors de nombreux Planeurs de la Mort frapper les alliés et les To'kras qui tentaient de résister veinement, ou alors endommager des petits feu de camps. C'était un carnage, l'ennemi était sans pitié dans la destruction: d'autres bâtiments tombèrent, frappés de plein fouet par les Planeurs...

-Il faut qu'on se replie dans les tunnels, c'est le seul moyen que nous avons pour échapper aux Goa'ulds! Proposa Jolinar

-Impossible, regarde! Contra la Reine.

Egeria lui montra alors un groupe de Jaffas se regrouper autour d'un point dans le désert quand des Anneaux de Transports surgirent du sol pour les téléporter à l'intérieur!

-C'est une blague?!

-Les tunnels sont indétectables mais seul un traitre peut amener l'ennemi à trouver les accès!

Elles virent un immeuble encore debouts avec des feux nourris.

-Il semblerait que les notres là-bas aient besoin d'aide!

-Oui. Cela nous permettra aussi d'avoir un abris temporaire.

-Tenez ma Reine, prenez cela
, dit Jolinar en lui tendant son Zat. -Courrons!

Elles franchirent toute la zone sur laquelle elles étaient à découvertes en évitant comme elles purent d'être touchées par les tirs des Planeurs de la Mort. Arrivées à l'entrée du bâtiment, elles tirèrent sur les Jaffas ennemis qui furent surpris et commencèrent à être déstabilisés. Cela permis aux alliés de finir le travail. Les deux amies s'engouffrèrent dans le bâtiment, protégés par les autres et s'assirent au fond de la salle d'entrée ayant été amenagé en bunker de forture...

-Ma Reine, vous êtes vivante! S'exclama la Tok'ra que Jolinar et Sam avaient vu précédemment.

-En effet Anara! Quelle est la situation? Où sont les autres membres du Conseil?

-Très mal! Les Goa'ulds nous ont attaqué par surprise et les tunnels ont été envahis. Per'sus et Garshow sont introuvables et il se pourrait qu'Anise ait été capturée selon certains de nos alliés Jaffas mais ce n'est pas encore sûre. Malek et Delek sont partis en éclaireur pour voir si d'autres Tok'ras et Jaffas amis seraient encore dans les tunnels mais coincés.

-La Porte des Etoiles a été prise mais peut-être qu'on peut la récupérer? Suggera Jolinar.

-Impossible, la Porte est très bien gardée et un vortex extérieur vient juste d'être ouvert.

-Trente-huit minutes à attendre avant de tenter une nouvelle connexion, Informa Jolinar.

-Nous ne sommes pas assez nombreux pour tenter un passage en force, prévint Anara, inquiète.

-Je sais... Qu'en est-il des vaisseaux? Il doit forcément y en avoir dans les hangars.

-Les hangars ont été détruits en premier, répondit un des Jaffas allié, présent sur place.

-L'ennemi savait exactement où frapper. La personne responsable de la libération d'Osiris est forcément parmi eux, nota Anara.

-Oui mais il y a plus urgent: comment faire pour s'échapper: nous n'avons pas de vaisseaux et la Porte est dangereusement gardée. Conclut Egeria. -Des suggestions?

-Déjà, il faut savoir à qui nous avons affaire. Si vous avez abattu un Jaffa ennemi pas loin de notre position, veuillez nous l'apporter. Son symbole pourra nous informer sur l'identité de son Maître ou de sa Maîtresse, dit Jolinar à l'intention du Jaffa qui partit sur le champs accomplir l'action...

Quelques minutes plus tard, un Jaffa mort trôna aux pieds d'Egeria qui reconnut d'un coup d'oeil le tatouage se trouvant sur le front du Jaffa:

-Anat.... Souffla-t-elle, surprise.

-Un problème ma Reine? Demanda Anara.

-Ce symbole appartient à Anat, mais c'est impossible, elle a été enfermée dans une Jarre par Râ en personne, son propre père...

-Quoi?! Anat est la fille de Râ?! Questionna, sous la stupeur, Jolinar.

-Oui et c'est une Reine Goa'uld, répondit-elle, laissant sans voix les personnes présentes...


En orbite autour de la planète, dans le vaisseau Ha'tak, dans la salle principale, Anat, Reine Goa'uld et meneuse de l'attaque surprise, se tenait fièrement droite devant la grande vitre.

-Je veux à tout prix Egeria. Trouves-là et amènes-là devant moi, ordonna-t-elle au traitre Tok'ra.

-À vos ordres ma Déesse, dit-il en posant un genoux à terre. Il s'inclina bien en avant pour montrer son allégeance, sa loyauté et son statut de serviteur avant de se remettre debout et quitter le vaisseau pour accomplir sa mission...

À suivre...
Répondre

Revenir à « Fan Fictions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit