Guenièvre

Le contenu de cette fiche est canon.
Guenièvre
Mythologie
Légendes arthuriennes
Nom
Guenièvre
Autres noms
Guenivere, Gwenhyvar
Famille
Épouse légitime du roi Arthur Pendragon
Fonction(s)
Reine de Bretagne

Présentation

Guenièvre est, dans les légendes arthuriennes, l'épouse du roi Arthur Pendragon et la fille du roi Léodagan de Carmélide. Devenue reine de Bretagne, son enlèvement par Méléagant, et sa relation adultère avec Lancelot du Lac provoquent la chute du royaume de Logres et des chevaliers de la Table ronde.

Figure archétypale de la dame courtoise, fée déesse, Guenièvre est un personnage secondaire aux multiples facettes, mais également particulièrement effacée, victime de son sort à l'image d'Hélène de Troie. Elle est surtout une figure symbolique, car c'est en l'épousant qu'Arthur conquière une légitimité royale.

A noter que l'origine du nom Guenièvre vient du mot gallois « Gwenhwyvan » qui signifie « blanc fantôme » ou « blanche fée », et que certains récits font d'elle la fille de Gwythyr ap Greidawl, un dieu de l'Autre Monde de la mythologie celtique galloise.

Histoire

Fille du roi Léodagan de Carmélide, Guenièvre, appelée Gwenhwyfar dans les textes gallois médiévaux, apparaît pour la première fois sous le nom de Gennuvar dans un texte latin, la Vie de Gildas de Caradoc de Lancarvan, qui laisse deviner une légende celtique antérieure : Melwas, roi du Pays du Midi, emmène l'épouse d'Arthur dans son château de la Cité de Verre ; après une année de quête, Arthur l'assiège et reconquiert la reine. Néanmoins, la Triade galloise cite trois Gwenhwyfars possibles comme épouse d'Arthur, respectivement filles de Cywryd de Gwent, de Gwythyr ap Greidawl et de Gogrfan Gawr. Selon Geoffroy de Monmouth, elle était descendante d'une grande famille romaine et ne fut pas élevée par ses parents mais devint pupille de Cador de Cornouailles, son cousin dans le Roman de Brut.

Évolution du personnage de Guenièvre au fil des siècles

Son personnage s'étoffe à partir du XIIème siècle dans la littérature proprement dite, chez Chrétien de Troyes par exemple, qui répond peut-être aux attentes d'un public de dames nobles de la cour de Marie de Champagne intéressées par les personnages féminins. L'auteur champenois donne à Guenièvre sa fortune littéraire en utilisant à des fins courtoises la matière de Bretagne. Guenièvre est la dame de la cour d'Arthur ; elle écoute les chevaliers raconter leurs aventures et les inspire. Dans le cycle arthurien, développé sur quelques siècles par de nombreux auteurs, elle apparat tantôt comme un personnage entièrement négatif, faible ou opportuniste, tantôt comme une dame remplie de qualités mais victime de la fatalité.

Guenievre, épouse d'Arthur Pendragon et reine de Bretagne

Chrétien la montre acceptant et refusant l'amour de Lancelot à la manière des héroïnes des romans courtois. Exigeante, Guenièvre accueille d'un front sévère son serviteur coupable d'avoir hésité le temps de deux pas avant de monter pour son service dans la charrette infamante. Désespéré, Lancelot veut se tuer : Guenièvre lui fait alors meilleur accueil et lui accorde toutes ses faveurs. Elle n'en exerce pas moins sur l'amant un empire tyrannique, le contraignant à se laisser vaincre et couvrir de honte en tournoi alors qu'à sa demande il peut remporter toutes les victoires. Chrétien peint avec subtilité cet amour conforme au catéchisme courtois (l'amant doit obéir à toute volonté de sa dame) : avant d'imposer l'épreuve, Guenièvre l'a subie elle-même ; elle est restée fidèle au chevalier, mais se sent coupable vis-à-vis de lui et lui permet de dépasser l'idéal purement chevaleresque pour accéder à de plus hautes régions.

Dans le Lancelot en prose, l'amour de Guenièvre pour Lancelot est plus dramatique et plus douloureux. Adoubant Lancelot chevalier, Arthur oublie de lui donner son épée ; c'est Guenièvre qui le fait à sa place, engageant ainsi désormais le héros dans une double fidélité, à Arthur et à elle-même. Lancelot échouera dans la quête du Graal par la faute de leur amour adultère : c'est l'ascendant de la reine sur lui qui l'éloigne de son ami Galehaut, poussant ce dernier au désespoir. Sans nouvelles de Lancelot pendant une longue séparation, Guenièvre redoute qu'il ne soit mort et veut se tuer ; avertie de l'union de Lancelot avec la fille du roi du Graal (union dont naîtra Galaad) et ignorant qu'un filtre a fait croire à Lancelot qu'il tenait Guenièvre dans ses bras, la reine cède à la jalousie et exile son amant, qui devient fou.

Lancelot and Guinevere par Herbert James Draper (1890)

Dans une autre version, Lancelot, enfermé par Morgane dans l'île d'Avalon, peint sur les murs de sa grotte les images de son amour avec Guenièvre ; ainsi Arthur apprendra-t-il leur culpabilité. À la cour, Guenièvre est faussement accusée d'avoir empoisonné un chevalier, puis apparaît aussi une fausse Guenièvre qui veut usurper la place de la reine et réussit à abuser l'esprit du roi ; à chaque fois, Guenièvre est sauvée par Lancelot, et elle sera encore sauvée du bûcher quand Arthur la condamne pour adultère. Au cours de la guerre qui suit, Lancelot et Guenièvre, repentants, se séparent, et la reine, rendue à son mari, achève sa vie dans la pénitence. Il n'empêche que l'amour qu'elle inspire à Mordred pousse ce dernier à trahir Arthur en guerre contre les Romains sur le continent, et provoque ainsi, avec la ruine définitive de l'Empire, la mort du roi et la disparition de la Table ronde.

Dans les versions plus courantes, c'est après avoir retiré l'épée du rocher que le roi Arthur devint roi de Bretagne, mais de nombreux seigneurs refusèrent de le reconnaître comme leur souverain. Néanmoins, Léodagan, roi de Carmélide, qui avait servi Uther Pendragan, avait de très bonnes relations avec le roi Arthur et fut parmi les premiers à le reconnaître comme souverain. Lorsque ce dernier accourut à son aide, il rencontra sa fille Guenièvre, et ils s'éprennent l'un de l'autre avant de se marier. Néanmoins, l'arrivée du chevalier Lancelot du Lac à la cour bouleversa cette union, c'est le coup de foudre immédiat entre les deux amants et le début d'une relation adultère qui ne sera découverte que plus tard par le roi

L'enlèvement de Guenièvre et chute de la Table ronde

Dans le roman «Lancelot, le chevalier à la charrette» de Chrétien de Troyes, la reine Guenièvre fut enlevée par un chevalier renégat appelé Méléagant par l'intermédiaire de Mordred qui l'emmena dans le royaume sans retour, mettant en péril le royaume du roi Arthur. Néanmoins, ce n'est pas ce dernier qui vient la secourir, mais Lancelot qui partit à la poursuite des ravisseurs. Cela permet à Chrétien de Troyes de mettre en scène l'adultère de la reine qui fut traité pour la première fois dans ce poème. En effet, les deux amants ne peuvent résister à leur amour lors de leur retour du pays de Gorre, et Mordred en profita pour révéler la duperie et la trahison de Lancelot au roi Arthur, obligeant celui-ci à condamner publiquement la reine.

Premier baiser de Lancelot et Guenièvre entre 1404 et 1460

En effet, sous les conseils de Mordred, Arthur dut se résoudre à accepter l'exécution de la reine Guenièvre au bûcher, bien qu'il y était totalement réticent. Lancelot ayant promis de sauver la reine avec l'aide de sa parentèle, Arthur fit protéger le site de l'exécution par les autres chevaliers. Néanmoins, le jour de l'exécution, Lancelot apparut à cheval, tua de nombreux chevaliers de la cour du roi Arthur, dont Gaheris et Gareth, frères de Gauvain pour sauver Guenièvre. Lancelot désarçonna même le roi et le menaça de son épée, mais refusa de le tuer. Il prit la fuite avec Guenièvre et Arthur leur pardonna par la suite, bien que Gauvain le poussa à poursuivre Lancelot en France où il s'était réfugié.

Plus tard, lorsque le roi Arthur fut contraint de se rendre sur le continent afin de combattre l'empereur de Rome, celui-ci laissa Guenièvre à la garde de Mordred. Mais à peine le roi parti, ce dernier révéla ses intentions de s'emparer du trône et d'épouser Guenièvre de force avant de l'enfermer dans une tour. Cependant, apprenant les nouvelles, Arthur retourna en Bretagne, confronta Mordred lors de la bataille de Camlann et tua son propre fils, mais il fut lui-même fut mortellement blessé par ce dernier. Alors qu'il fut emmené par Morgane à Avalon, Guenièvre décida de se retirer dans un couvent à Amesbury pour la faute qu'elle avait commise afin d'y finir ses jours. Lancelot lui rendit visite une dernière fois et se promirent de ne plus jamais se voir, car ils comprirent que c'est leur amour qui avait précipité la Table ronde et le royaume dans le chaos.

Épisodes reliés