Dédale

Le contenu de cette fiche est canon.
Dédale
Mythologie
Grecque
Nom
Dédale
Autres noms
Daidalos
Fonctions
Forgeron, inventeur, architecte

Présentation

Dédale est un célèbre personnage de la mythologie grecque, principalement connu pour être un inventeur, un sculpteur, un architecte, un forgeron dont le talent était exceptionnel. Fils d'Eupalamos, ou Métion et d'Alcippé, et père d'Icare, cet athénien était un descendant de la famille royale issue d'Érichthonios.

Artison d'Athènes mythique, il fut le meilleur sculpteur et peintre de cette cité grecque ainsi qu'un fabuleux ingénieur détenteur d'une inépuisable fécondité d'esprit qui permit, d'après les Athéniens, à l'art attique de progresser. Son génie esthétique et son ingéniosité technique furent loués par nombres d'auteurs, latins et grecs.

Parmi ses nombreuses inventions, on retrouve notamment le labyrinthe qui abrita le Minotaure, les bains du roi Cocalos et le simulacre de vache construit pour la reine Pasiphaé. Son nom, qui signifie en grec « ingénieux », désigna par extension un lieu où il est difficile de trouver son chemin.

Histoire

D'après les versions les plus courantes, Dédale était le fils d'Eupalamos, lui-même fils de Métion et fils d'Érechthée, ce qui le rattache à la famille royale d'Athènes. Néanmoins, Diodore inverse la filiation : Dédale est dit fils de Métion et petit-fils d'Eupalamos, alors que Pausanias lui attribue un père nommé Palamaon. De plus, chez Apollodore et Tzétzès, la mère de Dédale s'appelait Alcippé alors que selon d'autres c'est Mérope, ou encore Iphinoé. Toutefois, bien que de nombreux auteurs antiques lui attribuent des parents différents, il est généralement admis que Dédale appartenait à la maison royale d'Athènes.

Dédale, forgeron, inventeur et architecte athénien

À Athènes, Dédale était un homme reconnu pour son ingéniosité et son talent artistique qu'il tenait soit de ses divins aïeux soit de sa mère. Il devint le précepteur de son propre neveu, Talos, fils de sa sœur Polycasté, eux aussi descendants de la déesse Athéna. Néanmoins, l'apprenti dépassa très rapidement le maître en habileté alors qu'il n'était âgé que de douze ans. En effet, un jour, Talos ramassa la mâchoire d'un serpent et, s'étant aperçu qu'il pouvait l'utiliser pour couper un bâton en deux, il fit la même en fer et ainsi inventa la scie. Cela, ajouté à d'autres inventions telles que le compas, lui assura une très grande réputation à Athènes, et Dédale, qui prétendait avoir lui-même forgé la première scie.

Jaloux de la réputation de son élève, Dédale conduisit Talos sur le toit du temple d'Athéna sur l'Acropole et lui indiqua du doigt quelque chose au loin avant de brusquement le jeter dans le vide. Dédale se hâta de descendre au bas de l'Acropole et enfouit le cadavre de Talos dans un sac, avec l'intention de l'enterrer en secret. Pris en flagrant délit au moment d'enterrer le corps, Dédale fut traduit en justice et banni de la ville d'Athènes par l'Aréopage pour meurtre. Cependant, et malgré sa jalousie, il n'aurait jamais fait de mal à Talos s'il ne l'avait suspecté de rapports incestueux avec sa mère Polycasté.

Dédale et Icare. Bas-relief de la villa Albani, Rome

Selon Ovide, dans les Métamorphoses, ce même neveu se nommait Perdix. Tout comme dans la version précédente, le jeune homme inventa la scie et le compas, et son oncle jaloux décida de le jeter du haut de la tour de Pallas, et prétexta un accident. Pour le protéger, et par pitié pour Perdix, la déesse Athéna le transforma en oiseau du même nom et poursuivit Dédale de sa colère. Ce dernier fut également jugé pour ce crime et banni d'Athènes. Il se réfugia dans une ville de l'Attique, dont les habitants furent appelés Dédalides d'après son nom ; puis, à Cnossos, en Crète, où le roi Minos fut heureux d'accueillir un artiste aussi habile.

Dédale au service du roi Minos

À la demande du roi Minos, roi de Crète, Dédale réalisa de nombreux ouvrages, mais la première requête faite à l'inventeur fut celle de la reine Pasiphaé, la femme de Minos. En effet, lorsque Minos se ravisa au moment d'offrir un magnifique taureau blanc en sacrifice à Poséidon, le dieu de la mer, cela éveilla chez Pasiphaé une passion amoureuse pour ce taureau pour punir Minos de son arrogance. La reine demanda alors à Dédale de lui créer un simulacre de vache en bois, afin de se glisser à l'intérieur et ainsi s'accoupler avec le taureau, victime du leurre. De cette union naquit le Minotaure, une créature monstrueuse mi-homme, mi-taureau.

C'est alors que Minos commanda à Dédale la création d'un labyrinthe afin de cacher le Minotaure. Ce lieu, composé d'un enchevêtrement de salles et de couloirs extrêmement complexe, fut construit de telle sorte que personne ne puisse en sortir et dont le seul moyen de s'en échapper vivant était de dérouler un fil de laine et de le suivre jusqu'à la sortie. Ainsi, lorsque Thésée débarqua en Crète, Dédale donna la solution à Ariane, la fille du roi Minos, et fabriqua le fil afin que cette dernière puisse aider le héros athénien à tuer le Minotaure et à sortir du labyrinthe. Furieux de cette traîtrise en favorisant les amours d'Ariane et Thésée, Minos enferma Dédale et son fils, Icare, dans le labyrinthe.

Fuite de l'île de Crète

Condamné dans sa propre construction, Dédale eut l'idée de créer des ailes faites de plumes et de cire, afin que lui et son fils quittent le labyrinthe par les airs. Avant leur envol, alors qu'il fixait les ailes d'Icare, il lui dit très ému : « Mon fils, prends garde, ne vole pas trop haut car le soleil ferait fondre la cire, ni trop bas, car les plumes seraient mouillées par les embruns de la mer. » Ils avaient laissé derrière eux Naxos, Délos et Paros sur la gauche, et dépassaient Lébynthos et Calymnos sur la droite et tandis que Dédale respectait ses propres conseils, Icare, au contraire, enfreignant les ordres de son père, s'éleva et monta toujours plus haut, tout heureux de se sentir porté par ses grandes ailes.

La Chute d'Icare, de Peter Paul Rubens (1636)

Mais la chaleur du soleil finit par faire fondre la cire, Icare, ayant perdu ses ailes, tomba dans la mer et se noya dans un espace maritime qui porte aujourd'hui son nom. Ainsi, lorsque Dédale se retourna, il ne vit plus son fils, mais dans la mer au-dessous de lui, des plumes flottaient sur les vagues. Il tournoya dans les airs autour de l'endroit jusqu'à ce que le cadavre fût remonté à la surface puis il le porta dans l'île voisine, appelée aujourd'hui Icaria, où il l'enterra. Dédale, continuant de voler vers l'ouest, s'arrêta à Cumes, près de Naples. Là, il dédia ses ailes à Apollon, ou à sa mère pour lui pardonner son affront, et lui construisit un temple avec un toit d'or.

Une autre version de la fuite existe chez Pausanias, mais celle-ci est bien moins restée dans les esprits que la chute d'Icare. Dans cette tradition, Dédale et son fils s'enfuirent de Crète par la voie des mers. Ils échappèrent à Minos en ajoutant une voile à leur navire, ce qui jusque-là ne s'était jamais fait. Ainsi, les soldats de Minos ne parvinrent pas à les rattraper, ne possédant que des vaisseaux à rames. Icare trouve là encore la mort dans ce périple, ne sachant bien entendu, pas gouverner. Emporté par les flots, il échoua sur l'île de Samos, qui était alors sans nom. Héraclès trouva et reconnut son corps. Il lui fit une sépulture ce qui explique le nom donné à la mer qui longe l'île.

Dédale au service du roi Cocalos

Par la suite, Dédale se rendit à Camicos (actuellement Agrigente) en Sicile, où il fut très bien reçu par le roi Cocalos. Il vécut là, parmi les Siciliens, entouré d'honneurs, et construisit de beaux édifices. Entre-temps, furieux par la fuite de Dédale, Minos décida de tout mettre en œuvre pour le retrouver et rassembla une flotte importante dans sa recherche de l'inventeur. Pour cela, il eut alors l'idée de lancer un défi que seul un homme comme Dédale pouvait réussir et promit une forte récompense à celui qui réussirait à faire passer un fil dans les spirales d'une coquille d'escargot.

Arrivé à Camicos, il proposa la coquille au roi Cocalos qui, intéressé par la récompense, demanda à Dédale de lui indiquer la façon de procéder. Bien entendu, Dédale découvrit un moyen en attachant un fil très léger à une grosse fourmi. Il fit un trou au sommet du coquillage et attira la fourmi dans les spirales en enduisant de miel les bords du trou. Puis, il attacha le fil à l'autre extrémité et tira. Cocalos rendit la coquille enfilée et réclama la récompense. Néanmoins, Minos était maintenant certain d'avoir trouvé le lieu où se cachait Dédale et demanda au roi Cocalos que l'inventeur lui soit livré.

Mosaïque représentant Dédale, Pasiphaé et le triomphe de Dionysos

Cependant, le roi Cocalos refusa de le lui livrer, ce qui provoqua une guerre entre la Sicile et la Crète. Selon une tradition différente, le roi Cocalos, qui ne voulait pas trahir les lois de l'hospitalité et que ses filles ne voulaient pas perdre Dédale car ce dernier leur avait confectionné de si beaux jouets, aurait tendu un piège à Minos. Cocalos fit mine de l'inviter pour lui livrer Dédale et le convia à partager le bain de ses trois filles. Mais Dédale fit passer un tuyau dans le plafond de la salle de bains, par lequel elles firent couler de l'eau bouillante (autre version avec de la poix) sur Minos qui se délassait dans son bain et qui mourut ébouillanté.

Toutefois, Cocalos, qui ne voulait pas non plus être impliqué dans le complot, renvoya le cadavre aux Crétois en disant que Minos s'était pris les pieds dans un tapis et était tombé malencontreusement dans une cuve d'eau bouillante. Les gens de la cours de Minos l'enterrèrent en grande pompe et Zeus en fit un juge des Morts au Tartare, avec son frère Rhadamanthe et son ennemi Eaque. Quant à Dédale, il quitta la Sicile pour retrouver Iolaos, neveu et conducteur du char d'Héraclès de Tirynthe, qui se rendit en Sardaigne à la tête d'un corps d'armée composé d'Athéniens et de Thespiens. Beaucoup de ses édifices ont paraît-il, survécu jusqu'à nos jours en Sardaigne ; on les appelle les Dédalies.

Épisodes reliés
Stargate Atlantis
Encyclopédie
Vaisseaux