Janus

Le contenu de cette fiche est canon.
Janus
Mythologie
Romaine
Nom
Janus
Fonctions
Dieu des commencements et des fins, des choix et des portes
Temple(s)
Janus Bifrons, Janus Quadrifrons
Date de célébration
1er Janvier

Présentation

Janus est le dieu des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes dans la mythologie romaine. Il est l'un des plus grands, et l'un des plus anciens, dieux du panthéon romain, et possède même une certaine prééminence sur le dieu suprême, Jupiter.

Janus aurait abordé l'Italie avec une flotte et se serait établi dans le Latium, où il aurait fondé une ville, qui prit son nom de Janicule. Il aurait régné sur le Latium et accueilli Saturne chassé des cieux. Pour le remercier, Saturne donna à Janus le don de la « double science », celle du passé et celle du futur

Janus est généralement représenté sous l'apparence d'un homme âgé et barbu avec deux visages opposés (« bifrons »), l'un tourné vers le passé et l'autre tourné vers le futur. Il est la divinité gardienne des portes, parce que toute porte regarde de deux côtés et ouvre sur deux possibilités.

Ainsi, lors d'une déclaration de guerre, les Romains ouvrent solennellement les portes de son sanctuaire situé sur le forum de Rome, pour indiquer que le dieu est parti combattre, et les referment en temps de paix, pour montrer que le dieu a réintégré son sanctuaire et protège la cité de Rome.

Peu à peu, les attributions de Janus ont pris une extension considérable suite à l'extension de Rome et de l'Empire romain. Il est devenu le dieu du commencement de toutes choses et est célébré le 1er janvier. Son mois, Januarius (« janvier »), marque le commencement de la fin de l'année dans le calendrier romain.

A noter que Janus est un dieu de premier rang dans la hiérarchie religieuse romaine, le seul avec Jovis - Jupiter et Mars - Marspiter à être qualifié de « Dieu le père », Januspater.

Histoire

Contrairement aux autres dieux romains, tels que Mars, Diane ou Jupiter, Janus ne fut jamais assimilé à une divinité issue d'une autre culture, et serait, selon certains mythographes, indigène à Rome, où il aurait autrefois régné avec Camèse, un roi mythique dont on ne connaît guère que le nom. Néanmoins, bien que Janus serait une divinité purement originaire d'Italie, les Romains se sont toutefois inspirés de nombreux éléments issus d'autres sources mythologiques afin d'inventer l'histoire de cette divinité.

Cependant, d'après certains auteurs antiques, Janus serait un dieu étranger originaire du pays des Perrhèbes, peuple de Thessalie, qui habitait sur les bords du Penée. Devenu adulte, Janus équipa une flotte et s'exila à Rome où il aurait été accueilli favorablement par le roi Camèse, qui aurait partagé son royaume avec lui. Janus aurait alors bâti une cité sur la colline qui aurait pris le nom de Janicule, d'après celui du dieu. Venu en Italie avec sa femme et sœur appelée Camisa, il aurait eu des enfants et notamment Tiber, l'éponyme du Tibre.

Statue du dieu Janus aux deux visages, représentant le passé et le futur.

Plus tard, après la mort de Camèse, Janus régna seul sur le Latium ; et c'est lui qui accueillit Saturne (Cronos), chassé de son trône en Grèce par son fils Jupiter (Zeus). Janus lui fit l'accueil le plus favorable, et l'associa même à sa royauté. Alors que Janus régnait sur le Janicule, Saturne régnait sur Saturnia, un village situé sur les hauteurs du Capitole. Saturne, par reconnaissance, lui accorda le don de se remémorer le passé et de prévoir l'avenir. Après sa mort, Janus fut mis au rang des dieux.

Les traditions relient ainsi le règne de Janus à un état de prospérité de l'Italie, semblable à l'âge d'or des Grecs, (honnêteté parfaite des hommes, abondance, paix profonde, etc), et placent le dieu à la tête de toute civilisation. On prétend que ce fut lui qui apprit aux peuples de cette contrée à vivre en société et leur donna des lois. Parmi les découvertes qui lui sont attribuées figurent aussi l'art de la navigation et l'impression de la monnaie. Ainsi, les plus anciennes pièces de bronze romaines portaient au droit l'effigie de Janus, et le revers représentait une proue de bateau.

Les différentes attributions du dieu Janus

D'autres mythes se souviennent que Janus était le dieu des commencements; il était le promoteur de toute initiative et, d'une façon générale, ils se plaçaient à la tête de toutes les entreprises humaines. Alors, il n'y avait qu'un pas pour que les Romains lui attribuent un rôle essentiel dans la création du monde. Il passa pour le dieu des dieux, Janus Pater. Ovide relata que Janus s'appelait Chaos à l'époque où l'air, le feu, l'eau et la terre ne formaient qu'une masse. Lorsque les éléments se séparèrent, Chaos prit sa forme de Janus; ses deux visages représentent la confusion de son premier état.

Ovide nous raconte encore que Janus était représenté avec deux têtes ou au moins avec deux visages. Il nous dit que ce ne fut qu'au moment de la séparation des éléments qu'il prit la forme d'un dieu; que tout ce qui existe, le ciel, la terre, les mers, sont ouverts et fermés de sa main; qu'il est l'auteur de toutes les révolutions; qu'à sa volonté la paix et la guerre règnent tour à tour; qu'il préside aux portes du ciel de concert avec les Heures; que c'est par lui que Jupiter lui-même retourne à sa place.

Janus, dieu des commencements et des fins, des choix et des portes.

On attribue également à Janus un miracle qui sauva Rome de la conquête sabine. En effet, au temps où Romulus et ses compagnons avaient enlevé les femmes sabines, Titus Tatius et les Sabins attaquèrent la cité nouvelle. Or, une nuit, Tarpéia, la fille du gardien du Capitole, livra la citadelle aux Sabins. Ceux-ci escaladèrent les hauteurs du Capitole, et ils étaient sur le point de contourner les défenseurs quand Janus fit jaillir devant les assaillants une source d'eau chaude qui les effraya et les mit en fuite.

De ce fait, pour commémorer ce miracle, on décida de laisser toujours ouverte, en temps de guerre, la porte du temple de Janus situé sur le forum de Rome, afin que le dieu puisse à tout moment se porter au secours des Romains. On ne la fermait que si la paix régnait sur l'Empire de Rome. Mais entre le règne de Numa et celui d'Auguste elles ne furent fermées que deux fois. De plus, le premier jour du mois et le premier jour de l'année lui étaient consacrés (d'où Janvier que Numa fit passer de la 11ème place à la première).

Janus passait aussi pour avoir épousé la Nymphe Juturne, dont le sanctuaire et la source se trouvaient non loin de son propre temple, sur le forum romain. Il aurait eu avec elle un fils, le dieu Fons, ou Fontus, dieu des sources. On lui donne aussi comme épouse Venilia qui est une divinité associée aux vents et à la mer. Selon Virgile et Ovide, elle était une nymphe, la sœur d'Amata et l'épouse de Janus (ou Faunus) avec qui elle eut trois enfants, Turnus, Juturne et Canens.

Les temples de Janus

Il y avait à Rome plusieurs temples de Janus; les uns dédiés à Janus Bifrons, les autres à Janus Quadrifrons. Ces derniers, que l'on a commencé à construire après la prise de Falères (Faleries), étaient à quatre faces, avec une porte et trois fenêtres à chaque face. Les quatre côtés et les quatre portes exprimaient sans doute les quatre saisons de l'année, et les trois fenêtres les trois mois de chaque saison. Varron dit aussi qu'on avait érigé à Janus douze autels par rapport aux douze mois. Ces autels étaient hors de Rome, au-delà de la porte du Janicule.

On rapportait l'institution du culte de Janus soit à Romulus lui-même, soit au roi Numa, qui aurait élevé à Janus le premier temple qui devait être ouvert pendant la guerre et fermé pendant la paix ; ce rite s'observait aussi dans le temple de Janus qui fut élevé sur le Forum, lors de la première guerre punique, par C. Duilius et qu'Auguste réédifia. Les portes du temple de Janus furent rarement fermées : une fois sous Numa, trois fois sous Auguste, puis sous Néron, Marc-Aurèle, Commode et Gordien III, et au IVe siècle.

Vestiges de l'arc de Janus (Janus Quadrifrons) à Rome.

On ne connaît pas précisément le motif de cette coutume. Mais une légende la rapportait à une porte de Rome appelée Januale; elle était située sous le mont Viminal, et avait reçu ce nom à l'occasion d'un prodige survenu à cette porte par la protection de Janus. Macrobe et Ovide rapportent que les Sabins de Tatius, faisant le siège de Rome, avaient déjà atteint la porte qui est sous le mont Viminal; cette porte, qu'on avait bien fermée aux approches de l'ennemi, s'ouvrit tout à coup d'elle-même jusqu'à trois fois, sans qu'on puisse venir à bout de la fermer.

Une femme romaine, séduite par des bijoux, montra aux Sabins le chemin de la citadelle. Mais Janus - à qui il appartient d'ouvrir un passage aux fontaines - fit jaillir à l'instant de son temple (ou de l'endroit où l'on élèvera justement ce temple) une si grande quantité d'eau bouillante, que plusieurs des ennemis furent engloutis ou brûlés, le reste prit la fuite.

Source : http://www.cosmovisions.com/$Janus.htm

Épisodes reliés
Stargate Atlantis