Phénix

Phénix
Mythologie
Grecque
Nom
Phénix
Autres noms
Phoenix
Fonction
Oiseau légendaire

Présentation

Le phénix, dont le nom signifie en grec ancien « rouge sang », est un oiseau légendaire doté d'une grande longévité et qui est caractérisé par son pouvoir de renaître de ses propres cendres après s'être consumé dans les flammes.

Cet animal fabuleux, parfois appelé « oiseau de feu », est présent dans de nombreuses mythologies à travers le monde, et symbolise le cycle de mort, la résurrection, et plus généralement l'immortalité.

Histoire

L'origine du mythe du phénix provient de l'Égypte antique, plus précisément de la cité d'Héliopolis, dans laquelle était vénéré le Benu, un oiseau semblable au héron, associé au dieu solaire Ra. D'après la légende, cet animal fut le premier être à sortir de l'Océan primordial et se retrouva perché sur le premier morceau de terre, une toute petite île. Cette créature fantastique comprenait qu'il était nécessaire de se renouveler de temps en temps pour acquérir une plus grande sagesse et pour cela, elle suivait un processus très méticuleux. Mais ce n'est qu'à partir du Vème siècle avant J.C. que le grec Hérodote rapporte, d'Héliopolis, la légende du Benu sous le nom de « phénix », qui signifie « rouge sang » en grec.

En effet, cet oiseau fabuleux vénéré par les Grecs fut longuement décrit par certains auteurs de l'Antiquité comme étant semblable à un aigle royal au plumage éclatant de couleurs chatoyantes, et possédant au vol lent et majestueux. Bien que le phénix était capable de vivre plusieurs siècles, celui-ci était incapable de perpétuer sa race parce qu'il n'existait pas de femelle de son espèce. Ainsi, tous les 500 ans, lorsqu'il sentait sa mort proche, il édifiait un nid de plantes aromatiques (bâtons de cannelle, branches de chêne, tubéreuse et myrrhe) et d'herbes magiques sur un haut sommet, loin et isolé de tout, au centre duquel il s'installait après y avoir mis le feu.

Alors que sa combustion durait trois jours, de ces cendres renaissait un nouveau phénix, plein de force et de pouvoir, qui transportait son nid et les restes de son père à Héliopolis dans le temple du Soleil, pour initier ainsi un nouveau cycle et par la même offrir de l'inspiration au peule égyptien. A ce pouvoir de renaître de ces propres cendres, s'ajoutent également celui de lire dans le cœur des hommes et celui de déceler tous ceux dont les intentions sont impures. Pour les anciens grecs ou égyptiens, le phénix, dont la perfection est telle qu'il n'en existe qu'un seul, était le symbole de l'immortalité de l'âme, ou même de l'année qui renaît aussitôt après avoir terminé son temps.

Le Phénix, l'oiseau de feu légendaire capable de renaître de ses propres cendres

Plus tard, le mythe du phénix se retrouve à travers diverses légendes associées à des oiseaux fabuleux issus de la mythologie perse (le Simurgh ou Rokh), chinoise (le Fenghuang), amérindienne (l'Oiseau-tonnerre) ou aborigène en Australie (l'Oiseau Minka). Chez les romains, le phénix était le symbole de la force vitale éternelle de l'Empire, et certaines pièces de monnaies étaient d'ailleurs frappées à son effigie. Le côté mystique du phénix perdura au cours des âges, depuis la religion antique égyptienne, où l'âme du mort devient Phénix, jusqu'au Moyen âge où le phénix est le symbole de la résurrection du Christ.

Dans la tradition juive, le phénix est le seul oiseau n'ayant pas mangé du fruit interdit et a reçut la vie éternelle pour cela, tandis qu'au Japon, cet animal incarne l'esprit élémentaire du feu. D'après Rabi Yanay, le Phénix connaît une période de mille ans au terme de laquelle le feu jaillit de son nid et le consume, ne laissant qu'un œuf dont il grandit de nouveau. La mythologie chinoise se servit également de cet oiseau fantastique en lui donnant une nature androgyne, à la fois mâle et femelle : le Phénix était, par conséquent, l'incarnation de la félicité et de l'harmonie suprêmes, le mythe platonicien enfin réalisé.

Plus tard, le Phénix devint chez les Hohenzollern un ordre de chevalerie, symbolisant la pérennité de cette famille impériale germanique qui avait donné à l'Allemagne plusieurs empereurs. Cet ordre, réservé d'abord à la famille impériale, a été par la suite étendu aux membres de la noblesse qui avaient accompli pour elle des services éminents et avaient ainsi contribué à son immortalité. Après 1789, les émigrés qui servaient dans l'armée du prince de Condé reçurent cette décoration et formèrent une sorte de compagnie, celle de la langue française de l'ordre du Phénix, jusqu'en 1815, date à partir de laquelle l'ordre attribué trop facilement tomba en déshérence.

Au fil des siècles, la science ésotérique et alchimique s'intéressa également au phénix. Le héron pourpre de l'Égypte où était né le mythe serait le symbole de l'œuvre au rouge qui caractérise la régénération du monde, c'est à dire l'allégorie au soleil levant. Cette tradition se retrouve chez les taoïstes chinois qui appelaient le phénix oiseau de cinabre, parce que le cinabre est le terme littéraire du sulfure rouge de mercure.

Épisodes reliés
Stargate Atlantis
Encyclopédie
Vaisseaux