Mine du système de Tobin

Catégorie :
Le contenu de cette fiche est canon.
Mine du système de Tobin
Culture(s)
Tobin
Type
Explosif
Longueur
3,10 m
Hauteur
1,50 m
Poids
650 kg
Charge explosive
Deutérium
Puissance maximale
2,3 mégatonnes
Vitesse moyenne
Environ 6500 m/s

Présentation

Ces mines spatiales sont des armes de défense conçues par les Tobiens, une civilisation autrefois composée d'êtres humains technologiquement avancés, dans le but de protéger leur monde des attaques venant de l'espace.

Unique héritage de cette civilisation disparue, plusieurs centaines de milliers de ces mines flottent toujours en orbite de l'ancienne planète-mère des Tobins au sein d'un territoire spatial considéré comme neutre par les Goa'ulds.

Au cours de l'année 2000, l'un de ces dispositifs fut reprogrammé par les membres de l'équipe SG-1 et Jacob Carter afin de faire échouer les négociations d'alliance entre les seigneurs goa'ulds Heru'ur et Apophis.

Fonctionnement

D'une longueur de 3,10 mètres pour 1,50 mètre de haut, les mines tobiennes sont des armes de défense automatiques créées par les Tobiens il y a plusieurs milliers d'années dans le but de protéger leur monde et de repousser d'éventuels envahisseurs venant de l'espace. Elles sont composées de six éléments : un boîtier principal en forme de sphère dorée, des moteurs à inertie, deux plaques de détecteurs, une unité centrale, une charge explosive et un générateur à deutérium.

Le boîtier extérieure de la mine, muni de deux extensions en forme de demi-lune de chaque côté de la structure, est composé de titane, d'or et de carbone, et est entièrement dépourvue de la moindre forme d'écriture, et notamment d'idéogrammes phéniciens. Toutefois, un interrupteur sous la forme d'une croix inscrite dans un cercle est situé sous le dispositif et permet d'accéder aux systèmes de commande de la mine.

La fonction d'une mine tobienne est de cibler les sources d'énergie déterminées, comme celles produites par les armes d'origine goa'ulds. Ainsi, lorsqu'une mine détecte une source d'énergie, elle se dirige vers la cible et peut exploser à son contact ou à son approche selon son réglage. Néanmoins, d'après un manuel technique écrit en caractère phénicien récupéré par les Tok'as, les mines peuvent être reconfigurées et piloter pour cibler une source d'énergie spécifique.

Pour cela, il est nécessaire d'accéder au panneau de contrôle de l'appareil et d'ouvrir une section à quatre panneaux afin d'atteindre la console de programmation. Une série de symboles représentant les fréquences auxquelles la mine réagit doit être effacé en entrant une combinaison codée de différentes couleurs et actionnée par un interrupteur lumineux rotatif à six branches.

La rotation de l'interrupteur de deux tours vers le bleu à droite, puis trois vers l'orange à gauche et à nouveau deux tours vers le bleu, réinitialise le dispositif de détection de la mine. Néanmoins, lorsqu'une mauvaise combinaison est entrée, le panneau de contrôle émet des flashs verts et l'utilisateur a moins de cinq minutes pour entrer une nouvelle séquence sous peine de provoquer la mise à feu de la mine. De plus, l'armure de l'appareil est également piégée et peut déclenché l'explosion de la mine au moindre contact.

D'un poids de 650 kilos, les mines tobiennes sont équipés d'un système d'inertie sophistiqué situé à l'extérieur du boîtier principal dans deux extensions en forme de demi-lune, les rendant ainsi insensibles aux effets de la gravitation. Elles sont donc perpétuellement en mouvement et se repositionnent de façon aléatoire au sein d'un vaste champ en orbite de la planète des Tobins à une vitesse moyenne d'environ 6500 m/s.

A noter que les mines tobiennes sont propulsées par un générateur alimenté au deutérium qui sert également de charge explosive. Bien que la force de déflagration de la mine diminue avec le temps, celle-ci peut atteindre une puissance maximale de 2,3 mégatonnes.

Histoire

Il y a plusieurs milliers d'années avant la création du programme porte des étoiles, une civilisation composée d'êtres humains technologiquement très avancés, appelés les Tobins, construisirent un vaste champ de mines spatiales autour de leur monde afin de se protéger d'éventuelles attaques venant de l'espace. Toutefois, pour des raisons inconnues, les Tobins disparurent mystérieusement en ne laissant comme unique héritage plusieurs centaines de milliers de dispositifs explosifs flottants en orbite de leur planète.

Plusieurs siècles plus tard, au cours de l'an 2000, lorsque le seigneur Heru'ur envisagea de former une alliance avec Apophis contre les Grands maîtres, celui-ci proposa à son rival de se rencontrer dans le système de Tobin, un territoire neutre considéré comme neutre par les Goa'ulds, afin de négocier une trêve et ratifier leur alliance. Les Tok'ras transmirent alors cette information à à Jacob Carter et aux membres de l'équipe SG-1 dans l'espoir que ces derniers seraient capables de faire échouer les négociations entre les deux seigneurs goa'ulds.

Alors que SG-1 et Jacob Carter planifièrent d'utiliser l'une des mines tobiennes, le docteur Jackson fut capable de traduire un manuel technique écrit en caractère phénicien permettant de reprogrammer l'une d'entre elle et de la diriger vers une source d'énergie déterminée. Jacob précisa qu'un agent infiltré à bord du vaisseau d'Apophis devait activer un émetteur capable d'attirer la mine afin qu'elle s'écrase sur le vaisseau amiral d'Apophis et ainsi simuler une attaque de la part du goa'uld Heru'ur, provoquant du même coup l'échec de l'alliance.

Quelque temps plus tard, lorsque les membres de SG-1 arrivèrent dans le système de Tobin à bord d'un Tel'tak, Jacob Carter pilota le vaisseau cargo au sein du champ de mines spatiales et ajusta la vitesse de l'appareil dans le but de téléporter l'une d'entre elle grâce aux anneaux de transport. Bien que le major Carter et le docteur Jackson ne remarquèrent aucune inscription sur la surface du dispositif au premier abord, la militaire terrienne finit par découvrir un interrupteur situé sous la structure principale, permettant d'accéder aux systèmes de commandes de la mine tobienne.

Une fois le panneau de contrôle ouvert, le major Carter et le docteur Jackson découvrirent une série de différents symboles représentant les fréquences auxquelles la mine réagissait, et utilisèrent alors un mécanisme d'activation rotatif pour reprogrammer la séquence à l'aide du manuel tobien. Néanmoins, au cours de l'opération, Jacob Carter évita de justesse une autre mine spatiale qui passa à proximité du vaisseau cargo en veillant à ce que celle à bord du Tel'tak n'entre pas en contact avec les parois de l'appareil sous peine d'exploser.

Cependant, lorsque le major Carter entra la séquence du manuel tobien traduite par le docteur Jackson, celle-ci déclencha malgré elle un compte à rebours, ne laissant que cinq minutes à l'équipe pour corriger leurs erreurs avant l'explosion de la mine. Alors qu'il resta moins d'une minute à l'équipe pour trouver la solution, le major Carter parvint à la déduction que les Tobiens avaient connaissance du chiffre zéro, contrairement aux Phéniciens, et réussit à déverrouiller le mécanisme de la mine en retranchant la combinaison de un chiffre par rapport à la traduction du manuel tobien.

Après avoir entré la nouvelle fréquence et refermé le panneau de contrôle, Jacob Carter téléporta la mine tobienne dans l'espace qui flotta à nouveau parmi les autres dispositifs explosifs. Néanmoins, au moment où les membres de SG-1 tentèrent d'intercepter le faisceau de matière des anneaux de transfert entre les deux vaisseau-mères goa'ulds dans l'espoir de sauver Teal'c, l'agent de la tok'ra infiltré à bord du vaisseau amiral d'Apophis activa le dispositif de guidage et la mine tobienne reprogrammée s'écrasa sur ce dernier.
 

Pensant qu'il s'agissait d'une attaque de Heru'ur, Apophis contacta celui-ci pour lui faire part de sa trahison. C'est alors qu'une dizaine de vaisseaux Ha'tak équipés d'un dispositif de camouflage optique apparurent autour du vaisseau amiral d'Apophis près du champ de mines et celui-ci détruisit le vaisseau-mère de Heru'ur en quelques tirs d'armes à énergie. Bien que les mines tobiennes ne dirigèrent vers le vaisseau amiral d'Apophis, les autres vaisseaux de classe Ha'taks ouvrirent le feu pour protéger la retraite du seigneur goa'uld hors du système de Tobin.

Plusieurs années plus tard, au cours de l'année 2006, un champ de mines spatiales similaire à celui autrefois créé par les Tobins fut utilisé par l'Alliance lucienne dans le but de tendre une embuscade à l'Odyssée dès sa sortie de l'hyperespace près d'une étoile à neutron. Ainsi, à peine arrivé près de l'astre, le vaisseau terrien tomba sous le feu de trois vaisseaux de classe Ha'taks et le colonel Emmerson ordonna au major Marks d'effectuer une manœuvre de retraite. Néanmoins, l'Odyssée se dirigea malgré lui vers un champ de mines spatiales qui endommagea sérieusement les boucliers et provoqua la capture de l'équipage par l'Alliance lucienne.

Source : Fascicules Stargate la collection DVD Numéro 26

Épisodes reliés