L'armée de terre française en danger ?

Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

Quelle place pour l'armée terrestre française en 2013 ?

Image

La perspective de la parution du nouveau livre blanc, dans un contexte de crise économique, fait craindre de nouvelles coupes dans des forces armées au format déjà considérablement réduit depuis 2008. Mais si l'on a beau se désoler de ces nouvelles restrictions budgétaires dont on ne connaît pas encore exactement l'amplitude (avec le spectre de fermetures de baseset d'unités), il faut également se rendre à l'évidence : sans doute est-il plus que temps de repenser nos modes d'action, avec des moyens réduits et sachant que nos ambitions à l'échelon mondial seront probablement similaires à ce qu'elles sont déjà. C'est d'autant plus vrai pour l'armée de Terre. A la suite de l'opération "Harmattan" et alors que l'on s'achemine vers la fin des opérations en Afghanistan, grandes sont les craintes de coupes déséquilibrés, visant davantage l'armée de Terre que les autres armées.

L'heure est donc à l'innovation conceptuelle, d'autant que si la puissance de feu de nos adversaires tend à s'accroître, les logiques de milieu (zones urbaines et montagneuses notamment) induisent également des contraintes fortes.





Y a-t-il un mouvement de décadence ?

Quelle(s) solution(s) ?




Désormais première force terrestre d'Europe, l'armée de Terre est également primus inter pares en France tant par ses effectifs que - traditionnellement - par son poids institutionnel. Arrivant au bout du processus de modernisation post-guerre froide, handicapée par divers reports de programmes, elle s'apprête à entrer dans un nouveau cycle d'acquisitions devant l'amener jusqu'en 2030-2040.


Chiffres :

Budget de défense fr (en milliards d'euros, pensions inclues)

2009: 39,2
2010: 39,2
2011: 38,4
2012: 38,3
2013 (Projet loi de finance) : 39,43


Forces actives en 2011 (Total : 341 967)

dont 130 600 dans l'armée de Terre

Réservistes (Total : 73 686)

dont 18 500 dans l'armée de Terre

Personnels civils : 72 901

dont 20 600 dans l'armée de Terre

(DSI)
Dernière modification par Everett le 13 mai 2014, 11:37, modifié 1 fois.
brian norris
Avatar de l’utilisateur
Général et vainqueur des pronos foot 2015
Messages : 2887
Inscrit : 06 avr. 2010, 16:11
Pays : France
Lieu : L.A.

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par brian norris »

Article intéressant. j'ai acheté un HS de DSI sur ce sujet mais je l'ai pas encore lu. Je donnerais probablement plus d'idées quand ça sera le cas.

En attendant, je dirais qu'il n'y a pas vraiment de danger dans le sens ou c'est un long processus de baisse du niveau de l'armée de Terre. Là ou l'armée de l'air (qui a perdu groupes de chasse sur groupes de chasse) a en partie comblé ce manque par le saut qualitatif du Rafale (et bientôt l'A400M) et à moindre degré les dernières évolutions des Mirage F1 et 2000 (manque l'A330 MRTT) et surtout la Marine (Horizon, Fremm, CdG, Mistral, EDA-R, Barracuda), l'ADT n'a pas renouvelé grand chose et a du mal à passer le cap de la professionnalisation. Pourtant il y a eu 70.000 soldats qui sont passés par l'Afgha ...

Sinon par rapport à ce que tu as dit, je pense qu'on est la première puissance militaire d'Europe d'un point de vue global. Mais pour ce qui est des forces terrestres (je compte pas les FS) la Heer me semble avoir une bien meilleure puissance malgré sa taille et son manque d’expérience générale.
Dernière modification par brian norris le 11 janv. 2013, 23:23, modifié 1 fois.
"Sais-tu que Flaubert voulait écrire un roman sur le néant? S'il t'avait connue, on aurait eu un grand livre. Quel dommage."
-Jep Gambardella, La Grande Bellezza
cab 44500
Avatar de l’utilisateur
Sergent
Sergent
Messages : 54
Inscrit : 15 déc. 2012, 22:21
Pays : france

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par cab 44500 »

De toutes façon l'armée française disparaîtra quand elle fusionnera avec les autres armées européennes.
arim
Avatar de l'utilisateur
Brigadier Général
Brigadier Général
Messages : 1084
Inscrit : 04 févr. 2011, 18:40
Pays : france

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par arim »

Aujourd'hui, quelle est l'utilité de l'armée de Terre ?
Pour moi, c'est juste une force de maintient de la paix.
Dès lors, il me semble normal que cette armée "dégraisse" pour laisser plus de moyen à l'armée de l'air & la marine nationale qui représente une force de frappe beaucoup plus impressionnante, tant lors de combats avec l'aviation que pour la dissuasion avec les sous-marins.

tout dépend donc de la place que la France veut se donner dans les prochaines décennies: une force de frappe au début des conflits (les deux autres corps à privilégier) ou une force de stabilisation, maintient de paix & aide aux pays en difficulté. Parce qu'avec la rigueur budgétaire qui doit s'installer pour longtemps histoire d'apurer les comptes de l’État, il va falloir choisir entre un type de puissance ou une armée polyvalente mais peut-être moins efficace.

Une mutualisation des forces armée des pays de l'UE (possible en cas d'avancée politique, hors RU) pourrait renforcer l'armée française, la plus expérimentée & la plus puissante des tous les pays de l'UE hors RU. Mais ce paragraphe n'est que de la fiction, donc à zapper
Blackeagle
Avatar de l’utilisateur
Général
Général
Messages : 3813
Inscrit : 08 mai 2010, 14:17
Pays : Origine

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Blackeagle »

Il n'y a aucun danger pour l'armée de terre. Et en temps de crise, il est normal d'en réduire les effectifs (n'oubliez pas que les effectifs varient en fonction de la situation géopolitique et économique) et la France n'est nullement en guerre face à une autre nation. Elle peut donc réduire ses effectifs et redéfinir son budget sans crainte. Moins d'hommes ne veut pas dire puissance militaire inférieure. D'autres pays européens n'ont pas un armée immense mais maintient un haut niveau de présence à l'échelle internationale (Italie par exemple).

Donc non, dire que l'armée de terre va à la perte est faux car une armée ne se résume pas à ses effectifs, ni à son budget. Avoir une politique intelligente paie.
CITATION Une mutualisation des forces armée des pays de l'UE (possible en cas d'avancée politique, hors RU) pourrait renforcer l'armée française, la plus expérimentée & la plus puissante des tous les pays de l'UE hors RU
Ah ? L'armée de terre française/britannique n'est pas la plus puissante si l'on se base sur la force brute. Les allemands ont une force terrestre écrasante, la plus écrasante d'Europe (vraiment les seuls qui sont capable de tenir un front face à un pays qui dispose d'une force au sol comparable à l'URSS). Les italiens/espagnoles ont des effectifs légèrement plus réduits mais se déploient très rapidement, sont très expérimentées et peuvent en l'occurrence stopper et repousser une avancée ennemie. Et pour les italiens, ces dernières années, ils ont gagnés énormément en expérience par de nombreux déploiements sur des théâtres extérieurs.

L'armée de terre française est en revanche la plus polyvalente d'Europe mais désolé pour toi la puissance d'une armée ne se résume pas à sa polyvalence. Ni d'ailleurs à sa mobilité ou à sa force brute. Détrompe-toi mais une armée aussi petite que l'armée belge peut infliger pas mal de dégâts. Les allemands en ont fait les frais dans les ardennes...

Moralité de la chose ? Dans le domaine militaire, faut arrêter de parler en effectif, budget, puissance, etc. L'art de la guerre répond à des critères tactiques et non statistiques. Celui qui permet de gagner une guerre, c'est le commandant. Et si celui-ci est trop confiant, peu importe la puissance de son armée, il perdra la bataille.

Et la mutualisation des armées arrivera, il y a déjà un gros travail de coopération en R&D pour des systèmes comme FELIN etc. Avant de "mutualiser" une armée, on commence par les technologies et le savoir-faire (échange d'officiers).
Dernière modification par Blackeagle le 12 janv. 2013, 19:52, modifié 1 fois.
Il n'y a que deux erreurs que l'on puisse commettre sur le chemin de la Vérité : ne pas aller jusqu'au bout, et ne pas s'y engager.
-- Siddharta Gautama Shakyamuni

[Blackeagle]La CSB agit dans l'ombre pour éclairer le monde.
[Rufus Shinra]Elle agira dès qu'elle aura retrouvé sa lampe de poche, en fait.
[Blackeagle] Réplique collector :D
CCA
Avatar de l'utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2244
Inscrit : 28 févr. 2011, 14:23
Pays : France

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par CCA »

Pour le moment l'armée de Terre française, a un nouveau terrain d'entrainements et de manoeuvres, c'est en Afrique et au Mali. :P
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Rufus Shinra »

CITATION (Blackeagle,Samedi 12 Janvier 2013 20h01) Moralité de la chose ? Dans le domaine militaire, faut arrêter de parler en effectif, budget, puissance, etc. L'art de la guerre répond à des critères tactiques et non statistiques. Celui qui permet de gagner une guerre, c'est le commandant. Et si celui-ci est trop confiant, peu importe la puissance de son armée, il perdra la bataille.
Comme indiqué sur l'autre topic (celui des avions), ce qui gagne une guerre, c'est pas la tactique, mais la logistique. Toute la tactique et les armes hi-tech du monde sont inutiles si tu ne peux pas amener à l'endroit et au moment voulu le nombre d'unités nécessaires pour ton plan. C'est là où la France s'illustre par rapport à ses collègues européens : elle a une capacité de projection.

L'Allemagne peut avoir une force écrasante, mais le souci, c'est qu'elle ne peut la faire combattre qu'en Centre-Europe. Donc pour tous les pays en-dehors de cette zone, elle est un non-facteur au niveau militaire. Le RU et la France, en revanche, sont des éléments avec lesquels presque toute la planète doit compter. Pas autant que les U.S., certes, mais quand même, ils peuvent intervenir un peu partout sans avoir à former une coalition au préalable.

Celui qui n'a pas la logistique n'a pas la mobilité et la flexibilité et se retrouve donc instantanément privé de l'initiative dans tout conflit.
Dernière modification par Rufus Shinra le 16 janv. 2013, 23:31, modifié 1 fois.
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

CITATION (Rufus Shinra,Jeudi 17 Janvier 2013 00h47)
CITATION (Blackeagle,Samedi 12 Janvier 2013 20h01) Moralité de la chose ? Dans le domaine militaire, faut arrêter de parler en effectif, budget, puissance, etc. L'art de la guerre répond à des critères tactiques et non statistiques. Celui qui permet de gagner une guerre, c'est le commandant. Et si celui-ci est trop confiant, peu importe la puissance de son armée, il perdra la bataille.
Comme indiqué sur l'autre topic (celui des avions), ce qui gagne une guerre, c'est pas la tactique, mais la logistique. Toute la tactique et les armes hi-tech du monde sont inutiles si tu ne peux pas amener à l'endroit et au moment voulu le nombre d'unités nécessaires pour ton plan. C'est là où la France s'illustre par rapport à ses collègues européens : elle a une capacité de projection.

L'Allemagne peut avoir une force écrasante, mais le souci, c'est qu'elle ne peut la faire combattre qu'en Centre-Europe. Donc pour tous les pays en-dehors de cette zone, elle est un non-facteur au niveau militaire. Le RU et la France, en revanche, sont des éléments avec lesquels presque toute la planète doit compter. Pas autant que les U.S., certes, mais quand même, ils peuvent intervenir un peu partout sans avoir à former une coalition au préalable.

Celui qui n'a pas la logistique n'a pas la mobilité et la flexibilité et se retrouve donc instantanément privé de l'initiative dans tout conflit.
Euh Rufus, certes la logistique est quelque chose de primordiale. Mais une bonne armée, c'est lorsqu'elle est capable d'avoir une bonne logistique et une bonne stratégie. Bref, en terme d'image, je te renvoie au fameux graphique du marché du travail : entre l'offre et la demande. C'est une question d'équilibre !

Une fois amené ton matos sur place, c'est bien beau, encore faut-il établir un plan d'action te permettant d'arriver au résultat escompté. Bref, comme tu es scientifique, la formule mathématique est toute simple. La voici :

Bonne armée = Logistique + Stratégie
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Rufus Shinra »

La stratégie passe bien après la logistique, dans la réalité, et ce, dans tous les sens du terme (que ce soit au niveau du raisonnement ou de la chronologie des opérations). La stratégie va te permettre d'obtenir le maximum de résultats avec les moyens dont tu disposes en utilisant ceux-ci de la manière qu'il faut, à l'endroit qu'il faut, au moment qu'il faut.

La logistique, elle, va te dire ce que tu vas avoir.

Un stratège de génie, s'il n'a qu'une douzaine de clampins avec rien de plus que ce qu'ils portent sur leurs épaules, il n'ira pas très loin. Il pourra faire du combat asymétrique, mais ça a ses limites.



Il faut bien comprendre que, lorsque la logistique suit derrière, la stratégie n'est plus un défi quelconque. Un général moyen écraserait sans grande difficulté un grand stratège s'il y a un gros différentiel logistique. Parce que si le stratège prévoit plusieurs coups à l'avance, le logisticien pourra agir, observer et réagir infiniment plus vite et plus massivement. On raconte plein de trucs sur les prouesses de certaines unités allemandes pendant la Guerre, tout ça, tout ça. Mais au final, les super chars, les sous-marins qui n'auraient pas à pâlir face à leurs équivalents de 1970, ils peuvent être commandés par des génies du canon ou de la torpille, mais sans carburant, sans pièces détachée, ils ne feront rien. En face, tu as peut-être des GI tout juste sortis du camp d'entrainement, mais s'ils passent un coup de fil, on leur largue assez de munitions et de nourriture pour dix fois leur nombre, on leur amène un détachement d'artillerie, etc., quand ils en ont besoin.

Pour que la stratégie ait une influence dans une guerre, il faut que la logistique soit équivalente des deux côtés. Quand ce n'est pas le cas, tu peux peut-être gagner la bataille, mais toutes les batailles se feront chez toi parce que tu ne peux pas amener le combat à l'ennemi, ce qui est assez douloureux, quand on y pense.




L'armée avec la plus grande logistique sera celle qui aura le plus d'options pour agir. S'il le faut, elle mènera un siège pour affamer son ennemi grâce à ses réserves de carburant et de nourriture. Sinon, elle contournera et encerclera son ennemi avec ses moyens de transport. Sinon, elle enverra plus de navires que l'ennemi n'a de torpilles. Une armée sans logistique sera limitée à un choix très étroit de solutions tactiques et stratégiques, donc vaincue à l'avance.
Dernière modification par Rufus Shinra le 17 janv. 2013, 00:17, modifié 1 fois.
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
Blackeagle
Avatar de l’utilisateur
Général
Général
Messages : 3813
Inscrit : 08 mai 2010, 14:17
Pays : Origine

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Blackeagle »

CITATION (Rufus Shinra,Mercredi 16 Janvier 2013 23h47)
CITATION (Blackeagle,Samedi 12 Janvier 2013 20h01) Moralité de la chose ? Dans le domaine militaire, faut arrêter de parler en effectif, budget, puissance, etc. L'art de la guerre répond à des critères tactiques et non statistiques. Celui qui permet de gagner une guerre, c'est le commandant. Et si celui-ci est trop confiant, peu importe la puissance de son armée, il perdra la bataille.
Comme indiqué sur l'autre topic (celui des avions), ce qui gagne une guerre, c'est pas la tactique, mais la logistique. Toute la tactique et les armes hi-tech du monde sont inutiles si tu ne peux pas amener à l'endroit et au moment voulu le nombre d'unités nécessaires pour ton plan. C'est là où la France s'illustre par rapport à ses collègues européens : elle a une capacité de projection.

L'Allemagne peut avoir une force écrasante, mais le souci, c'est qu'elle ne peut la faire combattre qu'en Centre-Europe. Donc pour tous les pays en-dehors de cette zone, elle est un non-facteur au niveau militaire. Le RU et la France, en revanche, sont des éléments avec lesquels presque toute la planète doit compter. Pas autant que les U.S., certes, mais quand même, ils peuvent intervenir un peu partout sans avoir à former une coalition au préalable.

Celui qui n'a pas la logistique n'a pas la mobilité et la flexibilité et se retrouve donc instantanément privé de l'initiative dans tout conflit.
Indeed. Et tu me connais suffisamment pour savoir que quand je parle de tactique, la logistique est comprise dans cette notion. Tu ne peux dissocier les deux, la tactique ne peut exister sans la logistique.

Une logistique trop étirée peut causer la perte d'une armée (il faut donc être très prudent face aux considérations logistiques aussi). Lors de l'intervention US en Irak, le général Schwarzkopf a eu quelques difficultées à ce niveau, inhérent avec le choix de la blitzkreig.

Plus une ligne logistique est distendue, plus le risque de subir une contre-offensive cuisante est grande. D'une certaine façon, le choix de la logistique influence le choix tactique mais l'inverse est tout aussi vrai. La tactique va influer sur la logistique en termes d'hommes, d'équipement, de déploiement. Un bon stratège n'est pas un tacticien ni un logisticien, c'est une combinaison des deux. Schwarzkopf était un excellent tacticien, probablement le meilleur que nous avons eu du 20-21e siècle mais en 91, il a failli bloquer l'avance de ses troupes car pressé par plusieurs considérations géopolitique qui l'ont empêché de faire attention au ravitaillement.

La logistique ne peut être dissociée de la tactique, c'est un fait. L'un dépendant de l'autre.

Pour l'armée de terre (et l'armée française dans sa globalité), elle est en effet celle qui possède la capacité de projection la plus importante. Cela la rend la plus efficace. Mon propos étant de montrer à arim que la force d'une armée ne réside pas dans sa mobilité ou sa force (de ce fait, il est faux de considérer les Allemands/UK/FR/... comme les plus puissants), mais dans sa capacité de causer des dégâts par la bonne utilisation des moyens dont elle dispose. Offre une telle logistique à l'armée belge, italienne, allemande,... Elles auront toutes la même efficacité. Etire les lignes, par abus de confiance et elles s'écrouleront toutes. La tactique ne réside pas dans le nombre de chars, la technologie ou l'expérience mais dans leur bon emploi. ;)



En gros, peu importe que l'armée de terre réduise son budget. Du moment qu'elle l'exploite bien, cela ne s'en ressentira pas sur les opérations.
Dernière modification par Blackeagle le 17 janv. 2013, 13:51, modifié 1 fois.
Il n'y a que deux erreurs que l'on puisse commettre sur le chemin de la Vérité : ne pas aller jusqu'au bout, et ne pas s'y engager.
-- Siddharta Gautama Shakyamuni

[Blackeagle]La CSB agit dans l'ombre pour éclairer le monde.
[Rufus Shinra]Elle agira dès qu'elle aura retrouvé sa lampe de poche, en fait.
[Blackeagle] Réplique collector :D
Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

Le Livre blanc de la défense au révélateur de l'opération Serval


Par Alain Ruello | 22/01 | 07:00

D'ampleur limitée, la guerre au Mali révèle néanmoins les manques en matière d'armement.


Même s'ils ne le reconnaissent pas ouvertement, pour nombre d'officiers, la guerre au Mali tombe à point nommé au moment où la commission chargée d'élaborer le Livre blanc de la défense finalise ses travaux. Attendu fin février, le document va faire l'état des lieux des menaces qui pèsent sur la France, mais surtout arrêter le « format », c'est-à-dire les effectifs, de la Grande Muette pour les quinze prochaines années. Dans les rangs, la crainte est grande que l'armée de terre fasse les frais des contraintes budgétaires, au point de ne plus pouvoir intervenir de par le monde.

« Tout commence et tout finit à terre », rappelle sous couvert de l'anonymat un colonel qui veut croire que la guerre au Mali évitera qu'on aboutisse à des scénarios trop « déflationnistes ». C'est peu probable, car l'opération Serval n'est pas suffisamment structurante pour influer sur la corpulence future de l'armée de terre. « On est loin du seuil de chauffe, et encore plus du seuil de surchauffe », confirme-t-on de source proche de la commission.

Les militaires se consoleront peut-être du côté des matériels car cette guerre conforte, si besoin était, certains programmes. Comme en Libye, le manque le plus criant porte sur les avions ravitailleurs. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a promis de commander quatorze A330 cette année. Etant donné l'urgence, les crédits correspondants seront probablement « sanctuarisés » dans la prochaine loi de programmation militaire.

Remplacement des drones

Serval rappelle aussi combien l'A400M fait défaut. Avec le futur avion de transport militaire, l'armée pourrait se déployer trois ou quatre fois plus vite qu'avec ses vieux Transall. Les trois premiers exemplaires sont attendus cette année. In fine, la France n'en commandera peut-être pas cinquante (tout dépendra du format futur de l'armée), mais ils ne manqueront pas pour les prochaines opérations extérieures.

Autre leçon de Serval, même si ce n'est pas une surprise : les hélicoptères sont indispensables, aussi bien pour l'attaque que pour les manoeuvres. Là encore, les crédits ne devraient pas manquer dans la loi de programmation pour continuer à acheter des Tigre et des NH90, même si les calendriers de livraison sont étalés. En sera-t-il de même pour le programme VBMR de remplacement des véhicules de l'avant blindés, les VAB ?
Une partie du parc a été modernisée pour l'Afghanistan, pour renforcer le blindage notamment. Malgré leur âge et même si leur maintenance coûte cher, les VAB feront le travail au Mali. Plutôt que Serval, ce sont les contraintes budgétaires qui décideront.
Jean-Yves Le Drian ne pourra, en revanche, pas retarder la décision sur le remplacement des drones, tant l'opération Serval confirme l'absolue nécessité de disposer de ce moyen de renseignement.


Alain Ruello, Les Echos


A400M - Des commandes qui n'ont cessé de baisser au fil des années...
Spoiler
CITATION Image
Dernière modification par Everett le 25 janv. 2013, 09:59, modifié 1 fois.
Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

CITATION Défense : bases militaires, sous-marins et centres équestres dans le viseur

| Publié le 06.12.2012, 07h43

Image
Mont-de-Marsan (Landes). Plusieurs petites bases militaires comme celle-ci ainsi que celle de Charleville-Mézières (Ardennes) pourraient fermer.

Le Parisien avait dévoilé les pistes évoquées dans le livre blanc de la Défense pour 2014-2019, qui visent à économiser un milliard d'euros par an sur le budget militaire.


Voici les principales pistes d’économies qui tiennent la corde dans le livre blanc de la défense.

Diviser par trois le nombre de bases militaires. En janvier 2011, les bases militaires de défense françaises ont été réorganisées autour de 60 sites. L’idée serait d’aller bien plus loin, en rabotant jusqu’à 20, d’où de sacrées économies sur plusieurs budgets (tâches administratives, essence, et… effectifs des états-majors).


Les « petites » bases comme Charleville-Mézières (Ardennes) et Mont-de-Marsan (Landes) sont les premières dans la ligne de mire.

Armée de terre : entre 5000 et 10000 recrues de moins par an.

L’armée de terre, qui recrutait entre 15000 et 20000 hommes par an au début des années 2000, n’en recrutera selon nos informations « que » 10000 en 2012 et 2013. Et le livre blanc devrait encore accentuer cette décrue. Les effectifs fondraient avant tout en Guyane, Nouvelle-Calédonie et Polynésie. La force terrestre « projetable » de 30000 hommes serait, elle, aussi rabotée. La France privilégierait à l’avenir de nouveaux modes opératoires, drones en tête.

Le budget du nucléaire « désanctuarisé ».

Le budget de la dissuasion nucléaire — 3,4 Mds€ en 2012, soit 10% du budget annuel de la Défense — pourrait être revu à la baisse. La France serait notamment susceptible de renoncer aux missiles embarqués sur des chasseurs Mirage 2000 et Rafale (2,6 Mds€ d’économies en quinze ans selon un récent rapport), et même passer de quatre à trois sous-marins nucléaires, ce qui marquerait la fin d’un dogme : entretien de ces sous-marins oblige, la France ne pourrait plus être présente en mer 365 jours par an.

Davantage de membres permanents au Conseil de sécurité de l’ONU.

La France, comme les 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, participe aux opérations extérieures menées sous mandat de l’ONU. Une obligation onéreuse : le montant réel de ces opérations a atteint 1,2 Md€ en 2011, et 870 millions en 2012. Relever le nombre de membres de 5 à 7, voire à 10 membres, permettrait de mieux répartir cette charge. Si le Brésil et l’Inde rêvent de faire partie du club, restera à convaincre d’autres Etats membres réticents.

Le Centre sportif d’équitation militaire de Fontainebleau sur la sellette.

Situé à Fontainebleau (Seine-et-Marne), le prestigieux CSEM forme et entraîne les militaires de l’armée française, afin de participer à des compétitions équestres de haut vol.
Moins de fanfares militaires. Une vingtaine de formations musicales permanentes, employant plus de 1000 musiciens, participent aux cérémonies militaires et se produisent lors de festivals. Leur nombre serait diminué, tout comme celui des dizaines d’écoles de formation des officiers et des militaires du rang.

Des missions externalisées.

Aujourd’hui effectuées par les militaires, certaines prestations (restauration, nettoyage des locaux, entretien des espaces verts, etc.) seraient confiées à un prestataire unique.

Le recours à des sociétés militaires privées ?

Anglais et Américains ont déjà franchi le pas, pas la France. Le tabou serait-il en train de sauter? Les SMP présentent au moins deux avantages : « Ces mercenaires signant un contrat de service, il ne s’agit plus de fonctionnaires, à qui il faudra un jour verser une retraite », détaille un expert militaire. Et puis, « si l’un d’eux se fait tuer, l’impact émotionnel dans l’opinion publique serait moindre ».
brian norris
Avatar de l’utilisateur
Général et vainqueur des pronos foot 2015
Messages : 2887
Inscrit : 06 avr. 2010, 16:11
Pays : France
Lieu : L.A.

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par brian norris »

Vaste programme ...

Je trouve que la dissuasion nucléaire aéroportée est de trop. Elle repose sur des appareils de chasse qui sont tout de même vulnérables comparé à des ICBM et dont l'autonomie est presque uniquement le fait des avions ravitailleurs. Y a qu'a voir le Mali et la Lybie, on est en manque cruel dans ce secteur. Et même si un seul ravitailleur suffisait à un raid d'un rafale équipé d'ASMP, si le rafale peut se défendre plus qu'honorablement, la citerne volante, elle, aura bien du mal à s'approcher d'un territoire ennemi bien défendu (qui sont les seuls à "mériter" la dissuasion nucléaire dans le cas d'absolu nécessité).

Donc bon, économisons es 2.6mds et gardons les 4 SNLE pour la permanence en mer. Même si personnellement je me passerais bien de l'arme nucléaire. C'est d'une vulgarité ...
Sérieusement, une arme de destruction massive, nucléaire ou pas d'ailleurs, est l’apanage de la bestialité. Tout détruire sans aucun discernement. C'est vraiment parce que nous sommes "contraint" que je l'accepte. Mais pour avoir visité l'ex Redoutable à Cherbourg, ça fait froid dans le dos ....
"Sais-tu que Flaubert voulait écrire un roman sur le néant? S'il t'avait connue, on aurait eu un grand livre. Quel dommage."
-Jep Gambardella, La Grande Bellezza
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Rufus Shinra »

Pas d'accord avec toi, brian, sur la dissuasion aéroportée. Celle-ci est une composante intégrante de la doctrine nucléaire française, qui est, il faut bien le rappeler, celui de la première frappe pré-stratégique. Là où les SNLE sont faits pour ne jamais être employés (destruction mutuelle assurée), l'ASMP-A est, au contraire, une arme qu'il est envisageable d'utiliser en cas de crise suffisamment grave.

Il donne une flexibilité supplémentaire au pouvoir politique car il s'agit d'une arme unique dans l'arsenal français, avec un message politique parfaitement clair et annoncé depuis des décennies au monde : il permet de prouver une fois pour toutes que la volonté de tourner la clef est bien présente, mais qu'il est encore temps pour des négociations de dernière minute afin de trouver une solution diplomatique avant de détruire une partie de la planète.

Il s'agit donc d'une arme ayant pour vocation d'être visible par toutes et tous. Les missiles sont de temps en temps sortis lorsque des satellites russes ou U.S. passent au-dessus de la base aérienne les abritant pour rappeler leur statut opérationnel, et leur simple existence transmet un message sous-jacent à n'importe quel déploiement du CdG, à savoir qu'une composante de la force nucléaire est en position.

Loin de tout détruire sans distinction, ce missile est justement conçu pour calmer tout le monde une bonne fois, en donnant un coup suffisamment fort sur la table pour que tout le monde se taise, mais pas suffisamment fort pour faire sauter la maison.

Je pense qu'il est aussi important de rappeler que son emploi n'est pas prévu pour frapper les centres de population ou de décision ennemis, mais davantage des unités militaires sur un éventuel champ de bataille : réaction rapide, capacité de mise à jour de la position de la cible et d'annulation de la frappe jusqu'au largage final, absence complète d'avertissement avant l'activation finale de la charge militaire ce sont des avantages dans ce type de situation, comparé au missile balistique.

Deux outils pour deux fonctions de l'arme nucléaire, complémentaires depuis des décennies dans la doctrine française de l'ultime avertissement.
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

C'est pourquoi je suis extrêmement inquiet sur le contenu du prochain livret blanc. Ces espèces de technocrates qui n'ont pas une réelle vision sur le long terme vont casser (c'est presque certain) le format actuel de notre armée. Le simple fait d'avoir un nouveau livre blanc cinq ans après celui qui mettait à jour celui de... 1994 (!) est un signe de danger.

Le livre blanc de 2008 prenait en compte à la fois des nouvelles menaces en ce début du XXIe siècle et de la crise économique (avec la fermeture d'un certain nombre de bases, la réduction des effectifs dans les trois corps (hors gendarmerie), acquisition d'une nouvelle flotte d'avions de transport, de drones de renseignement (franco-français ou européen) dans un premier temps, le parachèvement de la livraison des hélicoptères pour l'AdT ou encore la rationalisation de l'aviation de chasse... J'en passe !).

Bref, un livre blanc est fait pour être effectif sur une période d'au moins 15 ans. On s'est trop engagé dans les objectifs de 2008 pour repartir sur une nouvelle direction.
brian norris
Avatar de l’utilisateur
Général et vainqueur des pronos foot 2015
Messages : 2887
Inscrit : 06 avr. 2010, 16:11
Pays : France
Lieu : L.A.

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par brian norris »

On a fait la même chose avec les pluton. Ils étaient obsolètes. Et franchement, utiliser une arme nucléaire pour ramener les gens à la raison, ça ne marche pas. L'idée de la réponse graduée, l'utilisation d'arme tactique (le petit manuel US de la guerre froid qui prévoyait d’anéantir des divisions de blindés soviets avec des armes tactiques) ne peut qu'aggraver les choses, même lorsque la dissuasion a échouée.

La réelle manière de prévenir une guerre, c'est con, mais c'est le commerce. Si la Chine attaque le Japon, l'économie mondiale s’effondre et la sienne avec. Avec une économie mondialisée, personne n'a envie de se mettre vraiment sur la gueule. Les pays sont trop dépendants. Par contre des conflits mineurs, alimentés par une industrie de l'armement prospère, ça oui. Et par conflit mineur, ça peut être aussi bien la guerre au Mali que la guerre d'Irak (d'ailleurs maintenant, on voit que les nations ont plus d'appréhension à se lancer dans ce genre d’expédition du fait du prix intrinsèque de ce genre de guerre et du prix derrière sur l'économie (choc pétrolier etc). La seule raison qui poussera peut-être à un conflit majeur sera l'épuisement des sites de ressources actuels et l'émergence d'autres sites. On peut penser à l'arctique notamment.

Quant au signal politique dans une situation "normale" donc révélant encore de la dissuasion, oui c'est vrai que ça un impact. Mais je me rappelle de la crise de Suez. Anglais et français ont fortement déplus aux russes et américains. Les russes ont menacés avec leur arsenal nucléaire. Les américains ont menacé de faire chuter la livre sterling. cette deuxième forme de dissuasion semble très ... dissuasive.
Dernière modification par brian norris le 25 janv. 2013, 20:04, modifié 1 fois.
"Sais-tu que Flaubert voulait écrire un roman sur le néant? S'il t'avait connue, on aurait eu un grand livre. Quel dommage."
-Jep Gambardella, La Grande Bellezza
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Rufus Shinra »

Les plutons étaient basés sur des camions et ne pouvaient, au final, ne toucher que l'Allemagne. Il y a quelques raisons de les supprimer. La composante aérienne, au contraire, peut frapper n'importe où sur Terre. Nuance...

Et il y a une très grosse différence avec les armes tactiques U.S. ou Soviétiques, justement. Là où leurs armes étaient, comme tu l'as dit, "tactiques", les ASMP et Plutons étaient des armes "pré-stratégiques". Dans les faits, il était clairement dit à tout le monde que le moment où l'un d'entre eux était tiré n'indiquait pas juste une escalade vers l'échange global, où on avait donné l'autorisation aux militaires d'utiliser des engins nucléaires.

Non... il indiquait que les politiciens avaient décidé que la guerre était finie.

D'une façon ou d'une autre.


Il n'y avait plus d'autre interprétation, et c'était une annonce officielle : soit vous arrêtez ici et maintenant, soit on se retrouve tous en enfer, parce que les prochains missiles seront pour une campagne d'extermination de la population ennemie.

Les armes nucléaires, en France, n'ont aucune place dans le domaine du combat militaire, au contraire de tous les autres pays, qui ont conçu l'utilisation d'armes nucléaires en combat naval, pour affronter des divisions blindées. Là, c'est un coup d'arrêt et une dernière chance.

Quant à la Crise de Suez, les 'ricains ont surtout dit qu'ils ne hausseraient pas le ton face aux menaces Soviétiques et qu'on était tous seuls sur ce coup. Honnêtement, j'ai infiniment plus peur des dégâts causés par un arsenal nucléaire que par une dévaluation de ma monnaie...
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
brian norris
Avatar de l’utilisateur
Général et vainqueur des pronos foot 2015
Messages : 2887
Inscrit : 06 avr. 2010, 16:11
Pays : France
Lieu : L.A.

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par brian norris »

Tu dis que la composante aérienne peut intervenir partout. Dans l'absolu oui. Dans la réalité non. Pour ce qui est de l'aéronautique navale, nous n'avons qu'un porte-avions donc un vecteur. Donc là fatalement on peut monter les crocs mais on peut pas frapper partout à tout moment (là ou les américains peuvent le faire avec au moins un groupe aéronaval minimum par océan). D'ailleurs, si on continue avec le CdG, c'est devenu sur le tard un très bon bateau, mais en plus d'être seul, si on regarde ses déploiements en opération, il n'a jamais été qu'en Méditerranée et au Moyen-orient. Je n'ai pas mémoire de déploiements dans l'ensemble de l'Océan Atlantique, ni le Pacifique. Et pour ce qui est de la composante de l'armée de l'air, elle aussi ne s'est jamais projetée. Peut-être, je ne sais pas, que nous avons des têtes disponibles en dehors de la Métropole. A Djibouti ou aux Emirats. Mais ça ne couvre qu'une zone déjà "couverte" par la dissuasion du CdG. Ce qui veut dire rien pour la Chine, la Corée du Nord ou l'est de la Russie. Ce qui veut bien dire que la dissuasion repose réellement sur la FOS. Après, avoir des armes pré-stratégique comme tu dis, je comprends le concept du attention la prochaine sera sans retour. Mais elle n'existe dans les fais que sur une petite partie du globe.
"Sais-tu que Flaubert voulait écrire un roman sur le néant? S'il t'avait connue, on aurait eu un grand livre. Quel dommage."
-Jep Gambardella, La Grande Bellezza
Rufus Shinra
Avatar de l’utilisateur
Lieutenant Général
Lieutenant Général
Messages : 2885
Inscrit : 20 févr. 2006, 07:24
Pays : Equestria
Lieu : Voir ci-dessous

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Rufus Shinra »

CITATION (brian norris,Vendredi 25 Janvier 2013 20h34) Tu dis que la composante aérienne peut intervenir partout. Dans l'absolu oui. Dans la réalité non. Pour ce qui est de l'aéronautique navale, nous n'avons qu'un porte-avions donc un vecteur. Donc là fatalement on peut monter les crocs mais on peut pas frapper partout à tout moment (là ou les américains peuvent le faire avec au moins un groupe aéronaval minimum par océan). D'ailleurs, si on continue avec le CdG, c'est devenu sur le tard un très bon bateau, mais en plus d'être seul, si on regarde ses déploiements en opération, il n'a jamais été qu'en Méditerranée et au Moyen-orient. Je n'ai pas mémoire de déploiements dans l'ensemble de l'Océan Atlantique, ni le Pacifique. Et pour ce qui est de la composante de l'armée de l'air, elle aussi ne s'est jamais projetée. Peut-être, je ne sais pas, que nous avons des têtes disponibles en dehors de la Métropole. A Djibouti ou aux Emirats. Mais ça ne couvre qu'une zone déjà "couverte" par la dissuasion du CdG. Ce qui veut dire rien pour la Chine, la Corée du Nord ou l'est de la Russie. Ce qui veut bien dire que la dissuasion repose réellement sur la FOS. Après, avoir des armes pré-stratégique comme tu dis, je comprends le concept du attention la prochaine sera sans retour. Mais elle n'existe dans les fais que sur une petite partie du globe.
Une petite partie du globe quand même relativement large au vu des nombreuses bases dont on dispose un peut partout dans le monde, surtout si tu considère un groupe avec des Rafales ravitaillant le bombardier lui-même.

Bien sûr que la dissuasion principale reste dans la FOS, et je n'ai jamais prétendu le contraire. Mais la flexibilité stratégique offerte par la composante aérienne vaut vraiment ce qu'on la paie, parce qu'elle nous donne des options dans le domaine du nucléaire. Et ça, c'est un luxe que personne d'autre n'a sur Terre et que l'on a uniquement parce qu'on a eu une politique cohérente à ce sujet sur les quarante dernières années : pour tous les autres, l'utilisation d'une arme sur une cible militaire entraine juste une poursuite de l'escalade dans l'horreur. Pour nous, elle a un peu plus de chances de mener à une fin des hostilités par la diplomatie (après un évident tir de représailles en quantité identique sur des cibles militaires françaises, mais c'est la règle).
Effet Papillon :
Un avenir possible, moins sûr et plus complexe pour des galaxies porteuses d'un mélange explosif : vide de pouvoir, héritages vivants et ambitions multiples.
Tomes I et II terminés, Tome III en cours

scifi-fanseries.forumpro.fr
Membre du Club des Anciens et maître Ad Hoc de la mythologie stargatienne.
Spécialiste incontesté du déploiement inapproprié de poneys pastel.

Rangil : Les lois de la logique sont les fesses de tout le monde, Rufus.

Ne cliquez pas sur mon nom !
Everett
Avatar de l'utilisateur
Général et Vainqueur des pronos foot Euro 2016
Messages : 2554
Inscrit : 26 déc. 2008, 19:13
Pays : Hiigara

Re: L'armée de terre française en danger ?

Message non lu par Everett »

Livre blanc sur la défense : un député PS en appelle à François Hollande


Les Echos | 20/03 | 18:55

Gwendal Rouillard, le secrétaire de la commission de la défense de l'Assemblée, fait part à François Hollande de ses fortes préoccupations.


Image
Gwendal Rouillard, député PS du Morbihan et secrétaire de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées. - AFP

Après les sénateurs et les PDG des six plus gros industriels de l'armement français , une autre voix vient de s'élever pour demander à François Hollande de ne pas sacrifier le budget de l'armée, à quelques jours de la publication du nouveau livre blanc de la défense nationale. Et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit de celle de Gwendal Rouillard. Son nom ne fait pas la une des journaux, mais pourtant son appartenance politique (PS, député du Morbihan), et sa fonction à l'assemblée -secrétaire de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées -donne un certaine relief à sa prise de position.
« A l'heure où se déroulent les premières discussions budgétaires, je suis très préoccupé par les scénarii envisagés par Bercy en matière de budget de la Défense », écrit-il à l'adresse du Président de la République. Pour Gwendal Rouillard il est absolument nécessaire pour la France de « garder son ambition stratégique » avec le droit de veto associé à l'ONU. Il serait par ailleurs incohérent de sabrer dans les crédits alors qu'on a décidé d'intervenir au Mali. Enfin, il faut « mettre en cohérence » le projet de Livre Blanc et la future Loi de Programmation militaire. Avant de conclure que les scénarii de Bercy auraient des répercussions « inacceptables » pour l'industrie de la défense française.


Cette énième prise de position en faveur de la Défense risque d'agacer un peu plus à Bercy qui, en endossant le mauvais rôle, a évidemment bien du mal à trouver des relais d'opinion. Elle intervient alors que François Hollande doit réunir normalement un conseil de défense vendredi à l'issue duquel il pourrait arrêter le montant des crédits budgétaires de la prochaine loi de programmation.









CITATION Livre blanc de la Défense: l'opposition soutient Le Drian... mais vise Bercy
   
Nice matin -Publié le 20 mars 2013

Jean-Yves Le Drian a annoncé hier qu'un hommage national serait rendu lundi au sergent-chef Harold Vormezeele.
 

Un coup pour rien... Interrogé ce mercredi à l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement à propos des folles rumeurs concernant le livre blanc, Jean-Yves Le Drian n'a rien appris aux députés UMP.

Vente ou mise sous cocon du porte-avions Charles-de-Gaulle, suppression de 50.000 postes, arrêt du Rafale...  "Il n'a apporté aucune précision. On est dans le flou absolu, a réagit le député toulonnais Philippe Vitel, vice-président de la commission Défense. Sur ce sujet, il y a consensus parlementaire. On le soutient. Il a une parfaite connaissance des armées. Mais nous avons l'impression que Le Drian est seul à se battre pour sauver ce qui peut l'être dans son budget."


Dans la cible du député Vitel ? L'ancien ministère de Jérôme Cahuzac : Bercy.  "Guerre au Mali, otages... Nous devons avoir le souci d'avoir une armée qui tient la route et qui peut mener à bien toutes ces missions. Il faut conserver notre souveraineté et notre sécurité ! C'est ce que nous avons de plus cher. Bercy n'est pas dans cet esprit et n'a qu'une vision arithmétique. La défense ce n'est pas une administration ordinaire." Et d'imaginer un slogan : "La sécurité ça n'a pas de prix".

Un ministre soucieux

"Je l'ai trouvé soucieux, presque résigné", poursuit Philippe Vitel. Jean-Yves Le Drian répondaient ce mercredi à une question du député UMP Yves Fromion (photo ci-dessous), qui réclamait des éclaircissement sur le livre blanc.  "Nous devons faire face aux contraintes budgétaires, a-t-il répondu. Les conclusions du livre blanc seront soumises au président de la République qui tranchera."


François Hollande, chef des armées, doit annoncer ses choix financiers vendredi au cours d'un conseil de défense.  "Il a un arbitrage difficile et délicat à faire, a annoncé aux députés Jean-Yves Le Drian. Nous avons le souci d'avoir une force armée cohérente avec les réalités du terrain et budgétaires."

La future loi de programmation militaire devrait être soumise au Parlement à l'automne prochain.

Va-t-on vendre le porte-avions Charles-de-Gaulle?


Image

Publié le 15 mars 2013 - nice matin

Objectif de ce passage au bassin : redonner du potentiel au fleuron de la Marine nationale, qui a énormément navigué depuis 2010.


Un plan budgétaire draconien serait en préparation au sein du ministère de la Défense. Selon Le Point, une vente du porte-avions Charles-de-Gaulle est à l'étude. Nice-Matin fait... le point.

1. A vendre, porte-avions, récemment révisé...

Telle pourrait être la petite annonce que passera prochainement la France selon des informations du Point.fr. Selon le site web de l'hebdomadaire, les premières fuites sur le futur Livre blanc, qui va déterminer le budget de l'armée, laissent entrevoir un scénario ''apocalyptique'' selon plusieurs militaires. Arrêt du Rafale, suppression de 50.000 postes et... vente du porte-avions Charles-de-Gaulle, actuellement en révision dans le port militaire de Toulon.

LIRE. Le "Charles-de-Gaulle" en cale sèche jusqu'à l'été à Toulon

2. Aucune réaction officielle

Ni oui, ni non... Aussi étonnant que cela puisse paraître, le ministère de la Défense n'a ni démenti ni confirmé ces révélations vendredi. ''Tant que les travaux du livre blanc ne sont pas publiés officiellement, il ne nous appartient pas de commenter une spéculation. La décision sera politique'', indique un représentant de la Marine. Les résultats du livre blanc devraient être publiés d'ici la fin du mois de mars.

3. La France affaiblie sans le Charles-de-Gaulle pour les militaires

Les informations du Point ont fait l'effet d'une bombe dans les milieux militaires. ''La place de la France dans le monde ne serait plus la même. C'est toute l'opérabilité de la Force d'action navale qui serait remise en cause.'', confie un marin en poste à Toulon. ''Ce n'est pas qu'un bateau, c'est un symbole'', poursuit un autre. Avec ses 2.000 membres d'équipages, le Charles-de-Gaulle est un outil de ''projection de puissance''. ''Il peut se rendre au plus près des côtes de tous les pays du monde. C'est un atout considérable que tout le monde nous envie''. Il n'y a que les USA qui – avec la France – maîtrise cette technologie. ''J'ai lu quelque part que l'armée de la France serait comparable à celle du Bénélux. C'est tout à fait ça...''

Image

4. Un ''poisson d'avril'' pour le député Philippe Vitel

''De la galéjade''. ''Un poisson d'avril''. ''N'importe quoi''. Philippe Vitel, député UMP du Var et vice-président de la commission Défense de l'Assemblée nationale n'accorde que ''très peu de crédit'' à une éventuelle vente du porte-avions. ''Oui nous sommes très inquiets car nous savons qu'il y a d'importantes coupes budgétaire pour l'armée. Oui nous avons maintenant la certitude que nous n'aurons jamais un deuxième porte-avions mais il est impensable de vendre le Charles !'', réagit-il.

Même son de cloche chez les sénateurs PS et UMP. Une fois n'est pas coutume, tous les groupes politiques du Sénat ont lancé un appel à François Hollande, chef des armées, pour que le budget militaire de la France soit maintenu à un niveau comparable à celui qu'il est aujourd'hui, soit 30 milliards d'euros.

5. La décision appartient à François Hollande

Spécialiste reconnu des questions de défense, le journaliste Jean Guisnel, qui a sorti l'info dans Le Point, estime que la France se priverait d'un ''outil militaire formidable'' en vendant Le Charles. Mais elle y survivrait... ''Nous pouvons nous en passer. L'Allemagne n'en n'a pas. Le Japon non plus'', avance-t-il. Selon lui, la décision finale appartient à François Hollande. Tiraillé entre la réalité budgétaire et ses choix politiques (guerre au Mali, tentative de libération d'un otage en Somalie), c'est lui qui va devoir trancher. ''Il enverra un symbole fort''.

Image
Dernière modification par Everett le 22 mars 2013, 00:02, modifié 1 fois.
Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité