Merlin

Le contenu de cette fiche est canon.
Merlin
Mythologie
Légendes arthuriennes
Nom
Merlin
Autres noms
Myrddin, Myrdhin, Merzhin, Marzhin, Merlinus, Merilun, Merddin
Pouvoirs spéciaux
Métamorphose, enchantement, divination, commandement des animaux et des éléments

Présentation

Merlin, communément appelé Merlin l'Enchanteur, est un personnage clé des légendes arthuriennes, à la fois prophète, magicien, doué de métamorphose, commandant aux éléments naturels et aux animaux. Sa légende provient à l'origine de la mythologie celtique galloise, et s'inspire certainement d'un druide, mêlé à un ou plusieurs personnages historiques.

Bien que son image première est assez sombre, le présentant comme un « homme des bois » torturé et atteint de folie, Merlin devient, après son introduction dans la légende arthurienne grâce à Geoffroy de Monmouth et Robert de Boron, l'un des personnages les plus importants dans l'imaginaire et la littérature du Moyen Âge.

Désigné également sous les noms de Myrddin en gallois, ou Merzhin en breton, Merlin naît d'une mère humaine et d'un père diabolique, si ce n'est le Diable en personne. Bâtisseur de Stonehenge, il emploie ses sortilèges pour permettre la naissance du Roi Arthur et son accession au pouvoir, grâce à l'épreuve de l'épée des Rois et à la formation de la Table ronde.

Conseiller du roi et de ses chevaliers, il prédit le cours des batailles, influe sur leur déroulement et entraîne la quête du Graal. Homme sauvage proche du monde animal, Merlin se retire régulièrement en forêt pour y rencontrer son scribe et confident, Blaise.

Son histoire connaît différentes fins selon les auteurs, la plus connue étant celle où il tombe éperdument amoureux de la fée Viviane, à laquelle il enseigne ses secrets de magicien. Elle finit par l'enfermer à jamais dans une grotte ou une prison d'air, en usant de l'un de ses propres sortilèges.

Histoire

Naissance et enfance de Merlin

Un jour, le Diable en personne, ou un incube (démon masculin) selon les versions, tomba éperdument amoureux d'une jeune fille et décida de prendre une apparence humaine afin de la séduire. Cette dernière, aussi belle que naïve, était une jeune religieuse et tomba sous le charme du Malin sans connaître sa véritable nature. Néanmoins, alors que celui-ci disparut sans laisser de trace dès le lendemain, la jeune fille découvrit avec effroi quelque temps plus tard qu'elle était enceinte. Ne pouvant même pas révéler le nom du père de l'enfant, puisqu'elle l'ignorait elle-même, elle fut donc condamnée à mort pour hérésie et pacte avec le démon, comme l'exigeaient la loi en cette époque.

Cependant, les ecclésiastiques décidèrent d'attendre la naissance de l'enfant, qui était un être innocent, avant d'exécuter la jeune femme qui fut alors jetée en prison. Neuf mois plus tard, va naître un garçon fort et vigoureux, et déjà très velu, que va nommer Merlin. Néanmoins, vu son apparence répugnante, aucune nourrice n'accepta de l'allaiter et son infortunée mère fut alors autorisée à vivre encore quelque temps, afin qu'elle puisse le nourrir. Les semaines passèrent, puis vint le sinistre jour où le bourreau voulut exécuter la sentence.

La conception de Merlin d'après un manuscrit français attribué à Robert de Boron, XIIIème siècle

C'est alors que se produisit le premier prodige de Merlin. En effet, alors que celui-ci n'avait jusque-là émis que de vagues vagissements tout à fait normaux pour son âge, prit la parole et, devant l'assistance et le bourreau stupéfait, défendit d'une voix assurée sa mère avec une grande éloquence. Après avoir convaincu les jurés, lui et sa mère quittèrent tous les deux la prison et voyagèrent ainsi à travers le monde. Durant sept années, Merlin grandit auprès de sa mère, où il révéla chaque jour, de nouveaux talents prodigieux tels que le don de lire dans la pensée d'autrui, de contrôler les animaux, de lancer des enchantements, ou celui de prédire l'avenir.

Le roi Vortigern et les deux dragons

Cependant, au même moment, en Bretagne la Bleue, aujourd'hui appelée Grande-Bretagne, régnait le roi despotique Vortigern, un ancien sénéchal qui avait usurpé le pouvoir à la mort du roi Constant. Pour cela, il avait dû se débarrasser des deux héritiers légitimes du trône, Constans le jeune et Uther Pendragon. Il avait bien réussi à tuer l'aîné qui était moine, mais le cadet lui avait échappé pour se réfugier sur le continent. Vortigern l'usurpateur vécut alors dans la hantise du retour d'Uther Pendragon et décida de faire construire une tour imprenable pour s'y réfugier en cas d'alerte. Mais, par curieux sortilège, le chantier ne progressait pas, car la tour s'écroulait dès qu'elle atteignait une certaine hauteur.

Mécontent de cet enchantement, le roi Vortigern consulta de nombreux devins afin de trouver pourquoi cette tour s'effondrait perpétuellement. Les oracles du royaume révélèrent alors au roi que pour bâtir sa tour sans problème, il faudrait qu'il mélange le mortier avec le sang d'un enfant né sans père et âgé de sept ans. Aussitôt, des valets d'armes partirent à la recherche d'un tel enfant à travers le royaume. En traversant un village, ils entendirent deux garçon se quereller avec violence, et l'un criait à l'autre: "Né sans père, tu n'es qu'un né sans père!" C'était, bien sûr, Merlin qui, ayant deviné les intentions de Vortigern, s'était arrangé pour se faire insulter de la sorte devant ses émissaires.

Vortigern témoin de la lutte entre le dragon rouge et le dragon blanc. Illustration issue du Historia regum Britanniae.

Néanmoins, pour ne pas être tué sur-le-champ, le jeune Merlin demanda aux chevaliers d'être conduit au palais pour faire d'importantes révélations auprès du roi avant son exécution. Voyant les talents et l'éloquence de l'enfant, Vortigern accepta de l'écouter. Merlin lui apprit deux dragons logeaient sous terre à l'emplacement exact de la future tour et que celle-ci s'écroulait à chacun de leurs mouvements. Tous ricanèrent en écoutant cet enfant qui prétendait en savoir si long sur le mystère de la tour, mais le roi ordonna de creuser le sol, et, à la surprise générale, on y découvrit deux dragons endormis, l'un rouge et l'autre blanc, qui, aussitôt réveillés, s'élevèrent dans les cieux.

Au terme d'un combat féroce, le dragon blanc brûla mortellement le rouge, avant de succomber à son tour à ses blessures. Alors, Merlin expliqua au roi le sens de ce combat symbolique, qui préfigurait un affrontement prochain entre Vortigern et Uther Pendragon. Effectivement, ce dernier débarqua quelques jours plus tard sur les côtes de Grande Bretagne et obtint le ralliement de la population, engendrant une grande guerre dans le royaume. Vortigern se retrancha dans sa tour, mais il fut battu et mit à mort. L'usurpateur, comme le dragon rouge, périt ainsi dans les flammes.

Merlin et la naissance d'Arthur

Par la suite, Merlin devint le conseiller du roi Uther Pendragon, l'éclairant de sa sagesse, et l'aidant par des enchantements à repousser les invasions ennemies. Plusieurs années plus tard, Merlin fut également l'instigateur de la naissance magique du roi Arthur. En effet, lorsque Uther Pendragon tomba éperdument amoureux de la duchesse Ygerne de Tintagel, femme du duc Gorlois de Cornouailles, celui-ci consulta le magicien Merlin qui accepta de lui rendre service à condition que l'enfant qui naîtrait de cette union lui soit confié. Merlin donna alors à Uther l'apparence du duc de Cornouailles et partagea la couche d'Ygerne sans qu'elle ne se doute de rien.

Néanmoins, pendant cette même nuit, le duc Gorlois fut tué dans une escarmouche hors de son château, et Uther épousa alors Ygerne peu de temps après. Quelques mois plus tard, la reine accoucha d'un fils qui sera confié dès sa naissance à Merlin selon le pacte qui avait été conclu. Merlin quitta immédiatement le château pour aller donner le bébé à Antor (connu aussi sous les noms d'Ectorius, Auctor ou Hector), un chevalier d'une grande valeur morale qui va l'élever comme son propre fils dans le respect des règles de la chevalerie, mais en ignorant totalement son origine. Avant de partir, Merlin dit seulement à Antor et sa femme, dame Flavilla, de le nommer Arthur et de lui apprendre le métier des armes.

Merlin, l'enchanteur, instigateur de la naissance d'Arthur.

Toutefois, après la mort d'Uther Pendragon, Merlin imagina un nouveau stratagème afin qu'il soit reconnu comme l'héritier légitime du trône par le peuple de Bretagne en temps voulu. Il fit apparaître une épée magnifique figée dans un bloc de pierre sur lequel était gravée en lettres d'or l'inscription : « Celui seul qui saura retirer cette épée de la pierre pourra régner sur la Bretagne ». Tous les hommes du royaume, nobles ou non, tentèrent alors leur chance, mais seul Arthur réussit à retirer l'épée des Rois. C'est ainsi qu'il put monter sur le trône sans que personne ne puisse contester sa légitimité.

Arthur et l'épée Excalibur

Soucieux de protéger le nouveau roi, Merlin souhaita que celui-ci puisse se servir d'une arme hors du commun qui surpasserait toutes les autres, une épée magique forgée dans le monde féerique. L'enchanteur emmena donc son protégé avec lui et tous deux chevauchent une journée entière dans des paysages de plus en plus désolés. Le matin suivant, ils arrivent devant un lac sombre et profond et lorsque le premier rayon du soleil vient toucher l'eau du lac, la main d'une femme portant une épée appelée Excalibur transperça la surface des eaux comme si elle la tendait au nouveau roi. Une barque apparaît alors dans la brume, à son bord, une jeune fille toute vêtue de blanc invita Arthur à la rejoindre. Ils partirent tous deux chercher l'épée, cadeau de la dame du Lac, pendant que Merlin attendit tranquillement sur le rivage.

La Table Ronde et la Quête du Graal

Dans sa prescience, Merlin sut bien avant sa naissance que le règne d'Arthur serait exceptionnel, et conseilla donc ce dernier en lui donnant les idées qui lui permettront de devenir le plus grand roi du monde. C'est donc Merlin qui suggéra à Arthur de créer la Table Ronde dans son château de Camelot, une table ronde où tous seraient égaux, et où seraient réunis les meilleurs chevaliers du monde en quête d'aventures. Grâce à ce symbole, Merlin permit à la création de la légende du roi Arthur. C'est également Merlin qui encouragea les chevaliers à se lancer dans l'ultime et la plus importante de toutes les quêtes : le Saint Graal, la coupe dans laquelle aurait été recueilli le sang du Christ. Cette dernière aventure donna par ailleurs au règne d'Arthur et à l'idéal de la Table Ronde une dimension sacrée.

Merlin dictant un poème à l'historien Blaise (Enluminure d'un manuscrit français du XIIIème siècle).

D'un caractère enjoué, Merlin aimait à se présenter à ses amis sous les apparences les plus diverses, bûcherons, vieux musicien aveugle, jeune garçon téméraire, et s'amusait de leur surprise. Par ses enchantements, il favorisa des mariages et des naissances, comme celle du célèbre chevalier Lancelot. Cependant, bien que Merlin passait beaucoup de temps en compagnie d'Arthur et des chevaliers, il ne fut pas un hommes comme les autres. Ainsi, il éprouvait souvent le besoin de s'isoler et fait de nombreux séjours, seul au fond des bois où il puisse renouer avec son héritage magique. Merlin aimait voyager, et de temps en temps, il disparaissait sans explication. En général il allait se réfugier au creux des forêts, fréquentées en ces temps-là par des ondines qui avaient élu domicile auprès des sources.

Ainsi, c'est au cœur de la forêt de Brocéliande que Merlin s'exilait régulièrement et retrouvait dans cet endroit les forces sauvages et primordiales qui lui donnent une partie de sa magie. Il était en effet lié aux forêts et aux lieux sauvages, aux esprits de la nature, aux animaux et au rythme cosmique. Par ailleurs, Merlin était historiquement un druide, autrement dit, un prêtre de l'ancienne religion celtique qui rendait un culte aux forêts et aux éléments de la nature. Cet aspect de son personnage est encore très présent dans les textes médiévaux et cette image a perduré jusqu'à aujourd'hui. En tant que magicien, les pouvoirs de Merlin étaient très prisés, ainsi que sa connaissance. Mais il n'acceptait jamais de révéler ses pouvoirs, sauf par deux fois au cours de sa longue vie auprès de la fée Morgane, la demi-sœur du roi Arthur, et de Viviane.

Merlin, prisonnier de la forêt de Brocéliande

Après avoir enseigné ses pouvoirs à la fée Morgane, qui devint l'une des principales antagonistes des légendes arthuriennes, jalouse de sa belle-sœur, la reine Guenièvre, Merlin rencontra, au cours d'un de ses voyages dans la forêt de Brocéliande, une gracieuse jeune fille qui se tenait près de la fontaine de Barenton. L'enchanteur avait pris ce jour-là l'apparence d'un séduisant damoiseau et non celle d'un vieil homme. Pour lui plaire, Merlin lui fit voir quelques enchantements : il fit apparaître un magnifique château où se déroulait une fête merveilleuse, puis il rendit au paysage son aspect premier. A partir de ce jour, l'enchanteur s'absenta souvent de la cour du roi Arthur et se rendit en secret retrouvé la jolie Viviane.

Merlin et Viviane dans la forêt de Brocéliande.

Au cours de leurs rendez-vous amoureux, Merlin, de plus en plus séduit, accepta de lui enseigner la connaissance de la magie et apprit à Viviane deux ou trois de ses tours les plus poétiques. Ainsi, la jeune fille apprit ainsi à danser sur l'eau sans se mouiller et à faire jaillir une rivière à sa volonté. Finalement, Merlin transmit à Viviane un dernier sort qui va l'éloigner définitivement de la compagnie des hommes : il lui apprend comment emprisonner quelqu'un dans une prison sans barreaux faite à partir de courant d'air. La jeune fille, qui avait tellement peur de perdre son amoureux, décida alors de l'emprisonner et attendit que celui-ci soit endormi pour tracer les neuf sceaux de protection magiques, gardant Merlin éternellement prisonnier.

Bien entendu, l'enchanteur avait tout deviné depuis le début, mais, par amour, il avait laissé Viviane réalisé son sort. Il était définitivement retourné dans l'Autre Monde, celui des fées et des magiciens, sans trop de chagrin, car il aimait Viviane plus que sa liberté. Ainsi, on dit alors que si l'on rôde près de la forêt de Brocéliande dans les petits chemins étroits on peut encore entendre la poésie, les chants de Merlin, ainsi que sa sagesse nous guider sur les chemins

Les pouvoirs de Merlin

Tout d'abord, Merlin a le pouvoir de déjouer le cycle du temps. Lorsqu'il vient au monde, il possède déjà un savoir ancestral et raisonne comme un vieux sage. Au cours de sa vie, il se métamorphose sans cesse en jeune garçon ou en vieillard, selon les circonstances, à tel point qu'il est difficile de lui donner un âge. On le représente souvent sous les traits d'un vieillard, sans doute à cause de son rôle de sage conseiller, mais lui-même ne choisit pas toujours cette apparence.

Le deuxième grand pouvoir de Merlin est la métamorphose. D'un naturel espiègle, il aime piéger et surprendre ceux qui le cherchent, ainsi, peut-il se présenter à ses visiteurs sous l'aspect d'un animal, un cerf la plupart du temps, mais aussi sous les traits un homme des bois à moitié sauvage, gardien de la forêt. Selon son humeur, il peut aussi prendre l'apparence d'un moine, d'un enfant ou d'un vieux vagabond. Merlin a aussi le pouvoir de transformer les autres, il permet ainsi à Uther Pendragon de prendre l'apparence du duc de Cornouailles, Gorlois, pour séduire sa femme, Ygerne.

Merlin possède également le pouvoir de dominer les éléments, il peut déplacer des pierres géantes ou ensorceler un bloc de pierre pour qu'il retienne une épée. D'après la légende, Merlin aurait édifié le site de Stonehenge en hommage aux guerriers bretons morts contre l'envahisseur saxon. Il maîtrise la magie de la terre et des forêts et peut parler aux animaux. Il a aussi un lien avec le monde féerique, notamment avec les dragons et avec la dame du Lac (une fée) qui lui confie pour Arthur, l'épée Excalibur.

Merlin, être surnaturel et énigmatique de la légende arthurienne.

Enfin, tel un prophète, Merlin possède aussi la faculté de connaître les événements passés et futurs. En effet, il est omniscient, c'est à dire qu'il sait tout. Il connaît tous les secrets du passé et peut prédire l'avenir. Il devine les pensées des hommes et leurs sentiments, c'est pourquoi il peut les conseiller. Avec tous ses pouvoirs, Merlin est clairement au-dessus des autres hommes pourtant, il ne cherche jamais à les dominer. Il préfère mettre ses incroyables dons au service des autres, c'est peut-être là la plus grande marque de sa sagesse.

D'autre part, Merlin est le fils d'une vierge qui a été séduite durant son sommeil par une créature démoniaque. Envoyé sur terre pour faire le mal, Merlin est sauvé de sa malédiction grâce au repentir de sa mère et à sa grande piété. Cette double ascendance est très importante car elle fait de Merlin un personnage à cheval sur deux univers : d'un côté, le monde des druides, de la magie et des anciennes croyances en des forces émanant de la nature, et d'un autre côté, il a un lien par sa mère avec le monde chrétien et civilisé qui va remplacer peu à peu les vieilles traditions.

Merlin est donc un personnage qui incarne parfaitement la transition entre deux époques, deux types de croyances, deux sortes de sociétés : d'une part un monde ancien dominé par les forces de la nature et d'autre part, la société féodale, civilisée et ordonnée, régie par les valeurs chrétiennes et dominée par l'homme et la loi de Dieu. Néanmoins, sans lui, les aventures de la Table Ronde n'auraient pas eu la même tournure car il va introduire un côté magique et fantastique aux récits des chevaliers de la tables ronde.

Source : http://legendearthur.canalblog.com/pages/merlin-l-enchanteur/25174087.html

Épisodes reliés
Encyclopédie
Personnages