Terre brûlée

(3,69 / 5) 99 notesNoter
Cet épisode est canon.
Terre brûlée (Saison 4 de Stargate SG-1)
Titre original :
Scorched Earth
Épisode :
#409
Date de diffusion :
25 août 2000
Audiences US :
3,10 millions de téléspectateurs
Réalisateur :
Martin Wood
Scénaristes :
Joseph Mallozzi, Paul Mullie
Acteurs principaux
Richard Dean Anderson (Colonel Jack O'Neill), Michael Shanks (Dr. Daniel Jackson), Amanda Tapping (Major Samantha Carter), Christopher Judge (Teal'c), Don S. Davis (Major General George S. Hammond)
Acteurs invités
Brian Markinson (Lotan), Marilyn Norry (Hedrazar), Alessandro Juliani (Eliam), Rob Court (Caleb), Nikki Smook (Nikka)
Synopsis
Peu de temps après avoir relocalisé les Enkarans, SG-1 découvre qu'un vaisseau extraterrestre est en train de terraformer la planète pour une toute autre forme de vie.

Moments clés

- Rencontre avec le peuple des Enkarans
- Terraformation de P5S-381 avec les Gadmeers

Références culturelles

E.T. l'extraterrestre - « Not exactly E.T » [O'Neill]

Défauts visuels et incohérences

[02:30] - Les branches de sapin situées à droite du colonel O'Neill apparaissent et disparaissent d'un plan à l'autre.
[04:05] - On peut relever une faute de frappe dans un mot anglais "Unknown" dans le schéma du vaisseau extraterrestre présenté par le major Carter.
[09:45] - On peut remarquer un très léger défaut d'effets spéciaux lors de la téléportation des membres de l'équipe SG-1, les effets de téléportation passant sous la couche du vaisseau spatial gadmeer. De plus, le sommet de l'appareil de mesure s'arrête de tourner durant ce passage. 
[20:22] - Le lacet des lunettes du colonel O'Neill disparaît en contre-champ d'un plan à l'autre.
[23:46] - Lorsque le docteur Jackson est téléporté à bord du vaisseau de terraformation, celui-ci tient son chapeau à deux mains, mais sur le plan suivant, il le tient seulement dans la main gauche.

Caméos

[00:45] - Nikki Smook (Femme de Michael Greenburg, producteur Exclusif) - Nikki Smook, la femme de Michael Greenburg, joue le rôle de Nikka, une jeune femme enkaran enceinte, dans cet épisode.
[17:01] - Martin Wood - On peut apercevoir Martin Wood donné une grande clé anglaise au sergent Siler au pied des escaliers de la salle de contrôle.

Notes sur l'épisode

- D'après les commentaires de l'épisode, bien qu'il s'agisse du premier épisode écrit par Joseph Mallozzi et Paul Mullie, il fut le deuxième à être diffusé, car "L'Histoire sans fin" fut diffusé en premier.
- Joseph Mallozzi a déclaré aux fans lors d'un chat en ligne que la fin originale de "Terre brûlée" était très différente et beaucoup plus sombre. Dans la version originale du scénario, Lotan faisait exploser le vaisseau et détruisait la civilisation des Gadmeer. 
- Le décor intérieur du vaisseau de Lotan est le même que celui du vaisseau de Thor, le Biliskner, apparu dans "Némésis". Les panneaux d'éclairage sont également les mêmes, mais positionnés horizontalement.
De plus, les consoles d'ordinateur du vaisseau gardmeer sont par la suite transformées en d'autres consoles dans l'épisode "Exode", lorsque le major Carter compose une adresse de P3W-451 depuis le vaisseau-mère de Cronos.
Alessandro Juliani (Eliam) est connu pour ses rôles du lieutenant Felix Gaeta dans Battlestar Galactica et du docteur Emil Hamilton dans Smallville, tandis que Brian Markinson (Lotan) est célèbre pour son rôle de l'inspecteur Dillon dans Continuum.

Secrets de tournage

- Dans une interview donné sur IGN.com, Joseph Mallozzi déclara à propos de la réaction des fans à l'évolution de la relation entre Sam et Jack dans "Diviser pour Conquérir" : "Dans 'Terre brûlée', certains fans étaient livides lorsque Jack a lancé la séquence du compte à rebours qui allait détruire le vaisseau. Pourquoi étaient-ils contrariés ? Non pas parce qu'il était sur le point de faire exploser Daniel, mais parce que, selon eux, 'si Sam était sur ce vaisseau, Jack n'aurait jamais déclenché le compte à rebours'".

- Lors d'un chat en ligne, Mallozzi a expliqué aux fans que la fin originale de "Terre brûlée" était très différente -- et beaucoup plus sombre. Dans la version originale du scénario, Lotan faisait exploser le vaisseau et détruisait la civilisation des Gadmeer. Il devait y avoir un dialogue de clôture entre Jack et Daniel, dans le sens où Jack disait : "Quand tout est dit et fait, je suis content de ne pas avoir fait exploser le vaisseau". Daniel répond : "Je suis content que vous ne l'ayez pas fait non plus." Ils partagent un sourire, et sortent.

- Dans un message sur SaveDanielJackson.com, Joseph Mallozzi dit : "Terre brûlée" a été le tout premier script que Paul et moi avons écrit pour la série (même si "Window of Opportunity" a été le premier produit) et c'est ce qui nous a permis d'obtenir nos postes. Même si j'aimerais m'attribuer tout le mérite du personnage de Lotan, c'est la brillante performance de Brian Markinson qui a vraiment fait la différence dans cet épisode. À titre d'information (outre la résolution de la disparition de Jack et Daniel), la fin originale était douce-amère. Au lieu de la solution (que j'ai trouvée trop commode) de la fin de l'épisode, le script original montrait Lotan décidant d'arrêter le processus de terraformation, condamnant ainsi la civilisation qu'il avait été programmé pour ensemencer. La scène finale se terminait avec Daniel dans son bureau, écoutant un extrait de musique extraterrestre, un cadeau d'adieu de Lotan et le dernier souvenir d'une civilisation lointaine désormais éteinte."

- Joseph Mallozzi ajouta à propos de cet épisode : "Le scénario a été modifié parce qu'on trouvait que la fin originale était trop déprimante. Cela n'avait rien à voir avec le désir de revisiter les Gadmeer qui, bien qu'ils aient l'air cool, seraient un défi à ramener en tant que véritables personnages extraterrestres."

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi précisa à propos de l'épisode "Terre brûlée" : "Le premier scénario que nous avons écrit pour Stargate, celui qui nous a valu notre poste, a été produit comme neuvième épisode de la quatrième saison. Avant que Paul ne propose le titre 'Scorched Earth', je me référais simplement au script comme 'Whose Planet Is It Anyway'. La version à l'écran de cet épisode différait à plusieurs égards du premier script, la plus grande différence étant la fin. Dans la version originale, Daniel convainc Lotan de prendre une décision difficile et le gardien le fait, détruisant son vaisseau et les éléments constitutifs d'une race entière, laissant la planète aux Enkarans. Dans la scène finale de l'épisode, Daniel est assis seul dans ses quartiers, écoutant le cadeau d'adieu de Lotan : la musique d'une race désormais éteinte. La fin a été modifiée pour permettre un compromis qui a conduit à une résolution plus heureuse pour tous. Si le changement vers une conclusion plus positive de l'histoire ne m'a pas déplu, je regrette tout de même que la solution du problème ait semblé, avec le recul, quelque peu commode et évidente.

"Un autre aspect du scénario qui n'a pas été porté à l'écran était la résolution du conflit Jack/Daniel au cœur de l'épisode. À un moment donné, Jack prend la douloureuse décision de déclencher une bombe qui détruirait le vaisseau de Lotan, sachant que Daniel est à bord. La bombe n'explose jamais mais l'intention était là -- une tentative de sauver une race entière en sacrifiant la vie d'un ami proche. Une décision défendable ? Le fandom était divisé - et la division était d'autant plus grande qu'il n'y avait pas de résolution apparente du conflit. Pas d'excuses de Jack. Rien. Eh bien, en vérité, une excuse a été scriptée - une sorte d'excuse qui a vu Jack approcher Daniel à la fin de l'épisode et dire quelque chose du genre : "Juste pour que tu saches, je suis content de ne pas avoir fait exploser ce vaisseau. Ce à quoi Daniel a répondu : "Pour votre gouverne, moi aussi". Pour une raison quelconque, les acteurs ont trouvé que c'était trop direct et ont suggéré qu'ils trouveraient quelque chose le jour même. Ce qui, malheureusement, n'est jamais arrivé. C'était une grande expérience d'apprentissage et, à partir de cet épisode et aussi longtemps que nous avons fait des lectures de table, si je savais qu'un acteur n'aimait pas une ligne, même s'il ne demandait pas une alternative, j'en fournissais une."