L'histoire sans fin

(4,57 / 5) 1194 notesNoter
Cet épisode est canon.
L'histoire sans fin (Saison 4 de Stargate SG-1)
Titre original :
Window of Opportunity
Épisode :
#406
Date de diffusion :
04 août 2000
Audiences US :
3,00 millions de téléspectateurs
Réalisateur :
Peter DeLuise
Scénaristes :
Joseph Mallozzi, Paul Mullie
Acteurs principaux
Richard Dean Anderson (Colonel Jack O'Neill), Michael Shanks (Dr. Daniel Jackson), Amanda Tapping (Major Samantha Carter), Christopher Judge (Teal'c), Don S. Davis (Major General George S. Hammond)
Acteurs invités
Robin Mossley (Malikai), Teryl Rothery (Dr. Janet Fraiser), Dan Shea (Sergent Siler), Daniel Bacon (SMSgt. Russell Benson), Bill Nikolai (TSgt. Vern Alberts), Cam Cronin (Soldat importunant Teal'c)
Synopsis
O'Neill et Teal'c sont accidentellement coincés dans une boucle temporelle et revivent constamment les mêmes 10 heures encore et encore.

Moments clés

- Découverte de la machine temporelle de P4X-639
- Rencontre avec Malikai

Références culturelles

McDonald's - « Three fries short of a Happy Meal... » [O'Neill]
Un Jour sans fin (Groundhog Day) - « Why? So you can be King of Groundhog Day? » [O'Neill]
Monty Python - « You run... simulate... let me know how it turns out... keep me posted... keep me apprised... » [O'Neill]
Monty Python - « Lose it. It means, go crazy... nuts... insane... bonzo... no longer in possessions of one's faculties... three fries short of a Happy Meal... WACKO!! » [O'Neill]
Les Simpson - « D'Oh ! » [O'Neill]

Défauts visuels et incohérences

[00:23] - Les instruments de mesure atmosphérique sont installés beaucoup trop bas par le major Carter pour obtenir des données cohérentes.
[00:32] - On peut voir un projecteur se refléter dans les lunettes de soleil du colonel O'Neill.
[17:06] - Le pied gauche du major Carter passe à travers la partie solide de la porte des étoiles de P4X-639.
[23:40] - On peut voir le symbole de la Terre sur la porte des étoiles alors qu'il s'agit de la porte Bêta.

Caméos

[10:41] - Peter DeLuise - Peter DeLuise incarne le soldat qui porte assistance à Daniel lorsqu'il se fait renverser par le sergent Siler.
[18:30] - Nicole Forest (Comptable de la production et femme de Peter F. Woeste) - Dans cet épisode, Nicole Forest joue le rôle de la femme de Malikai apparaissant sur sa visionneuse portative.
[27:06] - Joseph Mallozzi - Le colonel O'Neill lit le livre "Latin for the novice" écrit par Joseph Mallozzi, un des producteurs de la série et co-scénariste de l'épisode.

Notes sur l'épisode

- D'après les informations fournies à la fin de l'épisode, sur le fait que les Tok'ras essaient de contacter la Terre depuis plus de trois mois, le colonel O'Neill et Teal'c auraient donc traversé environ 216 boucles temporelles, de 10 heures d'affilée. Néamoins, l'épisode ne nous présente que 22 d'entre elles.
- "L'Histoire sans fin" est le deuxième scénario des soixante-quatre quartoze écrit par Joseph Mallozzi et Paul Mullie pour les séries Stargate SG-1, Atlantis et Universe, et leur premier épisode à être diffusé. en effet, le premier script par le duo d'auteurs, "Terre brûlée", ne sera diffusé que trois épisodes plus tard. 
- Il s'agit du dernier épisode où Joseph Mallozzi et Paul Mullie furent crédités en tant que coproducteurs de la série. Dans l'épisode suivant, "Eaux troubles", ils furent nommés en tant que producteurs.
- "L'Histoire sans fin" a été le premier épisode à présenter une projection sur écran arrière dans la salle de briefing.
- L'une des doublures de Richard Dean Anderson, Bill Nikolai, joue le rôle du technicien dans la scène du vélo dans les couloirs du SGC. 
- Le principal acteur invité de l'épisode, Robin Mossley dans le rôle de Malikai, jouera également six ans plus tard le rôle du docteur Reimer dans l'épisode "Dans le bras de Morphée" de la saison 10 de Stargate SG-1. 
- L'épisode de Star Trek : The Next Generation "Cause and Effect" avait une prémisse similaire à cet épisode, mais impliquant l'ensemble de l'équipage de l'Enterprise piégé dans une boucle sans que personne n'ait un souvenir clair de la boucle, à l'exception d'un sentiment croissant de déjà-vu sous la forme de flashs de compréhension des boucles précédentes.
- Le film "Un Jour sans fin" (Groundhog Day), qui a en partie inspiré cet épisode, met en scène un homme qui est obligé de revivre le même jour encore et encore. Ainsi, le scénariste ont ajouté un clien d'oeil à ce film à travers le colonel O'Neill qui fait même une brève référence à ce film vers la fin de cet épisode.
- Dans un sondage réalisé en 2007 sur le site Web de Sci-Fi Channel, "L'Histoire sans fin" a été élu "meilleur épisode de tous les temps" parmi trente-deux épisodes présélectionnés de Stargate SG-1, et la majorité des participants à un sondage réalisé en 2007 sur MSN Canada auprès des fans de la communauté Stargate ont désigné l'épisode comme leur "préféré de tous les temps".

Secrets de tournage

- Cet épisode nommé provisoirement "Ad Infinitum" fut d'abord présenté par Mallozzi et Mullie comme une histoire plus sombre que l'épisode final. SG-1 devait rencontrer un monde dont les scientifiques travaillent fébrilement pour empêcher une apocalypse imminente, mais après avoir été incapables de trouver une solution à temps, ils initient une boucle temporelle qui piègerait l'équipe SG-1. Le producteur exécutif Brad Wright a cependant noté les similitudes avec l'épisode "Cause and Effect" de Star Trek : The Next Generation, et le scénariste Robert C. Cooper a suggéré une direction plus légère, semblable au long métrage "Un Jour sans fin" avec Bill Murray, auquel O'Neill fera brièvement référence dans l'épisode. Pour simplifier la continuité du processus de tournage, Brad Wright a encouragé des fluctuations de type théorie du chaos dans l'histoire dès la réunion de conception de l'épisode. 

- Lors d'une interview, les producteurs ont déclaré qu'ils cherchaient depuis longtemps une occasion de montrer quelqu'un "jouant au golf à travers la porte". Lorsque le tournage principal de cet épisode s'est achevé et qu'ils ont réalisé qu'ils étaient à court d'images, ils ont saisi l'"opportunité" de montrer la scène de golf, ainsi que les autres séquences humoristiques. Les producteurs ont également déclaré dans l'interview qu'ils avaient apprécié cet épisode parce qu'au lieu de l'habituelle combinaison intellectuelle du Major Samantha Carter et du Dr Daniel Jackson résolvant des énigmes, c'était plutôt à Teal'c et O'Neill de trouver la solution.

- Dans un entretien publié dans la newsletter de the Stargate SG-1 Explorer Unit, Cath-Anne Ambrose, coordinatrice des scripts, dit : "J'ai dû faire approuver les Fruit Loops (céréales mangées par le colonel O'Neill) [par la société qui les fabrique], et donc le gars me rappelle et me dit : " Eh bien, que pensez-vous des gaufres Eggo (autres pâtisseries américaines) ? Est-ce que vous envisageriez d'utiliser des gaufres Eggo au lieu des Fruit Loops ?". Alors je vais voir ces types [le département de rédaction] et je leur demande : "Que pensez-vous des gaufres ?". Et ils me répondent : "Non ! C'est Fruit Loops ! C'est une boucle temporelle ! Non!' Les ventes de gaufres étaient en baisse."

- Sur son blog, Joseph Mallozzi, scénariste et producteur, révèle que : "Nous n'avions aucune idée que cet épisode serait autant adoré par la communauté de fans et pourtant, avec le recul, il est facile de comprendre pourquoi. C'est l'un de ces épisodes amusants, avec une prémisse assez simple, qui permet à nos personnages de briller de manière inattendue. Plus précisément, Jack et Teal'c qui, dans les épisodes précédents, se sont appuyés sur Carter et Daniel pour s'occuper de la science et de l'Ancien, se retrouvent soudain à devoir prendre la place des membres de leur équipe. Oui, c'est notre version du Jour de la marmotte, mais cela fonctionne parce que la conception de la boucle temporelle est secondaire par rapport au cœur de cette histoire : les personnages.

Et pourtant, dans sa première forme, le pitch de cette histoire était très différent, d'un ton beaucoup plus sombre. Elle impliquait que l'équipe se rende sur une planète et se retrouve piégée dans une boucle temporelle apparemment sans fin, orchestrée par une race mourante qui cherchait à gagner du temps pour trouver une solution à un Armageddon imminent (ce qui est devenu l'histoire de la genèse du dispositif mentionné dans l'épisode par Malikai). Rob suggéra une autre tournure à l'angle de la boucle temporelle et, bien que j'aie été dubitatif au début ("Ce n'est pas le Jour de la marmotte ?", me suis-je demandé. "Oui", répondit Rob), on m'a prouvé que j'avais tort (cela s'est produit souvent avec certaines des idées de Rob au cours des deux premières années).

Il y a beaucoup de choses à aimer dans cet épisode, mais c'est le montage du "temps libre" qui reste mon préféré. Et, comme les aspects du Jour de la marmotte de cet épisode, il a failli ne pas avoir lieu. L'épisode était trop court, il était clair que nous allions devoir trouver des scènes supplémentaires, et cela a donné à Brad l'occasion de faire quelque chose qu'il avait toujours voulu faire : voir nos personnages jouer au golf à travers la porte des étoiles. C'est ainsi que plusieurs scènes ont été ajoutées (elles étaient toutes scénarisées, et non improvisées comme certains fans le supposaient) : le jonglage, la rencontre répétée de Teal'c avec la porte, Jack chevauchant son vélo dans les couloirs du SGC, Jack s'essayant à la poterie, le golf à travers la porte et, oh oui, LE Baiser. Ce dernier était l'idée de Paul et j'ai adoré. PS : Nous avons fait en sorte que Jack présente sa démission officielle avant de plonger Carter et de l'embrasser, pour être sûrs de ne pas être critiqués par nos conseillers techniques de l'armée de l'air".

- Dans un post sur son blog, Joseph Mallozzi ajoute : "Dans la version "Un jour sans fin" (Groundhog Day) de Stargate, les individus les plus improbables - O'Neill et Teal'c - doivent utiliser leur intelligence plutôt que leurs muscles pour rompre une boucle temporelle qui a piégé la Terre dans un cycle de dix heures qui se répète sans cesse. En cours de route, ils apprennent à jongler, à jouer au golf à travers la porte des étoiles et à réaliser certains fantasmes sans craindre les conséquences...". 

- Sur Twitter, Joseph Mallozzi dit également à propos de cet épisode : "Le pitch original n'était pas du tout comique et beaucoup plus sombre. Rob Cooper l'a orienté dans une direction plus humoristique. Brad Wright pour la fameuse scène de golf à travers la porte des étoiles. Et c'est à mon partenaire d'écriture Paul Mullie que l'on doit le plongeon et le baiser."

- Dans une interview réalisée par Gateworld sur YouTube, Peter DeLuise déclara qu'il avait demandé au département des accessoires de coller les céréales Froot Loops sur la cuillère du petit-déjeuner du colonel Jack O'Neill, de sorte qu'à chaque prise les mêmes céréales se trouvent aux mêmes endroits au début de chaque nouvelle boucle temporelle.

- Toujours selon les commentaires, étant donné que de nombreuses scènes étaient répétées, les journées de tournage se sont déroulées très rapidement - l'équipe avait moins de réglages à faire entre les prises, la plupart des scènes étant les mêmes, et les acteurs ne devaient s'écarter que légèrement de leur prise/scène précédente. Dans cet épisode, tout le monde a apprécié de rentrer chez soi à l'heure ou en avance à la fin de la journée.

- Les scènes illustant la planète P4X-639 ont été filmées sur un plateau en intérieur, en utilisant occasionnellement des éclats d'objectif et des ventilateurs hors champ pour simuler la météo. Une peinture matte réalisée par le département interne des effets visuels a ensuite servi à remplacer le ciel sur l'écran vert utilisé. La société GDFX, basée à Vancouver, a été chargée de la quasi-totalité des plans d'effets visuels, dont certains ont été réutilisés dans l'épisode pour économiser de l'argent. D'autres séquences d'effets visuels ont été réutilisés à partir d'épisodes précédents.  De plus, afin d'accélérer le processus de tournage, les scènes ont été filmées en blocs thématiques plutôt que dans l'ordre chronologique de l'histoire, et de courtes séquences ont été réutilisées pour aider le public à se souvenir visuellement des nouvelles scènes".

- Il est devenu évident, dès le troisième jour de production, que l'épisode allait être sensiblement court, en partie à cause du style de tournage très rapide. La scène dans laquelle Daniel informe Jack et Teal'c de la possibilité de faire ce qu'ils veulent est une proposition tardive de Brad Wright, qui avait également l'idée depuis un certain temps de montrer quelqu'un en train de jouer au golf à travers la porte des étoiles. Les discussions préliminaires concernant la génération par ordinateur de la balle de golf pour ne pas endommager la porte des étoiles, d'une valeur de 100 000 dollars, ont été annulées par la suite et les acteurs ont utilisé une vraie balle de golf. [La plupart des autres scènes humoristiques de "L'Histoire sans fin" ont été improvisées sur le plateau pendant le tournage, le jonglage étant l'une des premières carrières de Richard Dean Anderson, le réalisateur Peter DeLuise a filmé la séquence de jonglage dans un dernier effort pour remplir le créneau horaire de l'épisode "L'Histoire sans fin" ne comportant pas de scènes coupées.