Le feu aux poudres

(3,61 / 5) 74 notesNoter
Cet épisode est canon.
Le feu aux poudres (Saison 8 de Stargate SG-1)
Titre original :
Icon
Épisode :
#805
Date de diffusion :
06 août 2004
Audiences US :
2,90 millions de téléspectateurs
Réalisateur :
Peter F. Woeste
Scénariste :
Damian Kindler
Acteurs principaux
Richard Dean Anderson (Brigadier General Jack O'Neill), Amanda Tapping (Lt. Colonel Samantha Carter), Christopher Judge (Teal'c), Michael Shanks (Dr. Daniel Jackson)
Acteurs invités
Amy Sloan (Leda Kane), Timothy Webber (Commander Gareth), Matthew Bennett (Jared Kane), James Kidnie (Soren), Gary Jones (Sergent Walter Harriman), Richard Side (Goodine), Leanne Adachi (Rebelle), Preston Cook (Homme Radio), Charles Zuckermann (Soldat Rebelle)
Synopsis
Daniel Jackson se retrouve coincé sur une autre planète lorsque l'arrivée de SG-1 provoque un violent conflit entre deux nations.

Moments clés

- Rencontre avec le peuple de Tegalus
- Déclenchement involontaire d'une guerre mondiale par SG-1
- Disparition du docteur Jackson pendant plusieurs semaines sur Tegalus
- Rencontre avec Jared et Leda Kane

Notes sur l'épisode

Soren et sa délégation utilisent une idée de brassard similaire à celle utilisée par Adolf Hitler et les nazis, et les uniformes du Protectorat de Rand sont fortement inspirés des uniformes d'officiers allemands de la Seconde Guerre mondiale.
- L'accessoire du pistolet Tegali que Soren a utilisé pour tuer l'aide rebelle est réutilisé pour le pistolet Genii dans Stargate Atlantis.
- Cet épisode se déroule sur une période de trois mois.
- Bien que le Protectorat de Rand ait un alphabet différent de celui de la Terre, le badge du guide touristique est clairement écrit dans notre alphabet, ainsi qu'un panneau de sortie visible lorsque Jackson et Kane s'échappent.
- Les principales armes légères de Tegalus étaient, en fait, des Garands M1, des Mauser Kar98k, des MP40, des AK-47 et quelques autres armes de la Seconde Guerre mondiale.
- La maison où se cachent les rebelles est la même que celle de "Le maître du jeu" - la maison où le Capitaine Jack O'Neill a échoué une mission d'infiltration en Allemagne de l'Est en 1982.
- Matthew Bennett (Jared Kane) a précédemment joué le rôle de Ted dans l'épisode "Point de non-retour" de Stargate SG-1. Il est célèbre pour son rôle d'Aaron Doral, le Cylon Modèle Cinq, dans Battlestar Galactica.

Secrets de tournage

Joseph Mallozzi écrivit dans un message sur le forum de TVGroove.com : "Vu le nombre de langues que Daniel est censé parler, le japonais doit être l'une d'entre elles. Si vous aimez le personnage de Daniel, vous allez vouloir regarder un épisode du début de saison intitulé 'Le feu aux poudres' en particulier." 

- Plus tard, il ajouta dans une interview accordée à GateWorld : " 'Le feu aux poudres' est un exemple d'épisode où O'Neill est essentiellement obligé d'être diplomate, de jouer les diplomates. Et même s'il le veut, il doit se mordre la langue. Donc, cela ouvre des opportunités à certains égards, spécifiquement pour O'Neill."

- Dans une interview accordée au site Web de Richard Dean Anderson, Peter DeLuise révéla à propos de cet épisode : "'Icon' est 'Daniel, le patient anglais'. Daniel se réveille dans un endroit étrange et il a un bandeau sur les yeux parce que son visage est tout abîmé. Et il y a une très jolie fille qui le soigne. Et il est sur une autre planète. Une grande partie de l'histoire est racontée par des flashbacks, et elle est liée à l'idée que la porte des étoiles est, en fait, une icône religieuse sur cette planète. (...) Et lorsqu'elle prend vie, et que nous la traversons, nous déclenchons un effet domino par lequel des fanatiques religieux font basculer la planète dans un cours d'événements apocalyptiques, où ils utilisent leurs armes pour assurer une destruction mutuelle. Et nous dévastons complètement la planète, simplement parce que nous avons ouvert la porte des étoiles et dit bonjour. Nous avons confirmé l'idée que leur icône religieuse est en fait une chose fonctionnelle, vivante, réelle, véridique. Et donc les fanatiques religieux ont en quelque sorte tout gâché pour tous les autres. Et Daniel se sent responsable de cela, alors il reste et essaie de faire la différence, et essaie d'arranger les choses, et donc il est blessé".

Michael Shanks précisa également dans une interview avec le magazine TV Zone [Spécial #58] : "Nous voulions aborder la question permanente de ce qui se passe chaque fois que le SG-1 franchit la porte des étoiles, arrive sur une autre planète et bouleverse la vie de tout le monde là-bas. Ce n'est pas notre intention, mais parfois la simple présence de l'équipe peut déclencher des événements. C'est ce que nous voyons dans 'Le feu aux poudres'. Notre simple activation de la porte des étoiles de cette planète crée une controverse et Daniel se sent coupable de cela. Il décide de retourner sur cette planète et d'essayer de calmer les choses. En conséquence, Daniel se retrouve pris au milieu d'une guerre froide et bloqué. En essayant de surmonter son sentiment de culpabilité, il se rend compte que les gens font ce qu'ils veulent. On ne peut pas toujours aider ceux qui ne veulent pas être aidés. C'est une découverte assez importante pour mon personnage. Je veux dire, il se retrouve constamment au milieu de ces problèmes auxquels la télévision parvient toujours à trouver les bonnes réponses. C'était rafraîchissant de nous voir adopter une approche différente." 

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à propos de cet épisode : "L'une des dernières choses que nous faisons, en tant que scénaristes (et, souvent, pas très bien), c'est de trouver des titres pour nos fichus épisodes. Jusqu'à ce que l'épisode reçoive un titre officiel dont tout le monde peut être mécontent, il passe par le processus de notes et de réécriture avec un titre provisoire. En de très rares occasions, généralement lorsque tout le monde détourne le regard, l'un de ces titres provisoires peut devenir le titre officiel (voir "Watergate" et "Enemy Mine"). Si cela s'était produit pour cet épisode, au lieu de "Le feu aux poudres", vous auriez vu sur votre écran "Patient anglais Daniel".

"Je me souviens de deux choses à propos de cet épisode (outre le fait que je pense que c'est l'un des meilleurs de Damian Kindler). Pendant les rushes, nous nous disputions longuement sur le fait qu'une bicyclette apparaissait dans l'une des scènes de ce monde étranger. Certains affirmaient que c'était "trop terrien" et que cela nous faisait sortir de la scène, tandis que d'autres (Paul en tête) affirmaient que si les extraterrestres devaient construire une bicyclette (ou un marteau, un verre ou une fourche), elle ressemblerait probablement beaucoup à celles que nous avions sur Terre. Au milieu de tout ce va-et-vient sur les vélos, nous n'avons absolument pas remarqué le détecteur de fumée dans l'une des scènes d'intérieur (ou, comme je l'ai appelé plus tard, "l'humidificateur extraterrestre")."

"Beaucoup de débats sur la scène finale dans laquelle le méchant Soren sort de la pièce et est abattu. Dans le scénario, il sort du bunker, lève son arme - et Carter (je crois) lui tire dessus. Les autres acteurs de la scène ont fait valoir qu'ils agiraient tout aussi rapidement et qu'ils participeraient au meurtre. Puis il y a eu un débat pour savoir si Soren devait ou non lever son arme et si nos héros allaient essentiellement exécuter un homme qui se rendait. Finalement, nous avons résolu le problème en demandant à l'une des guest stars d'abattre le méchant de sang-froid. Et, bien sûr, se faire réprimander pour cela."

- Plus tard, le scénariste Joseph Mallozzi fournit davantage de révélations sur le Making of de ce double épisode de la saison 8 : "À la fin de l'année dernière, Damian Kindler a proposé une histoire dans laquelle Carter est bloquée sur une autre planète, luttant pour sa survie, tandis que le reste de l'équipe fait une tentative désespérée pour la sauver. Alors que nous commencions à préparer la huitième saison, nous avons estimé que nous avions déjà fait un bon nombre d'histoires de Sam et donc, pour rétablir l'équilibre, "Get Carter" est devenu "Le patient anglais Daniel". Le service de rédaction a révélé l'histoire en novembre et, pendant le hiatus, Damian a écrit ce qui s'est avéré être, à mon avis, son meilleur scénario pour SG-1 (pour son meilleur scénario pour Atlantis, consultez l'épisode intitulé "Sérum").

"Le feu aux poudres" était en fait le troisième épisode que Paul et moi avons produit, après "Quarantaine" et "Monde cruel" (qui l'a en fait précédé dans le calendrier de production), et reste l'un de mes préférés.

  • Et l'une des raisons pour lesquelles je l'aime tant est qu'il s'agit tout simplement d'un épisode formidable, magnifiquement filmé. Pas étonnant qu'il ait été réalisé par l'ancien directeur de la photographie de SG-1, Peter Woeste.
  • Vous reconnaîtrez peut-être l'acteur ultra-talentueux qui joue Kane, Matthew Bennett, après sa précédente apparition dans SG-1 en tant que compagnon extraterrestre de Martin Lloyd dans "Point de non-retour".
  • Lorsque vous écrivez de la science-fiction, vous devez faire la part des choses entre la réalité et la fantaisie ou, plus précisément, entre ce qui est contextuellement crédible et ce qui est tout simplement invraisemblable, même dans le cadre de la science-fiction que nous avons créé. Par exemple, pourquoi les planètes que nous visitons sont-elles presque toujours peuplées d'humains plutôt que de formes de vie extraterrestres plus exotiques ? Eh bien, pour deux raisons : 1) Nous sommes les descendants des Anciens qui ont ensemencé cette galaxie ; et 2) Lorsqu'ils ont quitté la Terre, les Goa'ulds ont emmené beaucoup de leurs esclaves avec eux, les transportant vers d'autres mondes.
  • Ok, mais pourquoi parlent-ils tous anglais ? La réponse courte est : parce que s'ils ne le faisaient pas, cela donnerait des épisodes plutôt ennuyeux. Mais, dans mon esprit, les Anciens ont prévu les problèmes associés au voyage par la Porte et ont assuré une communication directe entre les mondes en construisant un défaut dans le système de la Porte lui-même. Chaque fois qu'un voyageur traverse la Porte, il acquiert des "nanites de conversion" qui lui permettent de comprendre et d'être compris partout où il va. Bien sûr, certaines physiologies liées aux symbiotes peuvent résister à ce processus...
  • Tout cela pour dire qu'il faut savoir marcher sur la corde raide. Dans "Sous la glace", par exemple, une scène exigeait que les ouvriers martèlent. Malgré l'affirmation de Paul, mon partenaire d'écriture, selon laquelle "un marteau est un marteau", quel que soit l'endroit où l'on se trouve dans l'univers, les accessoires ont créé un "marteau extraterrestre" pour l'épisode. De même, nous avons dû trouver des "fruits extraterrestres" pour une scène ultérieure (vous vous souvenez des kiwis rouges peints à la bombe dont nous avons parlé dans "Wormhole X-Treme" ?) Certaines choses, comme le langage familier, semblent trop bizarres pour le contexte d'un monde extraterrestre et sont rejetées au stade du scénario, tandis que d'autres objets limites, comme les cravates ou, dans le cas de cet épisode, un porte-chapeaux, s'en sortent.
  • D'accord, mais je dois m'arrêter sur le détecteur de fumée clairement présent lorsque Daniel essaie de convaincre Kane de lancer une attaque sur le bunker. Bien sûr, ce n'est pas du tout un détecteur de fumée. C'est un purificateur d'air alien.
  • Et pendant que nous sommes sur le sujet : C'est bien d'être aussi réaliste que possible quand on tourne un épisode. C'est pourquoi un conseiller technique est présent sur le plateau pour informer les acteurs du protocole militaire à suivre dans certaines situations - par exemple, l'utilisation des signaux de la main. Lorsque l'ennemi n'est qu'à un jet de pierre, les signes de la main sont un moyen silencieux et efficace de communiquer avec vos troupes. Il est donc heureux que Kane et ses troupes soient rompus à cette forme de communication silencieuse, comme le montre le climax de cet épisode.

Les signes de la main et l'amour ... vraiment les langues universelles.