La dernière chance 1/2

(4,5 / 5) 166 notesNoter
Cet épisode est canon.
La dernière chance 1/2 (Saison 8 de Stargate SG-1)
Titre original :
Reckoning 1/2
Épisode :
#816
Date de diffusion :
25 février 2005
Audiences US :
2,90 millions de téléspectateurs
Réalisateur :
Peter DeLuise
Scénariste :
Damian Kindler
Acteurs principaux
Richard Dean Anderson (Brigadier General Jack O'Neill), Amanda Tapping (Lt. Colonel Samantha Carter/RépliCarter), Christopher Judge (Teal'c), Michael Shanks (Dr. Daniel Jackson)
Acteurs invités
Tony Amendola (Bra'tac), Carmen Argenziano (Jacob Carter/Selmak), Cliff Simon (Ba'al), Gary Jones (Sergent Walter Harriman), Samantha Banton (Selkhet), Mel Harris (Oma Desala/RépliCarter), Isaac Hayes (Tolok), Jeff Judge (Aron), Dean Aylesworth (Anubis #1), Rik Kiviaho (Anubis #2), Vince Crestejo (Yu-huang Shang Ti), Kevan Ohtsji (Oshu), Michael Shanks (Voix de Thor)
Synopsis
Les Réplicateurs entrent en guerre contre les Goa'ulds, forçant Ba'al à demander l'assistance de la Terre. La résistance jaffa assemble une armée pour reprendre une ville sainte.

Moments clés

- Invasion à grande échelle de la Voie lactée par les Réplicateurs
- Décès du seigneur Yu et de son prima Oshu
- Capture du docteur Jackson par Répli-Carter
- Prise du temple de Dakara par les rebelles jaffas
- Réapparition d'Anubis

Caméos

[22:14] - Peter DeLuise - On peut apercevoir Peter DeLuise jouant le rôle d'un soldat dans la salle d'embarquement lors de la première apparition holographique de Ba'al.
[40:08] - Martin Wood - Dans cet épisode, Martin Wood peut être vu aux côtés des sergents Siler et Harriman lors de la dernière apparition holographique de Ba'al dans la salle d'embarquement.

Notes sur l'épisode

Amanda Tapping et Michael Shanks jouent tous deux un double rôle dans cet épisode. Tapping joue le rôle du Lieutenant Colonel Samantha Carter et du Réplicateur Carter et Shanks joue le rôle du Dr. Daniel Jackson et fournit la voix de Thor.
- Cet épisode est le seul de la série à présenter les trois principaux alliés de la Terre : Bra'tac (Tony Amendola) des Jaffas, Jacob Carter/Selmak (Carmen Argenziano) des Tok'ras et Thor (Michael Shanks) des Asgards.
- Il n'est pas expliqué pourquoi Anubis a toujours besoin de posséder un hôte humain au lieu de créer un autre champ de force comme son apparence originale. Il n'est pas non plus expliqué comment il a pu s'échapper de KS7-535 sans utiliser ses pouvoirs d'Ascencionné et s'attirer la colère des Autres. Il est tout à fait possible que l'absence prolongée évoquée par les Grands maîtres puisse être attribuée à cela et donc que le processus de création d'un champ de force soit en fait assez long.
- Richard Dean Anderson et Michael Shanks ne partagent pas de scène dans les deux épisodes de cette série en deux parties.
- Peter DeLuise est l'un des soldats qui tient une arme sur l'hologramme de Ba'al lorsque celui-ci et le général de brigade Jack O'Neill parlent pour la première fois.

Secrets de tournage

Christopher Judge dit dans une interview avec GateWorld : "On approche du point culminant de la bataille pour la liberté, et ceci concerne deux comptes à rendre. Il s'agit de rassembler tous les Jaffas, puis d'essayer de prendre la ville sainte de Dakara. Donc, c'est à peu près le point culminant de cet arc de huit ans de leur quête de liberté. Et donc Tony [Amendola] est de retour, et Isaac [Hayes] est dedans, et mon frère est dedans. (..) C'était un tel honneur de travailler avec Isaac Hayes. C'est l'un des prêtres qui est devenu un rebelle. Personne sur la planète ne dit 'Goa'uld' comme Isaac Hayes ! Mais oui, juste un homme merveilleux." 

- Dans une interview accordée à GateWorld, Cliff Simon révéla à propos de ce double épisode : "Le Grand maître Baal sera très présent dans les deux parties de "La dernière chance". Je reconnais (pardonnez le jeu de mots) que ces deux épisodes sont certainement les meilleurs épisodes sur lesquels j'ai travaillé, en ce qui concerne l'écriture et l'intrigue. Ce qui se passe maintenant, comme vous le savez, c'est qu'on arrive à un point culminant avec les Jaffas qui essaient de se libérer, toutes ces sortes de choses. Ils veulent reprendre la ville, parce que c'est ce que Baal dirige, et c'est là que son pouvoir en tant que soi-disant dieu entre en jeu. Si les Jaffas parvenaient à prendre la ville sainte, cela pourrait prouver, peut-être, que Baal n'est pas un vrai dieu, comme il le prétend. Ou n'importe lequel des autres Goa'ulds, en fait."

"Il y a une autre personne très mauvaise dans le coin, je l'appelle une personne. De très mauvaises entités qui sont venues dans notre galaxie. Une très grande menace, une très grande menace pour Baal. Il demande l'aide de SG-1, ce qui donne une toute nouvelle dimension à l'affaire. Parce que maintenant ce dieu puissant, il demande de l'aide. Évidemment, O'Neill dit : "De quoi parlez-vous ? Pourquoi devrions-nous vous aider ? Si quelqu'un veut vous tuer, pourquoi ne pas le laisser faire ? Ça va nous aider [à long terme].' ... Baal essaie d'amener O'Neill à lui faire confiance, ce qui est d'une certaine manière très difficile. O'Neill peut-il faire confiance à quelqu'un qui l'a tué encore et encore ? C'est là tout l'enjeu du point de vue de Baal. Il doit amener O'Neill à croire en ce qu'il dit."

"Il y a deux ou trois histoires différentes dans lesquelles Baal est impliqué dans ces deux épisodes. Cela devient donc assez compliqué parce qu'il est en train de se faufiler, d'essayer de jouer différents personnages. En fait, il est infidèle partout où il le peut, ce qui est le cas de Baal. Il fait semblant d'être bon, mais il ne l'est pas. SG-1 comprend en quelque sorte ce qui se passe. Mais le rôle de Baal est très, très important. L'intrigue est en fait, fondamentalement, juste Baal ! Pour moi, évidemment, c'est génial, pour le personnage, c'est génial. Cela donne à Baal une toute autre dimension. J'essaie personnellement d'apporter un peu d'humanité à Baal, pour qu'il ne soit pas cet extraterrestre arbitraire qui est mauvais tout le temps. Il doit être un personnage tridimensionnel, et c'est ce que j'essaie d'apporter dans "La dernière chance", et cela semble avoir été le cas."

- Amanda Tapping ajouta dans une interview avec Stargate SG-1 : The Official Magazine : "En fait, quand [le double Réplicateur de Carter] revient, je ne pense pas que les deux soient dans des scènes ensemble, donc c'est bien ! Et les différences entre eux seront encore plus prononcées parce que le Réplicateur Carter est parti et a suivi sa propre voie." 

- Michael Greenburg, producteur exécutif de la série, précissa dans une interview accordée au magazine TV Zone [#185] : "C'est une histoire d'enfer. Elle réunit nos principaux antagonistes, Anubis [Dean Aylesworth], Baal et les Réplicateurs. C'est toujours formidable de travailler avec Cliff Simon [Baal], qui joue l'un de nos méchants préférés. Et puis, bien sûr, il y a les réplicateurs. Michelle Comens [productrice VFX] et son équipe font un travail phénoménal pour créer ces bestioles, et leur travail est toujours nommé pour diverses récompenses. "La dernière chance" voit également le retour du Réplicateur Carter, que nous avons vu pour la dernière fois dans "Vulnérable". Je pense qu'Amanda Tapping [Colonel Sam Carter] est très douée pour interpréter les différentes versions de son personnage. Elle joue la Carter que nous connaissons et aimons tous, ainsi que la Carter Réplicateur, puis une autre version de Carter dans le final de la saison, "Retour vers le futur". Cette Carter vient d'une autre époque et est un peu une intello. Observer Amanda au travail cette année a été un vrai régal car elle a réussi à garder tous ces Carter bien définis, distincts et divertissants." 

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à propos de cet épisode : "Ce grand épisode en deux parties était le point culminant de plus de 7 saisons formidables de SG-1. SG-1, les Tok'ras, les Jaffas, les Goa'ulds, Anubis et les Réplicateurs sont tous impliqués dans l'affrontement galactique qui mettra fin à tous les affrontements galactiques. Bien qu'il reste encore trois épisodes avant la fin de la saison, "La dernière chance" I et II ont permis de mettre un terme à la situation, d'aborder les principaux arcs et problèmes, et de régler la plupart des détails. Bien sûr, il restait quelques fils de l'intrigue en suspens, qui ont été réglés dans l'épisode intitulé "Pour la vie", comme il se doit. (...) Le regretté Isaac Hayes fait une apparition dans le rôle du Jaffa Tolok. Il était apparemment un grand fan de la série et un vrai délice sur le plateau - gentil et étonnamment doux. (...) Le monde libre des Jaffas s'appelait à l'origine Bakara, mais je n'aimais pas ce nom parce qu'il me rappelait à la fois le baccara, le jeu de cartes, et bakana, le mot japonais pour stupide ou idiot. J'ai donc changé pour Dakara, qui me rappelait le daquiri. Mais c'était bon."