Les Sekkaris

(4 / 5) 219 notesNoter
Cet épisode est canon.
Les Sekkaris (Saison 5 de Stargate Atlantis)
Titre original :
Remnants
Épisode :
#515
Date de diffusion :
14 novembre 2008
Audiences US :
1,70 million de téléspectateurs
Réalisateur :
William Waring
Scénaristes :
Joseph Mallozzi, Paul Mullie
Acteurs principaux
Joe Flanigan (Lt. Colonel John Sheppard), Rachel Luttrell (Teyla Emmagan), Jason Momoa (Ronon Dex), Jewel Staite (Dr. Jennifer Keller), Robert Picardo (Richard Woolsey), David Hewlett (Dr. Rodney McKay)
Acteurs invités
Robert Davi (Commandant Acastus Kolya), Tamlyn Tomita (Shen Xiaoyi), David Nykl (Dr. Radek Zelenka), Anna Galvin (Dr. Vanessa Conrad), Sharon Taylor (Amelia Banks), Haley Cook (Dr. Kiang), Jonathon Young (Dr. Parrish), Chuck Campbell (Chuck), Carlo Fanella (Soldat Genii), Linden Banks (Luthor Dovelock)
Synopsis
Alors que Sheppard a été enlevé et que Woolsey fait la connaissance de la mystérieuse docteur Conrad, l'Expédition fait une découverte sur la nature d'une ancienne race ayant vécue sur cette planète.

Moments clés

- Rencontre des Sekkaris

Références culturelles

Un ticket pour deux (Planes, Trains and Automobiles) / Le Plus Escroc des deux (Dirty Rotten Scoundrels) - « They're screening two of my favourites tonight: "Planes, Trains and Automobiles" and "Dirty Rotten Scoundrels." » [Conrad]
Mad Money / Kangaroo Jack - « Ah. Then we can wait until tomorrow when they'll be screening "Mad Money" and "Kangaroo Jack." » [Conrad]

Notes sur l'épisode

- Plusieurs semaines se sont écoulées depuis que Michael Kenmore a infiltré Atlantis dans "Le fils prodigue".
- Neuf mois se sont écoulés depuis les événements de "Contamination", lorsque Richard Woolsey a pris le commandement d'Atlantis.
- Il est révélé que le commandant Acastus Kolya est en fait mort lorsque le lieutenant-colonel John Sheppard lui a tiré dessus : Le Dr Carson Beckett a confirmé sa mort après coup et le Kolya qui est apparu ici n'était pas le vrai.
- Cet épisode marque la première fois que la vue se trouve à l'intérieur d'un téléporteur d'Atlantis lorsqu'il est activé. C'est la deuxième fois dans la série, mais la première fois que l'on voit un flash pendant le transport.
- La capsule et le principe du médium humanoïde sont très similaires à l'épisode "Terre brûlée" de Stargate SG-1, dans lequel un grand vaisseau a été envoyé à travers la Voie lactée pour rechercher et terraformer une planète pour une forme de vie à base de soufre, les Gadmeer, ainsi que tous les organismes de leur monde d'origine et les connaissances de leur race.
- Cet épisode marque la première visite de l'Apollo sur Atlantis depuis "Alliance forcée" et la première fois qu'il est montré comme étant venu pour un voyage normal plutôt que pour une mission spéciale. Habituellement, le Dédale joue ce rôle lorsqu'une mission spéciale n'est pas nécessaire. La raison pour laquelle l'Apollo a fait ce voyage n'est jamais donnée.
- La musique utilisée pendant l'explication du semeur sekkari est la même que celle de l'épisode "Hors d'atteinte" et de "Chassé croisé" de Stargate SG-1.
- Jason Momoa (Ronon Dex) et Rachel Luttrell (Teyla Emmagan) ne font des apparitions que dans les scènes d'ouverture et de fin.
- Jonathon Young revient dans le rôle du Dr Parrish. Sheppard commente "Lorne m'avait prévenu", en référence à la tendance de Parrish à s'alarmer lorsqu'il découvre une nouvelle plante, comme il l'a fait avec le Major Evan Lorne dans "Chasse à l'homme". Young est surtout connu pour son rôle récurrent de Nikola Tesla dans la série Sanctuary d'Amanda Tapping.
- Anna Galvin (Vanessa Conrad/la Sekkari AI) a précédemment incarné le Dr Reya Varrick dans l'épisode "Dommage Collatéral" de Stargate SG-1.

Secrets de tournage

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi publia une série de messages à propos de cet épisode : "Si je ne suis pas exactement en train de brûler ce scénario, j'avance à un rythme assez régulier de cinq pages par jour. Pourtant, celui-ci a été atypique dans sa progression. D'habitude, je mets un peu de temps à me lancer, mais une fois que j'ai passé les trois premiers actes, les deux derniers vont très vite. Dans ce cas-ci, cependant, c'est tout le contraire : une navigation assez fluide dès le départ, sans le moindre accroc, jusqu'au quatrième acte, où les choses se sont ralenties."

"Contrairement à la plupart des épisodes qui ont une intrigue principale A et une intrigue secondaire B, celui-ci est un triple A et cela a été un peu un défi d'équilibrer les trois. D'abord, il y a Sheppard et ses problèmes sur le continent. Ensuite, il y a McKay et son enquête assistée par Zelenka sur la mystérieuse découverte. Et, enfin, il y a Woolsey et sa journée bonnes nouvelles/mauvaises nouvelles/bizarres nouvelles. D'après ce que je vois, cette première version comptera plus de 60 pages que je modifierai, bien sûr, pour les ramener à un nombre beaucoup plus raisonnable de 56-58 avant de la publier."

"Étant donné le type de scénario, je m'attends à des notes importantes et à une réécriture potentiellement lourde - ce qui, dans ce cas, n'est pas un problème car j'aurai tout le hiatus pour y travailler. L'important, c'est que je produise une première version qui donne au bureau une bonne idée de la façon dont le calendrier de production sera réparti. La plupart des rythmes sont solides, donc je ne m'attends pas à beaucoup de changements de scènes. La seule chose qui m'inquiète est ce que je vais faire à Sheppard à la fin du troisième acte. Je pense que plus d'une personne dans la salle dira quelque chose du genre : "Vous êtes fou ? ! Ça devrait donner lieu à un débat intéressant."

- "Marty G. s'est opposé au traitement brutal que j'ai réservé à Sheppard, tandis que Paul s'est insurgé contre l'un des Holy Sh*t Moment en particulier à cet égard. J'ai convenu que les scènes sont sombres, mais j'ai soutenu qu'elles le sont nécessairement. Pas de comédie cette fois-ci pour notre héros, les poulets rentrent au poulailler. Ou, dans ce cas, un coq particulièrement méchant. Les préoccupations d'Alex concernant la subtilité de l'imbroglio Shen ont été reprises et d'excellentes suggestions ont été faites concernant les scènes McKay-Zelenka."

"Après les notes de couverture, nous sommes passés aux notes de page. Nous avons discuté de la mécanique de la scène du téléporteur, de l'introduction sur le continent, de la scène de l'étranger, de la liste courte, des gants "convaincants", de la scène de l'infirmerie et de la révélation." 

- "L'actrice Tamlyn Tomita (alias Shen Xiaoyi, représentante de la CIS) est passée nous saluer aujourd'hui. Elle est, bien sûr, en ville pour tourner ses scènes pour 'Remnants' et semblait vraiment excitée par le rôle de son personnage dans l'épisode."

- "Will m'avait téléphoné hier soir pour se renseigner sur le patch du Dr Conrad. Elle a un léger accent, a-t-il dit. Je pense que c'est soit australien, soit néo-zélandais. Super ! Val avait les deux patchs prêts ce matin et, après avoir vérifié auprès de la guest star Anna Galvin (dont le nom rappellera quelque chose à de nombreux fans de SG-1), Aussie l'a emporté sur Newzie (d'ailleurs, Fondy a essayé de me convaincre que les Néo-Zélandais sont appelés des Kiwis, et non des Newzies, mais je savais qu'elle me faisait marcher)". 

- "J'étais en train de découper 'Les Sekkaris', qui a atteint le chiffre stupéfiant de +9,20 ! Couper les quatre premières minutes et demie n'a pas posé de problème ; perdre les quatre suivantes a été une véritable corvée. Les vingt dernières secondes étaient carrément impossibles et, après avoir revu l'épisode deux fois, j'ai jeté l'éponge et décidé de reprendre les choses lundi matin."

"C'est un grand épisode (Carl dit que c'est son préféré parmi les trois que j'ai écrits cette saison) avec non pas une, ni deux, mais trois intrigues parallèles. Les David sont formidables ensemble, Bob montre son sens de l'humour et notre infâme invité spécial fait subir à notre héros impuissant de véritables tourments physiques et psychologiques. Même si "Remnants" est un titre parfaitement approprié pour cet épisode, "Révélations" aurait également fait l'affaire. Mais il était déjà pris". 

"Trois intrigues apparemment sans rapport ont plus en commun qu'on ne le pense dans un épisode qui voit Sheppard affronter son ennemi juré supposé mort, McKay et Zelenka explorer un mystérieux dispositif extraterrestre, et un Richard Woolsey solitaire trouver l'amour là où il s'y attend le moins. De très bonnes performances dans tous les domaines, avec une formidable alchimie entre les différents couples (Sheppard et Kolya, McKay et Zelenka, Woolsey et Conrad), ce qui en fait une sortie mémorable."

Alex Levine, coordinateur du scénario, ajouta dans un message publié sur son blog SciFi.com : "Les Sekkaris", m'a dit Joe, est une histoire douce-amère de Woolsey. Elle traite du sentiment d'aliénation de Woolsey en tant que leader d'Atlantis. Vous voyez, Woolsey est l'outsider ; il se trouve dans le scénario typique du "seul au sommet, difficile d'être le patron" et il gère cela en gardant ses distances, la plupart du temps. Joe m'en a dit un peu plus sur Woolsey : sous ses airs de commandant autoritaire, il est un peu maladroit socialement (ce sont les mots de Joe, pas les miens !). Joe poursuit : "Enfant, au lycée, Woolsey était toujours le dernier à être choisi pour les équipes sportives. Mais c'est cette maladresse qui le rend humain'."

"... Donc, en fin de compte, c'est un épisode très axé sur les personnages. Joe a conclu : "Il s'agit des impressions de surface contre les réalités intérieures. (...) Et les avis sur le scénario étaient très divergents lors de la première lecture. Robert C. Cooper l'a trouvé trop littéraire, tandis que Carl Binder a fermement maintenu que c'est l'une de ses histoires préférées (mais ce type est un lèche-bottes connu, alors qui peut le dire ?). Les cadres de la chaîne se méfient généralement des histoires qui n'ont pas une horloge qui tourne ou un danger immédiat. Mais ne vous inquiétez pas, j'ai vu le montage du producteur, et c'est un excellent épisode. Will Waring a fait un superbe travail de mise en scène, et il y avait beaucoup de matériel à réduire dans le temps, donc c'est plein à craquer".