La guerre des génies

(4,09 / 5) 149 notesNoter
Cet épisode est canon.
La guerre des génies

Résumé complet

Dans une chambre d'enfant, une jeune femme joue avec une petite fille à un jeu de train. Alors que l'enfant s'amuse, la jeune femme se fige et sort de la chambre. Elle se dirige vers un tableau à feuille, en arrache la première dessinée, s'empare d'un pot de peinture à doigt, et peint.

Une porte s'ouvre, un homme, Caleb, entre en saluant. Celui-ci fait quelque pas et voit la petite fille, Madison, assise sur le sol, regardant devant elle. Il s'approche d'elle, surpris, s'accroupit pour lui parler et regarde dans la même direction qu'elle. En face, tout un pan de mur et une partie de la pièce sont couverts de feuille sur lesquelles sont inscrites des formules mathématiques et, au centre, la jeune femme.

Salutations d'usage entre Caleb et la jeune femme qui ne semblait pas l'avoir entendu entrer. Plus tard, le couple va au lit et il invite la jeune femme à envoyer sa formule au docteur Graham Peel de l'institut technologique de Californie.

Plus tard, lors d'un repas en famille, la sonnette retentit et la jeune femme se lève pour ouvrir. Il y a à la porte le lieutenant colonel Samantha Carter, avec deux officiers de l'armée de l'air, venant voir la jeune femme, Jeannie Miller, au sujet de la formule.
Sur Atlantis, le colonel Sheppard arrive dans le labo de Mckay pour lui annoncer son départ sur terre résultant d'un souci causé par sa soeur.

McKay, accueilli au SGC par Carter, étudie avec soin la formule. Pour lui, celle-ci est intéressante mais pas sa sœur car, depuis qu'elle s'est mariée avec un professeur d'anglais, elle ne publie aucune recherche.

Jeannie, bien qu'accréditée par le Pentagone, refuse de signer l'accord de confidentialité obligatoire ne voulant pas se retrouver liée a quoi que ce soit. C'est pourquoi McKay est sur Terre.

Voulant se passer de sa sœur, il commence à critiquer la formule, faisant remarquer certaines absences d'élément. Mais Carter, lui faisant remarquer que la présence de Jeannie ferait avancer plus rapidement l'expérience, le convainc d'aller la voir pour lui faire signer l'accord.

Il va la voir, bouquet de fleurs à la main, et se heurte à la surprise et à la méfiance de Jeannie. Après quelques pourparlers et un repas en famille inutile, il la téléporte à bord du Dédale, en orbite de la Terre. Après discussion intense entre eux puis avec son mari, convaincu, elle signe l'accord.

Durant le trajet, Jeannie apprend la destruction d'un système solaire par Mckay et les essais que celui-ci effectue afin de pouvoir tirer de l'énergie d'un point zéro se trouvant dans un espace temps parallèle. Ils espèrent utiliser la théorie de Jeannie pour contrôler les particules exotiques en créant un pont entre un univers parallèle et le nôtre.

Ils travaillent donc sur la formule, aidés de Hermiod, un Asgard. Pendant ce temps, Zelenka, sur la demande de McKay, a modifié quelques éléments sur la chambre de confinement d'Atlantis. Arrivés sur Atlantis après un long voyage et quelques disputes infantiles, Jeannie et Mckay sont accueillis par le Docteur Weir, Sheppard et Zelenka.

Mis de suite au travail, ils mettent en marche le pont après une check-liste effectuée avec brio par McKay.

La nuit venue, Zelenka est appelé car un corps étrangers a pénétré dans le champ de confinement. Ils s'aperçoivent alors que le corps étranger du champ de confinement est en fait un autre McKay, Rod. Celui-ci demande alors à parler à McKay.

Au mess, Jeannie est en train de raconter des anecdotes plutôt gênantes sur McKay quand celui-ci arrive, plutôt mécontent de la tournure de la discussion. A ce moment-là, Sheppard, Jeannie et lui sont appelés en chambre d'isolement par Weir.

Après une légère dispute, McKay et Jeannie se décident à aller parler à Rod. Celui-ci leur apprend que l'expérience a fait se créer des particules exotiques dans son univers et créé un trou dans la structure de leurs univers et qu'il a donc été téléporté dans l'anomalie en résultant, pour qu'ils arrêtent l'expérience.

Son voyage étant à sens unique, il s'installe donc sur Atlantis, au grand dam de McKay. Une sorte de routine s'installe, et Rod s'intègre plus en plus : il joue au golf avec Sheppard, fait de la boxe avec Ronon, etc.

Ils sont tous appelés dans la salle de confinement : interrompre l'expérience n'a fait qu'empirer les choses dans notre univers et le pont étant toujours actif, l'énergie accumulée a augmenté et a créé une surcharge qui aurait pu créer une catastrophe si Zelenka n'avait pas remis le contact.

Pendant que McKay fait une crise de jalousie et se dispute avec sa sœur, Zelenka a capté une transmission de l'univers de Rod leur annonçant que le phénomène va plus vite qu'ils ne le pensaient et qu'ils ont trouvés une solution. Mais celle-ci va non seulement détruire Atlantis, mais aussi faire un trou dans notre univers.

Ne disposant que de 6 heures avant la mise a exécution du plan, ils se réunissent pour trouver un plan de rechange. Jeannie propose alors d'envoyer un gros jet d'énergie à travers le pont afin de le faire disparaître. Cependant, ce plan-là va vider complètement l'E2PZ dont dispose Atlantis. Rod en profite alors pour demander à McKay de le téléporter dans l'autre univers avec l'aide du Dédale.

Le plan est mis à exécution et ils détruisent le pont. McKay, pour permettre à Rod d'arriver dans son univers, fait durer le jet un peu plus longtemps ce qui vide totalement les réserves de notre E2PZ.

Plus tard, Sheppard montre à Jeannie l'enregistrement qu'avait effectué McKay pour elle deux ans auparavant, dans lequel il lui déclare son amour fraternel et lui souhaite le meilleur. A ce moment-là, celui-ci arrive, Sheppard s'en va pour les laisser seuls. Après lui avoir donné un cadeau volé sur le bureau de Weir pour Madison, il tente sans succès de lui dire ce qu'il ressent pour elle. Mais Jeannie comprend tout de même.

McKay rejoint enfin l'équipe au mess où ces derniers lui avouent leurs sentiments au sujet de Rod (ennui et une certaine frustration quant à son comportement), conversation qui dévie ensuite sur les derniers potins de la cité.