Air 1/3

(3,98 / 5) 917 notesNoter
Cet épisode est canon.
Air 1/3 (Saison 1 de Stargate Universe)
Titre original :
Air, part 1
Épisode :
#101
Date de diffusion :
02 octobre 2009
Audiences US :
2,35 millions de téléspectateurs
Audiences FR :
520 000 téléspectateurs
Réalisateur :
Andy Mikita
Scénaristes :
Brad Wright, Robert C. Cooper
Acteurs principaux
Robert Carlyle (Dr. Nicholas Rush), Louis Ferreira (Colonel Everett Young), Brian J. Smith (Lt. Matthew Scott), Elyse Levesque (Chloe Armstrong), David Blue (Eli Wallace), Alaina Huffman (Lt. Tamara Johansen), Jamil Walker Smith (MSgt. Ronald Greer), Ming-Na Wen (Camile Wray)
Acteurs invités
Richard Dean Anderson (Lt. General Jack O'Neill), Amanda Tapping (Colonel Samantha Carter), Michael Shanks (Dr. Daniel Jackson), Ona Grauer (Emily Young), Peter Kelamis (Adam Brody), Mark Burgess (Dr. Jeremy Franklin), Gary Jones (Sergent-Chef Walter Harriman), Martin Christopher (Major Kevin Marks), Bradley Stryker (Sgt. Curtis), Christopher McDonald (Sénateur Alan Armstrong), Lou Diamond Phillips (Colonel David Telford), Jennifer Spence (Dr. Lisa Park), Julia Benson (née Anderson) (Lt. Vanessa James), Haig Sutherland (Sgt. Hunter Riley), Patrick Gilmore (Dr. Dale Volker), Josh Blacker (Sgt. Spencer), Jeffrey Bowyer-Chapman (Soldat Darren Becker), Glynis Davies (Marian Wallace), Christina Schild (Andrea Palmer), Michael Lenic (Ami d'Eli Wallace), Andrew Dunbar (Cpl. Gorman), Agam Darshi (Dr. Sonya Damji), Jim K. Chan (Dr. Simms)
Synopsis
Lorsque la base secrète Icare est attaquée, le personnel est évacué par la porte des étoiles et se retrouve à bord du Destinée, un vaisseau ancien, situé aux confins de l'univers.

Moments clés

- Recrutement d'Eli Wallace par le SGC
- Échec de la première tentative d'activation du neuvième chevron
- Attaque de la base Icare par trois Ha'tak de l'Alliance lucienne
- Découverte de la combinaison à neuf chevrons
- Etablissement d'un vortex vers le Destinée
- Évacuation de la base Icare par la porte des étoiles
- Découverte du vaisseau ancien Destinée
- Destruction de la base Icare et des trois Ha'tak luciens

Références culturelles

"Vissi d'arte", Tosca de Giacomo Puccini (Opéra) - Air de soprano joué pendant que le docteur Nicholas Rush se souvient de sa femme décédée.
1984 (George Orwell) - "And "Big Brother"'s got nothing better to do?" [Eli]

Défauts visuels et incohérences

[11:13] - Lorsque Eli Wallace visionne la première vidéo du docteur Daniel Jackson, celui-ci indique « qu'au cours des prochaines heures, vous allez apprendre... ». Or, ses vidéos ne durent que six minutes au total.
[29:17] - L'équipage du Hammond ne riposte pas directement contre les vaisseaux Ha'tak de l'Alliance lucienne.
[41:31] - Les trois Ha'tak de l'Alliance ne s'enfuient pas en hyperespace alors que le Hammond a le temps de le faire.

Notes sur l'épisode

- La Terre, l'Air, l'Eau et le Feu étaient considérés comme les éléments classiques de la matière. Tous, sauf le feu, sont des noms d'épisodes au début de la série. "Ombre" s'intitulait à l'origine "Feu" avant d'être scindé en deux épisodes et de recevoir un nouveau titre.
- Parmi les acteurs principaux, seul le Dr Nicholas Rush a été définitivement affecté à l'expédition destinée à explorer la destination du neuvième chevron. Le colonel Everett Young, le lieutenant Matthew Scott et le sergent-chef Ronald Greer étaient affectés à la base Icare, le lieutenant Tamara Johansen quittait le programme, Eli Wallace, Chloé Armstrong et le sénateur Alan Armstrong étaient des civils, et Camile Wray était une fonctionnaire de la comission internationale de surveillance. En tant que tel, Rush est le seul membre de la distribution principale qui est "censé" être à bord du Destinée.
- Les antagonistes de la bataille de la base Icare sont confirmés comme étant l'Alliance Lucienne dans l'épisode "L'assaut 1ère partie".
- Le niveau de participation de Lou Diamond Phillips dans la série était un sujet de spéculation depuis que les informations de presse et les photos du casting laissaient penser qu'il serait un membre à part entière du casting. Le personnage de Lou Diamond Phillips ne voyage pas vers Destinée et son rôle dans la série a été confirmé comme étant celui d'un personnage récurrent.
- Le personnage de Camille Wray, représentante de lla CIS, a été écrit pour avoir un petit rôle avec un possible statut récurrent dans la série. Après que les producteurs aient confié le rôle à la célèbre actrice Ming-Na et qu'ils aient vu ce qu'elle pouvait faire, ils lui ont donné plus de travail et ont finalement promu le personnage au statut de "régulière".
- A l'origine, le personnage de Nicholas Rush s'appelait à l'origine "David Rush" ; Matthew Scott, "Jared Nash", Chloe Armstrong, "Chloe Walker", puis "Chloe Carpenter", puis "Chloe Hamilton" : Eli Wallace, "Eli Hitchcock" ; Ronald Greer, "Ron 'Psycho' Stasiak" ; le Colonel Telford, "Collins" et le Sergent Hunter Riley s'appelait à l'origine "Paul Riley".
- Stargate Universe est passé devant les caméras en février 2009, aux studios The Bridge de Vancouver, en Colombie-Britannique (où ont été tournés Stargate SG-1 et Stargate Atlantis). Les créateurs de la série, Brad Wright et Robert C. Cooper, en ont assuré la direction. Le scénariste d'Atlantis, Carl Binder, les a rejoints en tant que producteur exécutif pour la première saison, tandis que Joseph Mallozzi et Paul Mullie, de SG-1 et Atlantis, étaient producteurs consultants pour la première saison. Les producteurs ont également fait appel à l'auteur de science-fiction John Scalzi en tant que consultant créatif.
-Le premier épisode de Stargate Universe devait initialement durer deux heures, mais a été prolongé à trois heures. L'émission a été diffusée pour la première fois avec un événement de deux heures le 2 octobre 2009, et le troisième acte de la première a été diffusé la semaine suivante.
- La porte de la base Icare est représentée avec le symbole AT. Selon la continuité établie, le symbole AT n'appartient qu'à la porte Alpha et ne devrait donc pas se trouver sur la porte de la base Icare. Cette incohérence s'est souvent produite dans les épisodes de Stargate SG-1, notamment dans les saisons 4 et 5 (à savoir les épisodes "Victoires illusoires" à "Rédemption 2ème partie"), au cours desquels la porte Bêta du SGC portait le symbole AT (voir les notes sur les coulisses de l'article sur la porte Bêta). "Air 1ère partie" est le premier épisode où ce problème de production est fonctionnel pour l'histoire, puisque l'utilisation du symbole AT comme point d'origine de la base Icare est le fondement de toute la série Stargate Universe.
- C'est le premier épisode de l'histoire de la franchise à inclure une scène de sexe.
- Étant donné que les parties 1 et 2 ont été diffusées en une seule partie lors de la diffusion originale, le moment où la partie 1 se termine et où la partie 2 commence est discutable. Cependant, après sa diffusion au Royaume-Uni, la partie 1 s'est terminée à la scène entre le colonel Samantha Carter et le lieutenant-général Jack O'Neill, lorsque Carter a posé la question "alors où sont-ils allés ?". Ce point de scission est également maintenu dans la version téléchargeable iTunes des deux épisodes.
- Cet épisode présente un nouveau vaisseau terrien, le George Hammond. Il s'agit du sixième vaisseau de classe Dédale à entrer en service, rebaptisé George Hammond en l'honneur du lieutenant-général George S. Hammond (en hommage à Don S. Davis, décédé d'un arrêt cardiaque le 29 juin 2008).
- Cet épisode marque la première apparition du Commandement planétaire, qui a déjà été mentionné dans divers épisodes de Stargate SG-1 et Stargate Atlantis.
- La façon dont Eli a été téléporté sur un vaisseau de classe Dédale après avoir refusé de signer un accord de non-divulgation est similaire à la façon dont Carter et le Dr Rodney McKay ont convaincu Jeannie Miller d'aider à construire un pont de matière dans l'épisode de Stargate Atlantis "La guerre des génies".
- La musique jouée par Rush lorsqu'il se souvient de sa défunte épouse est Vissi d'arte de l'opéra Tosca de Giacomo Puccini.
- La séquence où la base Icare est détruite a été présentée dans une publicité pour Windows 7.
- Richard Dean Anderson (lieutenant général Jack O'Neill) et Michael Shanks (Dr Daniel Jackson) sont les seuls acteurs à apparaître dans les trois pilotes de Stargate.
- Martin Christopher (Major Kevin Marks) et Gary Jones (CMSgt. Walter Harriman) sont les premiers personnages récurrents à apparaître dans les trois séries Stargate.
- Christina Schild (Andrea Palmer) est surtout connue pour avoir joué Playa Palacios dans Battlestar Galactica.
- Jennifer Spence (Dr. Lisa Park) est connue pour avoir joué le rôle de Betty Robertson dans Continuum.
- Agam Darshi (Dr Sonya Damji) a joué le rôle d'Athosian dans l'épisode "Soupçons" de Stargate Atlantis et Novo dans l'épisode "Les Balarans". Elle est surtout connue pour son rôle de Kate Freelander dans Sanctuary.
- Julia Benson (Lt. Vanessa James) a joué le rôle de Willa dans l'épisode "Irresistible" de Stargate Atlantis.
- Glynis Davies (Marian Wallace) a déjà joué le rôle d'une Catherine Langford plus jeune dans l'épisode "1969" de Stargate SG-1 et celui de l'ambassadrice andari Noor dans l'épisode "Retour aux sources 2ème partie".
- Patrick Gilmore (Dr. Dale Volker) a précédemment joué le rôle du Lt. Bernie Ackerman dans l'épisode "Dans les bras de Morphée" de Stargate SG-1 et d'un soldat Genii dans l'épisode "Harmony" de Stargate Atlantis.
- Ona Grauer (Emily Young) a joué le rôle d'Ayiana dans l'épisode "Prisonnière des glaces" de Stargate SG-1 et dans "Une nouvelle ère", le premier épisode de la série Stargate Atlantis.
- Josh Blacker (Sergent Spencer) a joué le rôle d'un taranien dans l'épisode "L'équilibre parfait" de Stargate Atlantis.
- Peter Kelamis (Dr. Adam Brody) a précédemment joué le rôle du Dr. Brent Langham dans l'épisode "Ecrans de fumée" de Stargate SG-1 et Coyle Boron dans l'épisode "La grande épreuve".
- Mark Burgess (Jeremy Franklin) a joué le rôle de Laurence Foster dans l'épisode "Las Vegas" de Stargate Atlantis.
- Simone Bailly (Lincoln) a précédemment joué le rôle de Ka'lel dans plusieurs épisodes de Stargate SG-1.

Secrets de tournage

Robert C. Cooper, co-créateur de la série, confia dans une interview exclusive avec GateWorld : "Brad et moi avons rédigé un document d'une page décrivant le concept et les personnages de la série. Il est utilisé comme document de vente pour mettre en place le financement. C'est définitivement très, très haut dans l'agenda des choses à faire pour MGM. Ils nous le demandent. En fait, MGM nous demande, à Brad et moi : "Quand est-ce que ce sera prêt ? Quand pouvez-vous physiquement, réellement écrire le script et commencer la production ? Ces choses-là prennent du temps. Elles ne naissent pas et ne grandissent pas toutes seules, malheureusement."

"... Dans le monde typique de Stargate, ce n'est pas vraiment un pilote. C'est une première. Nous vendons généralement et procédons à une saison complète de télévision. (...) Ce que je peux vous dire à propos de la troisième série Stargate, conceptuellement telle que nous l'avons conçue, c'est qu'il s'agit d'une troisième entité complètement séparée. Bien plus qu'Atlantis ne l'était. Atlantis était bien plus une série dérivée de SG-1. Elle est née de SG-1."

"L'idée de ce film - je vais avoir l'air d'un disque rayé - mais c'était au départ une idée de film. Au départ, nous étions assis autour d'une table à en parler. On essayait de trouver des idées pour un film sur Stargate. Pas un film sur SG-1 ou Atlantis, mais un film qui s'inscrirait dans la franchise Stargate que nous pensons avoir créée. Parce que les studios, s'ils dépensent X millions de dollars pour un film, celui-ci doit plaire à un large public. Peut-être même un public plus large que celui qui est fidèle à la série."

"Bien que mathématiquement, si tous ceux qui ont regardé la série dans le monde entier allaient voir le film, ce serait un énorme succès ! Pourtant, le studio voit plus grand. Et je pense que nous aussi, nous avons vu plus grand. Nous nous demandions : "Comment créer un troisième volet de la franchise qui soit très cohérent, et dont les fans sentiront qu'il est né du matériel qui l'a précédé, mais qui, en même temps, est très indépendant ?"

"Lorsqu'il est devenu évident qu'une troisième série était une possibilité plus réaliste à ce stade, du point de vue du studio, nous avons cherché à modifier cette idée et à lui donner un peu plus de poids qu'elle n'en aurait eu en tant qu'histoire unique. Nous avons toujours pensé, au fond de nous-mêmes, même en élaborant ce concept, qu'il pourrait lancer une troisième série. L'idée était de faire ce grand film et de l'utiliser pour lancer la série. Mais maintenant, cette histoire est devenue l'idée centrale de la nouvelle série.

"Une des choses que nous aimons dans Stargate, c'est que c'est nous. C'est notre armée. C'est nos scientifiques. C'est notre peuple. Et nous allons dans la galaxie et l'univers pour découvrir toutes les merveilles qui s'y trouvent, et faire face à nos propres limites face à des choses qui sont beaucoup plus avancées que nous. C'est identifiable. C'est ce que nous faisons tous les jours en termes de médecine, de science et d'astrophysique. Nous ne sommes que des bébés. Nous voudrions toujours maintenir cela dans tout ce qui est lié à Stargate."

"Cela joue certainement dans la mythologie qui a été préétablie, mais cela n'a aucun rapport direct avec ce qui a été fait dans les deux séries, SG-1 ou Atlantis." 

- Brad Wright, co-créateur de la série, révéla dans une autre interview exclusive avec GateWorld : "Lorsque Stargate Universe arrivera, à quel point pensez-vous que cette série devra être différente pour faire avancer la franchise et attirer de nouveaux téléspectateurs ? A quel point, d'un autre côté, doit-elle rester fidèle à la formule établie ?"

"Eh bien, vous avez mis le doigt sur le problème, car il faut que ce soit les deux. Il faut que ça ressemble à Stargate et que ce soit nouveau. C'est la corde raide, c'est l'équilibre qu'il faut maintenir, et c'est le défi. Pour dire les choses simplement, si nous avions fait SG-2 comme une série, cela n'aurait jamais marché. Ce n'est pas le modèle du CSI. Et c'est franchement à cause des héros qu'est notre équipe."

"... La présentation [à la chaîne] a été très bien reçue. ... Nous avons présenté une série coûteuse. L'idée que nous avons n'est pas bon marché. L'univers, si nous le faisons de la façon dont nous voulons le faire, est très coûteux, et je pense que nous avons fait nos preuves, donc 'Pouvons-nous s'il vous plaît avoir assez d'argent pour le faire correctement cette fois ?'. Et si non, alors honnêtement je ne veux pas le faire. Pourquoi le faire mal ?"

"... L'idée de Stargate Universe, c'est qu'elle se déroule sur un vaisseau qui faisait partie d'une expérience des Anciens qui a été mise en place il y a probablement des millions d'années. Une expérience qu'ils n'ont jamais menée à bien, mais que nous pouvons mener à bien. Ils ont été un peu occupés avec toute cette histoire d'ascension."

"Leur but pour la création de cette expérience, qui est d'envoyer un vaisseau littéralement à travers l'univers, et d'en envoyer un devant lui en ensemençant les galaxies qu'ils rencontrent avec des portes des étoiles. Et qu'ils utiliseraient un jour le neuvième chevron pour y arriver, et c'est ce qu'est Stargate Universe." 

Brad Wright ajouta plus tard dans une autre interview accordée à GateWorld : "Robert et moi avons le sentiment de grandir et d'avoir de nouveaux défis à relever nous-mêmes. Et nous avons envie d'être nous-mêmes les agents de ce changement, et nous nous sentons capables de proposer une autre série télévisée attrayante, peut-être plus grand public, peut-être un peu en dehors du cadre de Stargate. Parce que nous savons où nous sommes allés. Pour que nous restions engagés dans la série sur le plan créatif, nous devons opérer ces changements nous-mêmes."

A la question "Qu'entendez-vous par "rendre la série un peu plus grand public" ?, Brad répondit : "Peut-être un peu plus basé sur les personnages, un peu moins ancré dans une mythologie de science-fiction. Ce genre de choses - c'est tout. (...) Je trouve le mot 'grand public' un peu idiot. Mais cela se résume vraiment à des personnages et des histoires qui sont attachants, et que les gens veulent voir - qu'ils ont l'impression de n'avoir jamais vus auparavant."

- Dave Howe, président de Syfy Channel, révéla dans une interview accordée à Multichannel News : "L'intention ici est de faire en sorte que celle-ci soit plutôt jeune et de lui donner une ambiance contemporaine. (...) En tant que réseau, nous regardons évidemment Battlestar Galactica, qui a établi la norme en termes de drame de caractère tendu. Stargate n'a pas l'intensité d'un Battlestar Galactica. Mais elle pourrait bien se situer quelque part entre les deux."

"Brad et Robert sont très désireux de conserver l'action, l'aventure et le sens de l'humour. Mais je pense qu'il y a une opportunité d'injecter un peu plus d'intensité dramatique dans la série. Mais c'est évidemment une conversation pour eux lorsqu'ils commenceront à écrire le scénario et à passer au développement."

"Ce que nous essayons de faire à chaque fois, c'est de présenter la franchise à un nouveau public, de la rendre un peu plus contemporaine, plus accessible. L'ambition d'Universe est de le rajeunir par rapport aux deux chapitres précédents et de le remplir d'un nouveau casting, avec une narration plus adaptée à la fin des années 2000 qu'aux années 1990."

"... Ce qui est unique dans ce chapitre, c'est qu'il va se dérouler entièrement dans l'espace. ... C'est aussi une opportunité pour nous, car comme Battlestar Galactica arrive à sa conclusion, c'est bien pour nous d'avoir dans le mélange de programmation un space opera qui sert le public qui aime vraiment les space operas. " 

Robert C. Cooper précisa dans une interview avec Stargate.MGM.com : "L'une des choses qui m'enthousiasment vraiment, c'est que nous recherchons des personnes un peu plus identifiables et contemporaines. J'ai toujours pensé que l'une des choses qui était attrayante dans la série originale était le point de vue "tout le monde dans la rue" qu'O'Neill avait sur la science-fiction. Cela rendait les personnages identifiables. Ils ressemblaient davantage à ce que nous serions dans une situation de science-fiction, et à la façon dont nous réagirions. Et c'est ce que nous essayons de faire avec la nouvelle série : créer des personnages qui vont être mis au défi par la situation."

"L'équipe qui se retrouve sur le vaisseau n'est pas vraiment celle qui était censée y aller et, dans certains cas, elle n'est pas du tout préparée ni qualifiée pour se trouver dans cette situation. Ils n'ont donc pas toutes les réponses aussi rapidement, et les défis sont plus grands qu'ils ne le seraient pour des personnes qui ont tout vu et n'ont pas autant de chemin à parcourir que les personnages lorsqu'ils rencontrent une situation incroyable."

"... C'est un tout nouveau casting. Il y aura certainement beaucoup d'opportunités de croisement, et il pourrait certainement y avoir quelques visages familiers dans la première et dans les épisodes suivants. Mais le cœur de la série est entièrement nouveau."

"... Il est question de Stargate dans le titre, mais le ton sera également très différent. Il y aura certainement une Porte des étoiles à l'intérieur, mais ce sera différent de tout ce que nous avons fait auparavant."

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à propos de cet épisode : "La prémisse de SGU est... plus intime - un groupe limité de personnes piégées à bord d'un vaisseau spatial se précipitant dans l'espace lointain - et nécessite donc une forme de narration plus intime."

"Stargate Universe est une série qui s'appuie sur une mythologie établie tout en ouvrant une voie nouvelle et audacieuse pour la franchise. Elle est définitivement plus centrée sur les personnages et plus intime dans son exploration des dynamiques interpersonnelles qui seront à l'origine de nombreux développements à bord du vaisseau (et, non, je ne parle pas de la romance). Le principe de ce vaisseau fonçant à travers des territoires inexplorés offre des possibilités d'histoires illimitées, mais nous oblige également à adopter une approche très différente des rencontres avec les extraterrestres et de l'investigation planétaire. Thèmes jumeaux évoqués au cours des conversations d'aujourd'hui : la survie et le sacrifice."

"SGU sera définitivement une série plus axée sur les arcs. Même si elle aura sa part d'épisodes autonomes et de multi-parters, la série aura une intrigue plus longue et des fils conducteurs pour chaque épisode. (...) Étant donné le principe de la série, elle sera plus sombre et plus sérialisée que SG-1 ou Atlantis. Cela dit, il y aura toujours de nombreuses occasions de faire de l'humour et la série sera fermement ancrée dans la mythologie établie de Stargate. Oui, la série se concentrera sur la survie, mais aussi sur l'exploration et l'aventure - et, par extension, sur la rencontre occasionnelle avec des extraterrestres." 

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à nouveau à propos de cet épisode : "Brad et Rob ont fait un travail formidable en donnant le coup d'envoi de manière passionnante. Le scénario est rapide et amusant ; ses personnages sont uniques et attachants. Mon préféré : Le Dr David Rush [rebaptisé plus tard Nicholas]. Oh, il va me donner du fil à retordre. Initialement prévu en deux parties, Brad et Robert ont rapidement découvert qu'il y avait tout simplement trop d'histoire pour un cadre aussi serré, de sorte que le début de la série s'annonce en trois parties". 

- Robert Carlyle confia dans une interview avec IGN.com [publicité SCI FI] : "[La série] est beaucoup plus axée sur les personnages, beaucoup plus sur le drame. La survie est l'élément principal. Il y a beaucoup moins d'interaction avec les espèces extraterrestres et il s'agit davantage de savoir qui est responsable, qui va diriger ce vaisseau, qui va survivre. Il y a deux ou trois décès, en fait, dans les trois premiers épisodes, et un suicide à l'épisode six. Donc c'est un monde dur."

"Il y a plus de réalité, mais il y a aussi des éléments de fantaisie. Il n'y a rien de mal à cela. Il y aura toujours des aventures à vivre. Mais je pense que Robert Cooper et Brad Wright ont fait beaucoup de choses avec Stargate SG-1 et Atlantis [et] ils ont cherché quelque chose de légèrement différent. Je pense qu'ils veulent essayer de propulser cet engin à travers les personnages plutôt que par l'action."

"Il y a environ un an, j'en suis arrivé à un point où je me suis dit : 'J'en ai assez. J'ai un peu fait ça. J'ai besoin de quelque chose de différent pour que ce processus reste nouveau. Je suis allé à Los Angeles et j'ai parlé à quelques sociétés de télévision, on m'a proposé des choses, et c'est celle qui m'a le plus plu. Et pour être honnête, si vous m'aviez dit ça avant, je vous aurais dit que vous êtes fou. Parce que ce n'est pas un monde que j'aurais pensé pouvoir habiter. Mais [c'était] soudain un drame qui s'ouvrait dans l'espace, [et] dans le passé, c'était quelque chose qui manquait légèrement au genre." 

- Robert Carlyle ajouta dans une interview avec Multichannel News [SCI FI advertising upfront] : "Les producteurs, en particulier Brad Wright et Robert Cooper, sont la principale raison pour laquelle je suis ici. Ils l'ont extrêmement bien expliqué lorsqu'ils sont entrés en contact avec moi au début. La première chose que j'ai dite, c'est : "Pourquoi voulez-vous que je joue dedans ?". La façon dont ils ont présenté les choses était très intéressante : Ils ont dit qu'ils voulaient quelqu'un qui puisse "faire en sorte que des choses peu attrayantes paraissent très attrayantes". J'ai dit : 'Je suis votre homme'."

"[Justin Louis] est un autre acteur formidable [dans la série]. Lou Diamond Phillips y est aussi. David Blue, un bon jeune acteur. Et il y a deux jeunes, un gars qui s'appelle Brian J. Smith, qui travaille extrêmement bien, et une fille qui s'appelle Elyse Levesque - elle est en fait de Vancouver, une jeune actrice merveilleuse, la première chose qu'elle a jamais faite."

"Je suis très heureuse d'être ici, c'est tout ce que je peux dire. J'ai fait énormément de choses du type nitty-gritty dans ma carrière au cours des 15 à 20 dernières années environ, et j'ai senti qu'il était temps de changer. Je voulais quelque chose de différent. Quand je suis venu à Los Angeles il y a environ un an, j'ai parlé à plusieurs personnes de la télévision avec différentes idées. J'ai fait savoir que je cherchais quelque chose qui puisse m'intéresser. Et j'ai eu beaucoup de chance, trois ou quatre projets sont arrivés. Celle-ci, pour moi, était de loin la meilleure". 

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à nouveau à propos de cet épisode : "Quelle journée ! Nous étions sur la base d'Icarus pour tourner quelques scènes énormes avec Rush, Young, Scott, Chloe, Eli, Telford, le sénateur Armstrong, le Dr Damji, le lieutenant James, le sergent Riley, Park, Brody et Franklin. Le décor est spectaculaire, j'adore la nouvelle installation de la porte et, surprise surprise, j'aime vraiment ces uniformes militaires Icarus. C'est stylé !"

"... Andy Mikita, qui dirige le film en trois parties, est très rigoureux, mais tout le monde s'amuse énormément. J'ai obtenu de belles photos des coulisses de Bobby et Justin ainsi que de l'acteur qui joue Telford (je ne sais pas si son identité a été annoncée, mais je dois dire - et j'ai dit - que j'ai apprécié son travail, en particulier sa performance dans mon film préféré de Mark Wahlberg. Et, non, ce n'est pas le film auquel vous pensez. Ou le suivant. Ou celui d'après.). (...) En parlant d'annonces, il semble que le TPTB soit en train de se préparer pour la grande annonce qui devrait arriver... très bientôt. Un casting vraiment phénoménal !" 

- Brad Wright confia plus tard dans une interview à Moviehole : "Ce n'est pas un nouveau Stargate. C'est, en fait, un très vieux Stargate. C'est le prototype. Elle a une portée limitée, une portée bien plus limitée que les portes des étoiles de la Voie lactée ou de la galaxie de Pégase. Par exemple, si le Destiny voyage à travers une galaxie, il ne peut pas aller n'importe où dans cette galaxie - il ne peut aller que dans un rayon limité. (...) C'est pourquoi ils l'ont placé sur un vaisseau, de sorte que, lorsqu'il se déplace dans la galaxie, il peut la traverser et explorer les portes des étoiles qui ont été ensemencées par d'autres vaisseaux avant le lancement du Destiny, qui sait combien de centaines d'années auparavant." 

- Richard Dean Anderson écrivit dans un message sur RDAnderson.com : "J'y étais pour tourner un bout de scène avec Robert Carlyle et j'y retournerai le 17 mars pour une autre scène dans la deuxième partie du film de deux heures. J'avais dit à Brad que s'il voulait de l'aide pour le lancement d'Universe, j'adorerais en faire partie. (En vérité, ces gars et ces filles m'ont manqué.) Je ferai donc quelques petites apparitions dans la première demi-douzaine d'épisodes. (...) Encore une fois, les détails sont sommaires, mais j'ai déjà tourné la première de mes scènes, donc la balle est lancée. Andy Mikita réalise les deux heures, donc nous avons eu une bonne accolade et un énorme fou rire." 

- Robert Carlyle révéla lors de l'upfront publicitaire de Syfy [via IGN.com] : "Je joue un personnage appelé Dr Nicholas Rush. C'est un scientifique, un homme très motivé. Il a ses propres motivations, vous savez, et vous n'êtes pas tout à fait sûr de ce que sont ses motivations - même Rush lui-même, parfois, je ne pense pas qu'il [le] sache. Ce qui se passe au début de la série, c'est que Rush [et les autres acteurs] sont propulsés par une porte des étoiles vers la neuvième adresse du Chevron, et la neuvième adresse du Chevron est le Saint Graal du Chevron. Quand ils passent par là, ils pensent être dans un autre monde. En fait, ils sont dans un énorme vaisseau spatial. Cette chose est comme si vous mettiez cinq porte-avions ensemble. Il a été envoyé il y a des centaines de milliers d'années par les Anciens et personne n'était censé être là."

"Quand ils arrivent, ils trouvent ce vaisseau qui est en train de tomber en morceaux. Comment vont-ils survivre sur ce truc ? Et la première [priorité], qui est le titre de nos trois premiers épisodes, est l'air. Pour qu'ils puissent respirer. C'est la première étape fondamentale." 

- Robert Carlyle ajouta plus tard lors d'un autre upfront publicitaire de Syfy [via Multichannel News] : "Au début de la série, Rush a transporté une équipe à travers une porte des étoiles vers ce qu'ils croient être un autre monde. En fait, lorsqu'ils y arrivent, ils réalisent qu'ils sont en fait sur un autre vaisseau, un vaisseau spatial, un énorme vaisseau spatial qui flotte dans l'univers depuis des centaines de milliers d'années, lancé par les Anciens il y a longtemps - sans équipage, recueillant des informations, collectant des données."

"Donc, une fois qu'ils y sont arrivés - et ils sont soulagés d'y arriver car ils ont une situation très délicate pour y arriver - Rush leur dit alors : 'Vous ne pouvez pas revenir en arrière. Vous ne pourrez jamais rentrer chez vous.' Puis les choses commencent à devenir vraiment, vraiment tendues. Une bataille pour le leadership a lieu sur le vaisseau. Nous avons trois morts dans les trois premières heures. Un suicide dans l'épisode 5, je crois."

"C'est un groupe solide. Ils sont littéralement à des milliards d'années-lumière, à l'autre bout de l'univers. Et la pensée de cela est assez terrifiante. Il faut donc que ce soit axé sur les personnages. Cette pièce dépendra des personnages, c'est certain."

- Sur son blog personnel, Joseph Mallozzi écrivit à nouveau à propos de cet épisode : "C'était formidable de retrouver Rick [Richard Dean Anderson]. C'est juste un bon vivant, un gars facile à vivre. C'est très agréable de le côtoyer. Quand je lui ai dit que nous avions ajouté un bouledogue français à la famille depuis la dernière fois que nous nous sommes parlé, sa réaction n'a pas été l'habituel 'Tu es fou ?!' mais un sourire et un 'Béni soit ton cœur'".

Il écrivit plus tard : "Hier, nous nous sommes assis et avons regardé le director's cut de 'Air' I et II. Même sans les effets visuels et la musique, c'était sacrément impressionnant. Puissamment impressionnant ! Un grand bravo aux créateurs et directeurs de la série, Brad Wright et Robert Cooper, à l'ensemble de l'équipe et à Andy Mikita, qui s'est donné à fond pour nous offrir une première spectaculaire." 

- Brad Wright confia dans une interview accordée au magazine SciFi Now [numéro 40, 2010] : "Quand Robert et moi nous sommes assis pour raconter l'histoire, nous n'avions pas l'intention qu'elle dure trois heures. Nous nous attendions à ce qu'elle dure deux heures, à la fin desquelles nous serions allés sur la planète et aurions obtenu ce dont nous avions besoin pour survivre. Mais nous voulions que cette histoire porte sur la survie de base - les mauvaises personnes non préparées, ce qui était tout le contraire de ce que nous avions fait dans plus de 300 heures de choses appelées Stargate. Là, c'était les bonnes personnes, parfaitement préparées, qui traversaient la porte des étoiles comme les meilleures et les plus brillantes. C'était les gens du nettoyage, quelques civils et certainement pas l'équipe A. Et avec quoi arrivent-ils ? Rien. Dès le départ, vous savez que ça ne va pas être un voyage facile pour eux." 

- Robert C. Cooper précisa dans une interview accordée au magazine SciFi Now [numéro 40, 2010] : "Je pense que les pilotes croulent souvent sous le poids de la pression de devoir faire toutes ces choses magiques - présenter les personnages, introduire les règles du monde et faire en sorte que cela ne donne pas l'impression d'être une introduction. L'idée de raconter l'histoire en deux styles - le flash-back révélant comment nous sommes arrivés à ce moment, et la façon dont nous vivons les choses au moment où elles se produisent - a été déterminante pour nous lors de l'écriture. Nous voulions commencer par le point d'action de l'arrivée sur le bateau, mais nous pensions aussi qu'il était important de décrire comment ces personnes étaient arrivées là. Lorsque nous avons étendu la durée de la série à trois heures, nous avons pu expliquer comment les choses allaient se dérouler - qu'il n'y aurait pas de fins nettes et enveloppées et que les choses s'imbriqueraient les unes dans les autres. Ce n'est pas un film, on n'est pas obligé de tout boucler". 

- Brad Wright écrivit dans un message de juillet 2020 sur Twitter : "Le Destinée a la même forme que les chevrons de la porte des étoiles du Destiny. Une de ces histoires vraies où un dessin sur une serviette de table devient le design final."